Criciúma

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne la ville du Brésil. Pour la plante, voir Criciuma.
Criciúma
Blason de Criciúma
Héraldique
Drapeau de Criciúma
Drapeau
Administration
Pays Drapeau du Brésil Brésil
Région Sud
État Santa Catarina Santa Catarina
Langue(s) portugais
Maire Clésio Salvaro (PSDB)
jusqu'en 2012
Code postal 88800-000
Fuseau horaire UTC-3
Indicatif 48
Démographie
Gentilé criciumense
Population 192 236 hab.[1] (11/2010)
Densité 815 hab./km2
Géographie
Coordonnées 28° 40′ 40″ S 49° 22′ 12″ O / -28.677778, -49.37 ()28° 40′ 40″ Sud 49° 22′ 12″ Ouest / -28.677778, -49.37 ()  
Altitude 46 m
Superficie 23 600 ha = 236 km2
Divers
Date de fondation
6 janvier 1880
Création de la municipalité Loi nº 1516 de l'État
de Santa Catarina du 4 novembre 1925
Localisation
Localisation de Criciúma sur une carte
Localisation de Criciúma sur une carte

Géolocalisation sur la carte : Brésil

Voir la carte administrative du Brésil
City locator 14.svg
Criciúma

Géolocalisation sur la carte : Brésil

Voir la carte topographique du Brésil
City locator 14.svg
Criciúma
Liens
Site web http://www.criciuma.sc.gov.br/

Criciúma est une ville brésilienne du sud de l'État de Santa Catarina.

Géographie[modifier | modifier le code]

La population de Criciúma était estimée à 192 236 habitants en 2010[2]. Elle se situe dans la région sud de l'État dont elle est la principale agglomération. La municipalité s'étend sur 236 km²[3].

La ville est bien irriguée par des cours d'eau, parmi lesquelles la rivière Mãe Luzia.

Criciúma est le centre d'une conurbation regroupée au sein de la région métropolitaine Carbonifère dont elle est le siège.

Elle est le principal centre urbain de la microrégion de Criciúma, dans la mésorégion Sud de Santa Catarina.

Généralités[modifier | modifier le code]

Le nom de Criciúma dérive de celui d'une graminée brésilienne apparentée au bambou, Criciuma.

La ville a été fondée au XIXe siècle par des immigrants italiens qui fondèrent la première mine de charbon du sud du pays.

Dans les années 1960, l'activité charbonnière était la principale source de revenus de la municipalité. Grâce à cette ressource, la ville se développa et s'équipa en infrastructures, comme l'avenue Centenário et le stade Heriberto-Hülse. De nos jours, la principale industrie de la ville est l'industrie céramique.

La ville est connue pour avoir été le théâtre de grandes grèves générales, déclenchées par les ouvriers des mines de charbon. L'industrialisation tardive du Brésil n'a pas empêché la formation d'un mouvement de classe ouvrière, puissant et organisé, dans certaines villes comme Criciúma. Dans certains journaux de la presse nationale, Criciúma était surnommée parfois la « Cuba brésilienne ».

Malgré une immigration majoritairement d'origine italienne et donc catholique, Criciúma connût une sorte de réforme protestante, à petite échelle, à partir des années 1980. La population protestante y augmenta alors fortement, suivant principalement la tendance pentecôtiste.

Sport[modifier | modifier le code]

La ville comporte un club de football évoluant en 2e division nationale, le Criciúma Esporte Clube.

Administration[modifier | modifier le code]

La municipalité est constituée de deux districts [4]:

  • Criciúma (siège du pouvoir municipal)
  • Rio Maina

Villes voisines[modifier | modifier le code]

Criciúma est voisine des municipalités (municípios) suivantes :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. IBGE
  2. (pt) « Population des municipalités brésiliennes - Résultats du recensement 2010 », Institut brésilien de géographie et de statistiques (consulté le 4 mars 2012)
  3. Institut brésilien de géographie et de statistiques
  4. Formation administrative de Criciúma - Institut brésilien de géographie et de statistiques