Crépin Carlier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Orgues de l'abbatiale Saint-Ouen à Rouen, après leur agrandissement et leur reconstruction par Aristide Cavaillé-Coll.

Crespin Carlier ou Crépin Carlier (né vers 1560 à Laon, en Picardie - mort en 1636) est un facteur d'orgue français qui a eu une grande influence sur l'évolution de l'orgue en France. Il est contemporain et collègue de Matthijs Langhedul (en), un autre facteur d'orgue célèbre qui introduisit les styles flamand et wallon en France[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Crespin Carlier naît à Laon en Picardie, une région du Nord de la France, vers 1560[1]. La famille Carlier s'occupe de la construction d'orgue depuis le XVIe siècle.[2] Il se fixe à Lille de 1590 à 1600 déménageant ensuite à Rouen. Il est connu pour ses œuvres faites à Courtrai en 1585, Gand entre 1597 et 1611, l'église Saint-Jean-Baptiste de Namur en 1598, à celle d'Hesdin entre 1599 et 1600.[3]

En 1600, il fut invité à venir à Rouen par l'organiste et compositeur Jean Titelouze pour restaurer l'orgue de la cathédrale de Rouen, et par la suite Titelouze eut souvent recours à ses services.[2] En 1601, on le retrouve à Anvers.[3] Il travailla dans divers lieux des Flandres dont Dunkerque, Saint Omer, Gand et Namur. Sa réputation grandissant, il fut appelé à travailler à la cathédrale de Chartres en 1614[1].

En 1614 Jehan Lebas de Rouen est payé 360 livres pour construire le buffet en chêne de l'orgue de l'église Saint André de Rouen, tandis que Crespin Carlier fut payé 800 livres pour fournir l'orgue lui même.[4] En 1618, il entreprend un travail à Bruges.[3] Le 24 octobre 1618, il signa un contrat avec la paroisse de Gisors pour relever le grand orgue de Notre-Dame de l'Assomption, achevé en 1580 par Nicolas Barbier. Le chantier comprenait le repassage des jeux existants, l'ajout de trois nouveaux jeux et l'ajout au buffet ancien d'un Positif de dos. L'ouvrage fut achevé en 1620.[5] Les archives de la ville de Laon conservent un paiement à Philippe Ducastel daté du 19 janvier 1623 pour la construction d'un buffet dont l'orgue fut fourni par Carlier à l'église des Cordeliers de Laon.[6] Crespin Carlier fut appelé à Rouen par Jean Titelouze, l'organiste de la cathédrale[1]. L'orgue qu'il y construisit, fut qualifié de « le plus bel orgue de l'époque. »[7] En 1630, il reconstruisit la façade de l'orgue de l'abbatiale Saint-Ouen de Rouen selon les plans dressés par Titelouze. C'était un grand huit pieds en Montre avec deux claviers manuels de 48 touches et une pédale indépendante de 28 marches. Les années passant, l'orgue subit des transformations et des extensions importantes menant à sa reconstruction complète par Aristide Cavaillé-Coll en 1888-1890.[8] De l'orgue d'origine, il ne subsiste qu'une partie du buffet et environ 40 % de la tuyauterie ancienne.[2] Carlier revint à Laon en 1631.[3] Il travailla aussi entre 1632 et 1636 sur un orgue désormais disparu, celui de l'église Saint-Nicolas-des-Champs de Paris[1].

Influences[modifier | modifier le code]

Carlier introduisit en France de nombreuses inventions fondamentales de la facture nordique.[2] Sa facture montre de fortes similarités avec celle de la famille Langhedul. Il pourrait avoir profité d'un travail commun avec Jan Langhedul à Rouen.[3] Depuis au moins 1631, Carlier collabora avec Matthijs Langhedul à l'orgue de Saint Jacques de la Boucherie à Paris, lequel y introduisit d'importantes innovations.[2] L'organier Wangnon de Liége fut l'un de ses disciples.[3] Pierre Thierry (1604-1665)qui rénova l'orgue des Couperin de Saint-Gervais à Paris, fut un autre de ses élèves.[9] Thierry travailla avec Carlier à Saint Nicolas des Champs entre 1634 et 1635.[10] Carlier eut comme élèves et disciples d'autres facteurs d'orgue célèbres (Héman, Enocq). Il peut être considéré comme le fondateur de l'école française de facture d'orgue baroque.

L’œuvre[modifier | modifier le code]

  • 1600 : Cathédrale de Rouen (restauration)
  • 1603 : Saint-Michel, Rouen (réparation)
  • 1603 : Saint-Jean, Rouen (réparation)
  • 1606 : Saint-Antoine, Paris (construction)
  • 1607 : couvents des Jacobins, Poitiers (construction)
  • 1610-1613 : cathédrale de Poitiers (construction)
  • 1611 : cathédrale de Tours (agrandissement)
  • 1614 : Saint-André, Rouen (construction)
  • 1614 : cathédrale de Chartres (réparation)
  • 1620 : N.D de l'Assomption, Gisors (agrandissement)
  • 1623 : cathédrale de Laon (construction)
  • Saint Gervais (construction)
  • Saint Protais (reconstruction d'un orgue de Barbier organ / détruit pendant la Secondede Guerre mondiale)
  • 1629 : Saint Ouen, Rouen (construction)
  • 1631 : Saint Jacques de la Boucherie, Paris (construction en collaboration avec Matthijs Langhedul)

Références - Citations[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Crespin Carlier, sur Larousse[Lequel ?]

1. ^ a b c d e Crespin Carlier - Larousse.

2. ^ a b c d e Ansart & Hainsworth 2006, p. 93.

3. ^ a b c d e f Haine & Meeùs 1986, p. 73.

4. ^ Académie des Sciences, Belles-lettres et Arts de Rouen 1859, p. 342-343.

5. ^ Fauconnier 2012.

6. ^ Archives de l'art français 1852, p. 83.

7. ^ Keene 2012.

8. ^ Église abbatiale Saint-Ouen.

9. ^ Pierre Thierry - Larousse.

10. ^ Ansart & Hainsworth 2006, p. 564.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Académie des Sciences, Belles-lettres et Arts de Rouen (1859). Précis analytique des travaux de l'Académie des sciences, Belles-lettres et Arts de Rouen. P. Periaux.
  • Ansart, Jean-Renaud; Hainsworth, Christopher (2006). "CARLIER, CRESPIN (CRÉPIN) (D. 1636)". The Organ: An Encyclopedia. Psychology Press. ISBN 978-0-415-94174-7.
  • Société de l'histoire de l'art français (1852). Archives de l'art français. Paris: F. de Nobele.
  • Crespin Carlier sur Larousse.fr
  • Église abbatiale Saint-Ouen. Université de Québec.
  • Fauconnier, Nicolas (2012). HISTORIQUE DES ORGUES DE GISORS. Association des Amis de l'Orgue de Gisors.
  • Haine, Malou; Meeùs, Nicolas (1986). Dictionnaire des facteurs d'instruments de musique en Wallonie et à Bruxelles du IXe siècle à nos jours. Éditions Mardaga. ISBN 978-2-87009-250-7.
  • Keene, Dennis (2012). "Organ Music for February 27". The Church of the Ascension, New York.
  • Pierre Thierry sur Larousse.fr