Cournon-d'Auvergne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cournon.
Cournon-d’Auvergne
Vue panoramique de la commune de Cournon-d’Auvergne
Vue panoramique de la commune de Cournon-d’Auvergne
Blason de Cournon-d’Auvergne
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Puy-de-Dôme
Arrondissement Clermont-Ferrand
Canton Cournon-d’Auvergne (chef-lieu)
Intercommunalité Clermont Communauté
Maire
Mandat
Bertrand Pasciuto
2014-2020
Code postal 63800
Code commune 63124
Démographie
Gentilé Cournonnais, Cournonnaises
Population
municipale
19 063 hab. (2011)
Densité 1 026 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 44′ 32″ N 3° 11′ 50″ E / 45.7422222222, 3.1972222222245° 44′ 32″ Nord 3° 11′ 50″ Est / 45.7422222222, 3.19722222222  
Altitude Min. 314 m – Max. 542 m
Superficie 18,58 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cournon-d’Auvergne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cournon-d’Auvergne
Liens
Site web http://www.cournon-auvergne.fr/

Cournon-d’Auvergne est une commune française, située dans le département du Puy-de-Dôme en région d’Auvergne. Cournon-d’Auvergne fait partie de l'aire urbaine de Clermont-Ferrand.

Ses habitants s'appellent les Cournonnais, Cournonnaises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La ville est contigüe de Clermont-Ferrand et fait partie de de la communauté d’agglomération de Clermont Communauté. Elle est la deuxième ville du Puy-de-Dôme et la septième de la région d’Auvergne[1].

La ville est située à 12 kilomètres au sud-est de Clermont-Ferrand, à 6 km à l’est d’Aubière, à 3 km au nord du Cendre, à 30 km à l’ouest de Thiers.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Cournon-d’Auvergne[2]
Lempdes Mezel, Dallet
Aubière Cournon-d’Auvergne[2]
Orcet Le Cendre Pérignat-sur-Allier

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]
Photographie de la route départementale 8
La RD 8

La ville de Cournon-d’Auvergne est traversée :

Aménagements cyclables[modifier | modifier le code]

De nombreux aménagements cyclables arpentent la ville :

  • D 212 vers Pérignat-sur-Allier et Saint-Bonnet-lès-Allier ;
  • avenue de la Libération (chemin séparé et partagé) ;
  • avenue du Midi ;
  • D 52 (boulevards Pasteur, Émile-Roux, Louis-de-Broglie) et vers Lempdes (chemin séparé et partagé) ;
  • boulevard Charles de Gaulle (chemin séparé et partagé) ;
  • Avenue Maréchal Joffre (sens unique est-ouest) ;
  • Avenue Maréchal Foch et Avenue des Dômes (sens unique ouest-est) ;
  • ancienne D 8 en direction de Lempdes.
Transport en commun[modifier | modifier le code]
Un bus de la ligne 6 du réseau de transports de l’agglomération clermontoise
En 2010, la ligne 6 desservait Cournon-d'Auvergne.

Cournon-d’Auvergne est desservie par trois lignes du réseau de transport urbain T2C :

  • la ligne C (exploitée avec des bus à haut niveau de service) relie Tamaris au lycée René-Descartes par le centre-ville de Clermont-Ferrand en desservant le centre-ville, 7 jours sur 7 ;
  • la ligne 22 relie le Lycée Lafayette à Pasteur (avec quelques courses prolongées à Hortensias, à la limite avec la commune du Cendre), 6 jours sur 7 du lundi au samedi ;
  • la ligne 34 (Lycée René-Descartes ↔ Centre-ville ↔ Le Cendre Bel Horizon), 6 jours sur 7 du lundi au samedi.
Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

Une gare SNCF est établie sur la commune : Sarliève - Cournon, desservie par des TER Auvergne entre les gares de Clermont-Ferrand (voire Moulins, Vichy, Riom), de Vic-le-Comte et d'Issoire (voire Brioude).

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Cournon-d’Auvergne est intégrée dans la communauté d’agglomération Clermont-Ferrand Communauté.

Les élus de la commune ont adopté le Plan local d'urbanisme le 15 octobre 2003. Celui-ci comprend un rapport de présentation, le projet d'aménagement et de développement durable, des orientations d'aménagement ainsi que des documents graphiques comprenant les différents secteurs qui peuvent être urbanisés. Les secteurs les plus urbanisés sont situés au sud (zones résidentielles). Les zones situées au nord ne peuvent pas être urbanisées[3].

La ville porte plusieurs projets urbains, tels la création de l'écoquartier du Palavezy ou la construction d'une nouvelle entrée de ville dans le secteur de « la Poëlade ». La ZAC des Toulaits est quant à elle sur le point d'être achevée[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans la carte de Cassini (vers 1777) et dans la carte d'État-Major, la commune s'appelait « Cournon ».

Le centre-ville de la cité chef-lieu est clairement marqué par son passé viticole. Très en pente, il a été fortifié au XIIIe siècle, quelques vestiges en ont été conservés (porte de la ville avec une tour carrée). Une église romane (église Saint-Martin) est aussi visible.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

  • Majorité municipale : le maire, 9 adjoints, 9 conseillers municipaux, 10 conseillers municipaux délégués[5]
  • Opposition municipale : 4 conseillers municipaux d'opposition[6]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1989 mars 2001 Catherine Guy-Quint PS Conseillère régionale d'Auvergne de 1998 à 1999.
Députée européenne de 1999 à 2009.
mars 2001 en cours
(au 28 septembre 2014)
Bertrand Pasciuto[7] PS Conseiller général du canton de Cournon-d'Auvergne

Budget[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Cournon-d’Auvergne est jumelée avec :

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution de la population[modifier | modifier le code]

Avec 18 501 habitants en 2007, Cournon-d'Auvergne est la deuxième commune la plus peuplée du département du Puy-de-Dôme derrière le chef-lieu de département et de région, Clermont-Ferrand, dont elle est limitrophe, mais devant Riom (18 040 habitants) et Chamalières (17 689 hab.). Elle est également la ville la plus jeune du département en termes de moyenne d’âge.

En 2011, la commune comptait 19 063 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 124 2 155 2 591 2 789 2 664 2 667 2 607 2 610 2 539
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 511 2 522 2 544 2 413 2 348 2 270 2 207 2 261 2 075
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 811 1 683 1 503 1 552 1 691 1 584 1 474 1 616 2 061
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
3 135 5 587 12 583 16 949 19 156 18 866 18 356 19 063 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2004[10].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

Cournon-d’Auvergne fait partie de l’académie de Clermont-Ferrand.

  • Écoles (élémentaires) : Léon Dhermain, Henri Bournel, Félix Thonat, Lucie Aubrac.Maternelles : Léon Dhermain, Henri Matisse, Pierre Perret, Henri Bournel. L'école maternelle Anne Sylvestre a été fermée en 2010.
  • Collèges : Collège de la Ribeyre (boulevard Pasteur), Collège Marc-Bloch (anciennement Le Stade)
  • Lycées : Lycée général et technologique René Descartes.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Marchés Nocturnes en juillet et août
  • Foire Internationale de Clermont–Cournon, en septembre
  • Foire de la Saint-Maurice, en septembre
  • Marché de Noël, en décembre
  • Festival jeune public Puy-de-Mômes, la 1re semaine des vacances de Pâques et celle la précédant
  • Sommet de l'élevage 2012

Santé[modifier | modifier le code]

Cournon a été en 2009 la ville ambassadrice du Téléthon dans les régions Rhône-Alpes et Auvergne.

Sports[modifier | modifier le code]

La ville dispose d’installations sportives à l’est :

  • le lac de Cournon, situé à l’extrémité est et à proximité de la rivière Allier (Rivière à Saumons CG63) (canoë-kayak)
  • le Stade de la Plaine de Jeux.

Cournon-d’Auvergne disposait d’une piscine couverte située avenue de l’Allier[11]. L’ancienne piscine étant trop vétuste, elle a été fermée le soir du 21 janvier 2011.
La nouvelle piscine communautaire Sud, dite L'Androsace, est ouverte depuis le 29 janvier 2011[12],[13] avec bassins en inox. Le coût de ce projet est de 6,5 millions d’euros hors taxes.

Club de football : Football Club de Cournon-d'Auvergne

Infrastructures culturelles[modifier | modifier le code]

La Coloc' de la culture, espace culturel géré par la municipalité

« La Baie des Singes » café-théâtre de Schraz.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Entreprises de la commune[modifier | modifier le code]

  • Cournon-d'Auvergne abrite le siège social de l'enseigne de magasins Babou.
  • Cournon-d'Auvergne abrite également le siège de la société CSP Pharmaceutique leader européen de la logistique pharmaceutique

Établissements les plus importants en effectifs :[14]

Sièges sociaux 
Centre Spécialités Pharmaceutiques (CSP) (1 200 salariés), OTI France Services (OFS) (380 salariés), NEODIS (180 salariés)
Établissement secondaire 
Atac Logistique (310 salariés)
Établissement public 
Commune de Cournon d’Auvergne (450 salariés)
Établissements industriels 
Clesse Industries (2008 : 19,6) – Fred Sabatier (12,9) – Mabamure Société d'exploitation (7,5) – Scieries du Centre Marcel Esbelin et Cie – Pasmeca Derigon – Valvert Rhône Auvergne
Établissements du BTP 
MECI - Gestion de projets d’ingénierie (8) – Ocebloc – BECI – ETTIC – Entreprise Générale de Bâtiment - EG2B – Rosa et Fils
Établissements du commerce 
Centre Spécialités Pharmaceutiques (104) ; Bornot et Serre (9,6) – Manutention Service (9,5) – Export Pharma (CSEP) (8,8) – A.T. Optimat 63 (7,4) – Aquableu (7) – SRD Com Aubière (Locutil - Cap Liberté) (6,4) – Service Auvergne Métaux – Jesimex – Puybaret Pro Négoces – Dorat – Détercentre 63 – Edec – Clermont Chimie – Cour (Noz) – MIC SIGNALOC – TOP PVC – Diffusion Produits Hermétiques – Forlane – Clermondis – Discontal – Jaune & Bleu – TBMD (Jour de Fête) – Boyer et Fils – Econergy – D'Class Ménager – Labo 63
Services 
Babou (422) – Arachnée Productions (14,9) – Transports Clauzet – La Routière…

NB : chiffre d'affaires en millions d’euros en 2009, sauf indication contraire.

Commerce[modifier | modifier le code]

Les commerces sont situés en principe dans la zone industrielle, le long de la D 772, de PUM Plastiques à Hyper Intermarché.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Zénith d'Auvergne
  • Stade Joseph Gardet
  • La Baie des Singes, salle de spectacle pluridisciplinaire

Quartiers de la ville[modifier | modifier le code]

  • Vieux Cournon
  • Cournon ZI
  • Le Lac
  • Les Baladères
  • Les Loubatières
  • Les Toulaits
  • Le Stade
  • La Croix Blanche
  • Le Cornonet
  • Les Vergers
  • La Motte
  • Le grand ensemble des Neuf Tours (3 tours plus anciennes et 6 autres plus modernes)
  • La Fontanille
  • La Ribeyre
  • La Poëlade
  • Le grand Mail (2013)
  • Le Palavézy (2014)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « Villes du département Puy-de-Dôme », sur Toutes-les-villes.com (consulté le 6 janvier 2012)
  2. Communes limitrophes de Cournon-d’Auvergne, Lion 1906
  3. Le plan local d'urbanisme (PLU)
  4. Projets d'urbanisme
  5. Liste de la majorité municipale
  6. Liste d'opposition
  7. Liste des maires 2014, site de la préfecture du Puy-de-Dôme (consulté le 28 septembre 2014).
  8. a et b Jumelage et coopération, site de la ville
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  11. « Piscines à Cournon-d’Auvergne », sur Site Internet Clermont Communauté (consulté le 7 juillet 2010)
  12. Piscine communautaire
  13. G.-V. Berthier, « Une piscine démocratique et durable », La Montagne,‎ 29 janvier 2011 (lire en ligne) (éditions de Clermont-Ferrand).
  14. Panorama des entreprises 2011, supplément gratuit au TV Magazine (supplément du dimanche de La Montagne du 13 février 2011)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]