Cramoisi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cramoisi (homonymie).

Cramoisi

Composante
RVB (r, v, b) (220, 20, 60)
Triplet hexa. DC143C
CMJN (c, m, j, n) (0 %, 91 %, 73 %, 14 %)
TSL (t, s, l) (348°, 83 %, 47 %)

Le cramoisi est un colorant correspondant à une couleur rose foncé éclatant, tirant sur le rouge car combiné avec du violet, ce qui le rend proche du pourpre.

À l'origine, il provient de la teinture obtenue des corps séchés d'un insecte, la cochenille du chêne kermès, d'où le nom de « kermésy », devenu « cramoisi » par altération. Cette cochenille étant rare et difficile à récolter en quantité, on lui préféra une espèce voisine, hôte des cactus d'Amérique. Par conséquent, le rouge cochenille est synonyme de cramoisi.

Le composé chimique responsable de la couleur est l'acide carminique. En alimentation, le colorant alimentaire obtenu à base de cochenille est le "E120".

Il est difficile de donner une valeur RVB précise : de nombreuses sources donnent #DC143C[1], mais on trouve d'autres valeurs[2].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le mot « cramoisi »[3] est attesté dès 1315 et référait à un tissu de couleur rouge foncé. Ce mot existait antérieurement sous les formes quermesi, cremosi[4] (cf. les equivalents en italien)[5] ou crémoisi.

En anglais, cramoisy, tombé en désuétude, est un emprunt du français. Quant à crimson[6], il est attesté dès 1416 et provient des formes antérieures cremesin et crymysyn, adaptées du vieil espagnol cremesin qui signifiait « relatif au kermès », adapté lui-même du latin médiéval cremesinus pour kermesinus ou carmesinus, c’est-à-dire le pigment de la cochenille Coccus ilicis, quirmiz en arabe (et en persan), dérivant lui-même du sanskrit krmi-ja (de krmih « ver » et ja « produit ») signifiant « pigment rouge produit par un ver ». C'est un mot apparenté au latin vermis (ver) qui a donné worm en anglais.

Le latin médiéval carmesinus (et sa forme contractée carminus) a également pour dérivé carminium qui a donné carmin en français (carmine[7] en anglais). Des mêmes sources viennent les dérivés de l'Europe de l'Est, entre autres čruminu, et en russe čermnyj (rouge).

Les mots carmin et cramoisi ont donc la même origine étymologique.

La production[modifier | modifier le code]

La cochenille qui produit le carmin se reproduit naturellement sur les figuiers de Barbarie des régions andines désertiques.

Le Pérou, premier fournisseur de carmin de cochenille, assure 80 % de la production mondiale, dont 60 % sous forme d'insectes et 40 % sous forme de cochenille[8]. La cochenille y est récoltée sur les figuiers de Barbarie et transportées dans les usines d’extraction du colorant à proximité des zones de production. Les insectes recueillis à la main sont séchés au soleil avant d'être vendus aux transformateurs de carmin à Lima. La poudre de carmin est produite par séchage de la précipitation d’un filtrat obtenu en ébouillantant les insectes femelles desséchées pour ensuite filtrer le résidu avant de passer à la précipitation, au lavage et au séchage du produit final.

La vente de ce colorant utilisé en alimentation, confiserie et pour la fabrication de médicaments ou de produits de beauté a été dopée par les interdictions de certains colorants de synthèse et la demande du public pour des produits plus « naturels ».

Les producteurs ne touchent actuellement que 10 % environ des revenus provenant de la transformation de la cochenille. Les intermédiaires et les producteurs de colorants ont la marge bénéficiaire la plus importante.

En 2005, environ 50 000 personnes assuraient la récolte et la transformation au Pérou[8].

L'Instituto de Investigación Tecnológica Industrial y de Normas Técnicas (ITINTEC) au Pérou, et l'Université Simon Fraser cherchent à doubler ou tripler le rendement de l’extraction.

Applications[modifier | modifier le code]

Applications historiques[modifier | modifier le code]

Ce pigment était autrefois très prisé, aussi bien en Amérique qu'en Europe. Il était utilisé en peinture par Michel-Ange, ainsi que pour les uniformes des hussards, des soldats turcs et britanniques et de la Gendarmerie royale du Canada.

Le cramoisi est la couleur associé aux sciences médicales pour les robes universitaires françaises, les médecins militaires de l'école de santé des armées quant à eux ne portent pas des galons de couleur cramoisi comme on pourrait le penser mais de couleur amarante.

Sens symbolique[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. Par exemple Webzinemaker
  2. Pourpre.com donne #960018
  3. Le Trésor de la Langue Française informatisé : cramoisi
  4. Le devisement du monde par Marco Polo : cremosi
  5. Dictionnaire portatif et de prononciation italien-français : cremosi
  6. (en) Online Etymology Dictionary : crimson
  7. (en) Online Etymology Dictionary : carmine
  8. a et b CRDI, « L'extraction du carmin de cochenille »,‎ 30 janvier 1998 (consulté le 16 juillet 2013)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Annie Mollard-Desfour, Dictionnaire des mots et expressions de couleur. Le Rouge, Paris, CNRS Éditions, 2000, ou Le Rouge. Mots et expressions d'aujourd'hui. XXe-XXIe siècles, CNRS Éditions, 2009 [Préface de S. Rykiel]

Articles connexes[modifier | modifier le code]