Cravate de notaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dessin représentant un couple exécutant une cravate de notaire.

La cravate de notaire, également appelée branlette espagnole, est un comportement sexuel humain de masturbation, pratiquée en couple et popularisée dans les films pornographiques.

Définition[modifier | modifier le code]

Pratique sexuelle où l’homme s’assoit sur le ventre de la femme et effectue avec son pénis un mouvement de va-et-vient masturbatoire entre les seins d'une partenaire jusqu’à l’éjaculation. Le sperme ainsi éjaculé dessine sur le corps de la femme une forme de cravate. C’est au regard de cette similitude qu’on nomma cette pratique « cravate de notaire ». Autrefois, seuls certains notables, dont les notaires, portaient une cravate au quotidien[1],[2],[3].

Synonyme[modifier | modifier le code]

Cette pratique sexuelle est également connue sous le nom de « branlette espagnole ». Dans cette variante, il semblerait que la position des partenaires change par rapport à la cravate de notaire. L’homme est debout pendant que la femme effectue un va-et-vient masturbatoire avec ses seins. L’origine de cette expression est obscure. L'explication la plus communément admise est qu'au début du XXe siècle, les bourgeois parisiens adultères se faisaient masturber par leurs bonnes qui étaient à l'époque majoritairement espagnoles. Cette pratique est notamment illustrée dans le film Sitcom (1998) de François Ozon[4]. En effet, dans ce long métrage la bonne interprétée par l’actrice espagnole Lucia Sanchez effectue une telle pratique sur l’un des membres de la famille bourgeoise[5].

Citations[modifier | modifier le code]

Michel Houellebecq, Les Particules élémentaires (1998), page 130 :

« Après tout se disait-il avec espoir, la squaw d’hier, par exemple, était relativement baisable. Des gros seins un peu flasques, c’était même l’idéal pour une bonne branlette espagnole ; et ça faisait trois ans qu’il n’en avait pas eu. Pourtant il était friand de branlettes espagnoles ; mais les putes en général, n’aiment pas ça. Est-ce que ça les énerve de recevoir le sperme sur le visage ? Est-ce que ça demande plus de temps et d’investissement personnel que la pipe ? Toujours est-il que la prestation apparaissait atypique ; la branlette espagnole n’était en général pas facturée, et donc pas prévue, et donc difficile à obtenir… Plus d’une fois Bruno, en quête en réalité d’une branlette espagnole, avait dû se rabattre sur une branlette simple, voire une pipe. Parfois réussie, d’ailleurs ; il n’empêche, l’offre était structurellement insuffisante en matière de branlette espagnole, voilà ce que pensait Bruno. »

Guy Konopnicki, Les Cahiers de Prague (2006), page 37 :

« C’était bien une juriste, elle était très douée pour la cravate de notaire. En reprenant son souffle, Joseph la regardait, elle caressait le sperme sur sa poitrine. »

Pornographie[modifier | modifier le code]

L'actrice Brandy Talore en 2011.

Les cravates de notaire sont souvent présentes dans les films pornographiques dès lors que l'actrice possède une poitrine naturelle généreuse ou des implants mammaires. Le réalisateur de films pornographiques Bryan Xin (auteur des huit films Truly Nice Tits de 2002 à 2005) déclare à ce sujet que[6] :

« Les poitrines naturelles sont beaucoup plus adaptées pour masturber les pénis. Les implants mammaires ne sont pas assez souples pour contenir durablement le sexe masculin. [...] Et puis, visuellement, c'est plus beau avec du naturel. »

L'actrice Brandy Talore (85F) est notamment connue pour avoir tourné le plus grand nombre de scènes de cravate de notaire dans des films pornographiques[7].

Séries[modifier | modifier le code]

Deux séries de films pornographiques sont exclusivement consacrées à la cravate de notaire :

  • Tits and Tugs[8],[9] avec neuf films de 2007 à 2012 chez Score,
  • Fuck My Tits[10],[11] avec sept films de 2006 à 2012 chez Elegant Angel.

Variantes notables[modifier | modifier le code]

Cravates de notaire simultanées : le film de 2008 Busty Riding Academy est resté plusieurs semaines en tête des ventes du site eBoobstore.com[12]. Ce film est notamment connu pour contenir une des rares scènes de double cravate de notaire. En effet, dans la troisième scène l'actrice américaine Christy Marks (95I) et l'actrice tchèque Terry Nova (95H) effectuent en simultané et parallèlement une branlette espagnole puis une cravate de notaire[13].

Cravate de notaire entre deux poitrines : ce type de pratique est relativement rare bien que plus fréquente que la précédente. Le film de 2012 3Somes en contient une dans sa première scène. La cravate est effectuée par la Hongroise Jessica Moore (85E) et la Roumaine Jasmine Black (75E). On en trouve une également dans le film de 2010 Breast Worship 3. Cette fois ce sont les Américaines Cassandra Calogera (85E) et Sara Stone (80E) qui officient autour du pénis du célèbre Jules Jordan.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Charles Bernet et Pierre Rézeau, On va le dire comme ça : dictionnaire des expressions quotidiennes, Balland, 2008 [1]
  2. Erick Brazovski, Précis de conversation amoureuse, La Part Commune [2].
  3. Abcq 2004, Le Manuscrit, 2004 [3].
  4. Sitcom (1998), sur Allociné.
  5. Cannes 98 / Semaine de la critique / Sitcom sur Cannes-Fest.com.
  6. Magazine Voluptuous May 2003, article Our Monthly Titerview p. 43.
  7. Magazine Score April 2009, article Best of the Breast, p. 64.
  8. http://www.eboobstore.com/
  9. Fiche Tits and Tugs sur IAFD.com
  10. http://www.elegantangel.com/
  11. Fiche Fuck my Tits sur IAFD.com
  12. Magazine Score January 2009, article Hooter Hotel, p. 25.
  13. Critique du film sur NaturalBigTits.org