Coulommes-et-Marqueny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Coulommes-et-Marqueny
Ferme de Verlaine à Coulommes
Ferme de Verlaine à Coulommes
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Ardennes
Arrondissement Vouziers
Canton Attigny
Intercommunalité Communauté de communes des Crêtes Préardennaises
Maire
Mandat
Guy Decloux
2014-2020
Code postal 08130
Code commune 08134
Démographie
Population
municipale
92 hab. (2011)
Densité 7,7 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 26′ 09″ N 4° 34′ 49″ E / 49.4358, 4.580349° 26′ 09″ Nord 4° 34′ 49″ Est / 49.4358, 4.5803  
Altitude Min. 95 m – Max. 177 m
Superficie 11,99 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Coulommes-et-Marqueny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Coulommes-et-Marqueny

Coulommes-et-Marqueny est une commune française, située dans le département des Ardennes en région Champagne-Ardenne. Entre Mazagran et Attigny.

Géographie[modifier | modifier le code]

Paysage de Coulommes et Marqueny

Coulommes et Marqueny sont dans une région de talus qui borde la vallée de l'Aisne, et que l'on appelle Monts de Champagne ou Monts de craie[1].

Un de ces monts, situé à la limite sud-est de la commune, culmine à 172 mètres, alors que le village de Coulommes et le bourg de Marqueny sont à 105 mètres environ, dans une petite vallée où coule le ruisseau de Louvergny.

La butte de Bourcq, un peu plus au sud-est encore, domine toute la région.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune a été occupé dès l'époque préhistorique[2]. Une voie romaine longe ce même territoire au nord.

Le bourg de Coulommes est cité à partir du Xe siècle, en particulier dans la charte de Charles le Simple. Ce territoire passe des rois de France aux comtes de Champagne puis aux archevêques de Reims. Une première charte d'affranchissement est promulguée au début du XIIIe siècle, en même temps que celle d'Attigny[2].

L'archevêché inféode cette seigneurie, et une série de seigneurs laïcs se succèdent dont, notamment les Apremont et les Estoquoy.

La période de la Révolution française est un peu agitée, le maître d'école se révélant un passionné jacobin et faisant arrêter quelques personnes du village, emprisonnés comme suspects à la prison de la Chartreuse du Mont-Dieu.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Guy Decloux[3]    
mars 2008 en cours Guy Decloux[3]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 92 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
281 251 338 339 386 387 386 407 409
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
393 373 335 311 297 291 273 247 251
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
250 164 192 160 147 147 156 131 113
1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011 - -
92 84 107 87 92 94 92 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Détail de l'église.

- Ferme de Malval où vécut Paul Verlaine.

- Église : la nef basilicale de quatre travées, avec des arcades en plein cintre portant sur des piles carrées à impostes moulurées saillantes, et couverte d'un plancher est une partie romane. Vitraux du XXe siècle, de l'atelier Jacques Simon (lignée de maîtres-verriers rémois).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Hubert Fontaine dit Hubert le Jardinier
  • Paul Verlaine : Verlaine fait un premier séjour très court à Coulommes en 1875, avec son ami Lucien Létinois. Il y revient en 1883, sa mère ayant acquis une maison avec quelques terres au lieu-dit Malval[2]. Il retombe dans ses travers, avec notamment une consommation abusive d'alcool, jusqu'au 11 février 1885 où il est arrêté pour avoir voulu s'en prendre, ivre, à sa mère. Il est alors emprisonné à Vouziers du 13 avril au 13 mai 1885.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Octave Guelliot, Géographie traditionnelle et populaire du département des Ardennes, Librairie Emile Nourry, 1931, p.46
  2. a, b et c Octave Guelliot, Dictionnaire historique de l'arrondissement de Vouziers, tome 3, pages 114-121, éditions Terres ardennaises, 1999, (ISBN 2-905-339-45-4)
  3. a et b Conseil général des Ardennes consulté le 23 juin (fichier au format PDF)
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]