Créteil Soleil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fairytale bookmark silver light.png Vous lisez un « bon article ».
Créteil Soleil
Logo du centre commercial.

L'une des entrées du centre commercial régional de Créteil depuis la rénovation de 1999-2000.
L'une des entrées du centre commercial régional de Créteil depuis la rénovation de 1999-2000.
Pays Drapeau de la France France
Emplacement Créteil, dans le Val-de-Marne
Coordonnées 48° 46′ 48″ N 2° 27′ 25″ E / 48.78, 2.45748° 46′ 48″ Nord 2° 27′ 25″ Est / 48.78, 2.457  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Créteil Soleil
Propriétaire Syndicat de copropriétaires
Date d'ouverture 10 septembre 1974[1]
Fréquentation annuelle Plus de 15 millions
Superficie commerciale 124 100 m2
Nombre de niveaux 3
Nombre de commerces Plus de 200
Capacité du parking 5 300
Site web www.club-onlyou.com/Creteil-Soleil

Créteil Soleil est un centre commercial français situé à Créteil, dans le Val-de-Marne, en Île-de-France. Ouvert le 10 septembre 1974, il a été construit dans le cadre du programme urbain appelé Nouveau Créteil[2] puis rénové au début des années 2000. Désormais doté d'une superficie commerciale de 124 000 m2 répartie sur trois niveaux, il abrite plus de 200 commerces autour d'un hypermarché Carrefour. Le centre commercial Créteil Soleil a reçu 18 millions de visiteurs en 2013, ce qui en fait le sixième centre le plus fréquenté de France [3].

Bien desservi par les transports en commun, notamment le métro parisien, Créteil Soleil attire plus de 25 millions de visiteurs par an. Il génère un chiffre d'affaires approchant les 200 millions d'euros à l'origine de près de 3 000 emplois. Aussi, le centre commercial est parmi les plus importants en Europe[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Construction et ouverture[modifier | modifier le code]

Emplacement de Créteil en région parisienne.

La plupart des grands centres commerciaux de la région parisienne ont ouvert dans les années 1970 : Belle Épine en 1971, Vélizy 2 en 1972, Rosny 2 en 1973 et Parinor en 1974, seuls les Quatre Temps n'apparaissant que plus tard, en 1981[5].

Créteil-Soleil est créé dans les années 1970 sur des terrains ayant été déclaré d'intérêt public[6]. Le centre commercial, comme les quartiers de l'Échat et de la Croix-des-Mèches, la Préfecture et l'Université Paris XII, fait partie de la première phase du programme d'urbanisme Nouveau Créteil. Dirigé par Pierre Dufau, ce plan d'urbanisme s'organise autour de quartiers monofonctionnels, sur le modèle des villes nouvelles anglaises[7]. Le centre commercial est inauguré la même année que l'hôtel de ville de Créteil[8].

Comme deux autres des onze centres commerciaux créés en banlieue parisienne entre 1969 et 1987, Créteil Soleil est développé par Ségécé[9], filiale de Klépierre, société foncière cotée du groupe BNP Paribas[10].

Développement[modifier | modifier le code]

Courant 1989, la Fnac y ouvre un magasin de 2 616 mètres carrés, dont 1 717 de surface commerciale. PDG à l'époque, Jean-Louis Pétriat précise à cette occasion que l'enseigne entend « encercler Paris en matière culturelle ». De fait, installé au cœur du centre commercial, le nouveau point de vente regroupe les quatre secteurs d'activité que sont les livres, les disques, les photos et l'électronique grand public. En ce sens, il ne constitue que la deuxième déclinaison d'un nouveau concept inauguré par l'enseigne à Parly en mars 1988 et qui doit l'être à nouveau au CNIT de La Défense en septembre 1989[11].

En 1990, Créteil Soleil est le troisième centre commercial français de par son chiffre d'affaires de 3 298 millions de francs. Il est alors devancé par Vélizy 2 et Les Quatre Temps[12].

En 1991, le centre est racheté par Klépierre[9].

En 1997, il est classé en première position des centres commerciaux européens triés selon leur superficie. Crédité de 140 000 m2 de surface, il partage cette première place avec le MetroCentre de Gateshead, au Royaume-Uni, mais aussi avec Marseille Grand Littoral, dans les Bouches-du-Rhône[13].

Rénovation et relance[modifier | modifier le code]

Depuis sa création, Créteil Soleil n'a pas connu de rénovation importante. Le centre compte alors 200 commerces et 112 000 m2 de surface commerciale utile. La restauration des visiteurs est un point faible[10].

Aussi, fin 1997, la CDEC du Val-de-Marne donne son accord pour une extension de 2 000 m2 de la surface de vente et pour la création de 4 000 m2 de boutiques à la place des restaurants, qui seront regroupés et transférés au troisième niveau. Il s'agit également de rajeunir une architecture vieillissante, notamment en créant une grande entrée à la forme arrondie débouchant sur une nef conduisant à une rotonde centrale. Il est également question d'améliorer les voies d'accès, d'agrandir le parking de 500 places et de planter un grand nombre d'arbres. L'achèvement du chantier est alors prévue pour l'an 2000, sans plus de précision[14].

Début 1999, une dépêche qui paraît dans l'édition du Monde datée du 12 janvier indique que 30,5 millions d'euros vont être investis dans la rénovation du centre commercial afin de renforcer ses liens avec la ville et d'augmenter sa fréquentation alors que cette dernière atteint déjà 20 millions de visiteurs par an. La fin du chantier entamé en janvier est alors annoncée pour l'automne 2000[15].

Durant l'été précédent, en juin, l'échéance semble toujours réaliste, et la fin des travaux est désormais planifiée pour la mi-octobre, précisément. On estime alors qu'ils auront nécessité, une fois menés à leur terme, un investissement total de 290 millions de francs de la part de la Ségécé. En contre-partie, le promoteur a signé avec la ville de Créteil un protocole d'accord prévoyant le traitement paysager des espaces qui se trouvent sur les côtés et à l'arrière du bâtiment, mais aussi des arrêts de bus et des passages publics[16].

Durant cette phase de rénovation concomitante de celles des Les Quatre Temps et de Part-Dieu[17], Ségécé inaugure une galette de 12 000 m2 posée sur le toit du centre afin d'apporter une meilleure visibilité à l'intérieur grâce à la création de trémies, entre autres choses[18].

Finalement, la rénovation aura coûté 44 millions de francs aux copropriétaires que sont Klépierre, la Caisse des dépôts et consignations, Carrefour, BHV et C&A. L'extension aura quant à elle demandé un investissement de 277 millions de francs de la part de Klépierre et de la CDC[19].

Fin 2001, le magasin Marks & Spencer est repris par les Galeries Lafayette, qui rachète d'autres points de vente sous cette enseigne ailleurs en France[20].

D'après le Quid 2003, la surface de vente était de 110 000 m2 au début des années 2000[21].

Durant l'année 2003, Klépierre vend 11,24 % de sa filiale Solorec, propriétaire du centre. Puis, quelques mois plus tard, en février 2004, elle cède à nouveau quelques titres, en l'occurrence 8,76 % à CNP Assurances. Elle ramène ainsi sa participation dans l'entreprise à 80 %. La plus-value de la deuxième opération s'élève à 5 millions d'euros[22],[23].

En 2005, le centre commercial dispose de 217 emplacements commerciaux[9]. En 2006, ils sont désormais 233[24].

En 2012, Créteil Soleil redevient troisième centre commercial de France, derrière Les Quatre Temps à La Défense (Hauts-de-Seine) et Vélizy 2 (Yvelines)[25].

Caractéristiques physiques[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

L'immeuble Le Pascal, qui sépare le centre commercial de la ligne 8 du métro de Paris.

Créteil est la ville de l'est parisien la mieux desservie par les voies de communication : elle est traversée par les autoroutes A4 et A86 ainsi que par de nombreux transports en commun tels que le Trans-Val-de-Marne, une ligne de bus qui traverse le département. En plus de nombreux chemins piétonniers convergeant vers lui, le centre commercial Créteil Soleil bénéficie de cette accessibilité générale qui le place à une quarantaine de minutes du centre de Paris via la ligne 8 du métro[19] qui le dessert à la station Créteil - Préfecture. De fait, il fut inauguré durant l'année pendant laquelle cette ligne fut prolongée jusqu'au centre-ville de la commune[8].

Immeuble Le Pascal à Créteil

Il en est séparé par une série de bâtiments tels que l'immeuble Le Pascal, dans lequel on trouve le greffe du tribunal de commerce de Créteil[26].

Architecture[modifier | modifier le code]

Bâti sur un terrain de plus de 13,5 hectares[27], le centre commercial est de facture classique car logé dans un bâtiment rectangulaire. L'un de ses côtés est bordé par un parking sur trois niveaux[19] qui propose 5 300 places de stationnement pour 124 100 m2 de boutiques.

À l'occasion de la rénovation de 1999-2000, les flux de véhicules et de piétons ont été repensés. La traversée piétonne du métro vers la Cité administrative a connu une végétalisation et a été retraitée pour plus de confort et de clarté. Les abords du centre ont par ailleurs été rénovés[10].

À l'exception des portes d'entrée, le centre ne disposait pas d'ouverture sur l'extérieur jusqu'à sa rénovation[19]. Depuis la rénovation, elle compte des verrières au plafond et une entrée plus majestueuse : une arche prolongée d'une nef de verre.

Aménagement intérieur[modifier | modifier le code]

Les escaliers mécaniques à l'intérieur du centre.

En 2005, le centre commercial compte un total de 130 063 m2 de surface commerciale utile et de 73 036 m2 de surface de vente[9]. Outre un hypermarché Carrefour de plus de 15 000 m2, plus de deux cents enseignes occupent les galeries marchandes.

S'ils comptent des allées secondaires, les niveaux qui existaient avant la rénovation sont tous deux constitués de deux mails principaux perpendiculaires l'un à l'autre. Au premier étage, ils sont ouverts en leur centre à la façon d'une mezzanine[19].

D'après des observations réalisées en 1998, tant que la densité de personnes circulant dans ces zones est assez faible, autour de 0,2 ou 0,3 personnes par mètre carré, le flux de circulation ne semble pas avoir de forme organisée : les déplacements se font « à vue ». En revanche, quand la densité se fait plus forte, le mouvement se structure : il s'effectue dans le sens des aiguilles d'une montre parallèlement à la ligne centrale des mails. En outre, le flux se fait plus important à côté des vitrines et moins fort au centre des allées[19].

Pour le reste, on a également constaté que la place centrale où convergent les mails est rarement traversée diamétralement. Il s'agit pourtant de l'endroit le plus fréquenté du centre, même aux heures de faible affluence, soit à l'heure du déjeuner et le mercredi après-midi. En outre, les groupes d'au moins trois personnes qui passent par là ne sont que très rarement composés d'adultes[19].

Livré en 2000, le 3e niveau dispose de 12 000 m2 de surface commerciale utile. Il est uniquement réservé aux restaurants, dont le nombre est de seize au départ. Leur terrasse s'étend sous 2 000 m2 de verrières[10].

Sécurité[modifier | modifier le code]

En février 1993, l'État français et la ville de Créteil signent un projet local dont l'un des objectifs est le renforcement de la sécurité dans le centre commercial et sur la base de loisirs voisine[28].

Le 28 mars 2006, les commerçants du centre sont pris de panique et baissent l'ensemble de leurs rideaux alors que des jeunes menacent de renouveler l'attaque perpétrée la semaine précédente dans le cadre de manifestations contre le contrat première embauche[29]. Une cinquantaine au total, les perturbateurs proviennent du lycée Saint-Exupéry. Si finalement aucun dégât n'est commis, onze jeunes sont interpellés à titre préventif[30].

Caractéristiques commerciales[modifier | modifier le code]

Enseignes[modifier | modifier le code]

Commerces[modifier | modifier le code]

Plan du niveau 1 indiquant l'emplacement des grandes enseignes

Au début des années 2000, le droit au bail se négocie autour de 7 millions de francs contre 10 à Parly 2 ou Vélizy 2[31].

Plan du niveau 2 indiquant l'emplacement des grandes enseignes.

En 2013, le centre compte 214 cellules commerciales occupées :

La grande cellule de la partie nord du centre est actuellement inoccupée sur les niveaux 2 et 3. Le niveau 1, vacant pendant six ans, accueille depuis juin 2014 un magasin Primark.

Quelques historiques de magasins :

  • Devred : Le magasin a ouvert le 24 février 2005[33].
  • Carrefour — D'après la DGCCRF, cet hypermarché disposait d'une superficie de 12 447 m2 au moment de la fusion du groupe avec Promodès[34]. Il comptait ensuite en 2005 15 222 m2[32].
  • Cool Cat — L'enseigne s'installe en mars 2006 dans 448 m2[35].
  • Gap — D'une superficie de 1 250 m2, le magasin ouvre en mars 2001 à la suite de l'agrandissement du centre[36].
  • Go Sport — Le magasin actuel est le résultat de la disparition au premier trimestre 2006[37] de l'enseigne Moviesport ouverte courant 2004 dans le centre commercial. Ce commerce disposait pourtant de 450 m2 et était en avance sur son plan de marche à la fin de l'année de son ouverture à Créteil Soleil[38].
  • H&M — Le point de vente actuel est le résultat d'une opération d'extension validée par la CDEC le 22 avril 2005. À la suite de cette décision, l'enseigne a pu procéder au regroupement de deux magasins et gagner 532 m2 de surface de vente pour atteindre finalement 2 100 m2[39]. L'ouverture de la surface originelle date du 28 mars 2001[40].
  • Made in Sport — Le magasin de Créteil Soleil ouvre en avril 1998, soit un mois seulement après le lancement de l'enseigne en France dans le quartier des Halles de Paris[41].
  • Magasin New Look — nouveau concept associant sur la même surface MIM et New Look. Il ouvre en juin 2009.

Restaurants[modifier | modifier le code]

Plan du niveau 3, réservé aux restaurants.

La plupart des restaurants ont été regroupés au niveau 3, un niveau spécialement créé à leur intention en 2000. Les autres espaces de vente de nourriture sont éparpillés aux quatre coins du centre.

En 2013, le centre possède 15 restaurants (dont 14 au niveau 3) offrant de la nourriture de tous horizons, de la restauration rapide aux spécialités régionales ou nationales. Les autres espaces de vente de boisson et nourriture, situés aux niveaux 1 et 2, sont au nombre de 14, dont 4 enseignes Brioche Dorée et 4 enseignes Paul.

Cinéma[modifier | modifier le code]

L'avancement de la destruction du cinéma Artel début mars 2003.

Entre 1976 et 2003, le cinéma Artel accueille les spectateurs. Il est composé de six salles qui ont été rénovées au début des années 1990. Les 1374 fauteuils enregistrent 450 000 à 550 000 entrées annuelles. Ce cinéma ferme le 7 janvier 2003 pour être détruit.

Après dix-huit mois de travaux, un nouveau cinéma est ouvert au même emplacement le 19 juin 2004 : le multiplexe UGC Ciné Cité Créteil. Inauguré le 1er juillet 2004 par le président d'UGC et le député-maire de Créteil Laurent Cathala, il dispose de douze salles entièrement équipées en son Dolby numérique[42]. Réparties sur trois niveaux, elles ont une capacité de 150 à 350 fauteuils et disposent d'écrans pouvant mesurer jusqu'à 17,50 mètres de base. Pourvu d'un café, d'un comptoir vendant des confiseries et d'un restaurant, l'espace d'accueil est quant à lui complètement libre, le contrôle des tickets s'effectuant au fond du hall[43].

Cinéma UGC Ciné Cité à Créteil Soleil

Le 28 juin 2004, peu après l'ouverture, Créteil Soleil devient propriétaire du nouveau cinéma en déboursant 19,4 millions d'euros[22]. L'objectif de fréquentation est fixé autour de 1,2 million de spectateurs par an pour rentabiliser l'investissement initial de 18 millions d'euros. En 2005, les 2866 places ont finalement accueilli plus d'un million de spectateurs. Pratiquement tous les films sont diffusés en version française.

Anciennes enseignes[modifier | modifier le code]

Le centre commercial a fait l'objet de quelques mutations. Tandis que certaines enseignes ont déménagé dans un autre endroit du centre, d'autres ont fermé pour diverses raisons : BHV, Boulanger, Elytis, Kiabi, Marks & Spencer, NoBoys, PC City, Un Tour en mer, Yo! Sushi...

  • BHV — Rénové en 1998 en même temps que celui de Rosny 2[44], le magasin de Créteil Soleil a connu une extension de 875 m2 et atteint 13 725 m2 au total à la suite d'une décision favorable rendue par la commission départementale d'équipement commercial du Val-de-Marne le 7 mai 2004[45]. Il a fermé définitivement ses portes le 12 juillet 2008.
  • Boulanger — Le 22 juin 2011[46], Saturn reprend les locaux de l'ancien BHV situés aux niveaux 2 et 3, pour atteindre plus de 9 000 m2 de surface, laissant le niveau 1 toujours vacant jusqu'en juin 2014. À la suite de la vente de sa division française au groupe HTM, le magasin change de nom le 6 octobre 2011 pour passer sous l'enseigne Boulanger[47]. Il ferme pendant l'été 2013.
  • Kiabi — Fin 2000, ce magasin à inauguré le nouveau concept général de la marque[48] dans un espace de 1 700 m2[49].
  • PC City — Le magasin inauguré à Créteil Soleil en novembre 2002 est annoncé comme le troisième à ouvrir sous cette enseigne en France[50]. Bénéficiant de 2 500 m2 de surface, il s'installe finalement en lieu et place d'un précédent Go Sport après l'ouverture de deux autres points de vente dans le pays[51]. Celui-ci a définitivement fermé en juin 2007 à la suite d'une nouvelle politique commerciale du propriétaire anglais de l'enseigne.
  • Yo! Sushi — Le restaurant de Créteil Soleil a ouvert ses portes en octobre 2006, ce qui fait de lui le troisième à avoir été inauguré sous cette enseigne en France. Il ferme en 2007.

Marketing[modifier | modifier le code]

Services[modifier | modifier le code]

Créteil Soleil a ouvert sa garderie peu avant Les Quatre Temps dans le courant de l'année 1997. Éclatée en plusieurs points de la galerie marchande, où elle est installée au milieu de la circulation, elle est alors gratuite le mercredi et le samedi[52]. Aujourd'hui, le centre assure toujours de nombreux services liés aux enfants : il prête des voiturettes pour enfants, des poussettes, etc.

Le centre commercial a déjà proposé un service de voituriers à ses clients, totalement gratuitement. En échange d'un reçu, ceux-ci conduisaient le véhicule vers une place de parking libre et aidaient à charger les courses. Le lavage du véhicule était proposé moyennant un forfait de 75 à 160 francs. Lancé en décembre 1995, le service était proposé par la société Autonet. Elle comptait jusqu'à 50 clients par jour. 60 % d'entre eux étaient fidélisés et 70 % optaient pour l'option payante, dont quatre personnes se chargeaient[53].

La rénovation de 1999-2000 a permis d'améliorer la structure d'accueil[10].

Animations et communication[modifier | modifier le code]

L'UGC Ciné Cité de Créteil Soleil à l'occasion de la sortie du film Silent Hill.

Le site Internet de Créteil Soleil a été créé par Galae[9], une filiale de Ségécé. Il fait partie des trois premiers inaugurés par ce groupe début 2002 avec ceux de Centre Bourse et Rive d'Arcins[54].

À compter de 1994, le centre accueille chaque année son Forum de la musique. Organisée du 16 au 24 mars, l'édition 1998 est la première à s'ouvrir aux écoles de musique et aux formations musicales. L'auditorium de la Fnac et 600 m2 de galerie sont alors consacrés à l'événement, parmi les partenaires duquel comptent Télérama ou France Musique[55].

Chaque année, de petits stands sont organisés à l'intérieur du centre commercial pour sensibiliser le grand public à la protection de l'environnement[56]. Par ailleurs, des événements organisés dans le cadre des Rencontres de l'outre-mer ont également été organisés à Créteil Soleil, notamment en 2006[57]. De même, les artisans du bois ont déjà eu l'occasion d'investir à plusieurs reprises les allées du centre pour présenter leur métier, par exemple du 10 au 24 mars 2007[58].

Attractivité[modifier | modifier le code]

Créteil Soleil dispose d'une zone de chalandise primaire dont la densité est supérieure à celle de la petite couronne. Aussi, elle chevauche celles d'Achaland à Bonneuil-sur-Marne et du pôle commercial du Carrefour Pompadour[59]. On estime qu'elle recouvrait 700 000 personnes en 2000[60].

En 1991, le nombre de visiteurs annuels était déjà supérieur à 18 millions, soit une moyenne de 58 000 par jour[19]. Créteil Soleil attire aujourd'hui plus de 25 millions de visiteurs par an.

En 1998, un doctorant consacre sa thèse de sociologie à l'étude des mécanismes inhérents à la socialisation que souhaitent déclencher les centres commerciaux. Pour ce faire, il observe Créteil Soleil. Préparée sous la direction de Jacques Goldberg, sa thèse est soutenue le 3 mars 1999[61].

Observateur de Créteil Soleil à la fin des années 1990, Jean-Marc Poupard a pu montrer dans sa thèse de sociologie l'importance de ce lieu comme promoteur du lien social et comme réponse au besoin de « rencontrer ses congénères ». Il y relève que le centre commercial devient un espace public où l'individu n'est plus seulement à l'affût de l'offre marchande mais aussi lancé dans une « exploration sociale » que le flux incessant de la foule renouvèle constamment. Il conclut que l'activité relationnelle est indispensable à la consommation[19].

Il remarque que les heures creuses s'étalent de 11h à 12h30 et de 14h00 à 18h. La densité est alors inférieure à 0,3 personne par mètre carré et la population présente est plutôt constituée de personnes âgées de 65 ans ou plus alors que les adultes plus jeunes sont peu représentés. La densité des gens procédant à des achats non alimentaires est relativement importante, entre 45 et 55 %, mais les achats multiples restent rares[19].

L'affluence de la pause déjeuner voit beaucoup d'adultes et un nombre non négligeable d'adolescents, les premiers étant plutôt mouvants et les seconds stagnants. Seuls 25 % des personnes présentent dans le centre se livrent alors à des achats non alimentaires et seulement 12 % des adultes portent des sacs qui en témoignent[19].

Après 18h, la densité est moyenne. Les arrêts devant les vitrines sont moins fréquents que le midi : les chalands passent d'une boutique à une autre assez rapidement. Ils sont proportionnellement plutôt nombreux à réaliser des achats non alimentaires[19].

Le mercredi après-midi se caractérise par la très forte population adolescente, parmi laquelle moins de 10 % des visiteurs portent des sacs. Le samedi, en particulier l'après-midi, est le jour de forte affluence : les distances entre clients sont réduites à quelques centimètres, les arrêts devant les vitrines impossibles, les sièges mis à disposition du public rapidement libérés. Les taux d'acheteurs sont extrêmement élevés : 75 à 90 % des personnes observées portent au moins un sac. Le samedi est un jour d'achat après une exploration préalable qui est menée le mercredi, par exemple[19].

Performances économiques[modifier | modifier le code]

Chiffre d'affaires[modifier | modifier le code]

À compter de 1980, Créteil Soleil a été le leader incontesté des centres commerciaux français de par son chiffre d'affaires. Cette situation perdure jusqu'à la fin des années 1990 au moins. Entre temps, il est le premier centre commercial d'Europe à passer le cap des deux milliards de francs le 31 décembre 1983 et le second à atteindre celui des trois milliards le 31 août 1989[19].

Entre septembre 1996 et septembre 1997, hors C&A, la galerie marchande réalise 3,3 milliards de francs de chiffre d'affaires[14].

En 1999, Créteil Soleil réalise 3,8 milliards de francs de chiffre d'affaires[10].

D'après la DGCCRF, le magasin Carrefour réalisait un chiffre d'affaires de 1 254 millions de francs au moment de la fusion du groupe avec Promodès[34].

En 2011, Le chiffre d'affaires est établi à 581 millions d'euros[25].

Stock d'emplois[modifier | modifier le code]

Au milieu de l'année 2000, une enquête établit que les établissements du centre commercial comptent une moyenne de 7,06 salariés permanents[62]. Quoi qu'il en soit, on compte alors un total de 2 500 emplois dans le centre commercial[63].

Quelques mois plus tard, en 2002, ils sont désormais 2 800, dont environ 600 qui viennent en voiture. Cela pose des problèmes pendant les périodes de forte affluence, car ils choisissent généralement les meilleures places de parking en arrivant le matin. Aussi, pour les fêtes de Noël, il est déjà arrivé au centre commercial de mobiliser des agents de sécurité pour aider à la circulation des clients[64].

Impact socio-culturel[modifier | modifier le code]

Rôle en sociologie urbaine[modifier | modifier le code]

Créteil Soleil fait subir une forte concurrence au petit commerce de quartiers et aux petites galeries marchandes voisines telles que le centre commercial du Palais, dont le chantier a commencé en 1999[65].

Représentations dans l'art[modifier | modifier le code]

Le centre commercial et son quartier ont fait l'objet de plusieurs apparitions au cinéma, en littérature, au théâtre et en musique.

Dès 1976, le film de l'italien Marco Ferreri La Dernière Femme, avec Gérard Depardieu et Ornella Muti, met en scène le quartier de Créteil Soleil en construction, l'action se déroulant dans un appartement situé près du centre commercial. En 1979, c'est au tour de Série Noire réalisé par Alain Corneau et scénarisé par Georges Perec : Franck Poupart (Patrick Dewaere) y accomplit une incroyable poursuite dans la neige sur un terrain vague situé en face du magasin Printemps (devenu Carrefour) et l'actuelle Maison des Arts (MAC). En 1992, le film La Sévillane de Jean-Philippe Toussaint montre une longue séquence burlesque filmée sur les parkings déserts de Créteil Soleil. Le film est tiré du roman L’Appareil-photo, du même auteur. Deux ans plus tard, Claire Denis tourne une séquence dans le centre pour son film J'ai pas sommeil. En 2009, dans La Première Étoile, film de Lucien Jean-Baptiste, le personnage principal, Jean-Gabriel, apparaît distribuant des échantillons pour une marque de lessive à l'entrée du centre commercial, travail qu'il veut quitter pour faire de la radio. Le premier plan après le générique est un plan sur l'enseigne Créteil Soleil. En 2014, dans Les Trois Frères : Le Retour, On peut voir Didier Latour (Didier Bourdon) vendre des sex-toys par correspondance depuis sa voiture garée sur le dernier niveau du parking, en face de Carrefour.

La littérature s'est également intéressée au centre à partir des années 1980. Marguerite Duras le cite à une reprise dans son recueil La Vie matérielle, paru en 1987[66]. Jean Echenoz et son roman Lac (1989) met en scène un certain Chopin déambulant autour du lac de Créteil situé dans le prolongement de Créteil Soleil[67] ; l'auteur décrit le centre commercial en ces termes[68] :

« Le plus proche centre commercial est une esplanade cernée de tours fuligineuses entre lesquelles balance une odeur vive et fade de pourriture plastique, parente de celle qu’émet plus d’un supermarché. Loin d’enjoliver le tableau, les rares taches de couleur, les vagues saillies ornementales qui ont apaisé, peut‐être, la conscience de l’architecte soulignent au contraire le poids des lieux, comme une musique parfois décuple un silence lourd au lieu de l’effacer. »

En 2001, Créteil Soleil est au cœur du premier ouvrage de Philippe Di Folco, My Love Supreme. En effet, le roman commence par la sidération que suscite sur le narrateur et les deux autres personnages principaux le surgissement de ce centre commercial au beau milieu d'une plaine maraîchère un jour de 1973. Après l'avoir considéré comme un vaisseau spatial rempli de denrées rares, ils partent à son assaut mais regrettent vite leur ancien terrain de jeu. De fait, ils sont entraînés dans une série de petites enquêtes tragi-comiques qui racontent une certaine banlieue symbolisée par Créteil Soleil, celle qui a poussé trop vite[69]. En 2012, dans le roman noir de Franck Bertignac Cortez The Killer, une scène de meurtre se déroule au centre commercial à la sortie du métro.

Plus étonnement, le théâtre s'est également emparé du centre et de son quartier. Il fait office de trame de fond à la pièce de théâtre Numéro complémentaire, qui a été programmée au théâtre Saint-Georges en avril 2006. Dans cette comédie dont Francis Perrin est un acteur, un couple du quartier qui gagne au loto se voit contraint de kidnapper un spécialiste des têtes couronnées interprété par Stéphane Bern pour satisfaire le seul rêve de sa fille qu'il ne saura rendre réel, devenir une princesse[70].

En 1979, le cinéma est mentionné dans C'est mon dernier bal, de Renaud. En 2006, le centre commercial est cité par Trevidy dans les paroles de la chanson Vert de rage, qui stigmatise les méfaits paysagers de la société de consommation. Tout comme les murs de béton, Créteil Soleil est accusé de voler le ciel et de détruire l'horizon[71].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Connaître sa ville - Chronologie : de 1970 à 1979 », sur le site officiel de la ville de Créteil : inauguré le 9 septembre, il ouvre au public le 10 septembre 1974.
  2. Alexis Korganow, Tricia Meehan et Clément Orillard, « L'interaction ville-équipement en ville nouvelle : Réception et adaptation de la formule de l'équipement socio-culturel intégré », Ministère de l'Équipement, des Transports et du Logement, du Tourisme et de la Mer, septembre 2005.
  3. Le top 10 des centres commerciaux en France, Challenges, 3 mars 2014
  4. « Acteur et partenaires de Paris : une vision capitale », Mairie de Paris, 22 mars 2005.
  5. « Carré Sénart, le nouveau temple de la consommation », LSA, 22 août 2002.
  6. Philippe Baffert, Ministère des Transports, de l'Équipement, du Tourisme et de la Mer, 20 novembre 2006.
  7. « Créteil, vivre sa ville », Mairie de Créteil.
  8. a et b « Une nouvelle ville », Institut d'urbanisme de Paris.
  9. a, b, c, d et e « Rapport d'activité 2005 », Klépierre, 2006.
  10. a, b, c, d, e et f « Créteil soleil : dossier de presse », Ségécé, 14 octobre 2000.
  11. « La FNAC veut "encercler" Paris », Le Monde, 1er juin 1989.
  12. Guy Gibout, « Explosion de mètres carrés dans les hypermarchés », L'Humanité, 16 mars 1993.
  13. (en) Mark Birkin, Graham Clarke et Martin Clarke, Retail Geography and Intelligent Network Planning, John Wiley & Son Ltd, 2002 (ISBN 0-471-49803-3).
  14. a et b « Extension-rénovation de Créteil Soleil », LSA, 18 décembre 1997.
  15. « Deux cents millions de francs vont être investis dans la rénovation du centre commercial régional Créteil-Soleil », Le Monde, 12 janvier 1999.
  16. « Les centres commerciaux rénovent le centre-ville », LSA, 29 juin 2000.
  17. (en) « Shopping Centers: A World of Opportunity », International Council of Shopping Centers, 2000.
  18. « Centres commerciaux : un million de mètres carrés supplémentaire avant 2004 », LSA, 11 janvier 2001.
  19. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n « Modes de vie en périphérie », Centre d'études sur les réseaux, les transports, l'urbanisme et les constructions publiques, juillet 1999.
  20. « Les magasins repris », Le Monde, 1er décembre 2001.
  21. « « Types d'entreprises en France » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) », Quid, 2003.
  22. a et b « Rapport annuel 2004 », Klépierre, 2005.
  23. « Chiffre d'affaires au 31 mars 2004 : +11 % », Klépierre, 28 avril 2004.
  24. « Rapport annuel 2006 », Klépierre, 2007.
  25. a et b « Créteil-Soleil, troisième centre commercial de France », sur leparisien.fr (consulté en 27 janvier.fr)
  26. « Greffe du tribunal de commerce de Créteil », Infogreffe.
  27. « Classement de la ville de Créteil en station de tourisme », Ville de Créteil, mai 2004.
  28. « Un projet local de sécurité pour Créteil », L'Humanité, 16 février 1993.
  29. « Fronde anti-CPE & révolte sociale », Cette semaine, été 2006.
  30. « La mobilisation anti-CPE minute par minute », 20minutes.fr, 28 mars 2006.
  31. « Lancer une enseigne : le parcours du combattant », LSA, 13 avril 2000.
  32. a et b « Équipement commercial : Centres commerciaux, Val-de-Marne », Chambre de commerce et d'industrie de Paris - Val-de-Marne.
  33. « mars 2005 », LSA, 5 janvier 2006.
  34. a et b « Avis n°2000-A-06 du Conseil de la concurrence en date du 3 mai 2000 relatif à l'acquisition par la société Carrefour de la société Promodès », DGCCRF, BOCCRF, 2000.
  35. « Les ouvertures », LSA, 19 janvier 2006.
  36. « Évolution des projets et des programmes en fonction de l'évolution des modes de vie urbaines », Club Ville Aménagement, 2002.
  37. « Groupe Go sport », Bulletin des annonces légales obligatoires, 3 mai 2006.
  38. « Rapport annuel 2004 », Groupe Go Sport, 2005.
  39. « Année 2005 », Préfecture du Val-de-Marne, 2006.
  40. « H&M », site de Créteil Soleil.
  41. Gérard Warin et Annie Tubiana, Marques sous licence : Les acheter, les vendre, les gérer, préf. de Jean-Noël Kapferer, éditions d'Organisation, 30 janvier 2003, 164 p. (ISBN 2-7081-2864-7).
  42. « Les news 2004 », Ségécé.
  43. Anthony Bobeau, « UGC Ciné Cité ouvrira 12 salles à Créteil en 2004 », Le Film français, 10 janvier 2003.
  44. « Le BHV se prépare à faire peau neuve », LSA, 14 janvier 1999.
  45. « Année 2004 », Préfecture du Val-de-Marne, 2005.
  46. Ouverture du magasin Saturn à Créteil-Soleil
  47. €n France, les magasins Saturn deviennent Boulanger
  48. « Kiabi revoit déjà son nouveau concept », LSA, 14 juin 2001.
  49. « Kiabi s'embourgeoise mais garde ses petits prix », LSA, 9 novembre 2000.
  50. « Les news 2002 », Ségécé.
  51. « PC City bientôt à Créteil », LSA, 13 juin 2002.
  52. « Garderies », LSA, 2 mai 1997.
  53. « Les voituriers font recette », LSA, 28 janvier 1999.
  54. « Marketing : la Ségécé arrive sur le Net », LSA, 29 novembre 2001.
  55. « Quatrième Forum de la musique à Créteil Soleil », LSA, 19 mars 1998.
  56. « Deuxièmes rencontres franciliennes d'éducation à l'environnement urbain. Les actes », Viva Cités Île-de-France, 6 octobre 2004.
  57. « Et plus encore », Banane de Guadeloupe et de Martinique, saison 2006-2007.
  58. « Semaine nationale de l'artisanat dans le Val-de-Marne. Calendrier 2007 », Chambre de métiers et de l'artisanat du Val-de-Marne.
  59. « Synthèse du schéma de développement commercial du Val-de-Marne », Préfecture du Val-de-Marne, Chambre de commerce et d'industrie de Paris, Chambre de métiers et de l'artisanat du Val-de-Marne et DGCCRF.
  60. (es) « Descripción de los centros a visitar », Asociación española des centros comerciales.
  61. « mars 1999 », Le Monde de l'éducation.
  62. « Les métiers de la vente et des services dans les centres commerciaux du Val-de-Marne. Étude sur les besoins en compétences », Observatoire de la formation, de l'emploi et des métiers, septembre 2000.
  63. « Contributions et prises de position écrites des membres du groupe de travail », Groupe de travail « Familles et entreprises », Ministère délégué à la famille, février 2003.
  64. « Parking : faut-il faire payer le stationnement ? », LSA, 21 février 2002.
  65. « La rentabilité retrouvée », Points de vente, 24 mars 2003.
  66. Marguerite Duras, La Vie matérielle, P.O.L., 1987, 158 p. (ISBN 2-86744-086-6).
  67. Jean Echenoz, Lac, éditions de Minuit, 1989, 188 p. (ISBN 2-7073-1304-1).
  68. Sjef Houppermans, « Pour une meilleure occupation des sols : le Paris de Jean Echenoz », Relief, vol. 2, no 1,‎ mars 2008, p. 40–66 (41) (ISSN 1873‐5045, lire en ligne).
  69. Philippe Di Folco, My Love Supreme, éditions Denoël, coll. « Format utile », 13 mars 2001 (ISBN 2-207-25203-5).
  70. Jean-Marie Chevret, Numéro complémentaire.
  71. « Paroles de Vert de rage », Fluctuat.net.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 1981 : Michel Rajchman, Enquête sur les déplacements engendrés par des équipements de banlieue bien desservis par les transports en commun : Rapport principal, IAURIF.
  • 1982 : La circulation des personnes dans le centre commercial Créteil Soleil, IAURIF.
  • 1983 : Pierre Moise, Attractivite des centres commerciaux regionaux le samedi : Les cas de Rosny II et de Créteil Soleil, IAURIF.
  • 1985 : Alain Kahan, Créteil Soleil, Université Paris I.
  • 1998 : Jean-Marc Poupard, Contribution à la connaissance des comportements humains en milieu urbain : étude biosociologique du centre commercial régional de Créteil Soleil, Université Paris Descartes, (thèse de doctorat).
  • 2005 : Jean-Marc Poupard, Les centres commerciaux : De nouveaux lieux de socialité dans le paysage urbain, éditions L'Harmattan, coll. « Logiques sociales », 163 p. (ISBN 2-7475-8313-9).
Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 8 décembre 2008 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.