Coup d'État de Gapsin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hangul, Hanja.png Cette page contient des caractères coréens. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Coup d'État de Gapsin
Hangeul 갑신정변, 갑신혁명
Hanja 甲申政變, 甲申革命
Romanisation révisée Gapsin jeongbyeon, Gapsin hyeokmyeong
McCune-Reischauer Kapsin chŏngbyŏn, Kapsin hyŏkmyŏng

Le coup d'État de Gapsin (coréen : 갑신정변) a été une tentative des réformistes du Gaehwadang pour prendre le pouvoir et transformer le régime en s'appuyant sur la présence de troupes japonaises. Il s'est produit en Corée entre le 4 et le 7 décembre 1884. Le nom de Gapsin fait référence au nom de cette année dans le cycle sexagésimal chinois. Il est aussi connu sous le nom de révolution de Gapsin (갑신혁명) ou du gouvernement de trois jours (삼일천하)[1].

Déroulement[modifier | modifier le code]

L'objectif des réformistes était de moderniser le pays qui était alors soumis à un régime féodal et de supprimer les privilèges de la classe des yangban. Tenus en échec par les conservateurs à la cour royale, ils lancent leur coup d'État lors du banquet d'inauguration de la poste, abattent des hauts fonctionnaires et prennent le contrôle du palais royal. Ils étaient menés par Kim Ok-gyun (en) et Park Yeong-hyo. Seo Jae-pil, Seo Jae-chang (en), Yun Chi-ho, Hong Young-sik et Yu Kil-chun y ont aussi pris part.

Le 5 décembre, un nouveau gouvernement est annoncé. Le 6, un programme de réforme est publié. Le 7, les troupes chinoises interviennent et rétablissent l'ordre antérieur. La légation japonaise est alors brulée et 40 Japonais trouvent la mort. Les meneurs du coup d'État parviennent à fuir vers le Japon sous la protection de Takejo, le ministre pour la Corée.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Le gouvernement japonais demande des excuses et des réparations et les obtient par le traité de Hanseong du 9 juillet 1885. Par la convention de Tientsin, la Chine et le Japon se mettent d'accord pour retirer leurs troupes de la Corée. Kim Ok-gyun est assassiné en 1894 alors qu'il se rendait à Shanghai.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (ko) 갑신정변, Nate.

Bibliographie[modifier | modifier le code]