Cremin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cremin
Blason de Cremin
Héraldique
Cremin vu du lieu dit Le Broillet
Cremin vu du lieu dit Le Broillet
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Vaud
District Broye-Vully
communes limitrophes
(voir carte)
Surpierre, Lucens, Forel-sur-Lucens
Syndic Jean-Willy Badoux
Code postal 1526
N° OFS 5668
Démographie
Gentilé Creminois
Population 53 hab. (31 décembre 2013)
Densité 32 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 43′ 34″ N 6° 50′ 36″ E / 46.726111, 6.84334146° 43′ 34″ Nord 6° 50′ 36″ Est / 46.726111, 6.843341  
Altitude 641 m
Superficie 165 ha = 1,65 km2
Divers
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud

Voir sur la carte administrative du Canton de Vaud
City locator 14.svg
Cremin

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Cremin

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Cremin
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Cremin est une commune suisse du canton de Vaud, située dans le district de la Broye-Vully. Citée au moins dès 1365, elle fait partie du district de Moudon entre 1803 et 2007. Avec sa population de 53 habitants en 2013, c'est la commune la moins peuplée du canton de Vaud. Son territoire, d'une surface de 165 hectares, se situe dans la région de la Broye entre les vallées de la Broye et de la Mentue.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1825, un incendie brûle une grande partie des archives communales, limitant de fait la retranscription historique de la commune. Néanmoins, en 1764, le village comportait environ 76 bourgeois répartis en 15 foyers[3]. Ce nombre passe à 94 en 1798[4] puis 101 en 1850[4].

Le 30 novembre 2014, les communes de Brenles, Chesalles-sur-Moudon, Cremin, Forel-sur-Lucens, Lucens et Sarzens décident de fusionner. La nouvelle commune verra le jour le 1er janvier 2017 sous le nom de Lucens[5].

Origine du nom de la commune[modifier | modifier le code]

Cremin, doit son nom au Grand Marais, maintenant asséché. Originellement appelée Crêt-Marc, soit « le Crêt sur le marais », La commune s'est ensuite appelée Cumar, puis Cremin[6]. En 1365, le registre paroissial utilise le nom Cremyn[4].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Cremin Blason Coupé d'argent et de sinople, à une faux et un fléau d'or brochant en sautoir, une gerbe du même brochant sur le tout[7]
Détails Les armoiries de la commune sont celles du canton de Vaud, auxquelles on a retiré la devise Liberté et Patrie pour remplacer par des symboles représentatifs de l'activité locale : l'agriculture[3].
Les armoiries de la commune sont adoptées et approuvées par le canton de Vaud en 1930[3].

Géographie[modifier | modifier le code]

La surface totale de la commune de Cremin représente 165 hectares qui se décomposent en : 11 ha de surfaces d'habitats et d'infrastructures, 112 ha de surfaces agricoles, 42 ha de surfaces boisées et enfin moins d'un hectare de surfaces improductives (lacs et cours d'eau par exemple). Dans le détail en 2004, les aires industrielles et artisanales représentent moins de 1 % du territoire communal, les maisons et bâtiments 2,42 %, les routes et infrastructures de transport 4,24 %, les zones agricoles 46,06 % et les zones arboricoles et viticoles moins de 1 %[2].

Jusqu'à sa dissolution, la commune faisait partie du district de Moudon. Depuis le 1er janvier 2008, elle fait partie du nouveau district de la Broye-Vully. Elle a des frontières communes avec Lucens et Forel-sur-Lucens dans le canton de Vaud, ainsi qu'avec Surpierre dans le canton de Fribourg.

Le territoire communal se trouve sur le plateau suisse, dans la région de la Broye entre les vallées de la Broye et de la Mentue, principalement sur un haut plateau situé à une altitude moyenne de 640 mètres. Les frontières communales se trouvent sur la crête surplombant la vallée de la Broye (à l'est) et le vallon de Vaux (au sud). Au sud du village de Cremin se trouve la forêt de l'Envuissel à 656 mètres d'altitude, alors que le point culminant de la commune se trouve sur la colline du Petit Crêt, au nord du village à 670 mètres.

En plus du village de Cremin, la commune compte plusieurs exploitations agricules dispersées.

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Cremin possède 53 habitants en 2013[1]. Sa densité de population atteint 32,1 hab./km2. Depuis les fusions avec d'autres communes de Vaugondry, Romairon, Cerniaz, Goumoëns-le-Jux et Villars-sous-Champvent en 2011 et 2012, Cremin est la commune la moins peuplée du canton de Vaud[8].

En 2000, la population de Cremin est composée de 25 hommes (49 %) et 26 femmes (51 %). La langue la plus parlée est le français, avec 47 personnes (94 %). La deuxième langue est l'allemand (3 habitants ou 6 % de la population). Il y a 49 personnes de nationalité suisse (98 %) et une personne étrangère (2 %). Sur le plan religieux, la communauté protestante est la plus importante avec 43 personnes (86 %), suivie des catholiques (4 paroissiens ou 8 % de la population). 3 personnes (6 %) n'ont aucune appartenance religieuse[9].

La population de Cremin est de 101 habitants en 1850. Elle reste stable pendant vingt ans puis baisse à 45 habitants en 1980. Elle remonte légèrement depuis à 52 habitants en 2010. Le graphique suivant résume l'évolution de la population de Cremin entre 1850 et 2010[10] :

Politique[modifier | modifier le code]

Lors des élections fédérales suisses de 2011, la commune a voté à 47,83 % pour l'Union démocratique du centre. Les deux partis suivants furent le Parti socialiste suisse avec 21,26 % des suffrages et les Verts avec 15,46 %[11].

Lors des élections cantonales au Grand Conseil de mars 2011, les habitants de la commune ont voté pour l'Union démocratique du centre à 39,87 %, le Parti libéral-radical à 35,29 %, le Parti socialiste à 18,30 %, le Parti bourgeois démocratique et les Vert'libéraux à 4,58 %, les Verts à 1,31 % et Vaud Libre à 0,65 %[12].

Sur le plan communal, Cremin est dirigé par une municipalité formée de 3 membres et dirigée par un syndic pour l'exécutif et un Conseil général dirigé par un président et secondé par un secrétaire pour le législatif[13].

Économie[modifier | modifier le code]

De nos jours encore, l'économie locale est principalement tournée vers l'agriculture, l'arboriculture et l'élevage. Contrairement à la plupart des communes voisines, aucune zone d'habitation n'a été créée à Cremin suite à des plans de zones très restrictifs. La seule entreprise installée sur place est un swing golf de 18 trous. Il y a aussi un café-restaurant[14].

Transports[modifier | modifier le code]

Au niveau des transports en commun, Cremin fait partie de la communauté tarifaire vaudoise Mobilis. Deux bus de CarPostal s'y arrêtent : celui reliant Moudon à Lucens[15] et celui reliant Cheiry à Granges-près-Marnand[16]. Le village est aussi desservi par les bus sur appel Publicar, qui sont aussi un service de CarPostal[17].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Statistique annuelle de la population vaudoise au 31.12.2013 », sur Statistiques Vaud (consulté le 28 juillet 2014)
  2. a et b « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  3. a, b et c BAST95, p. 100-101
  4. a, b et c Valérie Favez, « Cremin » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du 16 mars 2004.
  5. « C'est «Oui» pour un mariage à six autour de Lucens », La Liberté,‎ 30 novembre 2014 (consulté le 2 décembre 2014)
  6. « Histoire de Cremin », sur lucens.ch (consulté le 11 octobre 2012)
  7. [(fr) Annexe à l'arrêté relatif aux armoiries communales (AAC) du 10 février 1925 (175.12.1) (page consultée le 11 septembre 2011)]
  8. Sylvain Muller, « Cremin, 52 habitants, plus petite commune vaudoise », 24 heures,‎ 16 mars 2012 (lire en ligne)
  9. « STAT-TAB: la banque de données statistiques interactive », Confédération suisse
  10. [zip] « Evolution de la population des communes 1850-2000 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 1er octobre 2012)
  11. « Elections au Conseil national 2011: Participation, force des partis, électeurs fictifs », sur Statistique suisse (consulté le 2 octobre 2012)
  12. « Election du Grand Conseil du 11 mars 2012 », sur vd.ch (consulté le 2 octobre 2012)
  13. « Cremin », sur communal.ch (consulté le 2 octobre 2012)
  14. Site officiel du swing golf de Cremin
  15. « Moudon-Villars-le-Comte-Lucens », sur fahrplanfelder.ch (consulté le 1er octobre 2012)
  16. « Cheiry-Granges-près-Marnand-Lucens », sur fahrplanfelder.ch (consulté le 1er octobre 2012)
  17. « PubliCar Thierrens (VD) », sur carpostal.ch (consulté le 1er octobre 2012)

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Roger Bastian, Charles Kraege et et al., Les communes vaudoises et leurs armoiries, t. 3, Chapelle-sur-Moudon, Ketty & Alexandre,‎ 1995, 165 p. (ISBN 2-88114-037-8), p. 100-101 Document utilisé pour la rédaction de l’article

Sur les autres projets Wikimedia :