Couhé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Couhé
Blason de Couhé
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Poitou-Charentes
Département Vienne
Arrondissement Montmorillon
Canton Couhé
Intercommunalité Communauté de communes de la Région de Couhé
Maire
Mandat
Vincent Béguier
2014-2020
Code postal 86700
Code commune 86082
Démographie
Gentilé Coéciens
Population
municipale
1 835 hab. (2011)
Densité 201 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 17′ 59″ N 0° 10′ 55″ E / 46.2997222222, 0.18194444444446° 17′ 59″ Nord 0° 10′ 55″ Est / 46.2997222222, 0.181944444444  
Altitude Min. 107 m – Max. 153 m
Superficie 9,11 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Voir sur la carte administrative de Vienne
City locator 14.svg
Couhé

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Voir sur la carte topographique de Vienne
City locator 14.svg
Couhé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Couhé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Couhé
Liens
Site web http://www.mairie-couhe.fr/

Couhé est une commune du centre-ouest de la France, située dans le département de la Vienne en région Poitou-Charentes.

Ses habitants sont appelés les Coéciens[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Couhé se situe au sud-ouest du département de la Vienne, à 25 km de Poitiers, à 45 min du Futuroscope, à proximité des départements des Deux-Sèvres et de la Charente, dans le pays civraisien, dans le seuil du Poitou.

Le nom de Couhé pourrait dériver de nom latin d'un propriétaire terrien nommé Colnacio. Du XIe au XIVe siècle, le nom du village s'est écrit Cohec, Coec, et parfois Coyhet. À la seconde moitié du XIVe siècle apparaît la forme de Couhec ou Couhé.

L'adjonction de Vérac apparait au XVIIe siècle, époque où l'ancienne baronnie devint un marquisat.

Histoire[modifier | modifier le code]

Couhé a été un centre féodal important ayant appartenu à la puissante famille de Lusignan, au moins dès 1024.

Couhé a aussi été un centre important de la Religion Réformée aux XVIe et XVIIe siècles. Le seigneur de Couhé était alors le marquis de Vérac. La plupart des maisons étaient construites en bois et avaient leur premier étage en surplomb. Il est possible d'en voir un exemplaire rue Bigeon-Croisil qui date du XVe siècle.

Au XVIIe siècle, une réorganisation de la poste au sein du royaume de France va permettre de redonner vie à ce bourg se situant dorénavant sur la route Paris-Bordeaux.

Couhé accueille favorablement les avancées de la Révolution française. Elle plante ainsi son arbre de la liberté, symbole de la Révolution. Il devient le lieu de ralliement de toutes les fêtes et des principaux événements révolutionnaires, comme la fête de l’anniversaire de la fondation de la République, le 22 septembre[2].

Pendant la Seconde Guerre mondiale, un camp de prisonniers de l’armée d'Afrique est établi par les Allemands à Couhé : ils sont affectés aux travaux agricoles dans le canton. Progressivement, ils sont renvoyés en Afrique par l’occupant ; un certain nombre d’entre eux ont disparu[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Léone Couturier    
mars 2008   Bernard Gaborit[4]    

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune relève du tribunal d'instance de Poitiers, du tribunal de grande instance de Poitiers, de la cour d'appel de Poitiers, du tribunal pour enfants de Poitiers, du conseil de prud'hommes de Poitiers, du tribunal de commerce de Poitiers, du tribunal administratif de Poitiers et de la cour administrative d'appel de Bordeaux, du tribunal des pensions de Poitiers, du tribunal des affaires de la Sécurité sociale de la Vienne, de la cour d’assises de la Vienne.

Services publics[modifier | modifier le code]

Les réformes successives de la Poste ont conduit à la fermeture de nombreux bureaux de poste ou à leur transformation en simple relais. Toutefois, la commune a pu maintenir le sien.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 835 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 221 936 1 218 1 309 1 627 1 694 1 913 1 959 1 988
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 887 1 892 1 893 1 749 1 757 1 839 1 861 1 853 1 835
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 809 1 884 1 896 1 748 1 704 1 701 1 816 1 943 1 947
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
1 948 1 897 1 906 1 806 1 706 1 783 1 840 1 849 1 835
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


La densité de population de la commune est de 204 hab./km2. Celle du département est de 61 hab./km2. Elle est de 68 hab./km2 pour la région Poitou-Charentes et de 115 hab./km2 pour la France (INSEE - 2008).

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Selon la direction Régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Foret de Poitou-Charentes, il n'y a plus que 10 exploitations agricoles en 2010 contre 14 en 2000[7]. Cette baisse du nombre d’exploitations agricoles sur le territoire de la commune s’inscrit dans une évolution globale qui touche l’ensemble du département de la Vienne puisque de 2000 à 2007, 660 exploitations ont disparu soit -16 %. Pour l’avenir, une inquiétude demeure quant à la pérennité et à la transmission de ces exploitations agricoles du fait du vieillissement la population agricole. En outre, c’est la tranche des moins de 40 ans qui est concernée par la baisse des effectifs. Ce phénomène concerne également dans une moindre mesure, la tranche des 40 à 49 ans. Ceci illustre les difficultés auxquelles sont confrontées les jeunes agriculteurs pour s’installer et faire perdurer leur exploitations[8].

Les surfaces agricoles utilisées ont augmenté de 15 % et sont passées de 815 hectares en 2000 à 945 hectares en 2010[7]. Ces chiffres indiquent une concentration des terres sur un nombre plus faible d’exploitations. Cette tendance est conforme à l’évolution constatée sur tout le département de la Vienne puisque de 2000 à 2007, chaque exploitation a gagné en moyenne 20 hectares[8].

53 % des surfaces agricoles sont destinées à la culture des céréales (blé tendre essentiellement mais aussi du maïs), 33 % pour les oléagineux (colza essentiellement et tournesol), 4 % pour le fourrage et 1 % reste en herbes[7].

3 exploitations en 2010 comme en 2000 un élevage d'ovins (32 têtes en 2010 contre 60 têtes en 2000). L'élevage de bovins a disparu en 2010 (123 têtes sur 3 fermes en 2000) et a été remplacé par un élevage de volailles : 126 têtes sur 6 fermes[7].

Une foire aux "chèvres de réforme", vieilles chèvres qui ne sont plus bonnes à grand-chose est organisée.

Commerces[modifier | modifier le code]

Couhé, étant sur l'axe de communication Paris-Bordeaux, sa principale activité économique fut pendant longtemps d'héberger les voyageurs. Il y eut jusqu'à 40 auberges. Aujourd'hui, il y a encore plusieurs restaurants.

Il y a aussi des garagistes, des supermarchés, des boulangeries, une brocante, un photographe, des boutiques de vêtements et d'électroménager...

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • Les Halles à la très belle architecture. Elles ont en pierre. Elles possèdent 56 piliers octogonaux massifs. La charpente imposante est en chêne et les lattes en châtaignier. Elles datent de 1580. Avant la Révolution, la justice y était rendue. Une maison ouvrant sous la halle, même, servait de prison. Elles sont inscrites comme Monument Historique depuis 1941.
  • Le château fut construit vers 1020 par Hugues IV de Lusignan sur un éperon rocheux dominant la vallée. Puis le château devint la propriété d'Hugues X de Lusignan, mort en croisade, et de sa femme Isabelle d'Angoulême. En 1309, par la mariage de Jeanne de Lusignan, dame de Couhé, fille d'Hugues XII de Lusignan, il devint la propriété de la famille des Mortemer, devenu seigneur de Couhé au début de la guerre de Cent Ans. Le château aurait tenu un rôle important pendant cette guerre où ses seigneurs se sont rangés du côté des Anglais. À partir de 1500, le château appartient aux Saint-George. En 1568, Joachim de Saint-George ajoute au nom de Couhé, celui de Vérac, un fief possédé par la famille en limousin. Les Saint-George ayant défendu la cause protestante, leur château est détruit en 1569 par les Catholiques. Il le remet en état. En 1704, César de Saint-George devient seigneur de Couhé. Il décide de reconstruire sur l'emplacement de la vieille demeure un château au "gout du jour". Mais sa construction va durer 32 ans. Il ne sera achevé qu'en 1743. Le dernier des seigneurs de Couhé sera Charles Olivier de Saint-Georges de Vérac, qui fera carrière dans l'armée et sera ambassadeur de France au Danemark, en Russie puis en Suisse. Lors de la Révolution française, ne rentrant pas en France, il est considéré comme émigré. À ce titre, tous ses biens sont confisqués et vendus. Les nouveaux propriétaires du château le démolissent et en vendent les pierres. Seul, le pavillon sud sera sauvé par la municipalité. En janvier 1896, Mme Thiers l'achète. Elle y installe un collège géré par les Frères des écoles chrétiennes, puis en fait donation à l'évêché. Il devint le collège Saint Martin.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Martin fut à l'origine, au XIe siècle, un prieuré assez richement doté. Il était construit tout près des fossés du château. L'église a été détruite à plusieurs reprises. Elle est refaite en 1688 à l'emplacement actuel. Le vitrail central représente saint Martin partageant son manteau et les vitraux des parties latérales, des saints poitevins. Le tabernacle à la porte en bois doré provient de l'abbaye de Valence. Le chemin de croix, en mosaïques, date de 1930. Dans l'arche d'entrée, il est possible de voir le blason de la châtellenie de Couhé et des Saint-George. Les trois cloches sont classées Monument Historique depuis 1980. Elles datent respectivement de 1565, 1720 et 1850. La plus ancienne provient de l'abbaye de Valence.
  • L'abbaye Notre-Dame de Valence fut fondée le 6 aout 1230 par Hugues X de Lusignan, comte de la Marche et d'Angoulême, seigneur de Couhé et Isabelle d'Angoulême, veuve du roi d'Angleterre. L'abbatiale, cistercienne, s'imposait par sa grandeur. Avec ses 70 mètres de long, l'église était l'un des monuments les plus importants du Poitou. Son histoire est ponctuée d'une alternance de dégradations et de restaurations. Elle est dévastée en 1358 par les routiers puis par les Calvinistes à l'instigation de l'abbé Ponthus de Saint-George, converti à la Réforme. La Révolution française et le manque d'entretien ont provoqué la quasi disparition de cette abbaye. Du XIIIe siècle datent les deux bâtiments : la porterie et l’hôtellerie. On y remarque, au centre, la belle porte d'entrée ornée, sur le tympan trilobé, d'une fleur de lys. Sur chacun des deux pignons, une fenêtre en arc brisé, surmontée d'une rose à quatre lobes. Le réfectoire des moines est une salle composée de deux nefs de trois travées chacune. Les voûtes reposent sur deux colonnes centrales et huit culs de lampe. Elles s'appuient sur des contreforts. Cette salle est coupée en deux en hauteur depuis le XVIIe siècle. Au sud, le logis abbatial qui date de 1695. L'ancien réfectoire, le pont sur la Dive, les bornes monastiques sont classés comme Monument Historique depuis 1999 tandis que la grange et la poterie sont inscrites depuis 1997.
Armes de la famille de Saint-Georges, marquis de Vérac : Écartelé: aux 1 et 4, d'argent, à la croix de gueules ; aux 2 et 3, fascé ondé enté d'argent et de gueules de six pièces (de Rochechouart).[9].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Le bois de la Héronnière est un site classé zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique. Il est situé juste à l’est du village de Couhé, aux confins du département de la Vienne et du département des Deux-Sèvres. Le sol est composé d’argilo-acide rouge, riche en cailloux et peu profond. Le boisement sur les pentes est dominé par une chênaie-charmaie où le Chêne pédonculé et le Charme voisinent avec le Merisier, le Tremble et divers érables. Ce boisement est enrichi par des essences à tendances montagnardes: Tilleul à grandes feuilles, Orme de montagne, Hêtre commun d’Europe. En bas de pente, la boisement est surtout composé d’ Aulne glutineux . Sur le plateau, au sud du bois, se développe une chênaie calcifuge à Chêne sessile et Châtaignier.

Les botanistes connaissent ce site depuis le XIXe siècle, ce qui permet une comparaison avec la végétation actuelle. Ainsi, il est possible de remarquer que plusieurs essences végétales ont disparu comme l’ Orge d’Europe ou le Pédiculaire des marais.

Une des caractéristiques principales du Bois de la Héronnière réside dans la nette tonalité montagnarde de sa flore, puisqu’ on peut y rencontrer plusieurs plantes rares ou très rares dans les plaines atlantiques : c’est le cas :

L’avifaune du Bois de la Héronnière est classique des taillis atlantiques, au sein de laquelle on remarquera toutefois la présence du Bouvreuil pivoine, une espèce liée aux boisements frais.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Armorial des communes de la Vienne.
Blason Blasonnement :
D'argent à la croix de gueules.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 29/09/2008.
  2. Robert Petit, Les arbres de la liberté à Poitiers et dans la Vienne, Poitiers, CLEF 89/Fédération des œuvres laïques,‎ 1989 (ISBN 978-2-905-06120-1), p. 174
  3. Roger Picard, La Vienne dans la guerre 1939-1945 : la vie quotidienne sous l'Occupation, Le Coteau, Horvath,‎ 1984, 264 p. (ISBN 2-717-10838-6), p. 66 et 112
  4. Site de la préfecture de la Vienne, consulté le 10 mai 2008
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  7. a, b, c et d Fiches communales 2000 - 2010 de la Vienne
  8. a et b Agreste – Enquête Structure 2007
  9. Jean-Baptiste Rietstap, Armorial général, t. (tome 1 et 2), Gouda, G.B. van Goor zonen,‎ 1884-1887