Couvent des Cordeliers d'Angers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Couvent de la Baumette)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Couvent des Cordeliers et Cordeliers.
Couvent des Cordeliers
Le couvent de la Baumette vu depuis la berge de la Maine
Le couvent de la Baumette vu depuis la berge de la Maine
Présentation
Date de construction 1452 - 1454
Protection Logo monument historique Classé MH (1946)
Géographie
Pays France
Département Maine-et-Loire
Localité Angers
Localisation
Coordonnées 47° 27′ 03″ N 0° 35′ 15″ O / 47.4507, -0.587647° 27′ 03″ Nord 0° 35′ 15″ Ouest / 47.4507, -0.5876  

Géolocalisation sur la carte : Angers

(Voir situation sur carte : Angers)
Couvent des Cordeliers

L'ancien couvent des Cordeliers d'Angers appelé également ancien couvent des Cordeliers de la Baumette ou ancient Couvent de la Baumette[1], est un édifice religieux fondé au XVe siècle par le roi René et situé à la limite sud de la commune d'Angers.

Historique[modifier | modifier le code]

Le bon roi René, comte d'Anjou et de Provence

Le Roi René était comte d'Anjou et comte de Provence, et à ce titre se rendait régulièrement en Provence. Il allait se recueillir dans la grotte du massif de Sainte-Baume consacrée à Sainte-Madeleine. De retour à Angers, le Roi René trouva certaines ressemblances entre le roc de la Sainte-Baume et le roc de Chanzé situé au sud d'Angers sur la Maine. Il décida d’y construire un monastère voué à la Sainte Marie Madeleine et qu’il appela "La Baumette", c’est-à-dire la petite Baume[1].

Le roi René posa la première pierre le 25 novembre 1452. Les bâtiments furent achevés le 30 août 1454. Les lettres de fondation datent du 30 janvier 1456, quand les Cordeliers s'y installèrent à la demande du roi René. Elles furent confirmées par les bulles du Pape Paul II du 6 décembre 1467.

Les Cordeliers étaient déjà présents à Angers depuis le XIIIe siècle. Leur domaine se situait en centre-ville, rue des Cordeliers et Cours des Cordeliers. Le roi René y fit édifier la chapelle de Saint-Bernardin, afin d'y déposer, une fois mort, le reliquaire contenant son cœur. Vendue lors de la Révolution française, la chapelle Saint-Bernardin fut détruite en 1794[2].

En 1596, les moines cordeliers furent remplacés par les moines récollets. Ces derniers y restèrent jusqu'à la Révolution française.

Lors de la Révolution française, le couvent fut vendu comme bien national.

En 1841, Les bâtiments furent restaurés et cette restauration permit de découvrir des décors peints sur l'édifice religieux, parmi lesquels des œuvres de grande qualité, telle la "Vierge de Pitié", riche en couleurs.

Description[modifier | modifier le code]

Photographie du cloître du couvent.
Le cloître en ardoise du couvent.
Photographie du couvent et de la rivière La Maine
Le couvent et la Maine vus en direction d'Angers.

Le corps de logis comporte une dizaine de pièces de grande taille, toutes d'origines, dont : réfectoire, cuisine, cave, buanderie.

Le couvent possède un cloître du XVIIIe siècle, une chapelle du XVe siècle possédant encore une voûte en châtaignier d'origine, et un autel du XVIIe siècle, offert par le maréchal de Brissac. À l'extérieur prennent places, une cour intérieure, un ancien cimetière jouxtant les bâtiments, ainsi que des jardins en terrasse taillés dans le schiste du Roc de Chanzé avec des bassins et puits.

Personnages célèbres[modifier | modifier le code]

Relevé d'un vitrail de l'église représentant Jean le Baptiste et Louis de Beauvau.

Bruneau de Tartifume, chroniqueur angevin relate dans ses écrits que François Rabelais fut novice au couvent des Cordeliers de la Baumette, de 1510 à 1520. Rabelais lui-même, en parle dans Gargantua (« je scay des lieux, à Chinon, à La Balmette et ailleurs, ou l’étable se trouve au plus haut du logis »). En effet, l’étable et la cave qui lui fait suite, sont creusées dans le roc de Chanzé, à un niveau supérieur aux habitations[3].

Geoffroy III d'Estissac, dont le secrétaire particulier était Rabelais, y résida également.

Le célèbre poète Joachim du Bellay fut également un habitué des lieux.

En 1598, le roi de France Henri IV, résidant à Angers lors de la préparation de l'édit de Nantes, vint entendre les vêpres au couvent de La Baumette.

Monument historique[modifier | modifier le code]

En 1946, le couvent des Cordeliers de la Baumette, fut classé au patrimoine des Monuments historiques[4].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

De nos jours, l'ancien couvent des Cordeliers est un lieu en grande partie réhabilité. Le bâtiment principal est utilisé comme lieu d'expositions artistiques et culturelles.

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Site officiel: Ancien Couvent de la Baumette à Angers, ancien couvent des Cordeliers puis des Récollets, fondé au XVe siècle par le roi René.

Sources[modifier | modifier le code]