Créole louisianais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Créole louisianais
Kréyol La Lwizyàn
Pays Louisiane, particulièrement dans les paroisses de Saint-Martin, Saint-Landry, Jefferson et de Lafayette, dans l'Illinois et dans l'est du Texas. Communauté non négligeable en Californie, surtout dans le nord de l'état.
Nombre de locuteurs 70 000
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-3 lou
IETF lou

Le créole louisianais (en anglais Louisiana Creole) est une langue créole française parlée en Louisiane. Elle a de nombreuses ressemblances avec d'autres créoles français parlés dans les Caraïbes, tel le créole haïtien. Si le français acadien et le créole louisianais ont une influence réciproque significative, ils ne sont pourtant pas proches. Alors que le parler acadien est fondamentalement un dialecte français avec une grammaire proche du français standard, le créole louisianais applique un lexique français à un système grammatical et à une syntaxe qui sont très différents de la grammaire et de la syntaxe françaises.

Dénominations[modifier | modifier le code]

Le créole louisianais se dénomme lui-même Kréyol La Lwizyàn. En anglais on le nomme également gombo french ou encore courimavini de manière péjorative. Du fait de son origine noire on parle aussi de français nèg’ ou nèg’.

Géographie[modifier | modifier le code]

St. Martin Parish.
Paroisses créolophones de Louisiane

La plupart des créoles sont situés dans le sud et le sud-ouest de la Louisiane, ils sont aussi nombreux à Natchitoches sur Cane River et dans une moindre mesure dans le sud-est du Texas (Houston, Port Arthur, Galveston) et à Chicago. En Californie le nombre de créolophones dépasserait même celui de la Louisiane, ils vivent surtout à Los Angeles et San Diego et San Bernardino ainsi que dans le Nord (San Francisco, Sacramento, Comté de Plumas, Comté de Tehama, Comté de Mono, et dans le Comté de Yuba).

La Paroisse St. Martin forme le cœur de la région créole. D'autres communautés existent autour du Bayou Têche à St. Landry, Avoyelles,Iberia et Paroisse St. Marie. Il y a de petites communautés à False River (Paroisse Terrebonne, Paroisse de Pointe-Coupée), ainsi que sur le Mississippi à Ascension, sur les paroisses St. Charles, St. James et St.Jean-Baptiste. (Klingler; Marshall; Valdman).

Contexte socio-culturel de la créolité en Louisiane[modifier | modifier le code]

L'expression Créole de Louisiane fait habituellement référence aux populations créoles de Louisiane aux États-Unis et à ce qui y est associé. En Louisiane, l'identité créole peut tromper : elle n'a rien à voir avec la langue créole.

Pendant les colonisations françaises et espagnole de la Louisiane, l'usage de l'expression « créole », en tant qu'adjectif, était réservée uniquement aux gouvernements coloniaux. On appelait créole toute personne, produit ou animal nés dans la colonie. L'esclave créole valait nettement mieux que l'Africain, car il parlait déjà une langue compréhensible aux Français (donc le français ou le créole louisianais) et il était moins réceptif aux maladies dues au climat de la colonie.

La vente de la colonie française de Louisiane en 1803 provoqua une division culturelle entre les francophones de la colonie et les anglo-saxons venus administrer le nouveau territoire. Le premier gouverneur du territoire de Louisiane, William C. C. Claiborne, un anglo-saxon né dans le Tennessee, avait pour premier but d'assimiler la colonie francophone de Louisiane. Rapidement, il allait entrer en opposition avec l'ancienne classe dirigeante francophone.

C'est à partir de ce moment que les anciens habitants de la Louisiane commencent à s'identifier en tant que Créoles pour se distinguer des Anglo-Saxons. A la Nouvelle-Orléans, la rue du Canal allait marquer la frontière linguistique, entre les quartiers de langues française/créole et anglaise. D'où le nom du célèbre Quartier Français de la Nouvelle-Orléans, où vivaient les francophones de la ville.

Lorsque le Congrès des États-Unis d'Amérique vota l'abolition de l'esclavage, les mulâtres libres de Louisiane se rangèrent du côté des confédérés esclavagistes. Sous administration française et espagnole de la Louisiane, la loi coloniale reconnaissait trois rangs de la société louisianaise : Blancs, gens de couleur libres et esclaves, ce qui n'existait pas en Nouvelle-Angleterre.

Cette particularité permit l'émergence d'une nouvelle identité dans la colonie, celle des gens de couleur libres. Lorsque l'Union gagna la guerre, l'homme de couleur libre crut son identité menacée par la suppression de l'esclavage, qui le plaçait dans la même catégorie que les anciens esclaves. Comme les Blancs, quelque quarante ans plus tôt, l'ancien homme de couleur libre revendiqua l'appartenance au groupe des Créoles pour faire la distinction avec l'ancien esclave.

Quant aux esclaves francophones, ils ont cherché à se constituer une identité catholique et créolophone. Mais cette distinction s'est estompée avec le Mouvement des Droits Civils et le Mouvement de Fierté Noire dans les années 1960, où le Noir devait alors choisir entre une identité créole et l'assimilation à la communauté des Noirs anglophones beaucoup plus influente.

Aujourd'hui, le créole de Louisiane est en voie de disparition. Aucun mouvement linguistique officiel n'a été créé pour le préserver.

Mais l'identité créole est à nouveau revalorisé en raison d'un nouvel engouement pour la langue française cadienne, encouragé par l'État.

Grammaire[modifier | modifier le code]

En général, la grammaire du créole louisianais est très proche de la grammaire du créole haïtien. Les articles définis en créole louisianais sont « a » et « la » pour le singulier et « yè » pour le pluriel. Contrairement au français, le créole place ses articles définis après le nom. Comme il n'y a pas de genre pour les noms, les articles varient seulement sur critère phonétique : « a » est placé après les mots finissant par une voyelle et « la » placé après ceux finissant par une consonne.

Un autre aspect du créole louisianais, contrairement au français est le manque de conjugaison. Les verbes ne varient pas suivant la personne ou le nombre, ils ne varient pas non plus en fonction du temps. Les temps sont marqués par un jeu de particules ou simplement par le contexte.

Vocabulaire[modifier | modifier le code]

Le Vocabulaire du créole de Louisiane est issus de mots d'origine française, afro-caribéenne, indigène et espagnol. De nombreux mots relatifs aux plantes, à la topographie, et à la faune sont d'origine amérindienne en particulier Choctaw. La langue possède des vestiges des langues ouest et centre-africaines (Bambara, Wolof, Fon) dans le folklore vaudou.

Nombres[modifier | modifier le code]

Incluant les nombres français pour comparaison.

Nombre Créole louisianais Français
1 un un
2 deux
3 trò, trwah trois
4 kat quatre
5 sink cinq
6 sis six
7 sèt sept
8 wit huit
9 nèf neuf
10 dis dix

Pronoms personnels[modifier | modifier le code]

Anglais Créole louisianais Français
I mo je
you (informal) to tu
you (formal) vou vous
he li, ça il
she li, ça elle
we nou, nou-zòt (nous-autres) nous
you (plural) vou, zòt, vou-zòt (vous-autres) vous
they (masculine) ils
they (feminine) elles

Formules usuelles[modifier | modifier le code]

Anglais Créole louisianais Français
Hello Bonjou Bonjour
How are things? Konmen lé-z'affè? Comment vont les affaires?
How are you doing? Konmen to yê? Comment allez-vous? Comment vas-tu? Comment ça va?
I'm good, thanks. Çé bon, mèsi. Ça va bien, merci.
See you later. Wa (twa) pli tar. Je te vois (vois-toi) plus tard. (À plus tard.)
I love you. Mo laimm twa. Je t'aime.
Take care. Swinn-twa. Soigne-toi. (Prends soin de toi.)
Good Morning. Bonjou. Bonjour.
Good Evening. Bonswa. Bonsoir.
Good Night. Bonswa. / Bonnwí. Bonne nuit.

Expressions populaires du créole louisianais[modifier | modifier le code]

Les expressions suivantes sont issus du livre de Lafcadio Hearn[1].


Bon-temps fait crapaud manqué bounda. (Le bon temps fait manquer de derrière au crapaud.)

Bouki fait gombo, lapin mangé li. (Le bouc fait le gorabo, le lapin le mange.)

Ça va rivé dans semaine quatte zeudis. (Cela va arriver dans la semaine de quatre jeudis.)

Capon[2] vive longtemps. (Le capon vit longtemps.)

Chatte brilé pair di feu. (Le chat brûlé a peur du feu.)

Chien jappô li pas morde. (Le chien qui jappe ne mord pas.)

Cila qui rit vendredi va pleuré dimanche. (Celui qui rit le vendredi va pleurer le dimanche.)

Cochon conné sir qui bois l'apé frotté. (Le cochon sait bien sur quel arbre [bois] il va se frotter.)

Compé Torti va doucement ; mais li rivé coté bite pendant Compé Chivreil apé dormi. (Compère Tortue va doucement ; mais il arrive au bût pendant que Compère Chevreuil dort)

Coupé zoré milet fait pas choual. (Couper les oreilles du mulet, n'en fait pas un cheval)

Craché nen laire, li va tombé enhaut vou nez. (Crachez dans l'air, il vous en tombera sur le nez).

Di moin qui vous laimein, ma di vous qui vous yé. (Dites moi qui vous aimez, et je vous dirai qui vous êtes.)

Dolo toujou couri larivière. (L'eau va toujours à la rivière.)

Faut jamais porté déil avant détint dans cerkeil. (Il ne faut jamais porter le deuil avant que le défunt ne soit dans le cercueil.)

Faut pas marré tayau[3] avec saucisse. (Il ne faut pas attacher le chien qui (taïaut) avec des saucisses.)

Jamais di : Fontaine, mo va jamais boi to dolo. (Ne dis jamais: Fontaine, je ne boirai jamais de ton eau.)

Lagniappe[4] c'est bitin qui bon. (Lagniappe c'est du bon butin.)

Laguerre vertie pa tchué beaucoup soldats. (La guerre avertie ne tue pas beaucoup de soldats.)

Lamisère à deux, Misère et Compagnie. (La misère à deux, c'est Misère et Compagnie.)

Laplie tombé, ouaouaron chanté. (Quand la pluie tombe, les grenouilles chantent.)

La-tché chatte poussé avec temps. (La queue du chat pousse avec le temps.)

Macaque dit si so croupion plimé cas pas gàdé lezôt. (Le macaque dit que si son croupion est plumé, ça ne regarde pas les autres.)

Maringouin perdi so temps quand li piqué caïman. (Le moustique perd son temps quand il pique le caïman.)

Merci pas coûté arien. (" Merci " ne coûte rien.)

Mette milâte enhaut choual, li va dî négresse pas so maman. (Mettez un mulâtre [en haut] sur un cheval—il [va dire] dira qu'une négresse n'est pas sa maman.)

Mo bien comra mo yé, parole rare. (Je me trouve bien comme je suis, ce sont des paroles rares.)

Mo va pas pre ré vous bâton pou cassé mo latête. (Je ne vais pas vous prêter un bâton pour me casser la tête.)

Où y'en a charogne, y'en a carencro. (Où il y a de la charogne, il y a des vautours.)

Piti à piti, zozo fait son nid. (Petit à petit, l'oiseau fait son nid.)

Pranne garde vaut mlè passé mandé pardon. (Prendre garde vaut mieux que demander pardon.)

Quand bois tombé, cabri monté. (Quand l'arbre tombe, le cabri monte.)

Quand boyaux grogné, bel 'évite pas fait yé pé. (Quand les boyaux grognent, un bel habit ne leur fait pas se taire ; lit., ne leur fait pas paix.)

Quand li gagnin kichose dans so latête, ce pas dans so lapiè. (Quand il a quelque chose dans la lête, ce n'est pas dans son pied.)

Quand maite chanté, nègue dansé ; quand 'eonome sifflé, nègue sauté. (Quand le maître chante, le nègre danse ; quand l'économe siffle, le nègre saute.)

Quand napas maman, tété grand-maman. (Quand on n'a pas sa mère, on tête sa grandmère.)

Quand patate tchuite, faut mangé li. (Quand la patate est cuite, il faut la manger.)

Ratte mangé canne, zanzoli mouri innocent. (Le rat mange la canne-[à-sucre], le lézard en meurt.)

Si lamer té bouilli, poissons eré tchuite. (Si la mer bouillait, les poissons seraient cuits).

Tafia[5] toujou dîe la vérité. (Le tafia dit toujours la vérité.)

"Tant-pis " n'a pas cabane. ("Tant-pis " n'a pas de cabane.)

Temps present gagnin assez comme ça avec so quenne. (Le temps présent en a assez comme ça avec le sien.)

Toutt jour c'est pas dimanche. (Tous les jours ne sont pas dimanche.)

Tout macaque trouvé so piti joli. (Tout macaque trouve son petit joli.)

Zaffaire ya qui sotte, chien mangé dine yo. (Les choses [qui appartiennent] aux sots, les chiens en font leur dîner.)

Littérature et musique[modifier | modifier le code]

La littérature créole est la première littérature afro-américaine à se développer sur le territoire américain dès le XIXe siècle[6], influencé par le romantisme et la lutte en faveur de l'abolitionnisme de l'esclavage. En 1845, 17 afro-créoles libres publient une collection de 80 poèmes, Les Cenelles, Choix de Poésies Indigènes, ouvrage considéré comme la première anthologie afro-américaine publiée aux États-Unis. Cet ouvrage a été réédité par Râegine Latortue et Gleason R. W. Adams dans les années 1970 sous le titre Les Cenelles; A Collection of Poems by Creole Writers of the Early Nineteenth Century. Robert Tallant a quant à lui publié un recueil de contes folkloriques nommé Gumbo Ya-Ya: Folk Tales of Louisiana et James Cowan, La Marseillaise Noire (et autres poèmes de la Nouvelle-Orléans)[7].

Le zarico[modifier | modifier le code]

Le zarico, (ou zydeco), est un genre musical apparu dans les années 1930 en Louisiane, proche parent de la musique cadienne, incluant de nombreuses influences Blues et Rhythm 'n' Blues (joué par des Cadiens et Créoles noirs de Louisiane). À l'origine, le zarico était uniquement chanté en français (et non en créole). Puis au fil des décennies, des Créolophones, comme les frères Chénier, se sont présentés et ont rajouté un élément linguistique qui n'existait pas auparavant.

Les chanteurs du zarico se disent « Créole », bien que la majorité sont francophones et une grande partie d'origines acadiennes et non créoles.

Exemples de textes en créole louisianais[modifier | modifier le code]

« Conte Roland assite enba in pin. Côté l’Espagne li tournin so figuire, li commence pensé boucou kichoge : tou laterre yé li prenne comme in brave, la France si doux, nomme so famille, é Charlemagne so maite, qui té nouri li. Li pa capab’ péché crié é soupiré. Main li vé pa blié li meme, li confessé so péché, mandé bon Djé pardon ‘mo bon papa qui jamin menti, qui té ressuscité Saint Lazare et sauvé Daniel de lion layé, sauvé mo zame dé tou danzer pou péché qué dans mo la vie mo fai. So dégant drét li ofri bon Djé, saint Gabriel prenne li dans so la main enhau so bra li tchombo so latéte, so lamain yé jointe, é li mouri enfin. Bon Djé voyé so zange cherubin é saint Michel dé lamer péril avec yé saint Gabriel vini é yé porté so zame dans paradis. » Alcée Fortier, Louisiana Studies: Literature, Customs and Dialects, History and Education, Hansell et Bro., La Nouvelle Orléans, 1894 [lire en ligne].

« Le comte Roland est couché sous un pin. Vers l’Espagne il a tourné son visage. De maintes choses il lui vient souvenance : de tant de terres qu’il a conquises, le vaillant, de douce France, des hommes de son lignage, de Charlemagne, son seigneur, qui l’a nourri. Il en pleure et soupire, il ne peut s’en empêcher. Mais il ne veut pas se mettre lui-même en oubli ; il bat sa coulpe et implore la merci de Dieu : « Vrai Père, qui jamais ne mentis, toi qui rappelas saint Lazare d’entre les morts, toi qui sauvas Daniel des lions, sauve mon âme de tous périls, pour les péchés que j’ai faits dans ma vie ! » Il a offert à Dieu son gant droit : saint Gabriel l’a pris de sa main. Sur son bras il a laissé retomber sa tête ; il est allé, les mains jointes, à sa fin. Dieu lui envoie son ange Chérubin et saint Michel du Péril ; avec eux y vint saint Gabriel. Ils portent l’âme du comte en paradis. » d’après le manuscrit d’Oxford, traduction par Joseph Bédier, La Chanson de Roland, Paris, L’Edition d’Art H. Piazza, 1937.

Sigal la e Froumi la :

« Sigal la té chanté tou leté, Li té pa gen aryen, Kann liver vini; Pa menm en ti moso Demouche ou en devers. Li kouri koté Froumi, so kwasin. Li hélé li té gen fem. Si t'ole pret mwen en grenn Pou viv jisk a printann. M'apaye twa, li di, Avan lotonn, si mo parol, Lintere la er principal la. Froumi la lem pa prete: Se so sèl defo. Sa to fè kann li tè fè cho? Sigal la monde li. -Tou la nwit e tou la joune Mo tè chante, mo tè chante. To tè chante? Mo ben consen. Astè to ka danse, to ka danse. »

La cigale et la fourmi, La Fontaine

« La cigale ayant chanté Tout l'été, Se trouva fort dépourvue Quand la bise fut venue. Pas un seul petit morceau De mouche ou de vermisseau. Elle alla crier famine Chez la Fourmi sa voisine, La priant de lui prêter Quelque grain pour subsister Jusqu'à la saison nouvelle. "Je vous paierai, lui dit-elle, Avant l'oût, foi d'animal, Intérêt et principal. " La Fourmi n'est pas prêteuse, C'est là son moindre défaut. Que faisiez-vous au temps chaud ? Dit-elle à cette emprunteuse. - Nuit et jour à tout venant, Je chantais, ne vous déplaise. - Vous chantiez ? j'en suis fort aise, Eh bien! dansez maintenant. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lafcadio Hearn, Gombo Zhebes: Little dictionary of creole proverbs, selected from six creole dialects. Translated into french and into english, with notes, complete index to subjects and briel remarks upon the creole idioms of Louisiana, New York, Will A Coleman, 1885
  2. Capon est un terme de reproche, plus ou moins synonyme de fourbe ou hypocrite
  3. À l'origine taiau désigne le cri du chasseur, en créole il sert pour désigner le chien de chasse
  4. Friandises offertes aux enfants chez l'épicier
  5. Rhum de canne
  6. http://www.centenary.edu/french/anglais/afcreoleanglais.html
  7. Cowan, James., Ed. La Marseillaise Noire (et autres poèmes de la Nouvelle-Orléans). Lyon: Editions du Cosmogone, 2001.

Source[modifier | modifier le code]

  • Valdman, Albert, Thomas A. Klingler, Margaret M. Marshall, et Kevin J. Rottet (eds.). 1996. The Dictionary of Louisiana Creole, Bloomington, Indiana, University Press.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Catharine Savage Brosman, Louisiana Creole Literature: A Historical Study, University Press of Mississippi, 2013 (ISBN 978-1617039102)
  • Lafcadio Hearn, Gombo Zhebes: Little dictionary of creole proverbs, selected from six creole dialects. Translated into french and into english, with notes, complete index to subjects and briel remarks upon the creole idioms of Louisiana, New York, Will A Coleman, 1885 [lire en ligne]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]