Courtételle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Courtételle
Blason de Courtételle
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Jura
District Delémont
communes limitrophes
(voir carte)
Haute-Sorne, Develier, Delémont, Rossemaison, Châtillon
Maire Jean-Louis Chételat
Code postal 2852
N° OFS 6710
Démographie
Gentilé Les Guégelles
Population 2 501 hab. (31 décembre 2013)
Densité 184 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 21′ 00″ N 7° 19′ 00″ E / 47.35, 7.3166666666747° 21′ 00″ Nord 7° 19′ 00″ Est / 47.35, 7.31666666667  
Altitude 441 m
Superficie 1 357 ha = 13,57 km2
Divers
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton du Jura

Voir sur la carte administrative du Canton du Jura
City locator 14.svg
Courtételle

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Courtételle

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Courtételle
Liens
Site web www.courtetelle.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Courtételle (ancien nom allemand : Cortitel) est une commune suisse du canton du Jura, située dans le district de Delémont.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Courtételle se trouve à 4 km à vol d’oiseau au sud-ouest de Delémont, dans la vallée de la Sorne. Le territoire communal s’étend de 441 mètres (altitude du village) à 1 133 mètres, au lieu-dit Mont-Dessus, sur la chaîne du Vellerat, au sud de la localité.

Au nord, le Bois-des-Chaux, qui culmine à 614 mètres d’altitude, marque la frontière avec la commune voisine de Develier.

La commune est traversée par le Ruisseau de Châtillon, un affluent de la Sorne.

Le hameau de Courtemelon fait partie de la commune de Courtételle.

Histoire[modifier | modifier le code]

La région autour de Courtételle était habitée à l’âge du fer puis à l’époque romaine, comme le témoignent les découvertes archéologiques des années 1970.

La première mention du village remonte à 1178, sous le nom de Curtetele.

Comme les autres villages libres de la seigneurie de Delémont, Courtételle revint à l’Évêché de Bâle en 1271.

De 1793 à 1815, Courtételle a appartenu à la France, dans le département du Mont-Terrible, puis dans celui du Haut-Rhin. Suite à une décision du Congrès de Vienne, en 1815, la commune de Courtételle a été attribuée au canton de Berne.

Depuis le 1er janvier 1979, la commune fait partie du canton du Jura.

Les familles Berdat, Beuchat, Cerf, Chételat, Comte, Freléchoz, Frund, Hennet, Joliat, Membrez, Parrat, Rais, Rossé et Schaffter sont originaires de Courtételle.

Formation[modifier | modifier le code]

Fondation rurale interjurassiene (ancienne École d’agriculture de Courtemelon) Site de la fondation

Économie[modifier | modifier le code]

Le village de Courtételle s'est industrialisé durant la deuxième moitié du XIXe siècle, notamment avec le développement d’ateliers de boîtes de montre. Dès 1975, la crise de l'industrie horlogère a provoqué la disparition de nombreux emplois.

Aujourd'hui, l'industrie locale offre des emplois dans les domaines de la construction métallique et de la mécanique de précision.

Le village abrite de nombreux pendulaires travaillant à Delémont.

Transports[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Maruska Federici-Schenardi, L’habitat rural du haut-Moyen Âge de Develier-Courtételle, 1997
  • Maurice Joliat, Généalogie des familles Joliat de Courtételle, Bassecourt, 2004
  • Antoine Joliat, Généalogie des familles Joliat de Courtételle, Bassecourt, 2004

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Population résidante permanente et non permanente selon les niveaux géographiques institutionnels, le sexe, l'état civil et le lieu de naissance », sur Office fédéral de la Statistique.
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  3. François Noirjean, « Froidevaux, Léon » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du 5 juin 2007.

Sur les autres projets Wikimedia :