Croix de Sandbach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Croix de Sandbach
Les hautes croix de Sandbach
Les hautes croix de Sandbach
Présentation
Nom local Sandbach crosses
Type Haute croix
Date de construction IXe siècle
Propriétaire English Heritage
Protection Grade I
Géographie
Pays Royaume-Uni
Région Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Comté Cheshire
Localité Sandbach
Localisation
Coordonnées 53° 08′ 38″ N 2° 21′ 44″ O / 53.14402, -2.36209 ()53° 08′ 38″ Nord 2° 21′ 44″ Ouest / 53.14402, -2.36209 ()  

Géolocalisation sur la carte : Cheshire

(Voir situation sur carte : Cheshire)
Croix de Sandbach

Les croix de Sandbach sont deux hautes croix du IXe siècle dressées hui sur la place du marché de la ville britannique de Sandbach, en Angleterre. Elles sont sous la gestion de l’English Heritage, et ont été classées grade I[1] et protégées (scheduled monument (en))[2] en raison de leur taille inhabituelle et de la finesse des motifs anglo-saxons.

Les « croix », érigées sur une estrade de pierre, sont aujourd’hui deux colonnes, leurs têtes ayant été perdues. La croix Sud est la plus petite ; sa tête serait issue d’une autre croix[1]. Les deux présentent des figures de vigne, d’animaux, et des entrelacs celtiques sculptés ; la plus grande possède des faces[évasif] représentant des scènes bibliques[3],[1].

Historique[modifier | modifier le code]

L’étude la plus récente[4] situe les croix dans la première moitié du IXe siècle, la plus petite plutôt vers milieu du siècle[5]; elles auraient été sculptées par le même artiste. Des théories plus anciennes, aujourd’hui dépassées, proposaient qu’elles aient été érigées pour commémorer la conversion au christianisme de Peada de Mercie, autour de 653[6],[7]; d’autres la situaient déjà au IXe siècle[8],[1].

L’emplacement originel des croix est inconnu, et l’on suppose qu’elles ont été amenées à Sandbach au Moyen Âge[1]. Le plus ancien document[Note 1] y faisant référence date de 1585[5],[4], montrant qu’elles étaient déjà dressées sur la place. Elles sont renversées soit durant la Réforme protestante, soit durant la Première Révolution anglaise[1], et les morceaux disséminés sur un large territoire[6] : Sir John Crewe les déplace au XVIIe siècle à Utkinton (en)[2], puis après sa mort elles sont déplacées au manoir d’Oulton Estate (en) puis à Tarporley.

Au début du XIXe siècle, sous la direction de George Ormerod (en), un historien spécialiste du Cheshire[5], les morceaux éparpillés sont récupérés et réassemblés, puis les croix à nouveau dressées en 1816.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f « Images of England: Sandbach crosses », English Heritage
  2. a et b « Revealing Cheshire's Past:Sandbach Crosses », Conseil du comté du Cheshire (en)
  3. (en) Nikolaus Pevsner et Edward Hubbard, The Buildings of England : Cheshire, New Haven et Londres, Yale University Press,‎ 2003 (1re éd. 1971) (ISBN 978-0-300-09588-3), p. 12
  4. a et b (en) Jane Hawkes, The Sandbach Crosses : Sign and symbolism in Anglo-Saxon sculpture, Four Courts Press,‎ 2002, 200 p. (ISBN 978-1-85182-659-9)
  5. a, b et c (en) « Saxon Crosses », Conseil municipal de Sandbach (consulté en 22 octobre 2010)
  6. a et b (en) Raymond Richards, Old Cheshire Churches, Londres, Batsford,‎ 1947, p. 290
  7. (en) Craig Thornber, « A Scrapbook of Cheshire Antiquities: Sandbach: The Saxon Crosses »,‎ juin–juillet 2005 (consulté en 22 octobre 2010)
  8. (en) « Revealing Cheshire's Past: Saxon places to visit », Conseil du comté du Cheshire (en) (consulté en 22 octobre 2010)

Notes[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Sandbach Crosses » (voir la liste des auteurs)

  1. William Smith, officier (Rouge-Dragon Pursuivant) d’Élisabeth Ire, originaire de la ville voisine de Nantwich, décrit en 1585 : « two square crosses of stone, on steps, with certain images and writings thereon graven [standing] hard together. »