Criton d'Athènes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Criton.

Criton d'Athènes (en grec ancien Κρίτων) est un philosophe athénien du Ve siècle av. J.-C., disciple de Socrate, qui a donné son nom au Criton de Platon.

Criton était originaire du dème d’’Alopèce, le même que son ami et maître Socrate. Socrate et Criton ont le même âge. Riche et influent dans Athènes, il fut de ceux qui tentèrent de sauver Socrate de la mort, notamment en proposant de payer les trente mines auxquelles Socrate était taxé. Il a été immortalisé par Platon dans le dialogue socratique Criton, où Criton tente de comprendre pourquoi Socrate ne fuit pas la mort. D’après Idoménée de Lampsaque dans son ouvrage Des Socratiques, le conseil d’évasion proposé à Socrate dans le Phédon est de son disciple Eschine de Sphettos, et non de Criton.

Il eut quatre fils : Critobule[1], Hermogène[2], Epigène et Ctèsippe, qui furent tous également auditeurs de Socrate, à qui il confia leur éducation. Il était si attentif à servir Socrate qu’il ne le laissa jamais manquer de rien[3]. Criton fut de tous les disciples de Socrate celui qui fut le plus d’amitié pour son maître ; il avait tant de soin de lui, qu'il prévenait ses besoins, et que jamais il ne permit qu'il manquât du nécessaire. Il aurait rassemblé en un livre dix-sept dialogues à ce jour perdus[3]. En voici les titres :

  • De la probité, où il fait voir qu'elle ne dépend pas des préceptes ;
  • De l’abondance,
  • De la capacité ou le politique,
  • De l’honnêteté,
  • Du crime,
  • De l’arrangement,
  • De la loi,
  • De la divinité,
  • Des arts,
  • De l’amour,
  • De la sagesse,
  • Protagoras ou le politique,
  • Des lettres,
  • De la science ou de la doctrine[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. dont parlent Platon dans Euthydème, Xénophon dans son Économique et Eschine de Sphettos dans son Télaugès
  2. à ne pas confondre avec le philosophe Hermogène, maitre de Platon
  3. a et b Diogène Laërce, Vies, doctrines et sentences des philosophes illustres [détail des éditions] [lire en ligne] Livre II : article Criton
  4. où il recherche ce que c’ est qu’avoir de la science