Courant Al Mahaba

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Courant Al Mahaba
تيار المحبة
Présentation
Leader Hechmi Hamdi
Fondation 3 mars 2011
Représentation
Constituants
7 / 217
Ministres
0 / 29

Le Courant Al Mahaba[1] (تيار المحبة) ou Courant de l'amour est une « initiative politique indépendante »[2] tunisienne mise en place dans la perspective de l'élection de l'assemblée constituante du 23 octobre 2011. Elle est d'abord connue sous le nom de Pétition populaire pour la liberté, la justice et le développement (العريضة الشعبية للحرية والعدالة والتنمية).

Fondation[modifier | modifier le code]

Ce regroupement est fondé le 3 mars 2011, après la révolution qui chasse le président Zine el-Abidine Ben Ali[3].

Son leader, le millionnaire[4] Hechmi Hamdi, originaire du gouvernorat de Sidi Bouzid, réside à Londres où il a écrit dans les colonnes du quotidien Asharq al-Awsat avant de lancer sa propre chaîne de télévision, Al Mustaquilla[5], en 1999[2]. De tendance islamiste à l'origine, Hamdi est ensuite devenu un allié du régime de Ben Ali[4].

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Plusieurs candidats de la Pétition populaire obtiennent des sièges à l'assemblée constituante, mais la possibilité d'une invalidation de ses résultats pour de multiples infractions aux réglementations régissant la campagne électorale est évoquée dès les premiers décomptes[6]. Le 27 octobre, l'Instance supérieure indépendante pour les élections prononce effectivement l'invalidation des listes de la Pétition populaire dans six circonscriptions, principalement pour non-respect des délais de campagne officielle et pour avoir présenté d'anciens responsables du Rassemblement constitutionnel démocratique de Ben Ali, lui faisant perdre plusieurs élus au profit des autres listes[7]. Hamdi annonce dans la foulée le retrait de ses autres listes[8] avant de se rétracter en décidant de présenter des recours en vue de la réhabilitation de ses listes[9].

Le Tribunal administratif tranche en faveur de la Pétition populaire le 8 novembre et lui réattribue sept de ses huit sièges perdus[10].

Défections[modifier | modifier le code]

Par la suite, neuf têtes de liste affirment le 11 novembre être « libres de tout engagement envers quiconque » après avoir constaté « les tentatives menées par Hechmi Hamdi dans le dessein de les priver de leur volonté, ainsi que sa persistance à s'emparer du pouvoir décisionnel dans des affaires qui les concernent directement sans pour autant les consulter »[11].

À la suite de multiples défections, seuls huit représentants continuent de se réclamer de la Pétition en décembre 2011[12].

Idéologie[modifier | modifier le code]

Après une campagne électorale populiste promettant des aides sociales aux électeurs (allocation mensuelle de 200 dinars pour les chômeurs et soins médicaux gratuits pour tous les citoyens) et vu le bon score des partis conservateurs (Ennahdha et Congrès pour la République) par rapport à celui des partis progressistes, le leader du Courant Al Mahaba, Hechmi Hamdi, affiche une attitude de plus en plus islamiste et ajoute à son programme des projets à caractère religieux (création d'un office de la zakât et création d'une fondation internationale pour la Sîra). Ainsi le parti propose d'adopter l'islam comme source principale de la législation dans la Constitution[13]. Cette proposition ayant été rejetée, Hamdi qualifie la constitution d'« enfant bâtard »[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « Tunisie : Hechmi Hamdi annonce la création du « courant d'al-Mahaba » », GlobalNet, 22 mai 2013
  2. a et b (fr) « Mais qui est ce Hachemi Hamdi qui suscite tant de polémiques ? », Leaders, 25 octobre 2011
  3. (en) Sana Ajmi, « People's Petition for Freedom, Justice and Development », Tunisia Live, 25 octobre 2011
  4. a et b (en) « Surprise Tunisian poll success for London-based millionaire », Agence France-Presse, 25 octobre 2011
  5. (fr) Farouk Touzi, « Hachmi Hamdi, qui est-ce cet homme-surprise ? », Tixup, 24 octobre 2011
  6. (fr) « Des procédures seront lancées contre Hachemi El Hamdi », Business News, 24 octobre 2011
  7. (fr) « Les listes de la pétition populaire tombent dans six circonscriptions (ISIE) », Tunisie Soir, 27 octobre 2011
  8. (fr) « Hechmi Hamdi annonce le retrait de ses listes », Leaders, 27 octobre 2011
  9. (fr) « Hechmi Hamedi renonce à retirer les listes d'Al Aridha de la constituante », Tunis Afrique Presse, 29 octobre 2011
  10. (fr) « El Aridha récupère sept sièges et redevient la troisième force politique », Leaders, 8 novembre 2011
  11. (fr) « 9 têtes de listes d'Al-Aridha se démarquent de H. Hamdi », Leaders, 11 novembre 2011
  12. (fr) « Division au sein d'El Aridha El Chaabia : pour quelles chaises opteront-ils ? », Mosaïque FM, 23 décembre 2011
  13. (fr) « Tunisie : 1er article de la Constitution adopté, rejet de la loi islamique », Tuniscope, 4 janvier 2014
  14. (fr) « Le Courant d'Al Mahaba votera contre l’enfant bâtard », Business News, 25 janvier 2014

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Popular Petition » (voir la liste des auteurs)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]