Courant d'arrachement

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vue aérienne latérale d'un courant d'arrachement

Un courant d'arrachement, flot de retour, courant de déchirure ou courant sagittal, est un fort courant de retour qui entraîne en direction du large les eaux apportées par les grosses vagues qui se brisent sur les plages[1],[2]. Ce courant peut être accentué par la marée descendante. Le flux caractéristique de ce courant est d'entre 0,5 et 2,5 mètres par seconde et peut changer de place le long de la plage selon la marée et la houle au large.

On peut retrouver ce phénomène autant le long de la mer que le long des vastes lacs comme les Grands Lacs d'Amérique. On reconnaît généralement les zones où ils coulent par une surface plus calme que le reste de la plage, par une couleur différente de l'eau et un niveau de la mer plus bas que les environs.

Causes[modifier | modifier le code]

Zone de convergence, vue de la plage, montrant la présence d'un courant d'arrachement vers le large
Processus de formation : les vagues entrent, le flux de ressac sort par une ouverture dans le banc de sable et crée le courant d'arrachement.

Le vent et les vagues amènent de grandes quantités d'eau sur la plage alors que le ressac des vagues précédentes est évacué latéralement. Ce flux d'eau parallèle aux plages ne peut retourner vers le large que s'il trouve une ouverture dans le mur d'eau venant du large. Ceci se produit généralement dans des discontinuités de profondeur dans un banc de sable, sous une jetée ou un quai, ce qui force l'eau qui évacue dans un mince couloir et accélère le flux. À cet endroit, les courants entrants et sortants existent, mais comme ils sont opposés, l'eau semble s'écouler à faible vitesse[3].

Certaines plages sont particulièrement connues pour ce genre de phénomène alors qu'il n'apparaît qu'occasionnellement sur d'autres. Son apparition est reliée à la configuration du relief et au comportement des vagues[2]. Lorsqu'une vague remonte vers le littoral, le fond marin s'élève et la masse d'eau est donc forcée vers le haut, augmentant la hauteur de son sommet et pour compenser cette augmentation de hauteur, le niveau moyen de l'eau s'abaisse par conservation de masse. Lorsque la vague se brise, le niveau moyen remonte.

Si on considère deux vagues, la première passant sur un banc de sable (immergé ou non) et l'autre par un goulot entre deux bancs, la première se brisera au sommet du banc mais l'autre ne se brisera que plus loin sur la plage. Le niveau moyen de l'eau continuera donc de baisser dans le second secteur alors qu'il remontera dans le premier. Le ressac va donc naturellement s'écouler vers ce plus bas niveau[2],[3].

Dangers[modifier | modifier le code]

Panneau d'avertissement à Montalivet

L'illusion de calme attire les baigneurs. Cependant, quand les vagues venant du large faiblissent, ils sont emportés loin de la plage. Quand ils essaient de nager à contre-courant, ils se fatiguent, faiblissent et finissent par se noyer. Même quelqu'un ayant pied et se tenant debout dans ces endroits peut être emporté s'il est suffisamment immergé dans l'eau pour qu'il se mette à flotter ou que le courant lui fasse perdre l'équilibre[4].

Ces courants font environ cent morts par année aux États-Unis et plus de 80 % des sauvetages le long des plages sont effectués à la suite de baigneurs pris dans ce phénomène. Pour survivre à une telle expérience, le nageur doit se déplacer parallèlement à la plage pour s'éloigner du corridor du courant d'arrachement, puis revenir vers la plage avec les vagues[4]. Il est fortement recommandé d'obéir à toute signalisation avisant les baigneurs de la présence de ces courants, de ne pas se baigner près des quais, des jetées et des ouvertures dans les bancs de sable, et de toujours utiliser des plages surveillées.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Les courants d'arrachement sont particulièrement importants lors de tempêtes, comme les cyclones tropicaux passant au large. Certains surfers les utilisent, à grand risque, afin d'atteindre le large avec moins d'efforts. Les sauveteurs peuvent également les utiliser pour atteindre des nageurs en détresse plus rapidement.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Description
Site sur le sauvetage dans les baïnes

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Service hydrographique du Canada, « Courant sagittal », Glossaire, Pêches et Océans Canada,‎ 13 décembre 2012 (consulté le 6 janvier 2013)
  2. a, b et c Roland Garnier, Albert FalquésA et Nicholas Dodd, « Origine des courants d´arrachement bien établis », XIIes Journées Nationales Génie Côtier – Génie Civil, Cherbourg, Éditions Paralia,‎ 12-14 juin 2012 (DOI 10.5150/jngcgc.2012.008-G, lire en ligne [PDF])
  3. a et b (en) Sea Grant College program, « Rip current characteristics », Université du Delaware (consulté en 2008-09-24)
  4. a et b (fr) Parc national du Canada de l'Île-du-Prince-Édouard, « Sécurité d'abord », Information aux visiteurs, Parcs Canada,‎ 17 novembre 2003 (consulté en 2008-09-24)