Musique country

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Country music)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Country (homonymie).
Musiciens country vers 1904.

La musique country, ou simplement la country, est un mélange de musiques traditionnelles développé principalement dans le Sud-Est des États-Unis et dans les provinces maritimes du Canada, qui a évolué rapidement dans les années 1920[1] et reste très populaire aujourd'hui. Différentes variations du genre ont aussi émergé dans d'autres pays comme en Australie.

Rythmique ou traînante, sentimentale ou émouvante, la country trouve ses origines dans les musiques folkloriques importées d'Europe — celtes en particulier — ainsi que dans la tradition musicale chrétienne qui rencontre l'influence du style gospel des noirs américains. Il s'agit donc d'un style de musique dont les origines sont multiples et profondément entremêlées, capable de faire cohabiter le chant en yodel (issu d'une petite communauté suisse allemande des Appalaches) avec des instruments aussi différents que la mandoline italienne, la lap-steel hawaïenne ou encore le banjo africain, et qui emprunte à des genres comme la musique cadienne, la polka ou le blues. Il arrive d'ailleurs qu'on parle de la country comme du « blues des blancs », bien qu'elle ait débuté comme une musique partagée par des musiciens noirs et blancs à une époque où les disques de blues et de country (ou hillbilly) n'étaient pas radicalement différents les uns des autres : il s'agissait de musiques partageant les valeurs sociales, familiales et religieuses des petites gens. Par la suite, au même titre que le blues et le rhythm and blues noirs, la country a largement influencé la musique populaire contemporaine, et notamment le rock.

La musique country, qui compte des millions d'amateurs dans le monde mais surtout aux États-Unis, au Canada et en Australie, bénéficie aussi d'une certaine popularité en Europe, notamment en Irlande, dans les pays scandinaves et en Allemagne. De nombreux festivals de musique et de danse y sont consacrés à travers le monde.

La ville de Nashville, dans le Tennessee, constitue le cœur symbolique de la musique country. Elle doit son surnom de « Music-City » au grand nombre de studios d'enregistrement et à la qualité de ses musiciens. La scène du Grand Ole Opry de Nashville[2] représente aujourd'hui encore le summum d'une carrière pour les artistes de country.

Histoire de la musique country[modifier | modifier le code]

Les débuts d'un genre[modifier | modifier le code]

Famille d'immigrants jouant des chansons hillbilly.

La musique du pays[modifier | modifier le code]

En 1734, les premiers immigrants irlandais, anglais, gallois, écossais et espagnols débarquent aux États-Unis dans le but de refaire leur vie et de conquérir le nouveau monde[3]. Dans leurs bagages, ils emportent avec eux entre autres leur culture et les instruments du vieux continent. Ainsi, plusieurs communautés d'immigrants joignirent la culture et leurs instruments de musique. Le violon irlandais, le dulcimer allemand, la mandoline italienne, la guitare espagnole et le banjo africain étaient les instruments musicaux les plus communs.

Les interactions parmi des musiciens de différents groupes ethniques feront naître une musique unique dans cette région d'Amérique du Nord. La musique devient pour ces immigrés qui se retrouvent vers la fin du XVIIIe siècle dans les Appalaches, le point de ralliement. Toutes ces communautés se retrouvent aussi le dimanche au sein de leur église pour interpréter leurs chants religieux, souvent dans un bâtiment simple en bois situé la plupart du temps au milieu d'une clairière (ce qui expliquera l'influence du gospel dans la musique du pays). Au XIXe siècle, plusieurs groupes d'immigrés originaires d'Europe, spécialement d'Irlande, d'Allemagne, d'Espagne et d'Italie se déplacent en Arkansas, au Texas, en Arizona et jusqu'en Californie. Ces groupes agissent les uns sur les autres, puis avec les communautés espagnoles, mexicaines, amérindiennes et autres déjà établies aux États-Unis dans la région du "middle-west". Grâce à cette cohabitation et au contact prolongé, le Texas par exemple a développé des traits uniques de ce style musical, enracinés dans la culture du pays.

Les cow-boys song[modifier | modifier le code]

Ces chansons sont créées dans les plaines du Texas et du midwest par les cow-boys convoyeurs de troupeaux au XIXe siècle, chantées a cappella ou soutenues par un violon (fiddle), un harmonica ou une guitare.

On parle aussi des "Work songs", chansons de travail des cow-boys et d'autres métiers (constructeurs de voies ferrées, cultivateurs, etc.) On peut citer la chanson "Mule Train" de Tennessee Ernie Ford ou "I've Been Working on the Railroad" rendu célèbre par The Rooftop Singers. Mais on ne parle pas encore de country-music, ces mélodies étant seulement des chants traditionnels venus de divers horizons.

Les années 1920[modifier | modifier le code]

Le premier enregistrement commercial de ce qui peut être considéré comme de la musique country était "Sallie Gooden" par Eck Robertson en 1922 pour Victor Records. Columbia Records commença à publier des disques de musique hillbilly dès 1924[4].

Une année plus tard le 14 juin 1923, Fiddlin' John Carson enregistre The Little Old Log Cabin In The Lane pour Okeh Records[5].

Vernon Dalhart fut le premier chanteur de country à connaître un succès musical à travers le pays, en mai 1924, avec la chanson Wreck of the old '97 [6],[7] Sur la face B du disque était enregistré la chanson "Lonesome Road Blues" qui devint également très populaire. En avril 1924, Samantha Bumgarner et Eva Davis devinrent les premières femmes à enregistrer de la musique country[8].

Parmi les autres premiers artistes country, on peut noter Riley Puckett, Don Richardson, Fiddlin' John Carson, Al Hopkins, Ernest V. Stoneman, Charlie Pooleet et les Skillet Lickers[9]. Mais c'est surtout Jimmie Rodgers, Uncle Dave Macon et la Carter Family qui sont aujourd'hui considérés comme les représentants de la musique Old Time et Hillbilly.

Les années 1930/1940[modifier | modifier le code]

Un effet de la Grande Dépression fut la réduction du nombre de disques vendus. En contrepartie la radio devint une source très populaire de divertissement. Les émissions dédiées à la musique country se multiplièrent. La plus importante est le Grand Ole Opry, sur les ondes depuis le 18 octobre 1925 et encore en activité de nos jours. Ce qui en fait le plus vieux programme diffusé sur les radios des États-Unis. Les premières stars de l'émission furent Uncle Dave Macon, Roy Acuff et le joueur d'harmonica afro-américain DeFord Bailey.

Singing cowboys et Western swing[modifier | modifier le code]

Durant les années 1930 et 1940, les chansons de cow-boys connues depuis les années 1920, furent popularisées par le biais des films Hollywoodiens, grâce à l'avènement du cinéma parlant. Dans ces westerns, les Singing Cowboys (cow-boys chantants) à la fois acteurs et interprètes firent leur apparition. L'un des premiers fut Ken Maynard suivi par les très populaires Gene Autry, Tex Fletcher, Tex Ritter, Johnny Bond, Johnny Western, The Sons of the Pioneers ou Roy Rogers[10]. Ces personnages de fiction du cinéma western de ces années là collent encore à la peau de la country, qui pourtant n'en tire aucune origine.

Bob Wills un autre musicien country devint une figure importante des westerns hollywoodiens. Son mélange de country et de jazz donna naissance à ce qu'on appellera Western Swing. Dans les années 1930 au Texas, Bob Wills et ses "Texas Playboys", ainsi que Milton Brown furent les grandes figures de ce style qui sut incorporer les instruments du Jazz et surtout son swing à la musique country. Bill Haley, lui-même, fit ses débuts en tant que membre des Four Aces Of Western Swing. De nos jours, les principaux représentants de ce courant de la country sont les Asleep at the Wheel.

Les percussions dédaignés par les premiers musiciens country car "trop fort" et "impur" selon eux ont finalement été utilisés à partir de 1935 par le Bob Wills. Au milieu des années 1940, le Grand Ole Opry refusa même que le batteur du groupe monte jouer sur scène[11].

Bien que les percussions aient été utilisées régulièrement dans les chansons rockabilly, le Louisiana Hayride, pourtant moins conservateur que le Grand Ole Opry, garda les batteurs en coulisse jusqu'en 1956. Au début des années 1960 cependant, il était rare qu'un groupe n'ait pas de percussionniste.

Bob Wills fut aussi l'un des premiers musiciens à ajouter une guitare électrique à son groupe, en 1938[12]. Une décennie plus tard (1948), Arthur Smith atteint le top 10 US country chart avec son disque de chez MGM Records, "Guitar Boogie".

Le Yodel[modifier | modifier le code]

"California Blues - Blue Yodel No.4", interprété par Jimmie Rodgers en 1929.

Bien qu'ils soient originaires des régions alpines d'Europe centrale (Tyrol, Suisse, Autriche, Allemagne), les premiers Yodels de la musique country furent chantés par Jimmie Rodgers avec sa série des "Blue Yodel". En 1935, la chanteuse Patsy Montana allait devenir la première interprète féminine du pays à vendre un million de disques de musique country avec un Yodel. Frank Ifield (en) se fait remarquer à ses débuts avec des prémices de yodels dans I Remember You en 1962, puis dans plusieurs autres titres. Le plus célèbre et le plus représentatif titre yodel de ce chanteur country restera She Taught Me How to Yodel, sorti en 1991. Bill Haley fut aussi un Yodeler de premier plan.

Le Hillbilly Boogie[modifier | modifier le code]

Disque des Delmore Brothers

Les musiciens country commencèrent, en 1939, à enregistrer des titres de musique Hillbilly, sur un tempo Boogie-woogie, il connut son âge d’or lors de la décennie précédant la venue du Rockabilly et du Rock 'n' roll. Cette nouvelle influence dans le monde country donna naissance à ce qu'on appelle hillbilly boogie ou okie boogie (nommé plus tard "country boogie"). Une des chansons phare de cette période est le "Freight Train Boogie" des Delmore Brothers, considéré aujourd'hui comme l'évolution combinée de la musique country et du blues vers le rockabilly.

En 1948, Arthur Smith atteint le top ten US country chart avec les disques "Guitar Boogie" et "Banjo Boogie"[13]. Parmi les autres artistes country boogie, on compte Moon Mullican, Hank Williams, Merrill Moore et Tennessee Ernie Ford.

Bluegrass, folk et gospel[modifier | modifier le code]

"East Tennessee Blues" par Bill Monroe et Doc Watson.
"Don't Let Your Deal Go Down" par Lester Flatt et Earl Scruggs en 1957.

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, une nouvelle forme de musique country est créée par Bill Monroe. Le bluegrass commence à émerger quand Bill Monroe et ses Blue Grass Boys menés par Roy Acuff avec Lester Flatt et Earl Scruggs rejoignent le Grand Ole Opry.

Cette branche plus acoustique de la musique country prend ses sources au cœur même des montagnes Appalaches (une région minière du Kentucky). Le bluegrass naît du rapprochement du folklore rural et montagnard et du chant religieux, le gospel. Les principaux instruments du bluegrass sont le banjo, la guitare, la mandoline et le violon. Lors des concerts, la virtuosité des musiciens est mise en avant.

Ils suscitent d'innombrables vocations dont celles des Stanley Brothers, Jim & Jesse, The Osborne Brothers, Doyle Lawson (en), Kentucky Colonels (en), Doc Watson, Vassar Clements, Ricky Skaggs, etc. De nos jours, les principaux représentants de la scène bluegrass (ou newgrass) sont The Grascals (en), Dailey & Vincent (en), Alison Krauss, ou encore Rhonda Vincent (en).

La musique gospel est aussi demeurée une composante populaire de la musique country. Red Foley (en), la plus grande star country après la deuxième guerre mondiale, fut le premier à vendre un titre gospel à plus d'un million d'exemplaires. Dans la période d'après-guerre, la musique country est appelée « folk » dans le commerce, et « hillbilly » dans l'industrie. En 1944, le Billboard remplace le terme « hillbilly » par « folk songs and blues », et change « country » en « country and western » (« Country » par ses origines du sud-est des USA, et « Western » de par son influence dans l'Ouest) [14].

Honky tonk[modifier | modifier le code]

"Pistol Packin' Mama" par Al Dexter en 1943.

Une autre variante de la country-music, devint populaire, particulièrement parmi des habitants blancs et pauvres du delta du Mississippi. Ce style originaire d'une zone à cheval sur Texas, Oklahoma, sud de l'Arkansas et Louisiane anglophone, fut appelé Honky tonk, ou musique de bastringue, de boîte de nuit. Ce nom Honky-tonk dérive du style de bars dans lesquels elle est habituellement jouée, c'est une musique pour boire et danser. Le Honky Tonk fut la transformation du "Hillbilly" rural en une musique adaptée au contexte des grandes cités. Bob Wills et ses "Texas Playboys" définirent ce style comme "un peu de ceci, et un peu de cela, un peu du noir et un peu du blanc… juste assez fort pour vous garder de penser trop et d'aller commander un whiskey."[15] Al Dexter connu son hit avec "Honky Tonk Blues" et sept ans plus tard avec "Pistol Packin' Mama". Ernest Tubb fut le précurseur de ce genre en 1942, mais ce fut Hank Williams qui le rendit populaire à la fin des années 1940. La vie de ce dernier, le plus vénéré sans doute de tous les artistes de country par les amateurs de sincérité autant que de profondeur, résume la question : blanc, d'origine rurale, très modeste, à l'adolescence urbaine mais encore dans le Sud, alcoolique pour contrer un handicap physique, ayant de ce fait peine à honorer les rendez-vous professionnels, mort prématurément à 29 ans mais à l'apogée d'un art acquis heureusement très jeune. L'artiste de Honky tonk Webb Pierce fut aussi très populaire du genre dans les années 1950, avec 13 singles placés numéro 1 pendant 113 semaines. Parmi ses autres représentants, citons également Cowboy Copas, Little Jimmie Dickens, Loretta Lynn et Hawshaw Hawkins. De nos jours, Dwight Yoakam, Alan Jackson, mais aussi George Strait, se réclament de ce style.

Les années 1950/1960[modifier | modifier le code]

Le Rockabilly[modifier | modifier le code]

Le Rockabilly naquit à Memphis en juillet 1954 avec la création par Sam Phillips du « Memphis Recording Service ». Il enregistra le groupe Harmonica Frank Floyd auteur de chansons mêlant blues et country. C'est à cette même époque qu'Elvis Presley enregistrait des titres comme "That's All Right Mama" dans les studios de Sam Phillips.

"Jesus Walked That Lonesome Valley" par le Million Dollar Quartet, à savoir Elvis Presley, Jerry Lee Lewis, Carl Perkins, et Johnny Cash.

Le rockabilly est en fait une musique dansante et rythmée, gardant les caractéristiques du Honky tonk ; absence de cuivre et de batterie ou très légère, contrebasse, guitare électrique et vocaux nasillards et syncopés.

Le rockabilly fut le style émergeant le plus populaire des années 1950 et particulièrement durant l'année 1956 où les numéros deux, trois et quatre du classement Billboard étaient Elvis Presley, "Heartbreak Hotel" ; Johnny Cash, "I Walk the Line" ; et Carl Perkins, "Blue Suede Shoes".

La musique country gagna en exposition télévisuelle à travers l'émission Ozark Jubilee, sur ABC-TV et sur la radio de Springfield, Missouri entre 1955 et 1960.

Les chanteurs rockabilly ont été nombreux, mais l’on peut citer, Roy Orbison, Johnny Burnette et Wanda Jackson.

Le Nashville et Countrypolitan sound[modifier | modifier le code]

Commençant au milieu des années 1950, et atteignant son point culminant au début des années 1960, le Nashville sound tourna la musique country vers une industrie portant sur plusieurs millions de dollars. Sous la direction de producteurs tels que Chet Atkins, Owen Bradley et plus tard Billy Sherrill, le Nashville sound tendait à donner un son plus "propre" pour les habitants des villes et de s'éloigner d'un son trop "rural". Cela donna un son plus doux, plus commercial et assez proche de la pop musique.

Ce sous-genre est notamment connu pour emprunter au style sonore des années 1950 : une voix lisse et mise en avant soutenu par une section de corde et un chœur vocal. Les principaux artistes dans ce genre sont Patsy Cline, Jim Reeves et Eddy Arnold. Le "slip note" au piano du musicien Floyd Cramer est un composant important de ce style.

La structure pop du style Nashville sound se prononça et glissa vers ce qui s'est appelé Countrypolitan sound. Les artistes Tammy Wynette et Charlie Rich font partie de ce style.

Country soul[modifier | modifier le code]

En 1962, Ray Charles étonna le monde de la pop en se tournant vers la musique country et en la plaçant à la deuxième place[16] du Billboard's pop chart avec le single I Can't Stop Loving You issu de l'album Modern Sounds in Country and Western Music. Il déclara :

« La country-music est un peu comme le blues... Elle est simple, honnête. J'aime ce vrai son du pays, cette pureté en lui... Nous ne devrions jamais délaisser ce son, ces mélodies de nos collines et de nos montagnes. »

On trouve encore aujourd'hui quelques influences de ce genre dans la musique de Allison Moorer, Ronnie Milsap ou bien James Otto.

Bakersfield sound[modifier | modifier le code]

Un autre genre de musique country s'est développé au nord nord-ouest de Los Angeles à Bakersfield, en Californie.

Influencé par Bob Wills et Lefty Frizzell vers 1966, il est connu sous le nom Bakersfield sound. Il est basé sur l'utilisation des instruments électriques et l'amplification, en particulier la guitare électrique. Les principaux artistes de ce genre sont Buck Owens[17], Merle Haggard[18], Tommy Collins, Gram Parsons et Wynn Stewart, chacun ayant son propre style.

La nouvelle génération est aujourd'hui représentée par Dwight Yoakam, Heather Myles, Monty Byrom, The Derailers... sans parler des autres californiens dont la musique reste proche de celle de Nashville mais est identifiée au style West-Coast : Gary Allan par exemple. Cette scène adopte un look moins conventionnel et plus provocateur (tatouages, "smoky-bars"...)

Le country rock[modifier | modifier le code]

Neil Young en 1976.

Dès la seconde moitié des années 1950, de nombreux chanteurs et musiciens de rock and roll déclarent leur amour pour des genres comme la country, le folk ou le blues. Certains même, comme Jerry Lee Lewis, regrettent de n'avoir pas fait une carrière plutôt dans une country mâtinée de rock.

À la fin des années 1960, dans la musique américaine produite se retrouve un mélange des genres. Au lendemain de la « British Invasion », beaucoup ont désiré un retour au vieilles valeurs du rock n' roll et de la country. Il en résultat une sorte de genre métis, alors appelé country rock.

Les premiers innovateurs dans ce nouveau style de musique des années 1960 et 1970 furent les groupes The Byrds, The Flying Burrito Brothers, le guitariste Clarence White, Michael Nesmith, Grateful Dead, Neil Young, Commander Cody, Creedence Clearwater Revival, The Allman Brothers Band, The Marshall Tucker Band, Poco, Buffalo Springfield, Emmylou Harris, et The Eagles parmi d'autres. The Rolling Stones firent également partie du lot avec des chansons comme "Honky Tonk Women" et "Dead Flowers".

Dans les décennies qui ont suivi, les artistes tels que Juice Newton, Alabama, Hank Williams, Jr., Keith Urban, Shania Twain, Brooks & Dunn, Faith Hill, Garth Brooks, Dwight Yoakam, Steve Earle, Dolly Parton, Rosanne Cash et Linda Ronstadt ont transporté la musique country vers plus d'influences rock.

À la suite du mélange initial des deux genres, d'autres sous genres apparurent bientôt comme le Heartland rock, l'Alternative country et le Rock sudiste (Southern rock), représentés par de nombreux groupes dont ZZ Top, Lynyrd Skynyrd et surtout Charlie Daniels.

Les années 1970/1980[modifier | modifier le code]

Les Outlaws[modifier | modifier le code]

En 1972, en réaction au "Nashville Sound" qui était enregistré par les mêmes musiciens, au résultat mièvre, un groupe de chanteurs prétendit faire leur propre country et être indépendant de Nashville du point de vue de l'écriture, de la production et des arrangements de leur musique.

Dérivé du son traditionnel et du honky tonk de la fin des années 1950, y compris celui de Ray Price (dont la bande, les "Cherokee Cowboys" était composée de Willie Nelson et Roger Miller), l'Outlaw Country a révolutionné le genre de la musique country. Pour bien démarquer le mouvement, c'est la scène d'Austin au Texas qui fut le repaire des chanteurs outlaws. Il en résulta un son plus brut, moins produit, mais gardant les valeurs traditionnelles du genre.

L'expression « country outlaw » (country hors-la-loi) est traditionnellement associée à David Allan Coe, Kris Kristofferson, Willie Nelson, Waylon Jennings, Jessi Colter, Jerry Jeff Walker, Floridian Gary Stewart et Billy Joe Shaver. Austin est devenue depuis une « grande » ville de country-music, si ce n'est la deuxième après Nashville.

Red Dirt[modifier | modifier le code]

Variante de la country, on trouve aussi la musique Red Dirt, c'est-à-dire du country mélangé avec du rock'n'roll, ou de l'americana. Le Red Dirt vient principalement des États de l'Oklahoma et du nord du Texas, mais il fait fureur un peu partout aux États-Unis, et surtout auprès des jeunes, car cette musique est peut-être plus accessible que la country traditionnelle. Les leaders de ce mouvement sont Stoney Larue, Cross Canadian Ragweed, Jason Boland & the Stragglers et Kevin Fowler.

Country pop[modifier | modifier le code]

La Country pop ou soft pop, avec des racines dans le countrypolitan sound et le soft rock, est un sous-genre émergeant dans les années 1970, avec un son country beaucoup plus urbain que la country traditionnelle plus rurale.

Il a commencé par des chanteurs de musique pop comme Michael Nesmith, The Bellamy Brothers, Glen Campbell, John Denver, Eagles, Olivia Newton-John, Marie Osmond, B. J. Thomas et Anne Murray connaissant quelques succès dans le hit country. Le célèbre "Rhinestone Cowboy" de Campbell fut l'un des plus grands hits de l'histoire de la musique country qui illustre ce métissage.

En 1974, Olivia Newton-John, une chanteuse pop australienne remporte le prix de la "Meilleure chanteuse country de l'année" auprès de la Country Music Association. La même année, un groupe d'artistes, préoccupé par cette tendance, a formé l'Association of Country Entertainers.

Pendant les années 1980, les artistes country ont vu leurs ventes de disques prospérer. Willie Nelson et Juice Newton avaient tous deux, deux chansons dans le top 5 du Billboard. Nelson classa "Always On My Mind" (#5, 1982) et "To All The Girls I've Loved Before" (#5, 1984) et Newton connu le succès avec "Queen of Hearts" (#2, 1981) et "Angel of the Morning" (#4, 1981).

Quatre chansons country ont complété le Billboard Hot 100 des années 1980 : "Lady" de Kenny Rogers, qui était la chanson #3 pendant l'année entière en 1981, "9 to 5" de Dolly Parton, "I Love a Rainy Night" d'Eddie Rabbitt et "Islands in the Stream", un duo de Dolly Parton et Kenny Rogers de 1983, une chanson country pop écrite par Barry, Robin, et Maurice Gibb des Bee Gees. "Queen of Hearts" de Newton atteignit presque la première place mais resta cependant juste derrière la ballade de Diana Ross et Lionel Richie, "Endless Love"[19]. De nos jours la country pop fait des émules parmi les nouvelles stars: Shania Twain dans les années 1990-2000 mais aussi Taylor Swift ou bien Lady Antebellum.

Neocountry[modifier | modifier le code]

En 1980, le style "neocountry disco music" fut popularisé par le film Urban Cowboy[20], qui incluait quelques chansons traditionnelles comme "The Devil Went Down to Georgia" de Charlie Daniels Band.

Les ventes dans les magasins de disques sont montées en flèche à $250 millions en 1981. En 1984, 900 stations de radio avaient commencé à programmer de la country ou du neocountry à plein temps. C'est l'époque des succès de Alabama mais aussi George Strait ou bien The Judds.

Truck driving country[modifier | modifier le code]

Le Truck driving country est un sous-genre de musique country issu de la fusion du honky tonk, du country rock et du Bakersfield sound[21]. On retrouve le tempo country rock et l'émotion de la musique honky tonk, avec des paroles sur le mode de vie des routiers. Parmi les artistes référents de ce style, on peut noter Dave Dudley, Red Sovine, Roy Drusky, Colonel Robert Morris, Dick Curless, et Red Simpson. Dudley est connu comme le père du genre truck driving country[22]. On raconte que la première chanson du genre fut Truck driver’s blues en 1939 par Moon Mullican.

Les années 1990[modifier | modifier le code]

Durant les années 1990, l'artiste Garth Brooks connut une des carrières les plus réussies dans l'histoire de musique country, explosant les records de vente de disques. Le RIAA a certifié ses ventes de disques à 128 millions uniquement aux États-Unis[23] Au début de cette décennie l'industrie entière de Music City explosa grâce aux succès de cette nouvelle scène country (new-country); les stars de l'époque toujours présentes : Alan Jackson, Travis Tritt, Clint Black, mais aussi le déferlement de stars féminines telles que Shania Twain, Terri Clark ou bien Trisha Yearwood.

Au début des années 1990, surtout en 1992 la musique country a été influencée par la popularité de la danse en ligne. Billy Ray Cyrus avec son Achy Breaky heart puis Brooks & Dunn et leur Boot scootin Boogie.

Les Dixie Chicks sont devenus aussi l'un des groupes country les plus populaires dans les années 1990 et au début des années 2000. Leur premier album, Wide Open Spaces paru en 1998, a été certifié platine 12x tandis que leur album Fly de 1999 a été certifié platine 10x. A la sortie de leur troisième album, Home, publié en 2003, le groupe a fait polémique à cause des commentaires de sa leader Natalie Maines dénigrant le président d'alors George W. Bush alors que le groupe était à l'étranger (Maines a déclaré qu'elle et ses acolytes avaient honte de venir du même état ​​que Bush, qui venait de commencer la guerre en Irak quelques jours avant). Les commentaires ont eu comme conséquence une rupture entre le groupe et la scène de la musique country. Le 4e album paru en 2006 Taking the Long Way, a pris une direction plus rock, l'album fut un succès commercial global, mais fut en grande partie ignoré du public country. (Le groupe est actuellement en pause, Nathalie Maines poursuivant une carrière solo, en attendant, les deux autres membres poursuivent leur projet de côté, les Court Yard Hounds.)

L'Alternative country[modifier | modifier le code]

À Nashville, des artistes essayent de sortir la musique des mains des maisons de disques en proposant un retour aux sources (moins pop) et forment une scène alternative appelée alt-country ou Alternative country. Parmi ceux-ci, il faut citer Steve Earle, BR5-49, Robbie Fulks, Wilco, Son Volt et The V-Roys. Une scène très proche de l'Americana.

Le country punk[modifier | modifier le code]

Dans le milieu des années 1980 apparaît à Los Angeles une scène country-punk (ou "Cow-punk") avec les groupes Jason and the Scorchers et Lone Justice. Puis début des années 2000 arrive Hank III le fils de Hank Jr et petit-fils de Hank Williams; il n'hésite pas à qualifier sa musique de "Hell-Billy".

Americana[modifier | modifier le code]

La country est aussi une des influences majeures du mouvement Americana populaire aux États-Unis et en Grande-Bretagne au début des années 2000 avec des groupes tels que The Handsome Family, Ryan Adams, Uncle Tupelo, Giant Sand, Lucinda Williams. Puis arriveront : Alejandro Escovedo, Tift Merritt, Dave Alvin, Ryan Bingham, Eilen Jewell, Elizabeth Cook, Kelly Willis, Gillian Welch, Mindy Smith, Charlie Robison, Hayes Carll, the Lumineers...dont la musique est plus proche des racines folk-rock et dont le style est beaucoup plus Indépendant. Beaucoup de ces groupes figurent au catalogue de 2 maisons de disques totalement dédiées à cette branche musicale : Lost-highway records et Dualtone records. D'ailleurs Johnny Cash grâce au producteur Rick Rubin fit partie de ce mouvement dès 1994 à ses derniers jours.

Les années 2000 & 2010[modifier | modifier le code]

Plusieurs stars de rock et de musique pop flirtent avec la musique country. En 2000, Richard Marx fait un bref croisement avec son album Days In Avalon, qui contient cinq chansons country et la participation de plusieurs chanteurs et musiciens de la scène. Alison Krauss fait les chœurs dans la chanson de Marx Straight From My Heart. En outre, Bon Jovi participe avec Jennifer Nettles (du groupe Sugarland) au single Who Says You Can't Go Home et on retrouve des chansons country dans le répertoire de Don Henley et du groupe Poison.

En 2005, la chanteuse de country Carrie Underwood remporte la quatrième saison de l'émission American Idol et devient une artiste récompensée de plusieurs Grammy Award. En 2007, Underwood a remporté le Grammy Award du meilleur nouvel artiste et est devenue la première artiste country en 10 ans à remporter ce prix. Underwood est également devenue la septième femme à remporter l'artiste de l'année pour l' Academy of Country Music Awards, et la première femme de l'histoire à remporter Entertainer of the Year pour l' Academy of Country Music Awards à deux reprises, deux fois consécutivement. Le premier album de Underwood, " Some Hearts ", n'était pas seulement le premier album le plus rapidement vendu par un artiste country dans l'histoire, mais a été classé par Billboard.com n ° 1 album country de la décennie 2000-2009.

En 2006, la jeune chanteuse country Taylor Swift sort son premier album qui la montera au sommet et marquant une « renaissance » de la country en gagnant énormément de récompenses et de records. Elle se fera connaitre avec son premier single, " Tim McGraw ", à l'âge de 16 ans. Son premier album studio, Taylor Swift, a passé 275 semaines au Billboard 200. En 2008, Taylor Swift a sorti son deuxième album studio, "Fearless" deuxième album le plus vendu (juste derrière Adèle 21).

Kid Rock produira un autre grand succès crossover, "All Summer Long " en 2008. Darius Rucker, ancien leader du groupe pop-rock Hootie and the Blowfish, a commencé une carrière solo country à la fin des années 2000, et à ce jour a produit trois albums et plusieurs succès au Billboard Hot 100.

L'émission Nashville Star, tout en n'ayant pas autant de succès que American Idol, a réussi à promouvoir Miranda Lambert et Chris Young au grand public. Les Sitcoms adolescents ont également eu un impact sur ​​la musique country moderne, en 2008, l'actrice Jennette McCurdy a sorti son premier single, " So Close "; puis le suivant "Love Generation" en 2011. Une autre sitcom-star adolescente, Miley Cyrus(de Hannah Montana ), a également interprétée un crossover à la fin des années 2000 avec " The Climb " et un autre en duo avec son père, Billy Ray Cyrus, avec " Ready, Set, don't go". Jana Kramer, actrice sur One Tree Hill, a publié aussi un album de country en 2012 avec deux singles dans le Top 40. L'actrice Hayden Panettiere commença également à enregistrer des chansons country dans le cadre de son rôle dans la série TV Nashville.

En 2010, le groupe Lady Antebellum a remporté cinq Grammy Awards, dont le très convoité "chanson de l'année" et "Album de l'année" pour " Need You Now ". [ 71 ] Un grand nombre de groupes et duos ont commencé à émerger dans les charts dans les années 2010. En plus de Lady Antebellum, des groupes tels que Little Big town, The Band Perry, Gloriana, Thompson Square, Eli Young Band et le Zac Brown Band ont émergé pour occuper une grande partie de la scène populaire country contemporaine.

L'influence de la musique rock est également devenu plus manifeste au cours des années 2010 et au début des années 2000 en témoigne les succès des artistes comme Eric Church, Jason Aldean et Brantley Gilbert; Aaron Lewis, aussi chanteur du groupe de rock Staind, a un succès modéré dans la musique country en 2011 et 2012. Également en hausse dans les années 2000 et début des années 2010 l'insertion de rap et des éléments parlés dans des chansons country, des artistes tels que Cowboy Troy et Colt Ford font carrière dans ce style de mélanges (également connu sous le nom "Hick-Hop" ) tandis que d'autres, ( Big & Rich et Jason Aldean )l'ont utilisé à l'occasion.

Aujourd’hui, la country-music a réussi à s’imposer au-delà des stéréotypes, des réputations injustes et réductrices qu’on lui faisait, gagnant chaque fois de nouveaux publics dans le monde entier (Australie, Canada, Irlande, Allemagne, Pays-Bas pour les principaux).

De nos jours, des stations de radio, des chaînes de télévisions spécialisées, des disques vendus par millions font que la country est devenue une industrie. Des superstars comme Garth Brooks, Alan Jackson, Brad Paisley, Kenny Chesney, Keith Urban, Martina McBride, Carrie Underwood, Luke Bryan, Blake Shelton... reprennent avec les évolutions le long héritage des musiques du Sud et de l’Ouest.

La country music a pratiquement influencé toutes les musiques du XXe siècle et, notamment, le rock : Elvis Presley, Ry Cooder, JJ Cale, Mark Knopfler, John Fogerty, Ray Charles, Leonard Cohen, Elvis Costello, John Mellencamp, Robert Plant, Ray LaMontagne, Eddy Mitchell, Francis Cabrel, Joe Dassin, Hugues Aufray, Roy Orbison, John Hiatt, Neal Casal, Neil Young, Norah Jones, Ben Harper, Eagles, Chris Isaak, Bob Dylan, Bruce Springsteen, Van Morrison, Sheryl Crow, Popa Chubby, Tina Turner, Dean Martin, Bon Jovi, Salsedo, Sanseverino, Solal, Roch Voisine, Isabelle Boulay, Sting, The Beach Boys... et des milliers d’autres.

La country en dehors des États-Unis[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

La musique country, sans en avoir l'air, fait partie du répertoire de la variété française depuis longtemps à travers les chansons adaptées par les artistes francophones. Jean Sablon (Tennessee Waltz de Pee Wee King), Armand Mestral (Jambalaya d'Hank Williams), Annie Cordy (Cigarettes, Whisky et P'tites Pépées, (Cigarettes, Whiskey And Wild Wild Women des Sons of the Pioneers), Yves Montand (Dans les plaines du Far West), Sacha Distel (Oh, quelle nuit (Oh, Lonesome Me de Don Gibson), Richard Anthony (J'entends siffler le train (Five Hundred Miles Away From Home de Bobby Bare), Joe Dassin (Salut les amoureux (City of New Orleans de Steve Goodman), Le Pont de la Garonne (Ode to Bille Joe de Bobbie Gentry), Michèle Torr (Je m'appelle Michèle (Rhinestone Cowboy de Glen Campbell), sans oublier les « rockers » nationaux  : Johnny Hallyday, Eddy Mitchell, Hugues Aufray et Dick Rivers.

L’image déformée traditionnelle assimile souvent toute la country à la musique de cow-boys ou de camionneurs avec un ton péjoratif. Or beaucoup de groupes ont su cerner les nuances et les richesses ; malgré tout ils se heurtent à la même incompréhension d’un grand public qui connaît mal ces musiques américaines et dont les références sonores ne font pas partie de sa culture. Le fait peut paraître surprenant dans un univers musical pourtant dominé par les Anglo-saxons (du rock au rap), mais l’écoute de la country nécessite sans doute un minimum d’initiation et de curiosité.[citation nécessaire]Jacques Dutronc et Alain Bashung sont, par exemple, des amateurs de country, alors que leur style est très éloigné.

Mais cela continue avec de nouveaux interprètes et des groupes country et rockabilly français : Lionel Wendling, Rebels, Vicky Laine, Annabel, Coastline, Truck Stop rules, Texas Sidestep, Road Riders, Big Rock, Chattahoochee, Orville Grant, The Bush, Amarillo, The Calamity Band, Liane Edwards, Phil Edwards, Phil Fasan, Burning Dust, Charlie West, Sandy et les Prairie Dogs, Mainstreet, Open Road country band, etc.

En 2006, plus d'une cinquantaine de festivals dédiés à la musique country se sont tenus en France : Saint-Agrève (Ardèche) avec Equiblues, Craponne-sur-Arzon (Haute-Loire), Mirande (Midi Pyrénées), Gramat (Midi Pyrénées), Amnéville (Lorraine), Déols (Région Centre), Bain-de-Bretagne (Bretagne), Bruay-la-Buissière (Pas-de-Calais) et, à ce jour, il existe environ 600 clubs de danses Country (line dance et traditionnelle).

Au Canada[modifier | modifier le code]

Shania Twain à Wembley.

Le Canada a peut-être été après les États-Unis la plus grande base de fans et d'artistes de musique country. La musique country canadienne provient des provinces de l'Atlantique sous forme de musique folk celtique populaire venue des immigrés irlandais et écossais. Cependant, on trouve des artistes country traditionnels à travers tout le Canada. Quelques artistes canadiens notables : Shania Twain, Dean Brody, Duane Steele, Blue Rodeo, Terri Clark, Paul Brandt, Marg Osburne, Hank Snow, Johnny Mooring, Don Messer, Doc Walker, Emerson Drive, The Wilkinsons, Wilf Carter, Michelle Wright, Corb Lund, Stompin' Tom Connors, Crystal Shawanda, Shane Yellowbird, The Road Hammers, Anne Murray, Foster Martin Band, High Valley, Aaron Pritchett, Jason Blaine, Gord Bamford, etc.

La musique country au Canada français, que ce soit au Québec et principalement en Acadie, est également très populaire et compte plusieurs artistes de talent dont notamment Cayouche, Paul Dwayne, Julie Daraîche, Paul Daraîche, Bobby Haché, Willie Lamothe, Louis Bérubé, Steve Surprenant, Honoré Godbout, Albert Babin, pour ne nommer que ceux-là, et bien sûr George Belliveau, Hert Leblanc, Veronique Labbé et Irvin Blais, les vedettes montantes de l'heure au Québec, qui sont en train de révolutionner le country dans tout le Canada français. Sans oublier les disques country de Roch Voisine: Americana vol 1, 2 et l'album De retour à la source d'Isabelle Boulay. Carole Laure aussi a sorti son album de reprises country en 1989 Western Shadows.

Originaire de Louisiane, les lointains cousins acadiens ont eux aussi créé leur propre style de country. La musique cadienne (aussi appelée cajun) est une musique dansante, joyeuse, aux paroles souvent truculentes, chantées en français cadien ou en anglais. Ce genre est représenté par Harry Choates, Rusty et Doug Kershaw, Nathan Abshire, Jimmie C. Newman, etc.

En Australie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Musique country australienne.
Keith Urban en concert en 2007.

L'Australie a une longue tradition de musique country qui s'est développée selon un modèle tout à fait différent de celui des États-Unis, car influencée par les ballades folkloriques celtiques et la tradition des ballades "Bush" des poètes australiens comme Henry Lawson et Banjo Paterson[24],[25].

Les immigrés anglo-celtiques des années 1700-1800 ont introduit une tradition de ballades de la musique folk qui ont été adaptées aux spécificités australiennes : Bound for Botany Bay chante du voyage des bagnards britanniques en Australie ou The Wild Colonial Boy qui évoque l'esprit provoquant des bushrangers. Les paroles de Waltzing Matilda, la chanson folklorique australienne la plus connue, ont été écrites par le poète Banjo Paterson en 1895.

Tex Morton et Smoky Dawson ont été des pionniers de la musique country en Australie, se fondant complètement avec le personnage des cow-boys. Dans les années 1940, Slim Dusty débute une carrière country qui durera cinquante ans et engendrera plus de 100 albums[26]. En 1957, A Pub With No Beer par Dusty est devenue la première chanson australienne sur les pop charts internationaux. Slim a exécuté ses propres compositions comme celles de son épouse, Joy McKean, et d'autre artistes australiens et a écrit des airs pour les poésies australiennes classiques. Il a enregistré son centième album en 2000.

Le succès international pour des musiciens australiens a continué pendant les années 1960 et 70 avec Frank Ifield et Reg Lindsay. Un autre des interprètes les plus connus du musique folk australienne est Rolf Harris[27]. Le chanteur-compositeur-interprète John Williamson, a publié sa première chanson Old Man Emu en 1970 et il est devenu aussitôt Numéro 1 au palmarès de la musique australienne. En 1982, Williamson sort True Blue.

En 1975, Olivia Newton-John s’installe aux États-Unis, où elle connaît de grands succès sur la scène country et western, et bien que les puristes ne cessent de la décrier, elle remporta le prix de l’artiste féminine country de l’année 1974. Johnny Cash est une des idoles du chanteur-compositeur australien Nick Cave, et les carrières des deux artistes se croisent[28]. Aux États-Unis, on trouve d'autres artistes de country australiens très connus comme Sherrié Austin et Keith Urban, mais la musique country australienne a développé un style unique dont les principaux représentants sont Lee Kernaghan, Steve Forde, The McClymonts, Catherine Britt, Adam Brand, Kasey Chambers ou Sara Storer. La musique country a également été une forme particulièrement populaire de musique pour les Aborigènes d'Australie. Comme chanteurs indigènes on peut citer Troy Cassar-Daley, Kev Carmody et Archie Roach.

Tamworth est réputée en Australie pour être la capitale de la country music et le siège du festival de musique country de Tamworth et les Country Music Awards of Australia[29]. Le Grabine State Park en Nouvelle-Galles du Sud promeut la musique country australienne à travers un festival annuel : Grabine Music Muster Festival. Le pays possède également une chaîne télévisée dédiée à la musique country. La CMC (Country Music Channel), qui peut être regardée sur Foxtel et Austar décerne une fois par an les "Golden Guitar Awards".

Dans d'autres parties du monde[modifier | modifier le code]

Tom Roland, de la Country Music Association, explique la popularité de la musique country ainsi : "À cet égard, au moins, les auditeurs de musique country autour du globe ont quelque chose en commun avec ceux des États-Unis. En Allemagne, par exemple, on identifie trois groupes généraux qui gravitent autour du genre : les gens intrigués par l'icône américaine du cowboy, les fans entre deux âges qui cherchent une alternative à une musique rock trop dure et les plus jeunes auditeurs sur les traces des sons aux influences pop et qui soulignent beaucoup de succès country"[30].

Un des premiers américains à faire de la musique country en dehors des États-Unis fut George Hamilton IV. Il était le premier musicien country à se produire dans l'Union des républiques socialistes soviétiques ; il a également voyagé en Australie et au Moyen-Orient. Il a été considéré comme l'"Ambassadeur international de musique country" pour ses contributions à la globalisation de la musique country[31]. Johnny Cash, Emmylou Harris, Keith Urban, et Dwight Yoakam ont également fait de nombreuses tournées internationales[30].

En Amérique du Sud, le dernier week-end de septembre, le "San Pedro Country Music Festival" s'installe dans la ville de San Pedro, en Argentine. Le festival comporte des groupes et artistes de différentes nationalités, aussi bien d'origine brésilienne, uruguayenne, chilienne, péruvienne que des États-Unis.

Les artistes country[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nick Tosches, Country : les racines tordues du rock'n'roll, éditions Allia, 2000.
  • (en) Richard A. Peterson, Creating Country Music - Fabricating Authenticity, University of Chicago Press, 1997, (ISBN 0226662845). Histoire de la musique Country
  • (fr) Guide de la country music et du folk - Gérard Herzhaft (Auteur), Jacques Brémond (Auteur)- Fayard (13 octobre 1999)
  • (fr) Gérard Herzhaft, La country-music, Paris, Presses Universitaires de France (coll. "Que sais-je?"), 1995.
  • (en) Kurt Wolff, The Rough Guide Country Music, London, Rough Guides Limited, 2000.
  • Serge Lenfant, Il était une fois la country music, ed. Dictionnaires d'aujourd'hui, 2011, (9782913110144)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Peterson, Richard A. (1999). Creating Country Music: Fabricating Authenticity, p. 9 (ISBN 0-226-66285-3).
  2. Le Grand Ole Opry est initialement le nom d'une émission de radio extrêmement populaire dans les années 1930-1950, qui était suivie par des millions d'Américains sur sa station de radio mythique WSM.
  3. (fr) « La country music et son histoire », sur www.mitchell-city.com (consulté le 1er septembre 2010)
  4. (en) « COLUMBIA (USA) 15000D series Numerical Listing », 78discography
  5. (en) « Fiddlin' John Carson », Our Georgia History
  6. (en) « "The Wreck of the Old 97" », Blue Ridge Institute Museum
  7. (en) « "The Wreck of the Old 97" », Blue Ridge Institute Museum
  8. (en) Rose Hooper, « Les premières chanteuses de Country », The Silva Herald,‎ 22 février 2001
  9. (en) « GID TANNER AND THE SKILLET LICKERS », sur southernmusic.net (consulté le 3 septembre 2010)
  10. (en) « Cowboy Music », sur www.roughstock.com (consulté le 1er septembre 2010)
  11. (en) « Grand Ole Opry », sur www.southernmusic.net/grandoleopry.htm (consulté le 1er septembre 2010)
  12. (fr) « La naissance de la Country music », sur fandedanse.jimdo.com (consulté le 2 septembre 2010)
  13. (en) « Arthur Smith Biography », sur www.oldies.com (consulté le 3 septembre 2010)
  14. (en) « Long steel rail: the railroad in American folksong By Norm Cohen, David Cohen », sur books.google.com (consulté le 2 septembre 2010)
  15. Workin' Man Blues - Country Music in California. Gerald W. Haslan. University of California Press. 1999. page 135. ISBN 0-520-21800-0.
  16. (fr) « Ray Charles », sur www.billboard.com (consulté le 2 septembre 2010)
  17. (en) « Buckerfield », sur www.buckowens.com (consulté le 2 septembre 2010)
  18. (en) « Merle Haggard Biography », sur www.cmt.com (consulté le 2 septembre 2010)
  19. (en) « Overall Popularity », sur www.billboard.com (consulté le 2 septembre 2010)
  20. Workin' Man Blues - Country Music in California. Gerald W. Haslan. University of California Press. 1999. page 259. ISBN 0-520-21800-0.
  21. (en) « Kelly Osbourne Is A Pussycat Doll », sur www.starpulse.com (consulté le 2 septembre 2010)
  22. (fr) « Dave Dudley », sur www.mp3.com (consulté le 2 septembre 2010)
  23. (en) « Top Selling Artists », sur www.riaa.com (consulté le 3 septembre 2010)
  24. (en) « Australian country music », sur www.cultureandrecreation.gov.au (consulté le 28 octobre 2010)
  25. (en) « Bush songs and music », sur www.cultureandrecreation.gov.au (consulté le 28 octobre 2010)
  26. (en) « Slim is the most prolific and biggest selling recording artist in Australia with more than 5 million of his recordings sold on the domestic market. », sur www.slimdusty.com.au (consulté le 28 octobre 2010)
  27. (en) « Biography of Rolf Harris », sur www.rolfharris.com (consulté le 28 octobre 2010)
  28. (en) « 'I saw music could be a beautiful, evil thing, while my parents shifted uncomfortably' », sur www.guardian.co.uk (consulté le 28 octobre 2010)
  29. (en) « Site de Tamworth Country Music », sur www.tamworthcountrymusic.com.au (consulté le 28 octobre 2010)
  30. a et b (en) « International Journalists Discuss the State of Country Music Abroad », sur www.cmaworld.com (consulté le 1er septembre 2010)
  31. (en) « Country Music Figures Donate Papers, Give Concert », sur www.lib.unc.edu (consulté le 1er septembre 2010)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :