Croix des Carmes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

48° 54′ 58″ N 5° 59′ 21″ E / 48.91611, 5.98917

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Carmes.
Croix des Carmes
CroixdesCarmes.jpg

Monument de la Croix des Carmes

Présentation
Construction
1923
Géographie
Pays
Région
Commune
Localisation
Coordonnées
Localisation sur la carte de Lorraine
voir sur la carte de Lorraine
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Meurthe-et-Moselle
voir sur la carte de Meurthe-et-Moselle
Red pog.svg

La Croix des Carmes est un monument commémoratif de la Première Guerre mondiale situé sur le territoire de la commune française de Montauville, dans le département de (Meurthe-et-Moselle), près de Pont-à-Mousson.

La Croix des Carmes fut l'un des secteurs du Bois-le-Prêtre en Lorraine.

Un lieu de combats pendant la Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Située jusqu'au dans les lignes, ce lieu a été, pendant la Première Guerre mondiale, le théâtre d'affrontements acharnés de part et d'autre d'une croix en bois, appelée croix des Carmes. Tenue par les allemands, la croix tombe aux mains des Français qui la déplacent dans la Nécropole nationale du Pétant pour la protéger. L'emplacement de la Croix des Carmes retombe aux mains des Allemands un mois plus tard, le , et le front se fixe pour trois ans dans ce secteur.

Le monument a été inauguré le en présence de Raymond Poincaré, qui avait été président de la République française pendant la guerre (et jusqu'en 1920). Cette inauguration est représentée par Jacques Grüber en 1924 sur un vitrail de l'église Saint-Gorgon de Fey-en-Haye, à quelques kilomètres de là ; ce vitrail est classé monument historique depuis le 5 septembre 1984[1].

Le Monument commémoratif[modifier | modifier le code]

La Croix des Carmes, au départ simple croix de bois, devint l'un des symboles des sanglants du Bois le Prêtre. Peu après la guerre, à quelques mètres près, elle regagna son lieu d’origine et fut enchâssée dans le monument en pierre commémorant cette bataille qui fut inauguré le 23 septembre 1923 par Raymond Poincaré.

Des vestiges des combats restent visibles sur le site : tranchées, cagnas, parapets de tir, rouleaux de fil de fer barbelé, chevaux de frise ...

Le monument a été sculpté par Emile Just Bachelet[2], Victor Prouvé a également participé à sa construction[3]. Il est constitué d'une grande croix dont chacune des branches transversales est soutenu par un Poilu, l'un étant habillé en uniforme du début de la guerre, et l'autre en uniforme de la fin de la guerre[3]. Une maquette en plâtre en est conservée au Musée de l'École de Nancy[3]. La croix originelle en bois est insérée dans la maçonnerie.

Cette sculpture constitue pour l'IGN un point géodésique d'ordre 5 dans le réseau NTF[4].

A quelques pas de la Croix des carmes, a été érigé un monument à la mémoire du 365e Régiment d'infanterie. Ce monument marque l'avance extrême des troupes françaises dans ce secteur.

Liens internes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Verrière de la Croix des Carmes : L'inauguration du monument de la Croix des Carmes par Raymond Poincaré, référence PM54000229, base Palissy, Ministère de la Culture, 1993. Consulté le 13 novembre 2008.
  2. http://www.lieux-insolites.fr/cicatrice/14-18/bois/bois.htm
  3. a, b et c Blandine Otter, « Les affiches de propagande pour l'effort de guerre dans l'œuvre de Victor Prouvé », Le Pays lorrain, Société d'histoire de la Lorraine & du Musée lorrain, vol. 83, no 4,‎ 4e trim. 2002, p. 281 (ISSN 0031-3394)
  4. Montauville A , site n°54375A, IGN Service Géodésie et Nivellement. Consulté le 13 novembre 2008.