Coupe des Alpes (automobile)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Stelvio, haut lieu de la Coupe des Alpes

La Coupe des Alpes (Alpine Rally en anglais) est un rallye automobile créé dans les années 1930, mais qui ne fut disputé de façon continue qu'à partir de 1946. La Coupe des Alpes acquit ses lettres de noblesse en 1950 en devenant une grande épreuve internationale. Longue de 3 000 à 4 000 km, elle traversait les Alpes de la France à l'Allemagne, par l'Italie, la Suisse, l'ex-Yougoslavie et l'Autriche. Elle fut longtemps considérée comme l'épreuve la plus sélective du championnat d'Europe des rallyes. Les difficultés croissantes pour organiser des courses sur route ouverte amenèrent sa disparition en 1971[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Initialement appelée Rallye des Alpes françaises de 1932 à 1946, interrompue par la Première Guerre mondiale, cette épreuve sera véritablement relancée dès la sortie du conflit armé généralisé par l'Automobile Club de Marseille Provence. En 1946 le futur pilote de Grand Prix Robert Manzon, vainqueur de la classe 1100 cm3, y réalise le meilleur temps absolu, avec cent points de handicap au volant de sa Simca 8[1]. En 1947 l'épreuve est renommée Rallye International des Alpes, avant que l'appellation définitive Coupe des Alpes ne devienne officielle au tout début des années 1950.

Les différentes coupes[modifier | modifier le code]

Le résultat du rallye est basé sur le principe des pénalités, attribuées pour chaque minute de retard aux contrôles horaires. Quelques épreuves chronométrées permettent de départager les ex-æquo. La difficulté du parcours et les moyennes imposées font que chaque année très peu de concurrents parviennent à respecter les temps impartis. Chaque équipage terminant l'intégralité de l'épreuve sans pénalité aucune se voit attribuer une « Coupe des Alpes », terme qui sera bientôt utilisé pour désigner cette course. Au total, 166 Coupes des Alpes furent attribuées entre 1938 et 1971.

La Coupe d'argent[modifier | modifier le code]

Autre spécificité de l'épreuve, une coupe d'argent est offerte au pilote étant parvenu à obtenir trois fois la Coupe des Alpes. Très convoité, ce trophée garantit un plateau de qualité, les meilleurs équipages renouvelant leur participation d'une année sur l'autre. Au cours de la période 1938-1971, la coupe d'argent fut attribuée huit fois seulement.

Année Coupe d'argent Marque(s) Coupes des Alpes
1951 Drapeau : Royaume-Uni Ian Appleyard Jaguar 1948 / 1950 / 1951
1956 Drapeau des Pays-Bas Maurice Gatsonides Jaguar et Triumph 1952 / 1954 / 1956
1963 Drapeau : France René Trautmann Citroën 1959 / 1962 / 1963
1964 Drapeau : Royaume-Uni Donald Morley Austin Healey 1961 / 1962 / 1964
1965 Drapeau : Royaume-Uni Paddy Hopkirk Triumph, Sunbeam et Mini Cooper 1956 / 1959 / 1965
1966 Drapeau : France Jean Rolland Alfa Romeo 1963 / 1964 / 1966
1969 Drapeau : France Jean Vinatier Renault et Alpine 1965 / 1968 / 1969
1969 Drapeau : France René Trautmann Lancia 1965 / 1968 / 1969

La Coupe d'or[modifier | modifier le code]

La Jaguar XK120 s'illustra dans la Coupe des Alpes au début des années 50 avec Ian Appleyard, premier pilote à obtenir une Coupe d'or.

La récompense suprême est la Coupe d'or, attribuée au pilote ayant obtenu la Coupe des Alpes trois années consécutives. Le Britannique Ian Appleyard (Jaguar), double vainqueur de l'épreuve (1950 et 1951) et non pénalisé lors des éditions 1950, 1951 et 1952 se la verra attribuer le premier. Le Français Jean Vinatier (Alpine Renault), vainqueur des éditions 1968 et 1969, non pénalisé en 1968, 1969 et 1971 (la course n'ayant pas été disputée en 1970), remportera également ce trophée[2].

Année Coupe d'or Marque Coupes des Alpes consécutives
1952 Drapeau : Royaume-Uni Ian Appleyard Jaguar 1950 / 1951 / 1952
1954 Drapeau : Royaume-Uni Stirling Moss Sunbeam 1952 / 1953 / 1954
1971 Drapeau : France Jean Vinatier Alpine Renault 1968 / 1969 / 1971

Palmarès de l'épreuve[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 1948, aucun classement n'était établi, le seul enjeu étant l'attribution d'une Coupe. À partir de 1949, le palmarès mentionne uniquement les vainqueurs de l'épreuve, indépendamment des Coupes attribuées aux concurrents non pénalisés. En 1953 elle devient la 6e manche chronologique du tout premier Championnat d'Europe des rallyes.

Année Pilote Copilote Voiture
1947[3] Drapeau : France Gaston Descollas Bugatti
Drapeau : France André Clermont Lancia Aprilia
1948[3] Drapeau : Royaume-Uni Ian Appleyard Drapeau : Royaume-Uni Dick Weatherhead Jaguar SS100
Drapeau : Royaume-Uni Leslie Potter Drapeau : Royaume-Uni Allen May Allard J1
Drapeau : France Gaston Descollas Drapeau : France Claire Descollas Lancia Aprilia
1949 Drapeau : France Gaston Gautruche Drapeau : France Claude Mazalon Citroën 11 BL
1950 Drapeau : Royaume-Uni Ian Appleyard Drapeau : Royaume-Uni Pat Appleyard Jaguar XK120
1951 Drapeau : Royaume-Uni Ian Appleyard Drapeau : Royaume-Uni Pat Appleyard Jaguar XK120
1952 Drapeau : Allemagne Alex von Falkenhausen Drapeau : Allemagne Kitty von Falkenhausen BMW 328
1953 Drapeau : Allemagne Helmut Polensky Drapeau : Allemagne Walter Schlüter Porsche 356
1954 Drapeau : Autriche Wolfgang Denzel Drapeau : Autriche Hubert Stroinigg Denzel-Porsche 1300
1955 Épreuve annulée (interdiction du sport automobile en France - drame du Mans)
1956[4] Drapeau : Allemagne Paul Ernst Strähle Drapeau : Allemagne Hans Encher Porsche 356
Drapeau : France Robert Buchet Drapeau : France Claude Storez Porsche 356
Drapeau des Pays-Bas Maurice Gatsonides Ed Pennybacker Triumph TR3
1957 Épreuve annulée (pénurie de carburant - affaire de Suez)
1958 Drapeau : France Bernard Consten Drapeau : France Roger de Lageneste Alfa Romeo Giulietta
1959 Drapeau : France Paul Condrillier Drapeau : France Georges Robin Renault Dauphine
1960 - GT Drapeau : France Roger de Lageneste Drapeau : France Henri Greder Alfa Romeo Giulietta SZ
1960 - Tourisme Drapeau : France José Behra Drapeau : France René Richard Jaguar Mark 2 3.8
1961 Drapeau : Royaume-Uni Donald Morley Drapeau : Royaume-Uni Erle Morley Austin-Healey 3000
1962 - GT Drapeau : Royaume-Uni Donald Morley Drapeau : Royaume-Uni Erle Morley Austin-Healey 3000
1962 - Tourisme Drapeau : France René Trautmann Drapeau : France Patrick Chopin Citroën DS19
1963 - GT Drapeau : France Jean Rolland Drapeau : France Gaby Augias Alfa Romeo Giulietta SZ
1963 - Tourisme Drapeau : Finlande Rauno Aaltonen Drapeau : Royaume-Uni Tony Ambrose Morris Mini Cooper S
1964 - GT Drapeau : France Jean Rolland Drapeau : France Gaby Augias Alfa Romeo Giulia TZ
1964 - Tourisme Drapeau : Royaume-Uni Vic Elford Drapeau : Royaume-Uni David Stone Ford Cortina GT
1965 - GT Drapeau : France Bernard Consten Drapeau : France Jean Hébert Alfa Romeo Giulia TZ
1965 - Tourisme Drapeau : France René Trautmann Drapeau : France Claudine Bouchet Lancia Flavia Zagato
1966 - SP[5] Drapeau : France Jean-François Piot Drapeau : France Jean-François Jacob Renault 8 Gordini
1966 - Tourisme Drapeau : France Jean Rolland Drapeau : France Gaby Augias Alfa Romeo Giulia GTA
1967 - SP Drapeau : Royaume-Uni Paddy Hopkirk Drapeau : Royaume-Uni Ron Crellin Morris Mini Cooper S
1967 - GT Drapeau : France Jean-Claude Andruet Drapeau : France Maurice Gélin Alpine A110
1967 - Tourisme Spéciale Drapeau : France Bernard Consten Drapeau : France Jean-Claude Péray Alfa Romeo Giulia GTA
1967 - Tourisme Drapeau : France Bob Neyret Drapeau : France Jean Terramorsi Citroën DS21
1968 Drapeau : France Jean Vinatier Drapeau : France Jean-François Jacob Alpine A110
1969 Drapeau : France Jean Vinatier Drapeau : France Jean-François Jacob Alpine A110
1970 Épreuve annulée (décision des autorités préfectorales)
1971 Drapeau : France Bernard Darniche Drapeau : France Alain Mahé Alpine A110 1600S

(nb: en 1965 Simo Lampinen remporte la catégorie Sport et Prototype nouvellement créée sur Triumph Spitfire[6]; pour sa dernière édition, la course est initialement retenue pour la troisième édition du Championnat international des marques. Les 36 partants n'étant pas un quota suffisant au regard des critères de la FIA (fixé à 50), la 32e Coupe des Alpes n'entre pas dans le décompte final du CIM)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Michel Morelli et Gérard Auriol, Histoire des rallyes : De 1951 à 1968, t. 1, Boulogne-Billancourt, ETAI,‎ 2007, 208 p. (ISBN 978-2-7268-8762-2)
  2. Revue Sport Auto, n°115, août 1971
  3. a et b pas de classement général
  4. ex-aequo
  5. SP = Sport & Prototypes
  6. 1965 European Rally Championship

Lien externe[modifier | modifier le code]