Croix-Moligneaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Croix.
Croix-Moligneaux
Image illustrative de l'article Croix-Moligneaux
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Arrondissement Péronne
Canton Ham
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Hamois
Maire
Mandat
Hervé Frizon
2014-2020
Code postal 80400
Code commune 80226
Démographie
Population
municipale
315 hab. (2011)
Densité 40 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 48′ 57″ N 3° 00′ 15″ E / 49.8158, 3.004249° 48′ 57″ Nord 3° 00′ 15″ Est / 49.8158, 3.0042  
Altitude Min. 59 m – Max. 88 m
Superficie 7,88 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Croix-Moligneaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Croix-Moligneaux
Liens
Site web croix-moligneaux.fr

Croix-Moligneaux est une commune française, située dans le département de la Somme en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Proche de la vallée de la Somme (à Villecourt) et de la vallée de l'Omignon (à Athies). A 9 km de Ham, 15 km de Péronne, 25 km de Saint-Quentin, 50 km d'Amiens. Autoroute A29 (Amiens-St Quentin), sortie Athies.

Histoire[modifier | modifier le code]

Bâti sur une colline qui fut couverte de vignes introduites en Gaule sous l'empereur romain Probus.

Croix et Moligneaux se font face et furent réunis après la Révolution.

Croix : Le village a déjà le titre de paroisse sur un document du Xe siècle. Ceci est confirmé en 1015 quand Hardouin de Croÿ fit donation de la terre et de l’autel («altaria de crucibus») aux chanoines de Noyon. Origine et évolution du nom : Crucibus en 1015, Crois en 1292, Croy en 1567. Un pieu de justice se dressait à cet endroit à l’époque gallo-romaine. Le pieu est d’abord connu sous le terme latin de «cruces» (potences) qui se traduit ensuite en «cruci» (croix).

Moligneaux : Le hameau de Moligneaux est ce qui reste d’un village ruiné au XVe siècle, Mesnil Saint-Quentin. Origine et évolution du nom : Ici se dressait le moulin de Mesnil. Le nom pourrait venir de l’association de moulin et eau («molin» et «iau» en vieux picard). D’ailleurs il y avait en ces lieux, à l’origine, une source, un étang et un ruisseau (flot Saint-Médard).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Yves Wilbert    
mars 2014 en cours
(au 3 avril 2014)
Hervé Frizon[1]    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 315 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
590 523 526 519 517 503 507 485 505
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
506 503 470 481 475 516 496 488 469
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
425 424 442 288 379 375 351 373 390
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
349 324 344 289 299 308 307 307 315
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église de Croix-Moligneaux, dédiée à Saint-Médard, fut édifiée au XIIe siècle. Elle est de style roman / transition gothique. L'importance de l'édifice s'explique par les revenus considérables dont jouissaient les chanoines de Noyon, co-seigneurs du domaine de Croix. La tour d'origine s'écroula et fut reconstruite au XVIIe siècle, puis à nouveau au lendemain de la Première Guerre Mondiale. Le chœur actuel date du XIIIe siècle. Le remarquable porche Renaissance (XVIe siècle) est adossé à la deuxième travée du bas-côté sud. Il s'ouvre par un grand arc de plein-cintre à l'archivolte ornée de losanges. L'intérieur offre de très beaux vitraux, de puissants piliers qui soutiennent une voûte hardie et élevée et un imposant maître-autel en bois, entièrement ouvragé d'élégantes sculptures aux délicats détails de style XVIIe siècle (classé à l'inventaire des monuments historiques).
  • Monument dédié à Georges Feltz, aviateur français, et son radio Nelias, abattus par la chasse allemande lors de la bataille de France en 1940.
  • Vieux colombier.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

André Audinot, né le 23 septembre 1933 à Monchy-Lagache près de Croix-Moligneaux, décédé le 18 avril 1986 à Paris. Patron de presse et député de la Somme de 1973 à 1986.

Notes et références[modifier | modifier le code]

L'Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP) a installé son PC pour les travaux du Grand Canal Seine-Nord à Croix-Moligneaux. Les fouilles archéologiques ont débuté fin septembre 2008 par un sondage diagnostic. Les travaux de construction du canal ne débuteront qu'après des fouilles sur l'ensemble du trajet. Il s'agit du plus important chantier de fouille de France sur 106 km de long et 2450 hectares à explorer. En octobre 2009, après une année de fouille sur 10 % de la surface d'emprise plus de cent sites archéologiques ont été découverts par la cinquantaine d'archéologues coordonnés par le PC de Croix-Moligneaux. Les découvertes vont du paléolithique moyen au Moyen Âge. Le long de la RD 939, près de Marquion, une voie romaine et de nombreuses villas ainsi qu'un monument funéraire de l'âge de bronze ont été repérés.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Ces maires déjà installés », Le Journal de Ham, no 14,‎ 3 avril 2014, p. 3
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :