Coup d'État du 12 avril 2012

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un coup d'État a eu lieu en Guinée-Bissau le 12 avril 2012 mené par l'armée, commandée par le général Mamadu Ture Kuruma, vice-chef de l'état-major, faisant suite au premier tour d'une élection présidentielle contestée, remporté par Carlos Gomes Júnior.

Historique[modifier | modifier le code]

Le 12 avril 2012, entre les deux tours d'une élection présidentielle contestée, des militaires occupent la radio nationale, le siège du Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert et attaquent à la roquette la résidence du Premier ministre sortant Carlos Gomes Júnior[1]. Le président de la République par intérim, Raimundo Pereira, a été arrêté à sa résidence par des militaires ainsi que le Premier ministre sortant Gomes Junior.

Le sort de la Première ministre par intérim, Adiato Djaló Nandigna, n'est pas connu[2]. Peu après, l'arrestation de Gomes par les militaires est annoncée. Il avait annoncé le projet de réduire la taille des forces armées du pays, et les militaires l'accusent de préparer une intervention armée de forces angolaises pour éradiquer l'armée bissau-guinéenne[3],[4]. Les autorités militaires annoncent la dissolution de « toutes les institutions » du pays, et la mise en place prochaine d'un « conseil de transition ».

Suite au coup d'État militaire, l'Union africaine suspend l'adhésion de la Guinée-Bissau le 17 avril 2012[5].

Réactions internationales[modifier | modifier le code]

Pays[modifier | modifier le code]

  • Drapeau du Portugal Portugal: Le président Aníbal Cavaco Silva a condamné avec fermeté le coup d'État et pense clairement que « les forces militaires de Guinée-Bissau seront une source de violence ». De plus, ils ont annoncé qu'ils « promouvront l'attention du Conseil de sécurité de l'ONU » pour qu'ils s’intéressent à ce pays, et ont exigé au Commandement militaire l'immédiate libération des hommes politiques retenus[6],[7].
  • Drapeau des États-Unis États-Unis : dans un communiqué émis par l'ambassade américaine de Dakar, Washington a exigé que les putschistes « déposent leurs armes et restaurent le pouvoir légitime civil. »[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nicolas Champeaux, « La Guinée-Bissau victime d'un coup d’État ? », Radio France Internationale,‎ 13 avril 2012 (lire en ligne)
  2. Nouveau coup d'État militaire en Guinée-Bissau, Le Figaro, 13 avril 2012.
  3. (en) "Soldiers hold Guinea-Bissau PM in suspected coup bid", BBC, 13 avril 2012
  4. Guinée-Bissau : l'armée s'explique, Le Figaro, 13 avril 2012.
  5. Bissau : l'Union africaine suspend la Guinée-Bissau et menace les putschistes, Libération, 17-04-2012.
  6. http://www.telegrafo.com.ec/index.php?option=com_zoo&task=item&item_id=35837&Itemid=13 Telégrafo.com - Portugal condena el "golpe de Estado" en Guinea Bissau]
  7. http://www.elcorreo.com/agencias/20120413/mas-actualidad/mundo/portugal-condena-golpe-estado-dado_201204131443.html
  8. [1]