Cour suprême du Danemark

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cour suprême du Danemark
Logo de la Cour suprême du Danemark.
Logo de la Cour suprême du Danemark.
Carte de l'organisation
Entrée de la Cour suprême au château de Christiansborg.

Région Drapeau du Danemark Danemark
Création 14 février 1661
Siège Château de Christiansborg (Copenhague)
Coordonnées 55° 40′ 33″ N 12° 34′ 44″ E / 55.675833, 12.57888955° 40′ 33″ N 12° 34′ 44″ E / 55.675833, 12.578889  
Langue Danois
Membres 19 : 18 juges et un président
Président de la Cour Børge Dahl
Site web http://www.domstol.dk/

Géolocalisation sur la carte : Europe

(Voir situation sur carte : Europe)
Cour suprême du Danemark

Géolocalisation sur la carte : Danemark (administrative)

(Voir situation sur carte : Danemark (administrative))
Cour suprême du Danemark

Géolocalisation sur la carte : Copenhague

(Voir situation sur carte : Copenhague)
Cour suprême du Danemark

La Cour suprême du Danemark (Højesteret en danois) a été créée par le roi Frédéric III de Danemark le 14 février 1661. Originellement sous l'autorité du roi, elle est rapidement devenue indépendante de fait jusqu'à voir son autonomie consacrée dans la nouvelle Constitution de 1849. La Cour suprême est la plus haute juridiction du Danemark et juge en dernier ressort.

Composition[modifier | modifier le code]

Børge Dahl, président de la Cour suprême depuis 2010.

La Cour suprême du Danemark est composée de 18 juges et d'un président nommés à vie, qui ne peuvent être révoqués que sur décision de justice. Bien qu'ils soient officiellement nommés par le monarque sur recommandation du ministre de la Justice, ce dernier est supposé suivre l'avis d'une commission indépendante, la Dommerudnaevnelsesraadet, qui rassemble un juge de la Cour suprême, deux autres juges, un avocat, et deux personnes issues de la société civile[1].

Compétence et organisation[modifier | modifier le code]

Ne possédant pas d'institutions chargées de l'examen de la constitutionnalité des lois (comme le Conseil constitutionnel en France ou la Cour suprême des États-Unis), les tribunaux danois ont acquis de fait cette prérogative, sans pour autant avoir le pouvoir d'abroger les lois qu'ils jugeraient inconstitutionnelles.

Il existe plusieurs manières de porter une affaire devant la Cour suprême du Danemark. Effectivement, après être passées devant un tribunal local les parties peuvent faire appel devant une haute cour qui jugera en dernier ressort sauf dans les cas où une commission indépendante présidée par un juge de la Cour suprême, la Procesbevillingsnaevnet, aura décidé que l'affaire peut être portée devant la Cour suprême. La réforme du 1er janvier 2007 a introduit une nouvelle disposition : une affaire soulevant une question de principe pourra être jugée en première instance, à la demande d'une des parties, par une haute cour afin de pouvoir faire appel devant la Cour suprême sans devoir passer par la commission indépendante. Il existe une dernière disposition qui permet au ministre de la Justice danois d'autoriser une affaire à être porter devant la Cour suprême[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Danemark cour suprême (Højesteret) », sur Infobase de jurisprudence constitutionnelle de la Commission de Venise (consulté le 18 septembre 2013)