Coupe (récipient)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir coupe.
Coupe : "Dictionnaire encyclopédique de l'épicerie et des industries annexes" par Albert Seigneurie, édité par "L'Épicier" en 1904

Une coupe est un récipient de forme évasée, généralement hémisphérique, plus large que haut et donc peu profond. Une coupe peut être fabriquée dans divers matériaux : verre, terre cuite, métal... Le terme désigne aussi le contenu de ce récipient (métonymie) : « boire une coupe de vin ou de bière».

Une coupe à boire est munie d'un pied unique et est, de nos jours, généralement en cristal. On connaît surtout la coupe à champagne (concurrencée par la flûte). La coupe est un verre très évasé et moins haut que la flûte.

Une coupe, généralement sans pied, de taille variable, peut aussi servir à recevoir différents aliments, notamment des fruits, la glace (coupe glacée)...

Symbolisme[modifier | modifier le code]

La coupe, dans la religion judéo-chrétienne, connote parfois un destin favorable. Elle est aussi symbole de plaisir et de déboire à cause de son rapprochement avec l’alcool. Beaucoup plus communément, la coupe évoque l'idée d'un destin funeste. Souvent, pour exprimer l'idée de châtiment, de jugement divin contre l'ennemi, on utilise l’expression « boire la coupe », ou même « boire la coupe de la colère de Dieu ».

Légendes autour de la coupe[modifier | modifier le code]

La légende veut que la forme de la coupe de champagne fut modelée sur le sein de Marie-Antoinette d’Autriche, Joséphine de Beauharnais, Madame de Pompadour[1], Madame Du Barry, Diane de Poitiers ou encore Hélène de Troie. En réalité, la coupe aurait été projetée pour le champagne en Angleterre en 1663, précédent ainsi celle des aristocrates français de presque un siècle[2].

  • Au XVIIe siècle un moine bénédictin aurait trouvé le moyen d’emprisonner les bulles dioxyde de carbone dans un récipient en forme de coupe, qui fut fabriquée en Angleterre vers l’an 1663.


Types de coupes[modifier | modifier le code]

Coupe à champagne
profil arrondi, la large surface de contact avec le verre signifie de plus que le champagne perd plus rapidement ses bulles. Cet effet était alors recherché, puisque le champagne était consommé avec un batteur à champagne, afin de réduire la quantité de bulles du breuvage et éviter les éructations en soirées.

Principe des bulles : la forme du verre aide le dioxyde de carbone à remonter plus ou moins rapidement et plus une bulle de champagne à de l’espace pour remonter, plus elle grossit : donc comme la coupe présente une surface plus importante que la flûte, les bulles de gaz carbonique s’en échappe deux à trois fois plus vite[4].

verre à cocktail 
la coupe à cocktail à un profil tronconique surmontant un pied fin en verre,
Coupe à glace
de profil arrondi à la base, se fait en toute matière avec une préférence pour le métal inox,
Coupe à salade de fruits
le profil peut être arrondi ou troconique selon les modèles, généralement en verre translucide ou opaque,
Coupe de présentation
Coupe de taille, de forme et de matière très variables qui servent à la présentation de denrées alimentaires ou pour simple ornementation à l'intérieur d'un appartement.

Expressions[modifier | modifier le code]

  • « Il y a loin de la coupe aux lèvres » : un projet peut rencontrer des obstacles.
  • « Boire la coupe jusqu'à la lie » : supporter jusqu'au bout un mal, une souffrance.
  • « La coupe est pleine » : être arrivé à la limite du supportable.

Sources et référence[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Noël Kapferer, Vincent Bastien, Luxe oblige, Éditions Eyrolles,‎ 2012, p. 112
  2. http://www.snopes.com/business/origins/champagne.asp
  3. céramiques de Sèvres
  4. Etudes du docteur Liger-Belair et ses collègues de l’université de Reims

Articles connexes[modifier | modifier le code]