Course à pied pieds-nus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Barefoot runner sur de l'asphalte.

La course à pied pieds-nus désigne le fait de courir sans chaussure. Cette pratique gagne progressivement en popularité depuis la seconde moitié du XXe siècle, en marge de la communauté de la course à pied, mais aussi chez des coureurs professionnels, plusieurs champions olympiques ayant adopté cette technique. Les coureurs pieds-nus (Barefoot runners en anglais) rôdés préfèrent les surfaces dures aux terrains plus doux (pelouse, plage…); quelques-uns s'aventurent même à quitter la route.

Le gourou Ken Bob Saxton[1], pionnier de la course à pied pieds-nus originaire de la Californie, constitue en quelque sorte la tête de ce mouvement.

Plusieurs études scientifiques[Lesquels ?] présentent les bénéfices de cette forme de course à pied qui réduit les chocs traumatiques qui entraînent des troubles musculosquelettiques, mais il n'y a pas de consensus sur l'avantage/coût de cette pratique.

La pratique du « courir naturel » englobe celle de la course à pieds-nus et celle de la course à pied minimaliste (coureur équipé de chaussures de course à pied légères et peu structurées dites minimalistes, type sandales, huaraches (en), gants de pied)[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Selon une théorie de l'évolution, la course à pied serait issue de la spécialisation du genre Homo dans la course de fond : le passage de la quadrupédie à la bipédie ayant fait perdre la possibilité de courir sur une faible distance à la vitesse la plus rapide possible, le genre Homo a développé la course d'endurance il y a environ deux millions d'années pour pratiquer le charognage puis la chasse à l'épuisement[3].

La technique de course à pied pieds-nus[modifier | modifier le code]

La course à pied pieds-nus consiste à propulser son corps en poussant du sol par la plante du pied plutôt que le talon, le pied touchant à terre directement sur la projection au sol de la ligne des hanches. « La force de propulsion ne doit agir que lorsque le pied a fini de se poser à terre. Heurter le sol du pied, en particulier par le talon, traumatise le corps et rend le coureur susceptible d'être blessé »[4]. Il s'ensuit que les chaussures de course à pied munies d'importantes semelles entravent ce mouvement naturel. Selon le docteur en biomécanique Daniel E. Lieberman, la foulée médio-pied est potentiellement moins traumatisante pour le corps que la foulée talon, le talon recevant un choc équivalent à trois fois le poids du corps tandis que le milieu du pied (la plante) amortit le choc sur une plus grande surface [5].

Coureurs à pied connus[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Christopher McDougall, Born to run (né pour courir), Guérin, 2012
  • Frédéric Brossard et Daniel Dubois, Barefoot et minimalisme, courir au naturel, éditions Amphora, 2012

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Q&A with Ken Bob Saxton, barefoot-running pioneer
  2. Yannick Cochennec, « Barefoot: les minimalistes de la course à pied tracent leur route », sur Slate,‎ 8 novembre 2011
  3. (en) Dennis M. Bramble & Daniel E. Lieberman, « Endurance running and the evolution of Homo », Nature, no 432,‎ 2004, p. 345-352
  4. Gordon Pirie: Running Fast and Injury Free 21
  5. (en) Daniel E. Lieberman et col, « Foot strike patterns and collision forces in habitually barefoot versus shod runners », Nature, vol. 463, no 7280,‎ 28 janvier 2010, p. 531-535 (lien DOI?)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]