Cratylisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le cratylisme est une théorie naturaliste du langage selon laquelle les noms ont un lien direct avec leur signification, comme c'est le cas pour les onomatopées, qui miment les sons produits par tel ou tel être, animal ou objet. Cette thèse s'oppose à celle de l'arbitraire du signe de Saussure[1].

Origine du concept[modifier | modifier le code]

Le terme vient du Cratyle de Platon. Dans ce célèbre dialogue, Socrate, soutenant que les mots sont attribués aux choses par la décision d'une sorte de législateur de la langue, s'oppose sur un mode ironique au héros éponyme qui, pour sa part, défend la théorie d'une relation motivée entre les mots et les choses. Ainsi, selon Cratyle, « il existe une dénomination naturelle pour chacun des êtres (...) Un nom n’est pas l’appellation que certains donnent à l’objet après accord, en le désignant par une parcelle de leur langage, mais, il existe naturellement, et pour les Grecs et pour les Barbares, une juste façon de dénommer qui est la même pour tous[2]

Cratylisme et poésie[modifier | modifier le code]

Un des problèmes que soulève le cratylisme, c'est qu'il établit un rapport constant et absolu entre un son et une signification, postulant la possibilité d'une langue universelle, donnée une fois pour toutes. À l'époque moderne, ce questionnement devait tout naturellement être relayé par la poésie, surtout dans les recherches autour de la métaphore et de l'image poétique (Francis Ponge, entre autres, qui analyse et interprète les choses sous l'angle du mimétisme) ou encore dans l'œuvre de Raymond Roussel[3]. On en trouve plus récemment la manifestation dans la poésie phonique, qui demeure cependant une expérimentation ludique et marginale en poésie.

Quoique cela apparaisse de façon on ne peut plus aléatoire, le sonnet des Voyelles de Rimbaud établit un lien entre son et signification. Ainsi donc, il associe librement une couleur à chaque voyelle : « A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu, : voyelles, / Je dirai quelque jour vos naissances latentes ». On cite également à ce propos Le Dur Désir de durer de Paul Éluard, titre d'un recueil dans lequel la consonne « d » produit manifestement une impression de dureté, alors que dans le vers de Verlaine: « De la douceur, de la douceur, de la douceur », elle produit l'effet opposé. Comme on peut le voir, même à l'intérieur du champ poétique, ce rapport n'est pas constant. En effet, la signification des sons est étroitement liée à d'autres facteurs (contexte, sens lexical, etc.) et ne saurait par conséquent être fixée de façon immuable. On peut également citer à ce sujet le vers de l'Andromaque de Racine: « Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes » dans lequel la consonne « s » reproduit le sifflement caractéristique des reptiles évoquant la menace.

Quoi qu'il en soit, on peut dire que le cratylisme correspond au vieux rêve idéaliste de faire concorder la langue et le réel, menant à la création d'une langue à la fois naturelle et universelle, c'est-à-dire capable de remonter aux sources du mythe d'une humanité une et unie. On retrouve par exemple cette notion chez Saint-John Perse[4].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Voir Ferdinand de Saussure, Cours de linguistique générale, éditions Payot, (1913)1995
  2. In Platon, Garnier-Flammarion, Paris, 1967, traduction, notices et notes d'Émile Cambry
  3. Voir Raymond Roussel, Comment j'ai écrit certains de mes livres, NRF, Paris, 1935
  4. In Saint-John Perse, Vents, éditions Gallimard, Paris, 1946

Sur les autres projets Wikimedia :