Crespi d'Adda

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Crespi et Adda (homonymie).
Crespi d'Adda *
Patrimoine mondial de l'UNESCO
Crespi panorama.jpg
Coordonnées 45° 35′ 48″ N 9° 32′ 10″ E / 45.59667, 9.5361 ()45° 35′ 48″ Nord 9° 32′ 10″ Est / 45.59667, 9.5361 ()  
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Subdivision Capriate San Gervasio, Bergame, Lombardie
Type Culturel
Critères (iv) (v)
Numéro
d’identification
730
Zone géographique Europe et Amérique du Nord **
Année d’inscription 1995 (19e session)
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification géographique UNESCO

Crespi d'Adda est une cité ouvrière du XIXe siècle de la commune de Capriate San Gervasio, dans la province de Bergame et la région Lombardie en Italie. Depuis 1995, il est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'humanité établie par l'Unesco.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village a été construit pendant le dernier quart du XIXe siècle par la famille Crespi, qui choisit cette zone, proche de la rivière Adda, pour y construire une usine de tissage, durant la première période d'industrialisation en Italie. C'est certainement l'exemple le plus intéressant dans ce pays du phénomène des villages d'ouvriers. Il a été tout à fait préservé (en particulier, sa disposition urbaine et son apparence architecturale sont toujours inchangées) et il constitue une des réalisations les plus complète et originale dans le monde.

Sa fondation est l'œuvre de Cristoforo Benigno Crespi (en), en 1877, durant l'époque des industriels éclairés, propriétaires et philanthropes qui, inspirés de la doctrine sociale, ont voulu satisfaire les besoins de leurs ouvriers, en s'occupant de leurs conditions de vie aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur de l'usine. L'idée était de donner à l'ensemble des ouvriers une maison avec un jardin et un potager et leur fournir tous les services nécessaires à leur vie : une église, une école, un hôpital, un centre culturel, un théâtre, un stade, des bains publics, une caserne de pompiers, un cimetière. Cette expérience de paternalisme s'est effondrée à la fin des années 1920 avec la faillite de ses propriétaires et à la suite de la transformation du paysage industriel survenue au XXe siècle, avec, entre autres, des matériels et une main-d'œuvre étrangère moins chers, des moyens de transport améliorés, de plus hautes aspirations de la classe ouvrière et une productivité augmentée des pays en voie de développement.

Le cimetière de Crespi d'Adda est dominé par la tombe de la famille Crespi, constituée d'une pyramide et située au bout d'une longue allée bordée d'arbres. Les tombes les plus riches sont disposées autour de cet imposant mausolée, tandis que les plus simples, signalées par une croix de pierre, en sont plus éloignées, comme un souvenir concret de la stratification sociale de la communauté qui repose dans ce lieu. Le cimetière est entouré d'un mur circulaire qui renferme en lui toutes les tombes et symbolise ainsi l'embrassade de la famille Crespi à tous les ouvriers du village.

Contrairement à des sites analogues, l'usine a continué à fonctionner jusqu'en 2003 en conservant son domaine d'activité, la production textile.

Le village est aujourd'hui habité majoritairement par les descendants des ouvriers d'origine.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources et références[modifier | modifier le code]