Crispus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Solidus de Crispus

Flavius Iulius Crispus Caesar (v. 305 - 326), est le fils aîné de l'Empereur Constantin et de Minervina.

Biographie[modifier | modifier le code]

On ne sait rien sur cette première union, ni sur sa fin, sauf qu’elle dut avoir lieu avant 307, date du mariage officiel de Constantin avec Fausta, fille de Maximien Hercule. On ignore aussi la date de naissance de Crispus.

Constantin le fait César en 317, en même temps que son demi-frère Constantin le jeune, à Serdica (actuellement Sofia). Crispus est consul par trois fois, en 318, 321 et 324. Il épouse une nommée Hélène, qui lui donne un enfant en 322.

Chargé de la défense de la frontière du Rhin, il bat les Francs en 320 et les Alamans en 324. Il remporte en 323, dans l'Hellespont, une victoire navale sur Licinius et contribue ainsi à la victoire de son père.

En 326, il est exécuté sur l’ordre de son père Constantin, à Pola en Istrie (actuellement Pula en Croatie). La même année, sa belle-mère Fausta est à son tour exécutée, toujours sur ordre de Constantin. Le sort réservé à l’épouse de Crispus et à ses enfants est inconnu.

La motivation de ces exécutions est historiquement incertaine. Les historiens latins contemporains de Constantin sont silencieux. Selon l’historien byzantin Zosime (Ve siècle) repris par Jean Zonaras (XIIe siècle), Crispus fut accusé par sa belle-mère d'avoir voulu la séduire, ce qui provoqua la colère de Constantin. Découvrant la fausseté de l'accusation, Constantin aurait ensuite fait exécuter Fausta. L'historien franc Grégoire de Tours (VIe siècle) évoque quant à lui un complot de Crispus contre Constantin. Il faut également souligner que Crispus, à l'instar de Fausta, était resté païen[1], ce qui a pu créer une inimitié entre lui et Constantin.

Ses monnaies le montrent comme un homme jeune, avec le titre de très noble César (NOB CAESAR) et sur certains revers le titre de Prince de la jeunesse (PRINCIPI IVVENTVTI). D'autres revers monétaires célèbrent ses victoires sur les Alamans, ou des dédicaces à Jupiter, à Mars ou à Sol Invictus et à des vertus personnifiées.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Il avait eu, cependant, Lactance comme précepteur. Cf. Jérôme, Vir. ill., 80.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Henry Cohen, Description historique des monnaies frappées sous l'Empire Romain, Paris, 1892