Cran-Gevrier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cran-Gevrier
Cran-Gevrier_chorus
Cran-Gevrier_chorus
Blason de Cran-Gevrier
Blason
Logo
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Haute-Savoie
Arrondissement Arrondissement d'Annecy
Canton Canton de Seynod
Intercommunalité Communauté de l'agglomération d'Annecy
Maire
Mandat
Jean Boutry (PS)
2014-2020
Code postal 74960
Code commune 74093
Démographie
Gentilé Cran-Gevriens / Cran-gevriennes
Population
municipale
17 358 hab. (2011)
Densité 3 616 hab./km2
Population
aire urbaine
139 693 hab.
Géographie
Coordonnées 45° 54′ 35″ N 6° 06′ 38″ E / 45.909667, 6.11066745° 54′ 35″ Nord 6° 06′ 38″ Est / 45.909667, 6.110667  
Altitude Min. 396 m – Max. 528 m
Superficie 4,8 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte administrative de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Cran-Gevrier

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

Voir sur la carte topographique de la Haute-Savoie
City locator 14.svg
Cran-Gevrier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cran-Gevrier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cran-Gevrier
Liens
Site web http://www.ville-crangevrier.fr

Cran-Gevrier est une commune française, située dans le département de la Haute-Savoie dans la banlieue d'Annecy en région Rhône-Alpes.

Ses habitants sont les Gévriens et Gévriennes. Ils sont également appelés les Cran-gevriens et Cran-gevriennes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Cran-Gevrier se trouve en France dans le département de la Haute-Savoie, à l'ouest d'Annecy. La commune se situe au sein des Alpes. Une partie de la ville se trouve sur une colline (colline de Gevrier). Le hameau de Cran se trouvait au niveau du Thiou.

Communes Limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Cran-Gevrier
Poisy Meythet
Cran-Gevrier Annecy
Chavanod Seynod

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 480 hectares, elle est située à 477 mètres d'altitude.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par trois cours d'eau :

  • La rivière Le Thiou, longue de 3,5 km, est la plus petite rivière de France, elle permet au lac d'Annecy de se déverser dans le Fier
  • Le ruisseau des trois fontaines (ou Isernon) affluent du Thiou qui fait 7,7 km
  • Le Ruisseau de l'Herbe long de 2,9 km

Le Torrent le Fier délimite le territoire de la commune de Cran-Gevrier de ceux de Meythet et Poisy.

Le résultat des analyses du contrôle sanitaire des eaux destinées à la consommation humaine effectué par le ministère chargé de la santé juge l'eau d'alimentation conforme aux exigences de qualité en vigueur pour l'ensemble des paramètres mesurés (19-05-2014)

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat y est de type montagnard en raison de la présence du Massif alpin.

Ville Ensoleillement Pluie Neige Orage Brouillard
Paris 1 797 h/an 642 mm/an 15 j/an 19 j/an 13 j/an
Nice 2 694 h/an 767 mm/an 1 j/an 31 j/an 1 j/an
Strasbourg 1 637 h/an 610 mm/an 30 j/an 29 j/an 65 j/an
Cran-Gevrier 1942 h/an 920 mm/an 10 j/an 32 j/an 25 j/an
Moyenne nationale 1 973 h/an 770 mm/an 14 j/an 22 j/an 40 j/an

Voici un aperçu dans le tableau ci-dessous pour l'année 2007 :

Mois J F M A M J J A S O N D Année
Températures (sous abri, normales) °C
Précipitations (hauteur moyenne en mm)
Source: Météo France et Météociel[1]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Cran-Gevrier est traversée par plusieurs voies importantes au niveau communal et départemental :

  • L'A41 (autoroute Grenoble-Genève) et l'échangeur sud d'Annecy (1987) sont présents sur la commune. Cet échangeur qui enregistre les plus gros trafics des échangeurs autoroutiers d'Annecy (environ 17000 véhicules par jour) est directement relié à la voie rapide de Poisy. Longueur de 4,5 km entre la sortie Annecy-Centre vers Seynod et la sortie Metz Tessy aéroport. Elle est à 1/4 en 2X2 voies et 2X3 voies et aux 3/4 en 2X1 voies. Elle permet de relier la RD 1201 de Chambéry à la RD 1508 de Bourg-en-Bresse en proposant un accès à l'A41 dans sa partie urbaine.
  • Boulevard ouest : appelé aussi rocade d'Annecy, elle relie la voie rapide de Poisy au centre d'Annecy. D'une longueur d'environ 1,2 km, elle est en bonne partie configurée en route à 2X3 voies.
Pistes cyclables[modifier | modifier le code]
Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

La ligne Aix-Les-Bains - Annemasse passe sur le territoire de la commune en longeant le Thiou puis le Fier, mais Cran-Gevrier ne possède aucune gare. Les voyageurs doivent se rendre à la gare d'Annecy.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Les lignes de la SIBRA (Société Intercommunal des Bus de la Région Annécienne) traversent la commune. Parmi elles et parmi les plus importantes, nous retrouvons les lignes :

  • 3 : Chavanod/Altais → Cran → Annecy centre → NHRA (Nouvel Hôpital Régional d'Annecy)
  • 5 : Seynod/Polynome → colline de Gevrier → Annecy centre → Annecy Novel
  • 8 : Seynod → Cran/Beauregard → Cran/Mairie → Quartiers nord Annecy (Rulland/Stade)
  • 1 : Poisy → Meythet → Cran/Mairie → Annecy centre → Annecy Le Vieux → Parc Glaisins
Transports aériens[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'agglomération d'Annecy ; elle est donc rattachée à l'aéroport d'Annecy - Meythet.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Le plan local d’urbanisme passe aujourd’hui aux travaux pratiques, avec la définition, quartier par quartier, des futures règles d’urbanisme :

Engagé depuis deux ans, ce projet a permis de dresser un diagnostic de la commune, d’élaborer ensuite un projet d’aménagement et de développement durable. Il présente les grands secteurs à projets : le site des Papeteries, les quartiers du Vallon et du Pont neuf promis à la rénovation urbaine et la zone des Iles. Il propose aussi des évolutions pour les autres quartiers, et c’est l’ensemble de ces choix qu’il faut maintenant traduire en règles d’urbanisme, tout en concertant les habitants.

Plan local d’urbanisme (PLU) 2009-2024[modifier | modifier le code]

La ville a engagé depuis 2009 la révision de son plan d’occupation des sols (POS) en plan local d’urbanisme (PLU)[2],[3].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Cran-Gevrier est une mosaïque de quartiers différents ayant leur propre identité et leur propre histoire. En effet, même si le quartier n'est pas très grand (environ 480 hectares), les voies de communications ont créé des différences de fonctionnement et de développement entre les quartiers. Les quartiers sont les suivants :

  • Chorus/Le centre-ville : c'est le cœur de la ville. Il regroupe la mairie, une école élémentaire et maternelle et des commerces. En 1989, le site n'était encore qu'une friche industrielle. Aujourd'hui (en 2008), le quartier « Chorus » est entièrement neuf et de nouveaux dispositifs y ont vu le jour, comme la médiathèque intercommunale.
  • Le Vernay : juxtaposant le quartier Chorus, c'est un quartier surtout résidentiel mélangeant les maisons individuelles au grand ensemble du Vernay. Dans le quartier, nous retrouvons aussi le grand complexe sportif et une école primaire/maternelle.
  • Beauregard : c'est le premier quartier que l'on rencontre lorsque l'on quitte Chorus et donc la plaine de Cran. En montant sur la colline de Gevrier, on passe à côté des grands ensembles, appelés communément "Tours de Cran" pour arriver au Collège Beauregard, collège de la ville et de l'agglomération. Le quartier est donc surtout représenté par ses logements HLM (plus grand quartier avec le Jourdil) et par ses logements plus maisons individuelles.
  • Le Vallon : le quartier du Vallon est le quartier encore plus haut lorsque l'on monte la colline et que l'on a traversé Beauregard. La particularité du Vallon est de regrouper dans un même lieu des logements type appartement, une école élémentaire/maternelle et beaucoup de commerces sur la place de l'Étale.
  • Le Jourdil : c'est le deuxième grand ensemble de la ville après les tours de Beauregard. Construit en 1973/1974 pour faire face aux besoins croissants d'habitation, le quartier est surtout représenté par ses barres et ses tours. C'est essentiellement un quartier résidentiel.
  • Renoir : le quartier Renoir a vu le jour beaucoup plus tard, entre 1985 et 1995. C'est un quartier résidentiel et commercial accueillant aussi la salle de spectacle Renoir. Après les grands ensembles des années 1970/1980, c'est un quartier qui fait la part belle à la verdure tout en essayant au maximum de juxtaposer les types de logement (maisons individuelles, immeubles, HLM).
  • Carillons/Verts prés : le quartier des Carillons et des Prés Verts est situé de l'autre côté de la voie rapide de contournement. Ce quartier est très proche et touche la ville voisine de Seynod. C'est un quartier essentiellement résidentiel pour les Prés Verts et plutôt commercial pour les Carillons avec des bureaux de tabac, cafés et une boulangerie. Le quartier étant très excentré du centre-ville de Cran, les populations se sentent beaucoup plus proches de Seynod ou d'Annecy (centres-villes à 2 km) plutôt que de Cran-Gevrier (centre-ville à 3/4km).
  • Sous Aléry : c'est le quartier le plus ancien puisque ses maisons datent des années 1940/50. C'est un quartier résidentiel très calme avec quelques commerces (boulangerie, boucherie, pharmacie). Comme le quartier des Carillons/Prés Verts, les habitants vivent surtout avec Annecy toute proche (même pas 1 km) qu'avec Cran-Gevrier (la mairie étant à 2,5 km /3 km).

Logement[modifier | modifier le code]

Plus de cinq cents logements nouveaux ont été construits de l'an 2000 à 2005 en cinq ans.

Projets d'aménagements[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

La ville est issue de deux hameaux : Cran et Gevrier.

Il existe deux origines possibles pour chacun de ces noms :

  • Cran qui signifie « entaille » (permettait l'établissement d'une route entre Boutae (Annecy) et Aquae (Aix-les-Bains), ou entre deux eaux (entre le Thiou et le Fier).
  • Gevrier, le hameau le plus ancien, tire son nom soit de la villa Grabriaccus, soit du mot "guivre", nom d'un serpent mythique dont le rôle dans les contes est de garder les trésors (on trouve un serpent enroulé autour d'une épée sur le blason des seigneurs d'Aléry).

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Cran-Gevrier

Les armes de Cran-Gevrier se blasonnent ainsi : Parti ; au premier de gueules aux trois losanges d'argent posées et rangées en bande,au chef du même chargé de deux barres de sable, au second d'argent à la roue dentée de huit pièces et de quatre rais posés en sautoir, soutenue d'une tierce ondée, le tout de sable, au chef de gueules chargé d'une croix du champ.

On peut reconnaitre une symbolique à certains éléments du blason de Cran : la roue dentée et la tierce ondée pour les activités industrielles sur le Thiou comme les forges ou la papeterie ; la croix d'argent sur gueules, armes de la Savoie.

Préhistoire et époque gallo-romaine[modifier | modifier le code]

Les Romains furent les premiers à s'installer sur la colline. Une villa romaine et un théâtre y auraient été construits.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Politiquement, Cran Gevrier est une ville qui vote à droite aux élections nationales mais qui vote à gauche lors des scrutins locaux comme aux dernières municipales en 2008.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal de Cran-Gevrier est composé d'un maire et de 33 conseillers municipaux. Parmi ces conseillers municipaux, on dénombre 9 maires-adjoints.

Cran-Gevrier a été l'une des premières villes de France à se doter, en 1989, d'un conseil municipal des jeunes (CMJ).

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1983 2003 Jacques Poulet PS
2003 2008 Jean Boutry PS
2008 en cours Jean Boutry Union de la gauche-PS
Les données manquantes sont à compléter.

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Le sommet de la colline de Gevrier est classé réserve naturelle.

Jumelage et Partenariats[modifier | modifier le code]

  • Cran-Gevrier est jumelé avec Piossasco, ville du Piémont située à quelques kilomètres au sud-ouest de Turin (Italie). Ce jumelage existe depuis le 5-6 mai 1991[4].
  • Cran-Gevrier a des relations de coopération privilégiées avec la ville de Trenčín en Slovaquie depuis 1993. Un festival du cinéma slovaque (à Cran-Gevrier) et français (à Trenčín) est organisé dans chacune des deux villes chaque année.
  • En mars 2010, le jumelage avec la ville de Bathgate, en Écosse a été signé[5]. Cette ville, de taille similaire, est située à environ 20 minutes en voiture à l'ouest de l'aéroport d'Edimbourg dans le sud du pays.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 17 358 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1822 1838 1848 1858 1861 1866
251 323 219 413 552 685 909 900 828
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
836 879 849 887 1 023 1 214 1 310 1 454 1 619
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
1 752 2 286 3 119 3 604 4 681 5 300 6 903 8 155 12 384
1982 1990 1999 2006 2011 - - - -
14 388 15 566 16 464 16 811 17 358 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


Évolution de la pyramide des âges de la ville de Cran-Gevrier, comparaison entre l'année 1999 et 1982[8] :

Pyramide des âges en 1999 en nbre d'individus.
Hommes Classe d’âge Femmes
248 
75 à plus
487 
841 
60 à 74
1 009 
2 138 
40 à 59
2 332 
2 656 
20 à 39
2 517 
2 140 
0 à 19
2 074 
Pyramide des âges en 1982 en nbre d'individus.
Hommes Classe d’âge Femmes
149 
75 à plus
298 
418 
60 à 74
556 
1 497 
40 à 59
1 437 
2 527 
20 à 39
2 646 
2 458 
0 à 19
2 366 

Le nombre total de ménages à Cran-Gevrier est de 6 829. Ces ménages ne sont pas tous égaux en nombre d'individus. Certains de ces ménages comportent une personne, d'autres deux, trois, quatre, cinq voire plus de six personnes. Voici ci-dessous, les données en pourcentage de la répartition de ces ménages par rapport au nombre total de ménages.

Les Ménages

Ménages de : 1 personne 2 pers. 3 pers. 4 pers. 5 pers. 6 pers. ou +
Cran-Gevrier 32,4 % 29,2 % 16,8 % 14,2 % 5,2 % 2,2 %
Moyenne Nationale 31 % 31,1 % 16,2 % 13,8 % 5,5 % 2,4 %
Sources des données : INSEE[9]

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • Le lycée Charles Baudelaire (anciennement appelé 4e lycée) est le lycée d'enseignement public le plus récent de l'agglomération annécienne.
  • Le Lycée Professionnel Les Carillons : Métiers du Tertiaire
  • Le Collège Beauregard

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Festival du film social « La Nuit de la colère » (18ème édition en juin 2010).
  • Le festival des Arts Nomades (4ème édition, du 1er au 04 juillet 2014) : spectacles gratuits en plein air.
  • Les Rencontres du cinéma Slovaque et d'Europe Centrale (9ème édition, 22 au 26 novembre 2013)

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

  • Le club Cran-Gevrier VTT accueille chaque année une manche de la coupe Rhône-Alpes (12ème édition le 19 mai 2013)

Médias[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean-Jacques Grünenwald (1911-1982), architecte, organiste à Saint-Sulpice (Paris), compositeur, est né à Cran-Gevrier.
  • Paul Cabaud (1817-1895), peintre, lithographe, élève de Prosper Dunant, demeura au Pont-neuf rue de l'Isernon à Cran Gevrier, est né à Cran-Gevrier.
  • Ernest Dusaugey (1871-1951), ingénieur civil, major de l'école des Mines. Il a travaillé sur la réalisation du barrage du Lac du Sautet, il a installé les première lignes électriques triphasées à 15000 V., et fut le premier a installé des lignes electriques en cables aluminium-acier (il délaissera le cuivre). Il est né à Cran-Gevrier.
  • Georges Volland (1908-1972), Maire d'Annecy de 1947 à 1953, est né à Cran-Gevrier.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Le taux de chômage, en 1999, pour la commune s'élève à 11 %[10], avec un nombre total de 948 chômeurs. Le taux d'activité entre 20 et 59 ans s'établit à 87 % ce qui est supérieur à la moyenne nationale qui est de 82,2 %. On comptait 52,2 % d'actifs contre 13,9 % de retraités dont le nombre est inférieur à la moyenne nationale (18,2 %). Il y avait 23,9 % de jeunes scolarisés et 10 % de personnes sans activité[10].

Répartition des emplois par domaine d'activité

  Agriculteurs Artisans, commerçants, chefs d'entreprise Cadres, professions intellectuelles Professions intermédiaires Employés Ouvriers
Cran-Gevrier 0 % 5,6 % 6,9 % 22,7 % 31,3 % 33,6 %
Moyenne nationale 2,4 % 6,4 % 12,1 % 22,1 % 29,9 % 27,1 %
Sources des données : INSEE[11]

Entreprises de l'agglomération[modifier | modifier le code]

Le nombre d'entreprises et d'établissements total est de 854. Cran-Gevrier a atteint un nombre de 108 créations d'entreprises pour l'année 2004. Elle se situe ainsi au 435e rang national. On peut dénombrer principalement treize types d'établissements[12]. Les établissements de l'industrie agricole et alimentaire représentent 2,5 % du nombre total d'entreprises avec un nombre de vingt et un établissements, les industries des biens de consommation représentent 3,4 % avec vingt-neuf établissements, les industries des biens d'équipement une part de 3,7 % avec trente deux entreprises, l'industrie des biens intermédiaires comporte trente deux entreprises soit 3,7 %, l'énergie s'élève à 0,4 % avec ses trois entreprises, la construction avec ses cent quarante sept entreprises représente 17,2 %, le commerce représente pas moins de 24,9 % du nombre total d'entreprises avec deux cent treize établissements, le transport comprend vingt et un établissements soit 2,5 %, les activités immobilières totalisent vingt cinq entreprises soit 2,9 %, les services aux entreprises représentent 19,3 % avec cent soixante cinq établissements, les services aux particuliers comprennent quatre-vingt-quatorze entreprises soit 11 % et enfin pour ce qui touche au dernier type d'établissement à savoir l'éducation, la santé et l'action sociale on dénombre soixante et onze entreprises soit 8,3 % du nombre d'établissements total[12].

La papeterie Aussedat a été longtemps la plus grosse entreprise de la commune. Elle a fermé en 2006. On note aussi L'entreprise Ceccon frères.

Commerce[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le Thiou à Cran-Gevrier.
  • Château d'Aléry[13]
  • Chapelle de Gevrier. Originellement construite sur les ruines d'une église romane du XIe siècle, c'est le plus ancien monument religieux du bassin annécien. Suite à la rénovation de 1933, elle fut dédiée à « Notre-Dame de la Salette ». La nef fut déconstruite en 1961. Désaffectée en 1974, elle a été rénovée en 2010.
  • Église du Pont-Neuf, construite en 1936 par Monseigneur du Bois de la Villerabel, près de l'emplacement de l'ancienne chapelle de Saint-Étienne de Gevrier. Les vitraux sont en verre américain irisé.
  • Église du Sacré-Cœur de Mosinges, un exemple d'art sacré de Vatican II.
  • Église de l'Annonciation au Vallon, construite en art néo-gothique, dans les années 1970. Sa cloche fondue par la fonderie Paccard en 1911 vient de l'ancienne église des Forges.
  • Église de Sainte Geneviève des Bressis, construite en 1964.
  • Statue de Saint-Joseph sur un piédestal dominant le quartier de Sous-Aléry. Elle y a été installée le 15 août 1875 sur une petite butte. Elle avait été financée par une souscription privée lancée par deux chanoines (Charvillon et Delemières).
  • Grotte de Notre-Dame de Lourdes, près du collège Beauregard, construite car le quartier avait été protégé lors du bombardement du 11 novembre 1943 qui avait fait 11 morts dans le quartier d'à côté.

Espaces verts/fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune de Cran-Gevrier bénéficie du label « ville fleurie » avec « 2 fleurs » attribuées par le Conseil national des villes et villages fleuris de France au concours des villes et villages fleuris[14].

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

La Turbine est un espace culturel réunissant dans un même lieu une médiathèque, un cinéma classé art et essai ainsi que le CCSTI de la Haute-Savoie. Il est situé au centre de la ville de Cran-Gevrier et a ouvert ses portes en décembre 2004. Le CCSTI est un espace ludique et interactif de 1 000 m².

Vie militaire[modifier | modifier le code]

Unité militaire en garnison à Cran-Gevrier:

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Base de données météo et observations temps réelle par Méteociel et Météo France
  2. [PDF] -Dossier du magazine municipal Cran Ma ville n° 98 Mars - Avril - Mai 2011
  3. Site internet de la ville de Cran-Gevrier
  4. Site officiel de la commune de Cran-Gevrier
  5. Site officiel de la commune de Cran-Gevrier
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  8. Recensement de l'INSEE en 1999 - Population totale par sexe et âge
  9. Données démographiques cités par le l'JDN
  10. a et b Données INSEE cités par le JDN - Emploi
  11. Données démographiques d'après l'INSEE citées par le JDN
  12. a et b Indices de l'INSEE et synthétisées sur le JDN
  13. Christian Regat et François Aubert, Châteaux de Haute-Savoie : Chablais, Faucigny, Genevois, Cabèdita,‎ 1999, 193 p. (ISBN 978-2-8829-5117-5), p. 60-63.
  14. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « ‪Concours des villes et villages fleuris‬ » (consulté le 20 juillet 2014).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :