Médaille et Croix de l'Yser

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Croix de l'Yser)
Aller à : navigation, rechercher
Médaille de l'Yser
Image illustrative de l'article Médaille et Croix de l'Yser
Médaille de l'Yser (avers)

Type Médaille de campagne militaire
Décerné pour Service distingué au combat le long de l'Yser en 1914
Statut plus décernée
Chiffres
Date de création 18 octobre 1918
Revers de la Médaille de l'Yser
Major-Général le Docteur Antoine Depage, un récipiendaire de la Médaille de l'Yser
Lieutenant-Général de cavalerie le Baron Léon de Witte de Haelen, un récipiendaire de la Médaille de l'Yser

La Médaille de l'Yser (néerlandais : Medaille van de IJzer) était une médaille de campagne militaire belge créée par arrêté royal le 18 octobre 1918 et décernée à ceux qui, entre le 17 et le 31 octobre 1914, faisaient partie de l'armée belge combattant le long de l'Yser qui arrêta l'avance allemande menée sous les ordres du général Erich von Falkenhayn, au coût de plus de 60,000 soldats morts ou blessés dans le processus, plus du tiers de l'effectif total de l'armée belge à l'époque.

Statut[modifier | modifier le code]

La Médaille de l'Yser était décernée aux membres des Forces armées belges qui faisaient partie de l'armée combattant le long du fleuve Yser entre le 17 et le 31 octobre 1914 qui se montrèrent dignes de cette distinction. La médaille pouvait aussi être attribuée à des ressortissants étrangers, aux membres de forces militaires alliées qui prirent part à la bataille de l'Yser. La médaille pouvait être décernée à titre posthume.

La Médaille de l'Yser était porté sur le côté gauche de la poitrine et lorsqu'en présence d'autres décorations de la Belgique, directement après la Croix de Guerre.

Insigne[modifier | modifier le code]

La Médaille de l'Yser était une médaille circulaire de 35 mm de diamètre frappée en bronze et surmontée d'un petit médaillon émaillé en vert. L'avers porte un homme nu casqué tenant une lance (indiquant l'arrêt de l'avance des troupes allemandes), à sa droite, l'inscription en relief sur trois lignes "17 au 31 octobre 1914". Sur le médaillon émaillé, l'inscription en relief "YSER". Le revers portait l'image en relief d'un lion rugissant blessé d'une flèche à l'épaule gauche, couché sur la rive de l'Yser, en dessous du lion, l'inscription en relief "YSER", dans le médaillon supérieur, la couronne royale belge au-dessus du monogramme du roi Albert 1er.

La médaille était suspendue par un anneau au travers d'un anneau de suspension, à un ruban de soie moirée rouge avec de larges bandes noires en bordure. Le rouge indiquant le sang versé, le noir indiquant le deuil.

Récipiendaires illustres (liste partielle)[modifier | modifier le code]

Croix de l'Yser[modifier | modifier le code]

Croix de l'Yser avec le ruban flamand non officiel

La Croix de l'Yser (néerlandais : Kruis van de IJzer) remplace la médaille de l'Yser en 1934. La croix n'est en fait que la même médaille placée sur une croix pattée à bras courts et avec le médaillon sur le bras supérieur de la croix. Les quatre bras sont reliés entre eux par une couronne de lauriers.

La Croix était décernée en remplacement de la médaille sur demande du récipiendaire et sur paiement d'une taxe, par conséquent, relativement peu furent émises. De plus, peu d'anciens combattants voulaient échanger leur médaille, et encore moins voulaient ou pouvaient en payer les frais. La Médaille de l'Yser et de la Croix de l'Yser ne pouvaient pas êtres portées ensemble, c'était l'une ou l'autre. Bien que décernée avec le même ruban noir et rouge de la médaille de l'Yser, beaucoup de bénéficiaires flamands optèrent pour un ruban non officiel noir et jaune les identifiant comme des belges néerlandophones.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Arrêté royal du 18 octobre 1918 créant la Médaille de l'Yser
  2. Arrêté royal du 5 février 1934 créant la Croix de l'Yser
  3. Arrêté royal du 22 août 1934 créant le statut de la Croix de l'Yser
  4. La liste des récipiendaires provient des nécrologies de ces derniers sur le site ARS MORIENDI cité plus bas

Sources[modifier | modifier le code]

  • Quinot H., 1950, Recueil illustré des décorations belges et congolaises, 4e Edition. (Hasselt)
  • Cornet R., 1982, Recueil des dispositions légales et réglementaires régissant les ordres nationaux belges. 2e Ed. N.pl., (Bruxelles)
  • Borné A.C., 1985, Distinctions honorifiques de la Belgique, 1830-1985 (Bruxelles)

Liens externes[modifier | modifier le code]