Cristo Rei

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Statue du Christ-Roi.
Cristo Rei
Image illustrative de l'article Cristo Rei
Présentation
Période ou style Art sacré contemporain
Type Statue
Architecte António Lino
Date de construction 1949-1959
Dimensions 110 m
Géographie
Pays Drapeau du Portugal Portugal
Localité Almada
Localisation
Coordonnées 38° 40′ 43″ N 9° 10′ 17″ O / 38.67861, -9.17139 ()38° 40′ 43″ Nord 9° 10′ 17″ Ouest / 38.67861, -9.17139 ()  

Le Cristo Rei (Christ Roi en français) est un sanctuaire et monument religieux représentant le Sacré-Cœur de Jésus. Il est situé dans la municipalité d'Almada au Portugal. Surplombant le pont du 25 Avril, il fait face à la ville de Lisbonne par rapport à l'embouchure du Tage.

Vue panoramique d'Almada depuis le Cristo-Rei.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Vue latérale

S'élevant sur le sommet d'une falaise dominant de 133 mètres les eaux du Tage[1], le monument, mesure lui-même 110 mètres[1], ce qui en fait une des plus hautes constructions du pays. Il est constitué de deux parties :

  • La première est un portique de 82 mètres de hauteur, construit par l'architecte António Lino.
  • La deuxième est la statue du Christ de 28 mètres de haut, les bras ouverts, tourné vers la capitale portugaise, œuvre du sculpteur Francisco Franco de Sousa.

Son poids est de 40 000 tonnes, la taille de la tête est de 4,05 m et les bras mesurent 10 m de longueur. L'envergure entre les deux mains est de 28 mètres[1]. Le Cristo Rei possède à sa base une chapelle dédiée à Nossa Senhora da Paz[2].

Le monument du Christ Roi est la plus grande attraction touristique de la commune d'Almada, après les plages de la Costa de Caparica. De plus, ce monument offre un point de vue imprenable sur la région voisine, notamment des quartiers lisboètes situés près des quais comme la célèbre Alfama ou la Baixa.

Histoire[modifier | modifier le code]

Vue depuis l'A2 à l'Almada

La statue du Christ Rédempteur, qui existe déjà en 1934 à Rio de Janeiro, au Brésil, donne l'idée au patriarche de Lisbonne, D. Manuel Gonçalves Cerejeira, de construire un monument d'aspect similaire dans sa ville[3]. En 1936, il transmet cette idée au mouvement apostolique de prière, qui l'accueille avec enthousiasme. Tous les évêques du pays sont ensuite invités à soutenir le projet dont la proclamation officielle a lieu l'année suivante, à la pastorale du carême.

Il est aussi édifié à la suite d'un vœu de l'épiscopat portugais, réuni à Fátima le 20 avril 1940, demandant à Dieu d'épargner le pays de la Seconde Guerre mondiale. Salazar ne voulant pas violer la vieille amitié avec le Royaume-Uni, datant du XIVe siècle, et préfère maintenir la neutralité en ne participant pas à cette guerre.

La première pierre du monument est posée le 18 décembre 1949[4], après la fin de la guerre. Il est inauguré le 17 mars 1959[3], jour de la Pentecôte, en présence des cardinaux de Rio de Janeiro, Lourenço Marques, et de plus de 300 000 personnes, représentant des autorités officielles et citoyens anonymes. En cette occasion, l'image d'origine de Notre-Dame de Fátima est présente, et le Portugal est consacré aux Saints Cœurs de Jésus et Marie. Le pape Jean XXIII, non présent à cette cérémonie, avait envoyé un message à la radio, qui est alors diffusé à l'assistance. Le cardinal Cerejeira affirme alors que le monument serait toujours un signal de gratitude pour le don de la paix.

Vue sur le Cristo

À l'occasion de la célébration du 25e anniversaire, en 1984, les terrains aux alentours sont réalloués pour abriter le bâtiment d'accueil du sanctuaire d'aujourd'hui, ainsi que le rectorat et les services administratifs, avec une chapelle et diverses salles pour des expositions et des réunions.

En 1999, le diocèse de Setúbal prend la responsabilité du sanctuaire, celui-ci étant soumis à des travaux de restauration entre mai 2001 et le 1er février 2002.

Le 17 mai 2007, la salle « Bienheureux Jean XXIII » est inaugurée, contentant huit tableaux inspirés de son encyclique Pacem in Terris. Le même jour, on appose au fronton de l'édifice la croix haute, qui était auparavant au sanctuaire de Fátima, dans le cadre de la construction d'une nouvelle basilique dans ce lieu de pèlerinage.

Le 17 mai 2009, pour la commémoration du cinquantenaire du monument, l'image de Notre-Dame dans la chapelle des apparitions de Fátima est transportée dans le bâtiment. Le sanctuaire reçoit alors les évêques portugais, et les reliques de Marguerite-Marie Alacoque, la religieuse de Paray-le-Monial à qui Jésus révéla son sacrement.

Le pape Benoît XVI s'associe à l'événement en envoyant son légat, le cardinal portugais José Saraiva Martins et en diffusant un message lors de l'angélus du 17 mai. Le jumelage entre le Cristo-Rei et le Christ Rédempteur est signé à cette occasion.

La même année voit l'embellisssement des abords du monuments, notamment par la construction d'une «  voie sacrée » honorant les martyrs du XXe siècle, la restauration du belvédère dominant la capitale portugaise et la création de zones vertes.

Galerie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources, notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Santuário do Cristo Rei sur le site du Système d'information pour le patrimoine architectural
  2. (pt) (Catégorie Capela de Nossa Senhora da Paz), la chapelle est dédiée à Notre-Dame-de-la-Paix, page visitée le 13 septembre 2009.
  3. a et b De l'idée, au projet jusqu'à la réalisation
  4. (pt) (Catégorie Histoire) La première pierre du monument, page visitée le 13 septembre 2009.