Coupe de l'America

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir America et Copa América.

Coupe de l'America

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

L'aiguière d'argent.

Généralités
Sport Voile
Création 1851
Participants 9 équipes (2013)
Site web officiel
Palmarès
Tenant du titre Oracle Team USA, Drapeau des États-Unis États-Unis
Crystal Clear app kworldclock.png
pour la dernière compétition voir :
Coupe de l'America 2013

La Coupe de l'America (America's Cup) est une compétition nautique internationale à la voile, voulue par ses initiateurs comme un défi amical et perpétuel entre Yacht Clubs de différentes nations et définie sous cette dénomination en 1857 par les membres du New York Yacht Club(NYYC)[1], vainqueurs, 6 ans plus tôt, en 1851, avec la goélette America, de la régate internationale originelle, organisée autour de l'île de Wight, par le Royal Yacht Squadron (RYS), en marge de l'exposition universelle de Londres.

Le trophée est une aiguière en argent, attribuée au Yacht Club vainqueur du défi jusqu'à sa remise en jeu. Fabriquée en 1848 pour le Royal Yacht Squadron par le bijoutier et orfèvre Robert Garrard de Londres comme trophée de la "Coupe de Cent Souverains", elle est ramenée au États-Unis, en septembre 1851 sous le nom de "Coupe de Cent Guinées", pour prendre en juillet 1857 son nom actuel de "Coupe de l'America", en hommage à la goélette victorieuse.

C'est une des plus anciennes compétitions sportives encore disputée de nos jours et se révèle être l'un des principaux théâtres de l'évolution de l'architecture navale en matière de voiliers de régates.

Suite à la régate de 1851 et à la création de la course en 1857, la première édition de la coupe de l'America ne sera disputée qu'après la guerre de Sécession, en août 1870. Après ces deux compétitions, lors desquelles un voilier "challenger" affrontait une flotte de voiliers "defenders", les adversaires se mesureront en duel ("match-racing"). Mais la seconde édition de 1871 se déroulera en deux duels successifs avec deux "defenders" du NYYC contre l'unique "challenger" du Royal Thames Yacht Club. C'est donc à partir de la 3e édition de 1876 que les régates opposeront, le "defender", tenant du titre, au "challenger" qui reléve le défi. Ce dernier est désigné par des régates de séléction depuis la 21e édition de 1970, régates qui prennent le nom de Coupe Louis-Vuitton en 1983, lors de la 25e édition. Chaque édition voit l'établissement d'un règlement particulier, appelé acte de donation, définissant entre autres les conditions de régates et le type de bateau utilisé basé sur une jauge de course, rédigé par le "defender" et le "challenger" de référence, c'est-à-dire le premier Yacht Club à défier le tenant du titre.

La 34e édition, la dernière en date, s'est déroulée en 2013. Le trophée est actuellement détenu par le Golden Gate Yacht Club, qui l'a emporté dans ses eaux, avec Oracle Team USA face à Emirates Team New Zealand du Royal New Zealand Yacht Squadron.



Histoire[modifier | modifier le code]

1851 : La régate et la goélette à l'origine de la coupe[modifier | modifier le code]

La goélette America et le tracé de sa route lors de la régate du RYS autour de l'Île de Wight, le 22 août 1851

Édition originelle :En 1850, on parlait déjà des deux cotés de l'atlantique de l'exposition internationale de 1851 qui serait organisée à Londres. John Cox Stevens, membre fondateur du NYYC en 1844, va entendre parler de l'intérêt que porte certains marchands de commerce maritime anglais à voir se confronter les rapides voiliers américains que sont les goélettes-pilotes, qui accostent leurs navires marchands, aux meilleurs yachts anglais, à l'occasion de la "Grande Exposition" (The Great Exhibition). L'idée ayant séduit le commodore du Yacht club new-yorkais, il va former, avec 5 autres membres du club, un syndicat pour faire construire un yacht, avec les caractéristiques des meilleurs goélettes-pilote du moment pour le faire courir dans les eaux britanniques, ce sera la goélette America. Conçue par George W Steers, elle sera lancée le 3 mai 1851, du chantier naval William H. Brown à New York. America sortira victorieuse de la régate du Royal Yacht Squadron, organisée autour de l'île de Wight, au sud de l'Angleterre, le 22 août 1851, face à 14 navires britanniques, dont le cotre Aurora qui terminera second.

La reine Victoria ayant suivi la course à bord de son yacht à vapeur le Victoria & Albert, à l'arrivée du vainqueur, on aurait répondu à la reine demandant qui était second : « Votre Majesté, il n'y a pas de second »[2],[3].

La victoire des Américains prête pourtant à controverses. America a ainsi manqué une marque du parcours qui n'était pas mentionnée clairement par les instructions de course, mais que tous les autres concurrents avaient respecté. Les Américains arguèrent du fait que les instructions de course n'étaient pas claires ; les Britanniques s'inclinèrent. De plus, il y avait bien un second : Aurora, qui arriva 8 minutes après America. Les deux navires n'étaient pas du tout du même gabarit et si l'on avait appliqué une règle de handicap, Aurora aurait été déclaré vainqueur, mais le règlement de course du RYS était spécifié sans temps compensé.

L'équipage d'America reçoit la coupe du vainqueur des mains de Thomas Egerton, Second Comte de Wilton et Commodore du RYS, et la reine Victoria fera une visite à bord de la goélette, le lendemain. Le trophée fut d'abord conservé par John Cox Stevens, l'homme initiateur du projet et Président du syndicat d'America. Puis la coupe sera, 6 ans plus tard, remise au NYYC,l'année du décès de John Cox Stevens, en 1857, par les autres membres du Syndicat à l'origine de la goélette. Sur leur impulsion et sous l'égide du NYYC, le trophée sera rebaptisé du nom du yacht victorieux, pour un challenge ouvert à tous Yachts Club de tous pays étrangers, dans l'esprit de la régate courue autour de l'île de Wight. Ils édicteront les premières règles du défi pour l'obtention de la coupe, dans l'acte de donation, plus connu en ses termes anglais de "deed of gift", le 8 juillet 1857, qui décrit brièvement les règles du duel, précisant que toute règle peut être remise en cause par consentement mutuel.

La Coupe de l'America était née, mais elle ne débute qu'en 1870, après la guerre de Sécession.


1870-1881 : Les premiers défis[modifier | modifier le code]

Arrivée de la 1re édition de 1870
Peinture : Samuel Colman, 1870

1reédition (1870) : Aucun défi pour la Coupe n'a été lancé avant celui du magnat des Chemins de fer, James Lloyd Ashbury avec la goélette Cambria, de 1868, qui avait battu la goélette "Yankee", de 1867, Sappho, dans le Solent au printemps 1870[4]. Ce succès a encouragé le Royal Thames Yacht Club à penser que la Coupe pouvait être ramené en Angleterre, et a officiellement lancé le premier défi en 1870, après avoir traversée l' Atlantique dans une course gagnée contre la Goélette Dauntless. Lord Ashbury fait entrer Cambria dans la course de la "Coupe de la Reine" du NYYC, à New York, le 8 août, contre une flotte de dix-sept goélettes, avec les temps compensés en fonction du tonnage. Cambria terminera seulement à la huitième place, derrière la goélette America quatrième et la Goélette Magic de 1857, propriété de Franklin Osgood, dessinée par Richard F. Loper et barrée par Andrew J. Comstock [5] , à la tête de la flotte[6].

2eÉdition (1871) : Pour la seconde Édition, essayant à nouveau, Lord Ashbury, sous les couleurs du Royal Harwich Yacht Club cette fois, propose un défi au meilleur des sept manches pour octobre 1871, que le NYYC à accepté, à condition qu'un bateau de la défense puisse être choisi dans la matinée de chaque course. Le nouveau yacht d'Ashbury Livonia a été battu deux fois de suite par la nouvelle goélette à dérive de Franklin Osgood Columbia , qui à abandonné à la troisième course après démâtage. Le yacht Sappho rentre alors en compétition en tant que "defender" et gagne les quatrième et cinquième courses, défendant ainsi avec succès la Coupe[7].

3eédition (1876) : Le défi de 1876, année du premier centenaire de la Déclaration d'indépendance des États-Unis, est venu du Royal Canadian Yacht Club et fut le premier à être disputé uniquement entre deux yachts. La goélette Madeleine, de 1868, un "defender" de la flotte de la précédente édition de 1870 du NYYC, a facilement défait le "challenger" Countesse of Dufferin, de 1876, conçu et barré par Alexander Cuthbert.

4eédition (1881) : Alexander Cuthbert a ensuite lancé un second défi canadien, concevant et finançant, le premier sloop pour la Coupe de l'America de 1881. Le petit challenger canadien de 65 pieds (19,81 m) Atalanta [8], de 1881, représentant le Bay of Quinte Yacht club, souffrait d'un manque de qualité dans sa conception et à connu un convoyage difficile dans le canal Érié entre le lac Ontario et New York. En revanche, le NYYC s'était prudemment préparé avec ses premiers essais de sélection. Le sloop en fer Mieshief, de 1879, conçu par Archibald Cary Smith, a été choisi parmi quatre autres candidats de même type, et a défendu avec succès la coupe de cette 4e édition.

1885-1887 : La jauge du New York Yacht Club[modifier | modifier le code]

Volunteer, le 27 septembre 1887.
Photo : John S Johnston

5eédition (1885) et 6e (1886) : En réponse au manque de compétences des défis canadiens, le Deed of Gift a été modifiée en 1881 pour exiger que seul les défis des Yacht Clubs maritimes soient acceptées et que les yachts challenger devront pouvoir naviguer, vers la zone de course, sans assistance. En outre, Archibald Cary Smith et le comité du NYYC, ont adoptés une autre règle de jauge, qui date de 1883, et qui régirait les prochaines courses. Elle intégrait la surface de voile et la longueur de la ligne de flottaison dans le handicap, avec des pénalités pour les lignes d'eau de plus de 85 pieds (25,91 m). L' architecte naval irlandais John Beavor-Webb a conçu les challengers Genesta (1884) pour le RYS et Galatea (1885) pour le Royal Nothern Yacht Club, suivant la conception britannique du "plank-on-edge", une coque étroite et profonde avec une lourde quille, faisant des yachts très raides, idéale pour la brise britannique[9]. Les deux bateaux viendront à New York en 1885 et 1886 respectivement, mais ne seront pas meilleurs que les sloops Puritan et Mayflower au couleur du NYYC, dont le succès dans les essais de sélection contre de nombreux autres candidats ont prouvé que le designer naval de Boston, Edward Burgess était le maître du "sloop au bon compromis"[10] (coque légère, large et peu profonde avec dérive). Ce paradigme de conception s'est avéré idéal pour le petit temps[11]. Pour la 6e édition, les régatiers de la Coupe vont disposer d'un nouvel amer d'importance, c'est la statue de la Liberté, même si son réassemblage, en baie de New York, n'est pas encore terminé, la compétition s'étant déroulé le mois précédant son inauguration.


7eédition (1887) : En 1887, Edward Burgess réédite son succès avec Volunteer, barré par Henry "Hank" Coleman Haff contre le yacht "challenger" écossais Thistle dessiné par George Lennox Watson pour le syndicat de membres du Royal Clyde Yacht Club, présidé par James Hilliard Bell et qui a été construit en secret. Même lorsque Thistle était en cale sèche à New York avant les courses, sa coque a été drapé pour protéger le secret de ses lignes. Thistle s'est avéré bien moins lèger que son adversaire, pour cause d'aménagement de confort de traversée plutôt lourd, dont on n'a pas pu délester complètement le voilier, au grand damne de son capitaine, John Barr[12].


1893-1903 : La jauge du Seawanhaka Yacht Club[modifier | modifier le code]

En 1887, en évolution du "Deed of Gift", après la 7e édition, le NYYC va adopter la jauge du Seawanhaka Corinthian Yacht Club, dans laquelle l'architecte naval de Bristol, Nathanael Herreshoff va trouvé des lacunes qu'il saura utiliser pour apporter des améliorations spectaculaires dans la conception de yachts et façonner les prétendants les plus importants et les plus extrêmes de la Coupe de l'America. Herreshoff et Watson vont fusionner la conception américaine des sloop et la conception des cotres britannique en concevant des coques avec un profil en S très prononcé et des élancements très fin. L' Utilisation de l'acier, du bronze, de l'aluminium et du nickel pour les nouvelle construction, ont permis d'allonger considérablement les courbes avant et arrière, étendant ainsi la ligne de flottaison, que de tels bateaux n'avait jamais eu, augmentant ainsi leur vitesse.

8eédition (1893) : Ce défi de la Coupe de l'America a été initialement limitée à 70 pieds (21,34 m) à la ligne de flottaison en 1889, mais les clauses mutuelles du nouveau Deed of Gift de 1887, ont contraint le Royal Yacht Squadron à retirer le prometteur challenger conçu par Watson, pour le comte Dunraven, Valkyrie, avant qu'il ne traverse l'Atlantique. Dunraven va concourir à nouveau en 1893, plaidant pour un retour à une longueur limite de plus de 85 pieds (26 m). Pour préparer ce défi anglais, des plus hors norme, on retrouve les quatre plus grands cotres britanniques jamais construits à cette époque: Britannia, Satanita, Calluna et Valkyrie II de Watson pour le défi de Dunraven. Pendant ce temps, les membres les plus riches du NYYC ont commandé quatre yachts pour être candidats à une participation en finale de coupe, en tant que defender, plus un pour affronter les anglais dans leurs eaux, dont trois à Nathanael Herreshoff, Navahoe, Colonia et Vigilant, ainsi que les deux autres aux designers de yachts de Boston, Jubilee à John B Payne et Pilgrim à Edward Burgess. Charles Oliver Iselin, dirigeant du syndicat du NYYC pour la Coupe, avait donné carte blanche à Herreshoff pour concevoir le "defender" américain, l'architecte naval a lui-même barré Vigilant en battant tous ses rivaux pendant les régates de sélection. Et Vigilant, barré par William Hansen a défendu avec succès la Coupe contre Valkyrie II[13].

9eédition (1895) : Pressé de concourir à nouveau, sur des bateaux de plus grande tailles encore, Dunraven lance un autre défi en 1895 avec un 90 pieds (27,43 m) à la ligne de flottaison, à la limite de la jauge. Le "challenger" conçu par Watson Valkyrie III a reçu de nombreuses innovations: Elle serait plus large que le défenseur, et a présenté le premier mât en acier[14]. Le NYYC a commandé un autre défenseur à Herreshoff, qu'il a construit dans un hangar fermé et lancé de nuit afin de cacher sa conception: c'est le yacht Defender. Valkyrie III a perdu la première manche, a été disqualifié dans la seconde après une collision avec Defender avant la ligne de départ, malgré sa victoire. Oliver C. Iselin, lui propose de recourir la manche, mais Dunraven refuse et dans la troisième manche, le challenger se retire de la compétition. Le dénouement des courses a laissé Dunraven amer et en désaccord avec les décisions du comité de courses de la Coupe et son adversaire. De retour en Angleterre, après avoir affirmé qu'il avait été trompé, son statut de membre honoraire du NYYC a été révoqué[15]. Henry "Hank" Coleman Haff, a été intronisé dans le "Hall of Fame" de la Coupe de l'América en 2004 pour sa victoire en tant que skipper de Defender, en 1895 . À 58 ans, Hank Haff est le plus vieux vainqueur de la Coupe, de toute l'histoire de la course[16].

Columbia contre Shamrock en 1899

10eédition (1899) : Le climat reste tendu entre "Yachtsmen" américains et anglais, jusqu'à ce qu' un homme d'affaire écossais, spécialisé dans le commerce des épices, Sir Thomas Lipton devienne le lanceur du défi de 1899 pour le Royal Ulster Yacht Club. William Fife a été choisi pour concevoir Shamrock, le bateau "challenger", en raison de ses succès passés dans les eaux américaines, avec des voiliers comme Clara et Minerva[17]. Les yachts ont, encore une fois, augmentés en taille, et Nathanael G. Herreshoff va concevoir, une nouvelle fois, le voilier "defender" : Columbia, un cotre de 40 m et équipé d'un mât en acier télescopique pour le compte du banquier et homme d'affaire John pierpont Morgan, membre du NYYC. Mais l'autre atout, de l'équipe des défenseurs a été sans conteste, le recrutement du skipper Charlie Barr. Ce dernier avait auparavant barré des voiliers conçus par Fife[18] dans les eaux "Yankee", et il a montré une parfaite coordination avec son équipage scandinave, trié sur le volet par ses soins. Charlie Barr mènera Columbia au succès avec 3 victoires à 0. Le fair-play de Sir Lipton renforcera la popularité de ce sport, ainsi que celle de sa marque de thé. Ce gentleman va également invité Thomas Edison à bord de son yacht à vapeur, Erin, pendant les régates, pour réaliser le premier film d'une édition de la Coupe et il lançera également une invitation à Guglielmo Marconi pour le féliciter et le remercier d'avoir mené avec succès une des premières démonstrations d'utilisation pratique, sur le sol américain, de la télégraphie sans fil (1200 messages transmis aux organisateurs et à la presse en temps réel) réalisée pour les régates d'essais entre Columbia et Shamrock.

11eédition (1901) : Malgré sa défaite avec son premier Shamrock, Lipton relève à nouveau le défi en 1901, se tournant cette fois vers George Lennox Watson pour concevoir Shamrock II, quatrième et dernier challenger dessiné par l'architecte naval écossais. Pour défendre la Coupe, trois voiliers vont s'affronter : Independence, le projet audacieux d'un architecte de Boston, Bowdoin B. Crowninshield financé par l'homme d'affaires Thomas W. Lawson. Ce yacht était capable de réaliser de très bonne performances, en raison de sa très longue ligne de flottaison, mais sa grande voilure est en partie mal maîtrisée et déséquilibrée et le voilier souffrait également de problèmes structurels qui ne lui permettront pas de l'emporter. Constitution, le nouveau "defender" conçu par Herreshoff, qui lui aussi sera éliminé, malgré le même nombre de victoires à l'issue des régates de qualifications que son principal rival. C'est Columbia, le "defender" d' Herreshoff de 1899, qui va être finalement choisi par les membres du Syndicat du NYYC pour disputer la phase finale. Les dernières régates victorieuses de Columbia avec Charlie Barr à la barre, vont les convaincre de le sélectionner. C'est le skipper qui a fait la différence. Columbia et son skipper vont gagnés, pour une seconde fois, la coupe face au second défi de Sir Lipton pour le Royal Ulster Yacht Club, Shamrock II, barré par Edward A. Sycamore, sur le même score qu'en 1899 de 3 victoires à 0.


12eédition (1903) : Sir Lipton va persisté avec un troisième défi en 1903, toujours sous les couleurs du Royal Ulster Yacht Club. Avec l'objectif de pouvoir repousser les défis de Lipton indéfiniment, le NYYC va investir un énorme budget pour la construction d'un seul candidat à la défense de la coupe, dont la conception va être de nouveau à la charge de Nathanael Herreshoff. Amélioré par rapport à Constitution, Columbia et leurs prédécesseurs, le nouveau défenseur Reliance reste le plus grand sloop de course jamais construit. Sa conception comportait un gouvernail lesté, des treuils à double vitesse sous le pont, et un pont en aluminium paré de liège qui cachait le gréement courant. La conception de l'équilibre du voilier a été exemplaire. Mais ce yacht extrême, exigeait aussi les compétences d'un excellent capitaine, qui ne pouvaient qu'être celles de Charlie Barr. Face à un adversaire tout aussi audacieux, Shamrock III barré par Robert Wringe, Charles Barr a conduit Reliance à la victoire en trois manches[19].

1914-1920 : Adoption de la Jauge Universelle[modifier | modifier le code]

vue en noir en blanc d'un voilier
Shamrock IV, à sir Thomas Lipton, challenger en 1920.

13eédition (1920) : Malgré l'immense succès de Reliance, le yacht n'a été utilisée qu'une seule saison, sa conception et son coût d'entretien lui interdisant d'être utilisé à d'autres fins que pour la défense de la Coupe. Le gigantisme des deux prétendants de 1903, encourage Nathanaël Herreshoff à faire des bateaux plus sain et plus durable, par l'élaboration d'une nouvelle règle qu'il va définir comme jauge universelle. Sir Lipton à longtemps plaidé pour une plus petite taille des yachts dans la nouvelle règle et en 1914, il se tourne vers Charles Ernest Nicholson pour concevoir son quatrième défi, et obtient un superbe design sous la forme de Shamrock IV. De son coté le NYYC fait une une nouvelle, mais dernière, fois appel à Nathanael Herreshoff pour la conception du "defender" américain, se sera Resolute, construit dés 1913. Mais cette 13e édition, qui devait être disputée dans les eaux new-yorkaises en 1914, ne va l'être qu'en 1920, après la Première Guerre mondiale. Malgré un beau challenge, Shamrock IV sous les couleurs du Royal Ulster Yacht Club, s'inclinera devant Resolute, dans un match serré, par 3 Victoire à 2[20].





1930-1937 : La jauge des « Classe J »[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Classe J (yacht).

Cette classe de voilier, dont le rating (la longueur pour la jauge) est défini, va être tacitement adoptée en 1930. Pour la première fois de l'histoire de la Coupe, les concurrents ne courent plus avec un handicap, c'est-à-dire en temps compensé, mais en temps réel car ils sont supposés avoir le même potentiel de vitesse. La classe J est l'une des classes de voiliers de la Jauge universelle qui avait déjà été utilisée pour le défi de 1920, mais avec un calcul de temps compensé[21]. Inspirée par les travaux de Nathanael Herreshoff sur la Jauge universelle, elle voit l'abandon du gréement aurique à grand-voile et flèche pour un gréement bermudien. La jauge tient compte des élancements et de la finesse de la coque, créant ainsi des bateaux très harmonieux.

14eédition (1930) : La jauge universelle a suscité un vif intérêt, en particulier dans la classe des voiliers de petite dimensions les "Classe M". Sans nul doute que la nouvelle règle représente une bonne occasion pour les Britanniques de conquérir la Coupe. Sir Lipton lancera un cinquième et ultime défi pour la Coupe de l'America, en 1929, à l'âge de 79 ans. La jauge des Classe J a été choisi pour la compétition, auquel ont été ajoutés les règles de la norme "A1" de la Lloyds afin d'assurer que les yachts aient aussi un bon niveau de sécurité de navigation. La longueur de la ligne de flottaison a été fixé entre 76 pieds (23,16 m) et 88 pieds (26,82 m), et il n'y aura aucune allocation de temps. Cette édition va connaitre une évolution technique concernant la voilure, les voiles bermudiennes vont remplacer le gréement aurique. Charles Ernest Nicholson a été choisi pour concevoir le challenger Shamrock V. De l'autre coté de l' Atlantique, et malgré le krach de Wall Street, quatre syndicats du New York Yacht Club vont se former pour répondre au défi du Royal Ulster Yacht Club et construire chacun un concurrent pour la défense de la Coupe[22]. Le site des régates a été déplacé à Newport, dans l'état de Rhode Island, où, non loin de là, à Bristol, le nouvel architecte naval de la Herreshoff Manufacturing Company, William Starling Burgess, fort de son succès dans la Classe M, va construire un des prétendant à la défense de la Coupe : Enterprise, le moins grand des "Classe J" pour le syndicat de Harold S. Vanderbilt. Dans le même temps, le fils de Nathanael Herreshoff, Lewis Francis Herreshoff, a conçu un bateau radical : Whirlwind, bien qu'il soit le bateau le plus avancé techniquement (avec ses formes d'étrave et d'étambot en pointe, style "canoë" et ses instruments électroniques), il sera manœuvré trop maladroitement pour s'imposer. Les anciens 75-pieds, Resolute et Vanitie, qui ont été refait et transformé en Classe J, seront les deux autres prétendants pour la place de "defender". Harold Vanderbilt, skipper de son yacht Enterprise, va remporté les épreuves de sélection avec beaucoup de difficulté. Mais lorsque Shamrock V se présente, c'est un yacht avec une coque et un mât en bois, quelque peu dépassé pour l'époque, et avec des résultats médiocres au vent. Le "Class J" Enterprise, quant à lui, équipé du premier mât en duralumin du monde, très léger avec ses 4000 lb (1 800 kg), a écrasé son adversaire, 4 victoires à 0[23].

Le Classe J Velsheda (1933)

15eédition (1934) : Sir Lipton décède en 1931, et c'est un anglais, industriel de l'aviation, Sir Thomas Sopwith qui va acheté Shamrock V avec l'intention de préparer le prochain défi. Aux compétences de Charles E. Nicholson, il va ajouté son expertise en aéronautique et sa connaissance des matériaux qui vont intensifier la rivalité technologique dans la course à l'innovation. En 1934, le Royal Yacht Squadron lance un défi pour le challenger de Sopwith, nouvellement construit, Endeavour. Le voilier a reçu d'importantes innovations, mais Sir Thomas Sopwith n'a pas réussi à conserver les services de l'ensemble de son équipage professionnel sur Shamrock V en raison d'un défaut de paiement des rémunérations. Il a du embauché des amateurs pour compléter son équipe, malgré tout Endeavour a été déclaré à l'unanimité comme le challenger le plus rapide de la Coupe, en remportant les deux premières régates. Des erreurs tactiques et l'inexpérience de l'équipage ont fait perdre au défi anglais les quatre régates suivantes face au nouveau "defender" de Harold S Vanderbilt, Rainbow, pour le New York Yacht Club, qui demeure invaincu dans la compétition[24].

16eédition (1937) : Dans le but de concourir à nouveau, Sir Thomas Sopwith se prépare un an plus tôt. En 1936, Charles Nicholson a conçu et construit Endeavour II, avec une longueur à la ligne de flottaison au maximum autorisé, et de nombreuses amélioration du gréement rendent le yacht encore plus rapide que son prédécesseur. Un changement des règles de la Coupe de l'America va permettre de ne déclarer le yacht participant que 30 jours avant le début de la compétition. Ainsi, les deux Classe J : Endeavour et Endeavour II vont être expédiées à Newport, où le Royal Yacht Squadron va organiser des séries de sélection avant de déclarer Endeavour II comme challenger. Du côté du New York Yacht Club, Harold S. Vanderbilt, en prenant tous les frais du "defender" à sa charge, va commandé à Starling Burgess, au courtier de yacht Drake Sparkman, et au concepteur de yacht Olin Stephens, la fourniture du design du prochain "defender" américain. Ils ont construit de manière anonyme six modèles de bateaux, qui ont été minutieusement testés en bassin de carène, jusqu'à ce que le modèle 77-C ait été choisi pour son meilleur rendement, projeté, par petit vent. Le "defender" qui va en résulter : Ranger était encore plus aboutie que son challenger, et Harold S. Vanderbilt va barré son dernier Class J pour sa troisième victoire d'affilée. Il rejoint ainsi Charlie Barr au rang des triples vainqueurs de la Coupe[25],[26].

Deux ans plus tard, débute la Seconde Guerre mondiale, qui va interrompre la compétition pendant prés de 19 ans, après la déclaration des hostilités en Europe.

1958-1987 : La jauge des « 12M JI »[modifier | modifier le code]

Les Classe J des années 1930 sont restés la référence pour la compétition de la Coupe, mais les réalités économiques de l'après-guerre démontraient que personne ne pouvait se permettre de concourir dans cette classe extrêmement coûteuse. Vingt et une années se sont écoulées depuis le dernier défi, le NYYC a cherché une alternative moins coûteuse afin de relancer l'intérêt pour la Coupe. En 1956, Henry Sears[27] propose l'idée de remplacer les yachts de la classe J par des 12 Metre (ou 12 m JI) suivant la Jauge internationale, qui font environ 65 à 75 pieds (20 à 23 m) de longueur totale.

17eédition (1958) : Le premier défi d'après-guerre en 1958, viendra de nouveau des britanniques. Briggs Cunningham, l'inventeur de l'appareil de contrôle de voile qui porte son nom, en tant que skipper et avec Henry Sears en tant que navigateur conduit Columbia le 12mJI conçu par Olin Stephens pour le New York Yacht Club, à la victoire contre Sceptre, barré par Graham Mann, qui a été conçu par David Boyd et construit par Alexander Robertson and Sons Ltd, pour le syndicat présidé par Hugh Goodson du Royal Yacht Squadron.

18eédition (1962)- Premier Challenger Australien : Le premier défi australien a été lancé en 1962, par Sir Franck Packer du Royal Sydney Yacht Squadron, avec le 12mJI Gretel, dessiné par Alan Payne et barré par Alexander Sturrock mais il a perdu face à Weatherly du New York Yacht Club , conçu par Philip Rhodes et barré par Emil B. Mosbacher. Parmi les spectateurs des régates, il y avait le président des États-Unis de l'époque : John Fitzgerald Kennedy et sa femme, à bord de l'USS Joseph P. Kennedy, Jr.

19eédition (1964) : Un deuxième challenger conçu et construit par le tandem Boyd / Robertson, Sovereign, pour le Royal Thames Yacht Club, cette fois, avec Paul Anderson à la barre a perdu contre Constellation, à Olin Stephens, conçu en 1964 pour Eric Ridder membre du New York Yacht Club et skipper du 12mJI.

20eédition (1967) et 21e (1970) : En 1967 et 1970, deux autres challengers australiens, Dame Pattie dessiné par Warwick Hood puis Gretel II sur un design d'Alan Payne, tous deux pour le défi du Royal Sidney Yacht Squadron vont perdre face à Intrepid, le 12mJI à la conception innovante d' Olin Stephens, qui en remportant deux fois de suite la Coupe va devenir le second yacht, après Columbia (1899 et 1901) à connaitre un tel succès pour le NYYC.

L'édition de 1970, à susciter un intérêt de la part de nombreuses équipes, suffisamment élevé pour que le NYYC permette au "Challenger of Record" (le yacht club présentant le premier défi pour la compétition) d'organiser une régate entre plusieurs concurrents dont le gagnant serait le challenger pour la finale de la Coupe. Ces nouvelles régates de sélection seront dès lors reconduites à chaque édition, à l'exception des années 1988 et 2010.

le 12M JI Freedom, vainqueur en 1980 avec Dennis Conner.

22eédition (1974), 23e (1977) et 24e (1980) : Alan Bond, un homme d'affaires australien très riche mais très controversé, va participer à trois défis infructueux en 1974, 1977 et 1980. En 1974 et 1977, la Coupe a été défendue avec succès par Courageous toujours sous les couleurs du NYYC, le 12mJI a été mené à la victoire par "Ted" Hood en 1974 face à Southern Cross du Royal Perth Yacht Club et par Ted Turner en 1977 face à Australia du Sun City Yacht Club. Australia reviendra en 1980 sous les couleurs du Royal Perth Yacht Club, mais sera battu cette fois-ci par Freedom barré par Dennis Conner pour le NYYC.

25eédition (1983)- Australia II gagne la Coupe : Alan Bond va revenir en 1983 pour un quatrième défi. Pour cette édition, il y eut sept concurrents en compétition pour la première Coupe Louis Vuitton, dont le vainqueur irait en finale de la Coupe de l'America contre le yacht du NYYC sélectionné à la suite de leurs propres essais. Le yacht de Bond, Australia II, conçu par Ben Lexcen, skippé par John Bertrand, et représentant le Royal Perth Yacht Club, a facilement remporté la série d'épreuves de sélection de la Coupe Louis Vuitton, et Dennis Conner avec Liberty a été quant à lui, sélectionné pour la défense de la Coupe.

Australia II, arborant le désormais célèbre pavillon au Kangaroo avec des gants de boxe, et disposant de la quille à ailettes controversée, conçu par Ben Lexcen, va donc participer à la finale, malgré des tentatives du NYYC de le faire disqualifier pour cette innovation imprévue. Dans les courses de la Coupe, les Australiens vont mal commencer la compétition avec des pannes d'équipements et de faux départs donnant une longueur d'avance au defender. Mais ce ne devait pas être une répétition des régates de ces 132 dernières années, car les australiens vont parvenir à gagner cette 25e édition de la Coupe de l'America par 4 victoires à 3 dans ce duel au meilleur des sept manches. C'est la première fois que le NYYC perd la Coupe dans l'histoire de la compétition, après 26 défis victorieux.

26eédition (1987) : Pour la première fois depuis sa création la Coupe de l'America va être défendue hors des États-Unis, dans d'autres eaux que celles de l'Atlantique, dans l'Océan Indien au large de Fremantle, en Australie occidentale, ce qui en fait une course, depuis lors, à la dimension véritablement internationale. Le New York Yacht Club sera le grand absent de la finale de cette 26e édition; c'est un autre club américain mais de la cote Est des États-Unis qui va le remplacer.

Et c'est en représentant le San Diego Yacht Club que Dennis Conner est venu pour tenter de reprendre la Coupe de l'America perdue en 1987. Avec son yacht Stars & Stripes 87, il gagne le droit d'accéder à la phase finale en remportant la Coupe Louis Vuitton 1987 contre une flottille, sans précédent, de 13 concurrents. En finale, il fait face à Iain Murray, barreur du "defender" Kookaburra III du Royal Perth Yacht Club, qui avait vaincu le 12mJI d'Alan Bond Australie IV dans les épreuves de sélection du "defender". Stars & Stripes 87 va défaire Kookaburra III quatre victoires à zéro. Et la coupe va revenir aux USA, mais du côté de la Californie et de San Diego, cette fois.

1988 : Le challenge du Mercury Bay Boating Club[modifier | modifier le code]

27eédition (1988) : Les Néo-Zélandais défient les Américains dans l'esprit des règles originelles. Ils construisent un immense monocoque de 27,5 mètres (à la ligne de flottaison, 36,57 m hors-tout), New Zealand - KZ1, doté d'un équipage de 30 à 40 personnes, qui perdra les deux régates des 7 et 9 septembre 1988 contre le catamaran Stars & Stripes - US1 de 18 mètres du défenseur[28].

Chaque équipe a tenté de faire invalider le bateau de l'autre avant la course en cour de justice, sans succès. Après la tenue de la course, l'équipe néo-zélandaise obtiendra la victoire le 28 mars 1989 par une décision de justice au motif qu'une course entre un monocoque et un catamaran était déloyale et pas dans l'esprit d'une compétition amicale entre pays, mais une cour d'appel annulera cette décision un an plus tard, en avril 1990.

On ne reverra pas de catamaran dans la Coupe de l'America avant l'édition de 2010.

1992-2007 : La jauge des « Class America »[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Class America.
Deux Class America

En 1992, suite aux controverses de 1988, une nouvelle jauge est définie, la « Class America ». En plus de contraintes de dimensions, cette jauge inclut des contraintes structurelles et de fabrication permettant de limiter le coût des bateaux en évitant d'y intégrer les dernières technologies.

Formule de jauge, en exemple, celle pour l'édition de 2007 : 
\frac{L + 1.25 \times \sqrt{S} - 9.8 \times \sqrt[3]{DSP}}{0.686} \leq 24.000 \, metres

  • L : Longueur (en mètres)
  • S : Surface de la voilure (en mètres carré)
  • DSP : "DiSPlacement", en français Déplacement


28eédition (1992) : En 1992, America³ de l'équipe "America³ Foundation" dirigé par le milliardaire Bill Koch et skippé par la légende de la voile Harry "Buddy" Melges pour le San Diego Yacht Club, a défait le challenger italien, aux couleurs du yacht club : Compagna della Vela di Venezia, Il Moro di Venezia (ITA 25), appartenant à Il Moro Challenge, team du milliardaire Raul Gardini et skippé par Paul Cayard, par 4 victoires à 1, dans les eaux californienne, de l'Océan Pacifique, de la baie de San Diego.

29eédition (1995) : En 1995, le syndicat du Royal New Zealand Yacht Squadron, avec un Class America nommé "Black Magic" en raison de sa coque noir et de sa vitesse étonnante, skippé par Russell Coutts, a remporté la série de sélection des challengers de la Coupe Louis Vuitton, avant de défaire facilement, le "defender" Young America de l'équipe de Dennis Conner, 5-0, et remporter ainsi la coupe pour la première fois pour la Nouvelle-Zélande. Bien que le yacht candidat Young America (USA 36) ai été défait par Stars & Stripes (USA 34), dans le cadre des séléctions du defender, le San Diego Yacht Club a choisi de défendre la Coupe sur Young America USA-36 avec l'équipage de Stars & Stripes. Les événements de la Coupe 1995, ont été marqué par le naufrage télévisée de One Australia au cours du quatrième round de la série de sélection du challenger. La série de sélection du defender a, quand-à-elle, connu le premier yacht avec un équipage en majorité féminins (avec un seul homme) : Mighty Mary USA-43.

30eédition (2000) : La 30e Édition de la coupe va bien se dérouler dans les eaux du Pacifique, mais dans l'hémisphère sud, cette fois, en Nouvelle-Zélande, à Auckland, en 2000, l'équipe du Team New Zealand, dirigée par Sir Peter Blake, du Royal New Zealand Yacht Squadron, avec le Class America New Zealand - NZL 60 de nouveau skippé par Russell Coutts, a battu le challenger italien Luna Rossa - ITA 45 de l'équipe Prada Challenge aux couleurs du Yacht Club Punta Ala. Pour se qualifié pour cette finale, les Italiens avaient remporté la victoire face aux américains de l'équipe d' America One du Saint Francis Yacht Club, lors de la finale de la Coupe Louis Vuitton. Ce fut la première Coupe de l'America sans challenger ou defender américain.

31eédition (2003) : De nombreux membres de l'équipe du Team New Zealand de la précédente édition ont intégré le Team Alinghi, le défi suisse pour l'édition de 2003, dirigé par Ernesto Bertarelli, entrepreneur dans le domaine des biotechnologies. Pour satisfaire à l'exigence de même nationalité pour les équipages , les membres néo-zélandais de l'équipe Alinghi ont élu domicile en Suisse.

Cette année-là, plusieurs challengers de qualité, se sont disputés le droit de participer à la finale de la Coupe à Auckland, lors de la série de sélection des challengers. L'équipe de Bertarelli représentant le yacht club suisse de la Société nautique de Genève (SNG), a battu tous ses rivaux dans les épreuves de la Coupe Louis Vuitton et à son tour, a gagné la Coupe de l'America avec Alinghi-Sui 64, barré par Russell Coutts par 5 victoire à 0 face à l'équipe Team New Zealand, avec Team New Zealand - NZL 82, barré par Dean Barker, aux couleurs du Royal New Zealand Yacht Squadron. Ce faisant, Alinghi est devenu la première équipe européenne depuis 152 ans de l'histoire de l'événement à gagner le trophée.

32eédition (2007) : Pour cette édition, la SNG a modifié certaines résolutions de l'acte, essentiellement en ne laissant que "construit dans le pays" comme seule condition de nationalité restante et les juristes de l'équipe suisse ont ajouté une nouvelle règle à effet rétroactif interdisant à tout marin ayant travaillé pendant six mois avec une équipe engagée dans la Coupe de changer d’employeur. Par le licenciement de Russell Coutts par Ernesto Bertarelli, le patron du Team Alinghi, le grand régatier était ainsi condamné à rester à terre en 2007. La 32e édition de la Coupe a eu lieu à Valence, en Espagne, dans les eaux de la mer Méditerranée. C'est la seconde fois, depuis la course originelle de 1851 autour de l'ile de Wight, que les régates ont lieu en Europe, et la première dans un pays différent de celui du défenseur (car la Suisse, malgré d'immenses lacs et une passion nationale pour la voile, n'a pas d'ouverture sur une "mer" ou un "bras de mer", comme spécifié dans l'acte). Onze clubs nautiques de 9 pays différents ont soumis des entrées officielles pour participer aux sélections du Challenger. La Coupe Louis Vuitton, a été courue du 16 avril au 6 juin 2007. Emirates Team New Zealand a remporté la série des challengers, en gagnant la finale 5 à 0 contre les Italiens de Luna Rossa et avec le Class America Emirates TNZ -NZL 92 toujours pour le Royal New Zealand Yacht Squadron a affronté Alinghi-Sui 100 entre le 23 juin et le 3 juillet 2007. L'équipe d' Ernesto Bertarelli : le Team Alinghi, a défendu avec succès la Coupe de l'America, 5 victoires à 2, sous les couleurs de la Société nautique de Genève.

2010 : Le challenge du Golden Gate Yacht Club[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Coupe de l'America 2010.
Le challenger victorieux BMW-Oracle - USA 17, 2010

Les Class America sont remplacés par des multicoques.

33eédition (2010) : Après que la Société nautique de Genève eut défendu avec succès le trophée de la 32e Coupe de l'America, le defender helvétique a accepté un défi du Club Náutico Español de Vela (CNEV), un yacht club espagnol fondé spécialement dans le but de concourir pour la coupe et tenter de conserver l'organisation de la régate à Valence. Lorsque la SNG et le CNEV ont publié leur protocole de la 33e Coupe de l'America, des critiques sur ses modalités se sont fait jour, certaines équipes et quelques clubs nautiques le jugeant comme le pire protocole dans l'histoire de l'événement[29]. Le Golden Gate Yacht Club (GGYC), va alors proposer son propre défi pour la Coupe et va également déposer une action en justice pour demander que le défi du CNEV soit annulé, comme étant inacceptable dans le cadre du Deed of Gift, et que le GGYC soit nommé en tant que véritable challenger, étant le premier club à déposer un défi conforme[30].

Il s'en suit une longue et acrimonieuse bataille juridique[31]. La Cour d'appel de New York décide finalement, le 2 avril 2009, que le CNEV n'est pas qualifié comme étant challenger valable, et que le GGYC serait donc le challenger légitime[32].

Après ce conflit, les deux parties étant incapables de s'entendre cordialement, le défi s'est résumé à un duel un contre un, sans aucun autre Yacht Club participant.

Cette édition s'est caractérisée par le gigantisme des voiliers, avec des yachts multicoques de 90 pieds (27 m), au meilleur d'une série de trois manches à Valence, en Espagne du 8 au 14 février 2010. La voile du trimaran BMW Oracle - USA 17, une aile rigide, a fourni un avantage décisif, et le "challenger" a ainsi remporté la 33e édition de la Coupe de l'America par 2 victoires à 0 face à Alinghi 5, le "defender"[33],[34],[35],[36].

2013 : La jauge des "AC 72"[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Coupe de l'America 2013.
Le "defender" de 2013 Oracle Team USA - 17

34eédition (2013) : Le premier "challenger" enregistré pour la 34e édition de l' America's Cup était le "Club Nautico di Roma", dont l'équipe de Mascalzone Latino avait participé aux séries de sélection des challengers de la Coupe de l'America 2007. [42] [43] En septembre 2010, le Golden Gate Yacht Club et le "Club Nautico di Roma" ont annoncé le protocole pour cette édition, la programmation de la compétition pour 2013 d'une nouvelle classe de bateau, l'AC72, un catamaran à aile rigide. Le 12 mai 2011, le "Club Nautico di Roma" se retire de la compétition, invoquant un problème à lever des fonds suffisants pour aligner une équipe compétitive[37],[38]. Ainsi, le second yacht club à avoir lancé un défi, le Royal Swedish Yacht Club, a assumé la place de "challenger"[39].


Cette édition va introduire des pré-séries de sélection, les "America's Cup World Series" qualifiant les trois premières équipes pour la Coupe Louis Vuitton, qui vont se courir sur des voiliers d'une nouvelle classe également, celle des AC45 (des versions miniatures des AC72 ), dans divers pays du monde en 2011 et 2012[40],[41].

Les premiers AC72 vont connaitre des problémes de stabilité, qui donneront lieux à des chavirages aussi spectaculaires que dangereux, dans la baie de San Francisco, entrainant la décés d'un équipier, Andrew "Bart" Simpson sur l'AC72 Artemis[42],[43]. Le Royal New Zealand Yacht Club a gagné son ticket d'entrée pour la finale de la Coupe de l'America en battant facilement les challengers italiens et suédois lors de la Coupe Louis Vuitton[44].

La finale qui en résulte entre les États-Unis, "defender" avec Oracle Team USA et l' AC72 Oracle Team USA - 17, barré par James Spithill, du Golden Gate Yacht Club et la Nouvelle-Zélande "Challenger' avec Emirates Team New Zealand et l' AC72 Aoteaora - Emirates TNZ, barré par Dean Barker du Royal New Zealand Yacht Squadron, a été la plus longue jamais enregistrée dans l'histoire de la coupe, ainsi que son nombre de courses, avec l'improbable remontée d' Oracle Team USA, partant avec un handicap de 2 courses, pour défaut de respect du règlement, lors d'une régate pendant les " America's Cup World Series" et qui mené 8 à 0 par Emirates Team New Zealand, réussi à remporter la coupe avec 9 victoires, contre 8 pour les Néo-zélandais[45].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Palmarès de la Coupe de l'America.
Edit Année Defender Nation Yacht Club Burgee Score Burgee Yacht Club Nation Challenger Site
0 1851 AURORA Drapeau du Royaume-Uni Royal Yacht Squadron Royal-Yacht-Squadron-Burgee.svg 2e - 1e Burgee of the New York Yacht Club-mirror.png New York Yacht Club Drapeau des États-Unis AMERICA Cowes, Royaume-Uni
1 1870 MAGIC Drapeau des États-Unis New York Yacht Club Burgee of the New York Yacht Club.svg 1e - 8e Burgee of royal thames yc-mirror.png Royal Thames Yacht Club Drapeau du Royaume-Uni CAMBRIA New York, États-Unis
2 1871 COLUMBIA & SAPPHO Drapeau des États-Unis New York Yacht Club Burgee of the New York Yacht Club.svg 2-1, 2-0 Burgee of royal harwich yc-mirror.png Royal Harwich Yacht Club Drapeau du Royaume-Uni LIVONIA New York, États-Unis
3 1876 MADELEINE Drapeau des États-Unis New York Yacht Club Burgee of the New York Yacht Club.svg 2-0 Royal Canadian Yacht Club Burgee-Mirror.png Royal Canadian Yacht Club Drapeau du Canada C'TESS OF DUFFERIN New York, États-Unis
4 1881 MISCHIEF Drapeau des États-Unis New York Yacht Club Burgee of the New York Yacht Club.svg 2-0 L-Bay-of-QuinteYC-trans.png Bay of Quinte Yacht Club Drapeau du Canada ATALANTA New York, États-Unis
5 1885 PURITAN Drapeau des États-Unis New York Yacht Club Burgee of the New York Yacht Club.svg 2-0 L-RYS-Miroir-B.png Royal Yacht Squadron Drapeau du Royaume-Uni GENESTA New York, États-Unis
6 1886 MAYFLOWER Drapeau des États-Unis New York Yacht Club Burgee of the New York Yacht Club.svg 2-0 Burgee of royal northern & clyde yc-mirror.png Royal Northern Yacht Club Drapeau : Écosse GALATEA New York, États-Unis
7 1887 VOLUNTEER Drapeau des États-Unis New York Yacht Club Burgee of the New York Yacht Club.svg 2-0 Burgee of royal northern & clyde yc-mirror.png Royal Clyde Yacht Club Drapeau : Écosse THISTLE New York, États-Unis
8 1893 VIGILANT Drapeau des États-Unis New York Yacht Club Burgee of the New York Yacht Club.svg 3-0 L-RYS-Miroir-B.png Royal Yacht Squadron Drapeau du Royaume-Uni VALKYRIE II New York, États-Unis
9 1895 DEFENDER Drapeau des États-Unis New York Yacht Club Burgee of the New York Yacht Club.svg 3-0 L-RYS-Miroir-B.png Royal Yacht Squadron Drapeau du Royaume-Uni VALKYRIE III New York, États-Unis
10 1899 COLUMBIA Drapeau des États-Unis New York Yacht Club Burgee of the New York Yacht Club.svg 3-0 L-RUlsterYC-trans.png Royal Ulster Yacht Club Drapeau de l'Irlande SHAMROCK New York, États-Unis
11 1901 COLUMBIA Drapeau des États-Unis New York Yacht Club Burgee of the New York Yacht Club.svg 3-0 L-RUlsterYC-trans.png Royal Ulster Yacht Club Drapeau de l'Irlande SHAMROCK II New York, États-Unis
12 1903 RELIANCE Drapeau des États-Unis New York Yacht Club Burgee of the New York Yacht Club.svg 3-0 L-RUlsterYC-trans.png Royal Ulster Yacht Club Drapeau de l'Irlande SHAMROCK III New York, États-Unis
13 1920 RESOLUTE Drapeau des États-Unis New York Yacht Club Burgee of the New York Yacht Club.svg 3-2 L-RUlsterYC-trans.png Royal Ulster Yacht Club Drapeau de l'Irlande SHAMROCK IV New York, États-Unis
14 1930 ENTERPRISE Drapeau des États-Unis New York Yacht Club Burgee of the New York Yacht Club.svg 4-0 L-RUlsterYC-trans.png Royal Ulster Yacht Club Drapeau de l'Irlande SHAMROCK V Newport, États-Unis
15 1934 RAINBOW Drapeau des États-Unis New York Yacht Club Burgee of the New York Yacht Club.svg 4-2 L-RYS-Miroir-B.png Royal Yacht Squadron Drapeau du Royaume-Uni ENDEAVOUR Newport, États-Unis
16 1937 RANGER Drapeau des États-Unis New York Yacht Club Burgee of the New York Yacht Club.svg 4-0 L-RYS-Miroir-B.png Royal Yacht Squadron Drapeau du Royaume-Uni ENDEAVOUR II Newport, États-Unis
17 1958 COLUMBIA Drapeau des États-Unis New York Yacht Club Burgee of the New York Yacht Club.svg 3-1 L-RYS-Miroir-B.png Royal Yacht Squadron Drapeau du Royaume-Uni SCEPTRE Newport, États-Unis
18 1962 WEATHERLY Drapeau des États-Unis New York Yacht Club Burgee of the New York Yacht Club.svg 4-1 Burgee of rsys-mirror.png Royal Sydney Yacht Squadron Drapeau de l'Australie GRETEL Newport, États-Unis
19 1964 CONSTELLATION Drapeau des États-Unis New York Yacht Club Burgee of the New York Yacht Club.svg 3-1 Burgee of royal thames yc-mirror.png Royal Thames Yacht Club Drapeau du Royaume-Uni SOVEREIGN Newport, États-Unis
20 1967 INTREPID Drapeau des États-Unis New York Yacht Club Burgee of the New York Yacht Club.svg 4-0 Burgee of rsys-mirror.png Royal Sydney Yacht Squadron Drapeau de l'Australie DAME PATTIE Newport, États-Unis
21 1970 INTREPID Drapeau des États-Unis New York Yacht Club Burgee of the New York Yacht Club.svg 4-1 Burgee of rsys-mirror.png Royal Sydney Yacht Squadron Drapeau de l'Australie GRETEL II Newport, États-Unis
22 1974 COURAGEOUS Drapeau des États-Unis New York Yacht Club Burgee of the New York Yacht Club.svg 4-0 Burgee of royal perth yc-mirror.png Royal Perth Yacht Club Drapeau de l'Australie SOUTHERN CROSS Newport, États-Unis
23 1977 COURAGEOUS Drapeau des États-Unis New York Yacht Club Burgee of the New York Yacht Club.svg 4-0 Sun City Yacht Club Drapeau de l'Australie AUSTRALIA Newport, États-Unis
24 1980 FREEDOM Drapeau des États-Unis New York Yacht Club Burgee of the New York Yacht Club.svg 4-1 Burgee of royal perth yc-mirror.png Royal Perth Yacht Club Drapeau de l'Australie AUSTRALIA Newport, États-Unis
25 1983 LIBERTY Drapeau des États-Unis New York Yacht Club Burgee of the New York Yacht Club.svg 3-4 Burgee of royal perth yc-mirror.png Royal Perth Yacht Club Drapeau de l'Australie AUSTRALIA II Newport, États-Unis
26 1987 KOOKABURA III Drapeau de l'Australie Royal Perth Yacht Club Burgee of royal perth yc.svg 0-4 Burgee of sdyc-mirror.png San Diego Yacht Club Drapeau des États-Unis STARS AND STRIPES - 87 Fremantle, Australie
27 1988 STARS AND STRIPES - US1 Drapeau des États-Unis San Diego Yacht Club Burgee of sdyc.svg 2-0 Mercury Bay Boating Club Drapeau de la Nouvelle-Zélande NEW ZEALAND - KZ1 San Diego, États-Unis
28 1992 AMERICA3 Drapeau des États-Unis San Diego Yacht Club Burgee of sdyc.svg 4-1 Burgee of compagnia della vela-mirror.png Compagnia della Vela di Venezia Drapeau de l'Italie Il MORO DI VENEZIA San Diego, États-Unis
29 1995 YOUNG AMERICA Drapeau des États-Unis San Diego Yacht Club Burgee of sdyc.svg 0-5 L-RNZYS-Miroir.png Royal New Zealand Yacht Squadron Drapeau de la Nouvelle-Zélande BLACK MAGIC San Diego, États-Unis
30 2000 NEW ZEALAND - NZL 60 Drapeau de la Nouvelle-Zélande Royal New Zealand Yacht Squadron Burgee of rnzys.svg 5-0 Burgee of yc punta ala-mirror.png Yacht Club Punta Ala Drapeau de l'Italie LUNA ROSSA - ITA 45 Auckland, Nouvelle-Zélande
31 2003 TEAN NEW ZEALAND - NZL 82 Drapeau de la Nouvelle-Zélande Royal New Zealand Yacht Squadron Burgee of rnzys.svg 0-5 Flag of societe nautique de geneve-mirror.png Société nautique de Genève Drapeau de la Suisse ALINGHI - SUI 64 Auckland, Nouvelle-Zélande
32 2007 ALINGHI - SUI 100 Drapeau de la Suisse Société Nautique de Genève Pavillon Société Nautique de Genève.png 5-2 L-RNZYS-Miroir.png Royal New Zealand Yacht Squadron Drapeau de la Nouvelle-Zélande EMIRATES TNZ - NZL 92 Valence, Espagne
33 2010 ALINGHI 5 Drapeau de la Suisse Société Nautique de Genève Pavillon Société Nautique de Genève.png 0-2 Burgee of goldengateyc-mirror.png Golden Gate Yacht Club Drapeau des États-Unis BMW ORACLE - USA 17 Valence, Espagne
34 2013 ORACLE TEAM USA - 17 Drapeau des États-Unis Golden Gate Yacht Club Burgee of goldengateyc.svg 9-8 L-RNZYS-Miroir.png Royal New Zealand Yacht Squadron Drapeau de la Nouvelle-Zélande AOTEAROA - EMIRATES TNZ San Francisco, États-Unis


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Thomas W. Lawson, The Lawson history of the America's Cup, Boston, Winfield M. Thompson,‎ 1902 (ISBN 978-0-907069-40-9, lire en ligne), p. 45
  2. (en) Alfred Fullerton Loomis, « Ah, Your Majesty, there is no second », sur American Heritage (magazine),‎ Août 1958 (consulté le 17 septembre 2013)
  3. (en) « A JOURNEY THROUGH HISTORY » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur AmericansCup.com. Consulté le 17 septembre 2013
  4. Jacques Taglang, « Sappho » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2012-05-05
  5. Jacques Taglang, « Magic » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2012-05-05
  6. « The Queen's Cup race », The New York Times,‎ 9 août 1870 (lire en ligne [PDF])
  7. Hamish G. Ross, « The First Challenge » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  8. Naval Marine Archive, « Atalanta: The Canadian Mud Turtle », Naval Marine Archive (consulté le 2012-07-17)
  9. « Yachting – The plank on edge », dans Yachting – The plank on edge,‎ 1911 (lire en ligne)Modèle:Verify credibility
  10. (en) William Picard Stephens, American Yachting, The Macmillan Company,‎ 1904 (lire en ligne), « Burgess and the America Cup »
  11. (en) Roland Folger Coffin, The America's Cup: How it was Won by the Yacht America in 1851 and Has Been Since Defended, Charles Scribner's Sons Press,‎ 1885 (lire en ligne)
  12. (en) A Testimonial to Charles J. Paine and Edward Burgess, from the City of Boston, for their successful defense of the America's Cup, Rockwell and Churchill Press,‎ 1887 (lire en ligne)
  13. Ahmed John Kenealy, « The Victory of the Vigilant », Outing, la84foundation.org, vol. 23,‎ novembre 1893, p. 161–174 (lire en ligne [PDF])
  14. « Valkyrie's steel mast » [PDF], The New York Times,‎ 6 août 1895 (consulté le 2012-05-04)
  15. « The Curtain falls on Dunraven », Outing, la84foundation.org, vol. 28,‎ avril 1896, p. 1–2 (lire en ligne [PDF])
  16. « Henry "Hank" Coleman Haff, 2004 Inductee », America's Cup hall of Fame, Herreshoff Marine Museum (consulté le 2012-09-18)
  17. « skipper success of the Fife cutter Minerva », New York Times (consulté le 2010-04-23)Modèle:Clarify
  18. « Barr's success on the Fife cutter Minerva » (consulté le 2010-04-23)Modèle:Clarify
  19. (en) Christopher Pastore, Temple to the Wind: The Story of America's Greatest Naval Architect and His Masterpiece, Reliance, Lyons Press,‎ 2005 (ISBN 978-1-59228-557-0)
  20. « Shamrock IV », New York Times (consulté le 2010-04-23)Modèle:Clarify
  21. Richard V. Simpson, America's Cup: trials and triumphs, The History Press, Charleston, 2010 (ISBN 9781596293298), p. 99
  22. John T. Brady, « A $5,000,000 yacht race », Popular Mechanics,‎ juillet 1930, p. 970–974 (lire en ligne)
  23. (en) Harold Stirling Vanderbilt, Enterprise – The Story of the Defense of the America's Cup in 1930, Charles Scribner's Sons Press,‎ 1931 (ISBN 978-0-7136-6905-3)
  24. Starling Burgess, « Secrets of a racing yacht », Popular Mechanics, vol. 62, no 1,‎ juillet 1934, p. 3–5 (lire en ligne)
  25. « America's Cup winner a marvel in design », Popular Mechanics,‎ octobre 1937, p. 486–487 (lire en ligne)
  26. (en) Ian Dear, Enterprise to Endeavour – the J-Class yachts, Dodd, Mead and Company,‎ 1977 (ISBN 978-0-396-07478-6)
  27. « America's Cup Hall of Fame > Inductees > Henry Sears, 1995 Inductee » (consulté le 2012-05-04)
  28. (en) « Stars & Stripes États-Unis-1 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2014-08-14 - 32nd.americascup.com
  29. Richard Gladwell, « America's Cup document says RNZYS against Protocol », Sail-World NZL,‎ 8 octobre 2007 (consulté le 16 avril 2009)
  30. « GGYC Complaint Against SNG » [PDF]
  31. « Scuttlebutt News: Cory E. Friedman – 33rd America's Cup », Sailingscuttlebutt.com,‎ 9 février 2010 (consulté le 2010-02-15)
  32. « Golden Gate Yacht Club v. Societe Nautique De Geneve »,‎ 2 avril 2009 (consulté le 28 décembre 2012)
  33. « First blood to USA – News – 33rd America's Cup » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), 25 juin 2007. Consulté le 2010-02-15
  34. « BMW ORACLE Racing » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), 30 septembre 2003. Consulté le 2010-02-15
  35. « USA win 33rd America's Cup Match – News – 33rd America's Cup » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2010-02-15
  36. « BMW ORACLE Racing » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), 30 septembre 2003. Consulté le 2010-02-15
  37. « Mascalzone Latino says goodbye to the 34° America's Cup » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), 12 mai 2011. Consulté le 2011-05-12
  38. « America's Cup: Challenger of Record pulls pin in unprecedented move »,‎ 12 mai 2011 (consulté le 2011-05-12)
  39. « Swedish yacht club becomes Challenger of Record » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), 18 mai 2011
  40. « Wingsailed 72ft catamaran to transform America's Cup racing » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), 15 octobre 2010. Mis en ligne le 2012-10-19
  41. « San Francisco Wins Right to Host 34th America's Cup », sur America's Cup,‎ 31 décembre 2010
  42. http://www.telegraph.co.uk/sport/olympics/sailing/10048259/Olympian-Andrew-Simpsons-death-a-tragic-day-for-Artemis-team.html
  43. http://www.americascup.com/en/34th-americas-cup/15517_-en-Cayard-Our-prayers-are-with-Andrew-Simpson-s-family-fr-Artemis-Racing-perd-Andrew-Simpson-lun-de-ses-equipiers-it-Andrew-Simpson-di-Artemis-Racing-perde-la-vita-in-un-incidente-avvenuto-durante-un-allenamento-.html
  44. http://www.americascup.com/en/34th-americas-cup/17649_-en-Emirates-Team-New-Zealand-wins-second-consecutive-Louis-Vuitton-Cup-fr-Emirates-Team-New-Zealand-vainqueur-de-la-Louis-Vuitton-Cup-pour-la-seconde-fois-consecutive-es-El-Emirates-Team-New-Zealand-gana-su-segunda-ouis-Vuitton-Cup-consecutiva-it-Emirates-Team-New-Zealand-vince-la-seconda-Louis-Vuitton-Cup-consecutiva-.html
  45. http://www.americascup.com/en/34th-americas-cup/18441_-en-ORACLE-TEAM-USA-stages-massive-comeback-to-win-34th-America-s-Cup-fr-ORACLE-TEAM-USA-remporte-la-34e-Americas-Cup-9-8-apres-avoir-ete-mene-1-8-es-El-ORACLE-TEAM-USA-gana-la-34-Americas-Cup-tras-una-historica-recuperacion-it-ORACLE-TEAM-USA-vince-la-34ma-America-s-Cup-.html

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :