Courants de pensée infirmière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les courants de pensée infirmière représentent les différents concepts (tant philosophiques que scientifiques) issus des réflexions portées sur la pratique clinique infirmière. Ils sont contemporains des courants de pensée philosophiques humanistes qui ont pu apporter différents éclairages, notamment sur les concepts de santé, de personne, d’environnement et de soin.

Par une approche théorique et documentée, les théoriciens des soins infirmiers ont établi des modèles conceptuels qui ont permis de structurer les fondements du raisonnement infirmier. Ces modèles ont aussi contribué à définir le métier d'infirmier et à en asseoir la reconnaissance au travers de l'histoire de la profession.

Ces courants de pensée infirmière, et leurs modèles conceptuels correspondants, guident aujourd'hui majoritairement la pratique clinique infirmière.


L'approche du « faire sur », « faire avec » et « être avec »[modifier | modifier le code]

L'approche du « faire sur », « faire avec » et « être avec » a été décrite par Suzanne Kerouac[1].

L'approche des « relations interpersonnelles »[modifier | modifier le code]

Les relations interpersonnelles en soins infirmiers ont surtout été décrites par des infirmières théoriciennes interactionnistes, notamment par Hildegard Peplau, dans la lignée des travaux de Florence Nightingale. L'essence de cette théorie se fonde sur la création et l'analyse d'une expérience partagée entre l'infirmier[2] et la personne soignée.

Le modèle montre qu'au travers de quatre étapes du développement de la relation infirmier-patient (orientation, identification, exploitation, résolution), l'infirmier va endosser en fonction de la situation un des six rôles qui lui sont dévolus (personne étrangère, personne ressource, rôle éducatif, leader en soins infirmiers, substitut [maternel], conseillère).

Selon Peplau, le résultat de cet échange donnera lieu pour le patient comme pour le praticien à un apprentissage expérimental, des stratégies d'adaptation améliorées et une croissance personnelle. Par exemple, lorsque l'infirmier porte de l'attention à son patient, il développe ainsi une image générale de la situation du patient ; l'infirmier valide ensuite ses impressions en les vérifiant auprès du patient avec exactitude, notamment à l'aide d'une anamnèse.

L'approche des « besoins primaires »[modifier | modifier le code]

Les besoins primaires ont été décrits par Virginia Henderson[1] alors infirmière et Abraham Maslow psychologue humaniste. Lorsque Virginia Henderson décrit quatorze besoins fondamentaux propres à l'Homme, Maslow les classe en cinq niveaux à satisfaire pour atteindre ce qu'il nommera « l'accomplissement personnel ». Les besoins fondamentaux tiennent compte des besoins primaires, secondaires et tertiaires.

Le modèle conceptuel décrit les réactions des personnes face à la perturbation des besoins fondamentaux et la motivation à s'améliorer en fonction des changements induits.

En étudiant les réactions des praticiens face aux personnes dans ces situations, Virginia Henderson a mis en exergue leur rôle d'aidant, complétant le rôle de substitut proposé par Hildegard Peplau. Aujourd'hui, ce modèle sert de support de travail pour l'utilisation des diagnostics infirmiers.

L'approche du Caring de Jean Watson (1978)[modifier | modifier le code]

Article connexe : Jean Watson.

L'approche du « prendre soin » ou du « caring » a été développée par Jean Watson[1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Kerouac, Suzanne, La pensée infirmière, Maloine, Paris, 1996 (ISBN 2224022840)
  • (en) Henderson, Virginia, Principles and Practice of Nursing, Macmillan, New York, 1978 (ISBN 0023535806)
  • Watson, Jean, Le caring philosophie et science des soins infirmiers, Édition Seli Arslan, Paris, 1998 (ISBN 2842760115)
  • Dossier "Les théories de soins infirmiers", dans la revue Soins n°724, avril 2008 (ISSN 0038-0814)
  • Article "Réflexions sur les philosophies de soins", dans la revue Gérontologie et Société, n°118, septembre 2006. Publié sur le site de l'auteur.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • ARSI, Association de Recherche en Soins Infirmiers

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Voir Bibliographie
  2. Lire infirmière, infirmier.