Coupe de l'America

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir America et Copa América.

Coupe de l'America

Description de cette image, également commentée ci-après

L'aiguière d'argent.

Généralités
Sport Voile
Création 1851
Participants 9 équipes (2013)
Site web officiel
Palmarès
Tenant du titre Oracle Team USA, Drapeau des États-Unis États-Unis
Crystal Clear app kworldclock.png
pour la dernière compétition voir :
Coupe de l'America 2013

La Coupe de l'America (America's Cup) est une compétition nautique internationale à la voile, voulue par ses initiateurs comme un défi amical et perpetuel entre Yacht Clubs de différentes nations et définie sous cette dénomination en 1857 par les membres du New York Yacht Club(NYYC)[1], vainqueurs, 6 ans plus tôt, en 1851, avec la goélette America, de la régate internationale originelle, organisée autour de l'île de Wight, par le Royal Yacht Squadron (RYS), en marge de l'exposition universelle de Londres.

Le trophée est une aiguière en argent, attribuée au Yacht Club vainqueur du défi jusqu'à sa remise en jeu. Fabriquée en 1848 pour le Royal Yacht Squadron par le bijoutier et orfêvre Robert Garrard de Londre comme trophée de la "Coupe de Cent Souverains", elle est ramenée au États-Unis, en septembre 1851 sous le nom de "Coupe de Cent Guinées", pour prendre en juillet 1857 son nom actuel de "Coupe de l'America", en hommage à la goélette victorieuse.

C'est une des plus anciennes compétitions sportives encore disputée de nos jours.

Suite à la régate de 1851 et à la création de la course en 1857, la première édition de la coupe de l'America ne sera disputée qu'après la guerre de Sécession, en août 1870. Après ces deux compétitions, lors desquelles un voilier "challenger" affrontait une flotte de voiliers "defenders", les adversaires se mesureront en duel. Mais la seconde édition de 1871 se déroulera en deux duels successifs avec deux "defenders" du NYYC contre l'unique "challenger" du Royal Thames Yacht Club. C'est donc à partir de la 3e édition de 1876 que les régates opposeront, le "defender", tenant du titre, au "challenger" qui reléve le défi. Ce dernier est désigné par des régates de séléction depuis la 21e édition de 1970, régates qui prennent le nom de Coupe Louis-Vuitton en 1983, lors de la 25e édition. Chaque édition voit l'établissement d'un règlement particulier, définissant entre autres les conditions de régates et le type de bateau utilisé, rédigé par le "defender" et le "challenger" de référence, c'est-à-dire le premier Yacht Club à défier le tenant du titre.

La 34e édition, la dernière en date, s'est déroulée en 2013. Le trophée est actuellement détenu par le Golden Gate Yacht Club, qui l'a emporté dans ses eaux, avec Oracle Team USA face à Emirates Team New Zealand du Royal New Zealand Yacht Squadron.



Histoire[modifier | modifier le code]

1851 : la régate et la goélette à l'origine de la coupe[modifier | modifier le code]

La goélette America et le tracé de sa route lors de la régate du RYS autour de l'Ile de Wight, le 22 Août 1851

En 1850, on parlait déjà des deux cotés de l'atlantique de l'exposition internationale de 1851 qui serait organisée à Londres. John Cox Stevens, membre fondateur du NYYC en 1844, va entendre parler de l'intêret que porte certains marchands de commerce maritime anglais à voir se confronter les rapides voiliers américains que sont les goélettes-pilotes, qui accostent leurs navires marchands, aux meilleurs Yachts anglais, à l'occasion de la "Grande Exposition" (The Great Exhibition). L'idée ayant séduit le commodore du Yacht club new-yorkais, il va former, avec 5 autres membres du club, un syndicat pour faire construire un yacht, avec les caractéristiques des meilleurs goélettes-pilote du moment pour le faire courir dans les eaux britanniques, ce sera la goélette America. Conçue par George W Steers, elle sera lancée le 3 mai 1851, du chantier naval William H. Brown à New York. America sortira victorieuse de la régate du Royal Yacht Squadron, organisée autour de l'ile de wight, au sud de l'Angleterre, le 22 août 1851, face à 14 navires britanniques, dont le côtre Aurora qui terminera second.


À l'arrivée du vainqueur, on aurait répondu à la reine Victoria demandant qui était second : « Votre Majesté, il n'y a pas de second »[2],[3].

La victoire des Américains prête pourtant à controverses. America a ainsi manqué une marque du parcours qui n'était pas mentionnée clairement par les instructions de course, mais que tous les autres concurrents avaient respecté. Les Américains arguèrent du fait que les instructions de course n'étaient pas claires ; les Britanniques s'inclinèrent. De plus, il y avait bien un second : Aurora, qui arriva 8 minutes après America. Les deux navires n'étaient pas du tout du même gabarit et si l'on avait appliqué une règle de handicap, Aurora aurait été déclaré vainqueur, mais le réglement de course du RYS était spécifié sans temps compensé.

L'équipage d'America reçoit la coupe du vainqueur des mains de Thomas Egerton, Second Comte de Wilton et Commodore du RYS, et la reine Victoria fera une visite à bord de la goélette, le lendemain. Le trophée fut d'abord conservé par John Cox Stevens, l'homme initiateur du projet et Président du syndicat d'America. Puis la coupe sera, 6 ans plus tard, remise au NYYC,l'année du décés de John Cox Stevens, en 1857, par les autres membres du Syndicat à l'origine de la goélette. Sur leur impulsion et sous l'égide du NYYC, le trophée sera rebaptisé du nom du yacht victorieux, pour un challenge ouvert à tous Yachts Club de tous pays étrangers, dans l'esprit de la régate courue autour de l'île de Wight. Ils édicteront les permieres régles du défi pour l'obtention de la coupe, dans l'acte de donation, plus connu en ses termes anglais de "deed of gift", le 8 juillet 1857, qui décrit brièvement les règles du duel, précisant que toute règle peut être remise en cause par consentement mutuel.

La Coupe de l'America était née, mais elle ne débute qu'en 1870, après la guerre de Sécession.


1870-1920 : jauges à handicap[modifier | modifier le code]

vue en noir en blanc d'un voilier
Shamrock IV, de sir Thomas Lipton, challenger en 1920.

De 1871 à 1920 les Coupes se disputent avec la jauge de course en vigueur au New York Yacht Club, et les temps passés en course par les concurrents sont compensés suivant le système d'allégeance de temps du NYYC, ou bien les départs, parfois donnés les bateaux étant au mouillage, sont différés de la compensation de temps allouée aux concurrents. Durant cette période, les jauges du New York Yacht Club permettant de calculer ce handicap ont évolué de la jauge au tonnage à une jauge à longueur et à la voilure du NYYC proche de la jauge du Seawanhaka en 1885, 1886 et 1887[4], puis à la jauge du Seawanhaka jusqu'en 1903 pour finir par la Jauge universelle en 1920.

Les défis sont lancés par les Britanniques et les Canadiens. En 1876, les régates se courent en duel, un bateau défenseur contre un bateau challenger.

1930-1937 : les « classe J »[modifier | modifier le code]

Le Classe J Velsheda (1933)

Une classe de voilier, dont le rating (la longueur pour la jauge) est défini, est tacitement adoptée. Pour la première fois de l'histoire de la Coupe, les concurrents ne courent plus avec un handicap, c'est-à-dire en temps compensé, mais en temps réel car ils sont supposés avoir le même potentiel de vitesse. Cette classe J est l'une des classes de voiliers de la Jauge universelle qui avait déjà été utilisée pour le défi de 1920, mais avec un calcul de temps compensé[5]. Parmi ces « classe J » figurent :

Cette classe, inspirée par les travaux de Nathanael Herreshoff sur la Jauge universelle, voit l'abandon du gréement aurique à grand-voile et flèche pour un gréement bermudien. La jauge tient compte des élancements et de la finesse de la coque, créant ainsi des bateaux très harmonieux.

Article détaillé : Classe J (yacht).

1958-1987 : les « 12M JI »[modifier | modifier le code]

le 12M JI Freedom, vainqueur en 1980 avec Dennis Conner.

Une nouvelle classe de voiliers, les 12 Metre (ou 12 m JI) suivant la Jauge internationale, est choisie afin de limiter les budgets dans le contexte d'après-guerre. Ces trente années sont marquées par des évolutions du règlement :

  • 1962 : chaque compétition est séparée par au moins trois années ;
  • 1970 : des régates préliminaires sélectionnent le challenger ;
  • 1983 : les Américains perdent la coupe au profit du bateau australien Australia II barré par John Bertrand ;
  • 1987 : Les régates préliminaires prennent le nom de Coupe Louis-Vuitton.

Les 12M JI, surnommés les twelves, mesurent en réalité environ 24 mètres. Ils ont vu l'apparition de la quille à ailettes sur Australia 2.

1988 : monocoque contre catamaran[modifier | modifier le code]

Pour la 27e édition de 1988, les Néo-Zélandais défient les Américains dans l'esprit des règles originelles. Ils construisent un immense monocoque de 27,5 mètres (à la ligne de flottaison, 36,57 m hors-tout), le New Zealand KZ-1, doté d'un équipage de 30 à 40 personnes, qui perdra les deux régates des 7 et 9 septembre 1988 contre le catamaran Stars & Stripes États-Unis-1 de 18 mètres du défenseur[6].

Chaque équipe a tenté de faire invalider le bateau de l'autre avant la course en cour de justice, sans succès. Après la tenue de la course, l'équipe néo-zélandaise obtiendra la victoire le 28 mars 1989 par une décision de justice au motif qu'une course entre un monocoque et un catamaran était déloyale et pas dans l'esprit d'une compétition amicale entre pays, mais une cour d'appel annulera cette décision un an plus tard, en avril 1990.

On ne reverra pas de catamaran dans la Coupe de l'America avant l'édition de 2010.

1992-2007 : les « class America »[modifier | modifier le code]

Deux Class America
Article détaillé : Class America.

En 1992, suite aux controverses de 1988, une nouvelle jauge est définie, la « class America ». En plus de contraintes de dimensions, cette jauge inclut des contraintes structurelles et de fabrication permettant de limiter le coût des bateaux en évitant d'y intégrer les dernières technologies.

Formule de jauge (pour 2007) : 
\frac{L + 1.25 \times \sqrt{S} - 9.8 \times \sqrt[3]{DSP}}{0.686} \leq 24.000 \, metres

  • L : Longueur (en mètres)
  • S : Surface de la voilure (en mètres carré)
  • DSP : Déplacement
  • 1992 : la première édition disputée avec des class America est remportée par l'équipage américain d’America³, contre le challenger italien Il Moro di Venezia.
  • 1995 et 2000 : l'équipage néo-zélandais remporte la coupe. Le défi néo-zélandais est dirigé par Peter Blake sur le plan d'eau d'Auckland. Le bateau néo-zélandais est barré par Dean Barker et Russell Coutts. Ce dernier sera ensuite recruté, avec une partie de l'équipage de l'équipe néo-zélandaise, par les Suisses d'Alinghi qui seront les premiers à ramener la Coupe en Europe en 2003.
  • 2003 et 2007 : victoire du bateau suisse Alinghi. La coupe revient en Europe et, pour la quatrième édition consécutive, le trophée échappe aux Américains. La compétition se déroule alors sur le plan d'eau de Valence, en Espagne, les contraintes du règlement (le « Deed of gift ») excluant l'organisation sur le lac Léman.

Depuis 2010[modifier | modifier le code]

Les Class America sont remplacés par des multicoques.

En février 2010, après la victoire du challenger américain, le trimaran Oracle de l'équipe BMW Oracle Racing (représentant le Golden Gate Yacht Club de San Francisco), sur le defender suisse, le catamaran Alinghi (représentant la Société Nautique de Genève), la coupe retraverse l'Atlantique.

Le 13 septembre 2010, BMW Oracle Racing, tenant du trophée, annonce que la 34e édition de la Coupe de l'America aura lieu en 2013 sur des catamarans ; un nouveau modèle de bateau, un catamaran AC72 à aile (voile) rigide, sera créé, et des World Series se tiendront à partir de 2011[7]. Cette édition, très disputée, voit la victoire d'Oracle Team USA sur le challenger Emirates Team New Zealand par neuf victoires à huit.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Année Defender Challenger Score Site
1851 Aurora, Drapeau de l'Angleterre Angleterre America, Drapeau des États-Unis États-Unis 0-1 Cowes, Île de Wight, Royaume-Uni
1870 Magic, Drapeau des États-Unis États-Unis Cambria, Drapeau de l'Angleterre Angleterre 1-0 New York, États-Unis
1871 Columbia, Drapeau des États-Unis États-Unis Livonia, Drapeau de l'Angleterre Angleterre 4-1 New York, États-Unis
1876 Madeline, Drapeau des États-Unis États-Unis Countess of Dufferin, Drapeau du Canada Canada 2-0 New York, États-Unis
1881 Mischief, Drapeau des États-Unis États-Unis Atalanta, Drapeau du Canada Canada 4-1 New York, États-Unis
1885 Puritan, Drapeau des États-Unis États-Unis Genesta, Drapeau de l'Angleterre Angleterre 2-0 New York, États-Unis
1886 Mayflower, Drapeau des États-Unis États-Unis Galatea, Écosse Écosse 2-0 New York, États-Unis
1887 Volunteer, Drapeau des États-Unis États-Unis Thistle, Écosse Écosse 2-0 New York, États-Unis
1893 Vigilant, Drapeau des États-Unis États-Unis Valkyrie II, Drapeau de l'Angleterre Angleterre 3-0 New York, États-Unis
1895 Defender, Drapeau des États-Unis États-Unis Valkyrie III, Drapeau de l'Angleterre Angleterre 3-0 New York, États-Unis
1899 Columbia, Drapeau des États-Unis États-Unis Shamrock, St Patrick's saltire.svg Irlande 3-0 New York, États-Unis
1901 Columbia, Drapeau des États-Unis États-Unis Shamrock II, St Patrick's saltire.svg Irlande 3-0 New York, États-Unis
1903 Reliance, Drapeau des États-Unis États-Unis Shamrock III, St Patrick's saltire.svg Irlande 3-0 New York, États-Unis
1920 Resolute, Drapeau des États-Unis États-Unis Shamrock IV, St Patrick's saltire.svg Irlande 3-2 New York, États-Unis
1930 Enterprise, Drapeau des États-Unis États-Unis Shamrock V, Drapeau de l'Irlande du Nord Irlande du Nord 4-0 Newport, États-Unis
1934 Rainbow, Drapeau des États-Unis États-Unis Endeavour, Drapeau de l'Angleterre Angleterre 4-2 Newport, États-Unis
1937 Ranger, Drapeau des États-Unis États-Unis Endeavour II, Drapeau de l'Angleterre Angleterre 4-0 Newport, États-Unis
1958 Columbia, Drapeau des États-Unis États-Unis Sceptre, Drapeau de l'Angleterre Angleterre 3-1 Newport, États-Unis
1962 Weatherly, Drapeau des États-Unis États-Unis Gretel, Drapeau de l'Australie Australie 4-1 Newport, États-Unis
1964 Constellation, Drapeau des États-Unis États-Unis Sovereign, Drapeau de l'Angleterre Angleterre 3-1 Newport, États-Unis
1967 Intrepid, Drapeau des États-Unis États-Unis Dame Pattie, Drapeau de l'Australie Australie 4-0 Newport, États-Unis
1970 Intrepid, Drapeau des États-Unis États-Unis Gretel II, Drapeau de l'Australie Australie 4-1 Newport, États-Unis
1974 Courageous, Drapeau des États-Unis États-Unis Southern Cross, Drapeau de l'Australie Australie 4-0 Newport, États-Unis
1977 Courageous, Drapeau des États-Unis États-Unis Australia, Drapeau de l'Australie Australie 4-0 Newport, États-Unis
1980 Freedom, Drapeau des États-Unis États-Unis Australia, Drapeau de l'Australie Australie 4-1 Newport, États-Unis
1983 Liberty, Drapeau des États-Unis États-Unis Australia II, Drapeau de l'Australie Australie 3-4 Newport, États-Unis
1987 Kookaburra III, Drapeau de l'Australie Australie Stars and Stripes, Drapeau des États-Unis États-Unis 0-4 Fremantle, Australie
1988 Stars and Stripes, Drapeau des États-Unis États-Unis KZ1, Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 2-0 San Diego, États-Unis
1992 America3, Drapeau des États-Unis États-Unis Il Moro di Venezia, Drapeau de l'Italie Italie 4-1 San Diego, États-Unis
1995 Young America, Drapeau des États-Unis États-Unis Black Magic, Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 0-5 San Diego, États-Unis
2000 Team New Zealand, Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande Prada, Drapeau de l'Italie Italie 5-0 Auckland, Nouvelle-Zélande
2003 Team New Zealand, Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande Alinghi, Drapeau de la Suisse Suisse 0-5 Auckland, Nouvelle-Zélande
2007 Alinghi, Drapeau de la Suisse Suisse Team New Zealand, Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 5-2 Valence, Espagne
2010 Alinghi, Drapeau de la Suisse Suisse BMW Oracle Racing, Drapeau des États-Unis États-Unis 0-2 Valence, Espagne
2013 Oracle Team USA, Drapeau des États-Unis États-Unis Emirates Team New Zealand, Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 9-8 San Francisco, États-Unis

Interdiction de changer d'employeur[modifier | modifier le code]

Les juristes de l'équipe suisse ont ajouté une nouvelle règle à effet rétroactif interdisant à tout marin ayant travaillé pendant six mois avec une équipe engagée dans la Coupe de changer d’employeur. Par le licenciement de Russell Coutts par Ernesto Bertarelli, le patron du Team Alinghi, le grand régatier était ainsi condamné à rester à terre en 2007.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Thomas W. Lawson, The Lawson history of the America's Cup, Boston, Winfield M. Thompson,‎ 1902 (ISBN 978-0-907069-40-9, lire en ligne), p. 45
  2. (en) Alfred Fullerton Loomis, « Ah, Your Majesty, there is no second », sur American Heritage (magazine),‎ Août 1958 (consulté le 17 septembre 2013)
  3. (en) « A JOURNEY THROUGH HISTORY », sur AmericansCup.com (consulté le 17 septembre 2013)
  4. (en) Thomas W. Lawson, The Lawson history of the America's Cup, Boston, Winfield M. Thompson,‎ 1902 (ISBN 978-0-907069-40-9, lire en ligne), p. 93
  5. Richard V. Simpson, America's Cup: trials and triumphs, The History Press, Charleston, 2010 (ISBN 9781596293298), p. 99
  6. (en) Stars & Stripes États-Unis-1 - 32nd.americascup.com
  7. La prochaine Coupe de l'America se disputera sur des catamarans - Libération, 13 septembre 2010

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :