Créoles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Creole)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne l'ethnologie. Pour les langues créoles, voir Créole (linguistique). Pour les autres significations, voir Créole (homonymie).


Le terme créole, à la fois nom et adjectif, en espagnol ancien creollo, devenu criollo, passé dans les langues française et anglaise entre 1595 et 1605, désigne d'une façon générale une personne née dans une ancienne colonie de parents venus d'ailleurs. Il est souvent compris restrictivement comme s'appliquant à une personne « de race blanche » (on dit plutôt aujourd'hui : « d'ascendance européenne »)[1].

D'après Robert Chaudenson, un spécialiste réunionnais, il existe deux grands types de Créoles de par le monde, le terme ayant çà et là deux acceptions différentes.

  • Dans les territoires où la cohabitation de populations d'origines différentes a plus ou moins échoué, est Créole celui qui répond à des critères ethniques bien spécifiques, généralement du fait de sa naissance. Ainsi, dans les Antilles françaises ou à Maurice, on appelle Créoles les personnes issues d'un groupe bien précis qui dès lors s'oppose aux autres.
  • Dans les territoires où la cohabitation de populations d'origines différentes a plus ou moins réussi, est Créole toute personne originaire du territoire qui ne correspond pas forcément aux critères qui pourraient le faire entrer à coup sûr au sein des groupes plus précis, notamment du fait du métissage. On y est donc Créole par défaut.

Ainsi, à la Réunion, les Créoles sont les individus issus du territoire insulaire, donc ne peuvent être créoles les Zoreilles ni Karanes. Les autres communautés comme les Yabs, les Cafres, les Chinois, les Zarabes, les Malbars sont créoles, mais ne seront qualifiés de créoles qu'indirectement, par exemple lorsqu'ils se trouvent dans un groupes qui comportent plusieurs communautés créoles. De plus, l'attrait pour les identités multiculturelles progressant, les jeunes se définissent de plus en plus souvent comme des Créoles, en tout cas si l'on en croit la chercheuse Lucette Labache, et dans ce contexte, on dit de plus en plus souvent Créole comme on dirait habitant.

Le terme est employé notamment à propos de la zone Caraïbe (Martinique, Guadeloupe, Haïti, Jamaïque, Guyane…), des Mascareignes (La Réunion, Île Maurice…), mais aussi d’autres régions (Hawaï, Cap-Vertetc.). Dans d'autres langues ou dialectes, on trouve des termes équivalents tels que : criollo, crioulo, creolo, kriolu, criol, kréol, kreyol, kriulo, kriol, krioetc.

On qualifie aussi de créole des systèmes linguistiques mixtes issus du contact entre des populations européennes et autochtones ou importées, ainsi que les cultures respectives des différentes populations créoles.

Différentes définitions[modifier | modifier le code]

Sens ancien du mot : Selon les anciens dictionnaires de langue française, et seulement eux, est Créole une « personne de race blanche, ou le plus souvent métissé », née sous les Tropiques de parents venus d'Europe et qui s'y sont installés, par opposition aux non-blancs d'une part, mais aussi par opposition aux Français, Espagnols, Portugais récemment arrivés d'Europe ou simplement de passage sur une île tropicale. Les dictionnaires de langue anglaise par exemple ne proposent pas cette définition raciale des Créoles (sauf exception comme par exemple le Merriam-Webster[2].

Ainsi désignait-on ordinairement sous le nom de la Créole l'impératrice des Français Joséphine de Beauharnais, née à la Martinique. Ces mêmes dictionnaires peu à peu en viennent à admettre qu'on a aussi désigné sous le terme de Créole, à partir du XXe siècle, les populations métissées, mais disent-ils c'est par un abus de langage, « par extension », un simple usage. D'une manière très cohérente, les dictionnaires des difficultés de la langue française précisent souvent : ne pas confondre créole et métis ou mulâtre. Les blancs créoles (appelés Békés en Martinique, Grands Blancs en Guadeloupe) sont les plus attachés à la définition donnée par les dictionnaires français. Or, ce que les dictionnaires présentent comme une évolution récente, née de l'usage, constitue le sens originel du mot.

Toutefois pour les Réunionnais, créole désigne un métis aux ascendances diverses né sur place dont les Petits Blancs, les Cafres, les Malbars voire dans certains cas les Zarabes ; les Mauriciens sont aussi considérés créoles par contre les Zoreilles c'est-à-dire les Français métropolitains et les Karanes n'en sont pas.

La consultation des dictionnaires de langue anglaise, espagnole ou portugaise, et la lecture des textes français antérieurs au règne de Louis XIV et au code noir, montre que le terme créole n'avait pas à l'origine de signification raciale : était créole celui qui était né ici de parents venus d'ailleurs, d'où des nègres créoles (nés sur place) par opposition aux Africains amenés en esclavage (appelé « bossal » en Haïti), mais aussi des poules créoles (nées dans le poulailler), ou des chevaux créoles (dans l'écurie), par opposition à des poules achetées sur le marché ou à des chevaux importés. Des cochons peuvent être désignés comme créoles en Haïti et aux Antilles françaises ; dans ces dernières, le terme peut aussi s'appliquer à des chèvres, des vaches ou des chiens.

Le terme créole revêt donc un sens différent dans les différents territoires. C'est essentiellement en Guadeloupe et Martinique qu'il a été confisqué par l'aristocratie blanche ; de là il est aisément passé en métropole du fait que ces iles sucrières étaient en relations plus régulières et étroites avec la métropole que par exemple la Guyane ou la Réunion. À la Louisiane, le lien avec la métropole ayant très tôt été rompu, le mot créole inclut les hommes de couleur. Dans l'Océan Indien, à l'île Maurice, seuls sont désignés comme créoles les descendants des esclaves, les blancs mauriciens étant appelés « franco-mauriciens ». À la Réunion, ce terme désigne surtout les descendants métis des premiers colons français, les descendants d'esclaves étant appelés cafres. Dans cette ile, le concept de créolie (à ne pas confondre avec celui de créolité qui est essentiellement antillais), conformément au sens premier du mot créole, n'est pas connoté racialement.

Selon l'interprétation retenue, le terme peut donc contribuer, soit à maintenir une ségrégation fondée sur une hiérarchie raciale, soit à rapprocher tous les Créoles nés sur place de parents venus d'ailleurs (Européens blancs, Africains noirs, Indiens d'Inde, Syro-libanais, etc.) au sein d'une même « identité créole ».

Actuellement, la créolisation, notion d'anthropologie et de linguistique, désigne essentiellement un processus de création d'une culture (ou d'une langue) nouvelle, suite à un métissage et par émergence spontanée dans un milieu nouveau. Les partisans du mouvement de la créolité ne sont pas tous d'accord pour que le concept se développe indépendamment de tout ancrage dans une réalité géo-historique définie ; autrement dit, ce concept ne marquerait pas une rupture radicale avec celui de la négritude, inventé par Léopold Sédar Senghor, Aimé Césaire et Léon-Gontran Damas. Il n'y a pas unanimité par exemple pour admettre Saint-John Perse au sein des « lettres créoles ».

Populations créoles[modifier | modifier le code]

Créoles de Louisiane[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Créoles de Louisiane.

Attention ! Le Cadien et le Créole sont deux identités et deux langues différentes.

L'expression « Créole de Louisiane » fait habituellement référence aux populations créoles de Louisiane aux États-Unis et à ce qui y est associé. En Louisiane, l'identité créole peut tromper : elle n'a rien à voir avec la langue créole dit Créole louisianais.

Pendant les colonisations française et espagnole de la Louisiane, l'usage de l'expression « créole », en tant qu'adjectif, était réservée uniquement aux gouvernements coloniaux. On appelait créole toute personne, produit ou animal nés dans la colonie. L'esclave créole valait nettement mieux que l'Africain car il parlait déjà une langue compréhensible aux Français (donc le français ou le créole louisianais) et il était moins réceptif aux maladies dues au climat de la colonie.

La vente de la colonie française de Louisiane en 1803 provoqua une division culturelle entre les francophones de la colonie et les anglo-saxons venus administrer le nouveau territoire. Le premier gouverneur du territoire de Louisiane, William C. C. Claiborne, un anglo-saxon né dans le Tennessee, avait pour premier but d'assimiler la colonie francophone de Louisiane. Rapidement, il allait entrer en opposition avec l'ancienne classe dirigeante francophone.

C'est à partir de ce moment que les anciens habitants de la Louisiane commencent à s'identifier en tant que Créoles pour se distinguer des Anglo-Saxons. À la Nouvelle-Orléans, la rue du Canal allait marquer la frontière linguistique, entre les quartiers de langues française/créole et anglaise. D'où le nom du célèbre Quartier Français de la Nouvelle-Orléans, où vivaient les francophones de la ville.

Lorsque le Congrès des États-Unis d'Amérique vota l'abolition de l'esclavage, les mulâtres libres de Louisiane se rangèrent du côté des confédérés esclavagistes. Sous administration française et espagnole de la Louisiane, la loi coloniale reconnaissait trois rangs de la société louisianaise : Blancs, gens de couleur libres et esclaves, ce qui n'existait pas en Nouvelle-Angleterre.

Cette particularité permit l'émergence d'une nouvelle identité dans la colonie, celle des gens de couleur libres. Lorsque l'Union gagna la guerre, l'homme de couleur libre crut son identité menacée par la suppression de l'esclavage, qui le plaçait dans la même catégorie que les anciens esclaves. Comme les Blancs, quelque quarante ans plus tôt, l'ancien homme de couleur libre revendiqua l'appartenance au groupe des Créoles pour faire la distinction avec l'ancien esclave.

Quant aux esclaves francophones, ils ont cherché à se constituer une identité catholique et créolophone. Mais, cette distinction s'est estompée avec le Mouvement des Droits Civils et le Mouvement de Fierté Noire dans les années 1960, où le Noir devait alors choisir entre une identité créole et l'assimilation à la communauté des Noirs anglophones beaucoup plus influente.

Aujourd'hui[Quand ?], le créole de Louisiane est en voie de disparition. Aucun mouvement linguistique officiel n'a été créé pour le préserver.

Mais, l'identité créole est à nouveau revalorisée en raison d'un nouvel engouement pour la langue française cadienne, encouragé par l'État.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Définition du Dictionnaire encyclopédique Larousse en un volume (1979) : « Personne de race blanche née dans les anciennes colonies (Antilles et Guyane en particulier). »
  2. Définition du dictionnaire Merriam-Webster.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]