Cricetomys gambianus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le cricétome des savanes (Cricetomys gambianus), appelé localement « gafiya » ou encore « kancóoli » et de manière impropre « rat de Gambie » ou « rat géant »[1], est un grand rongeur subsaharien de la famille des muridés, appartenant au genre Cricetomys. À l'image de l'aulacode, ce gros rongeur fournit une viande très prisée des populations ouest-africaines. L'espèce est en voie de domestication sur le modèle de la domestication du lapin en Europe ou du cochon d'Inde chez les Quechuas et Aymaras. L'élevage de cricétomes s'appelle la cricétomiculture[2].

Cricétome utilisé pour la détection des mines antipersonnelles

Présentation[modifier | modifier le code]

Bien qu'appelé « rat de Gambie », le cricétome des savanes ne doit toutefois pas être confondu avec les espèces communément appelées « rat » : le Rattus norvegicus (rat brun d'où sont issus nos rats domestiques) ou le Rattus rattus (rat noir sauvage). En effet, le cricétome ne fait pas partie du genre Rattus, mais du genre Cricetomys et malgré son appellation, le cricétome n'est donc pas un « rat » sur le plan biologique.

Son espérance de vie peut être de 7 ans. La femelle pèse en moyenne 1,5 kg, le mâle 2 kg. Une portée se compose de 2 à 3 petits, il est donc bien moins prolifique que ses cousins, mais il peut avoir 4 portées par an.

La coloration sauvage est unique pour toute l'espèce qui n'a pas été soumise à des sélections. La robe est brun "agouti", plus claire sur le ventre et l'extrémité des pattes. Une partie de la queue est claire, souvent sur le dernier tiers.

C'est un animal principalement granivore et frugivore, mais il peut également se montrer opportuniste et à cette occasion être omnivore.

Cette espèce comporte la particularité de posséder, à l'instar des hamsters, des bajoues pour stocker et déplacer de grandes quantités de nourriture.

Habitat[modifier | modifier le code]

Bien qu'appelé cricétome des savanes, cette espèce a comme habitat les savanes (savanes arbustives comprises), mais aussi le milieu forestier et les zones agricoles, voire urbaines. En cela, l'espèce est plus ubiquiste que l'espèce voisine, Cricetomys emini qui est inféodée au milieu forestier: forêts primaire, secondaire et de montagne. Il y a donc superposition géographique des deux espèces en milieu forestier.

Utilisations[modifier | modifier le code]

Production de viande[modifier | modifier le code]

Le principal objectif de la cricétomiculture est la production de viande. Sa chair est estimée dans son aire d'élevage. Les consommateurs vantent ses qualités gustatives si bien, qu'à l'état sauvage, il est l'animal le plus chassé d'Afrique de l'Ouest[3]. Cette surchasse liée à la forte croissance démographique des pays où il est présent a conduit à sa raréfaction dans les zones à forte densité humaine. L'élevage permet ainsi de sécuriser l'approvisionnement en viande de cricétome tout en générant des revenus pour les populations. La cricétomiculture est un mode d'élevage en pleine expansion. En Afrique subsaharienne le cricétome a la même fonction alimentaire que le lapin (cuniculture) en Occident et le cochon d'Inde (caviculture) en Amérique du Sud. Son élevage est facile à mettre en œuvre et permet une forte productivité en viande de qualité à peu de frais.

Utilisation comme animal de compagnie[modifier | modifier le code]

Peu farouche et d'une locomotion lente, il se laisse facilement attraper à la main, surtout de nuit lorsqu'il est ébloui par une lampe torche. Il n'est pas de nature agressive mais peut mordre lors de la capture. Très vite, il s'habitue à la captivité et se laisse alors manipuler en douceur par son maître. Depuis quelques années, les amateurs de rats domestiques s'intéressent au cricétome des savanes, que son surnom rat géant ou rat de Gambie a pu faire passer pour une version géante du rat domestique et à l'espérance de vie supérieure. Le cricétome est toutefois totalement différent du rat domestique, il a un comportement, un langage et des besoins différents. La force de sa mâchoire plus importante et son potentiel de dégradation nécessitent de le maintenir avec davantage de précautions.

Déminage[modifier | modifier le code]

Une ONG belge, APOPO, forme et utilise des cricétomes comme démineurs depuis 2007 pour détecter les mines antipersonnel, entre autres au Mozambique. Son bon odorat et sa capacité d'apprentissage ont en effet intéressé les organisations chargées de procéder au déminage des zones de conflit. Les cricétomes servent aussi au dépistage de la tuberculose[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Malgré sa ressemblance physique, le critécome des savanes est une espèce de la sous-famille des cricetomyiné et du genre cricetomys tandis que Rattus rattus (le rat noir) et Rattus norvegicus (le rat d'égout) font partie de la sous-famille des murinés et du genre rattus
  2. Bulletin Semestriel d'Information sur le Mini-Elevage - SECTION: RONGEURS TROPICAUX COMESTIBLES - Les essais d'aulacodiculture et de cricétomiculture ont présenté des résultats intéressants au Bénin où des élevages de ces espèces appréciées ont été initiés depuis 1985. Les villageois de nombreuses agglomérations rurales du Sud-Bénin s'adonnent à un élevage grossier de ces rongeurs.
  3. BUREAU POUR L’ECHANGE ET LA DISTRIBUTION DE L’INFORMATION SUR LE MINI-ELEVAGE B.E.D.I.M. Série Information et Documentation - GUIDE TECHNIQUE D’ELEVAGE NO. 08 - Jean M. MALEKANI - Université de Kinshasa, République Démocratique du Congo - Mai 2001 - LES CRICETOMES - page 2
  4. [1]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :