Cotys III du Bosphore

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cotys.
Cotys III
Titre
Roi du Bosphore
227234
En tandem avec Sauromatès III, puis seul
Prédécesseur Rhescuporis II
Successeur Rhescuporis III
Biographie
Date de décès 234
Père Rhescuporis II

Tibérius Julius Cotys III (grec ancien : Τιβέριος Ἰούλιος Κότυς Γ') est un roi du Bosphore ayant régné de 227 à 234.

Origine[modifier | modifier le code]

Cotys III est le fils de Rhescuporis II[1],[2].

Règne[modifier | modifier le code]

Cotys III est contemporain de l'empereur Sévère Alexandre. D'après les dates de son monnayage, il règne conjointement avec Sauromatès III, qui est peut-être son frère. Le roi Cotys III est évoqué dans une inscription gravée par Menios, fils de Chariton, ancien receveur et « hellénarque », en mémoire d'une porte restaurée à ses propres frais au profit des marchands. L'inscription figure sur le marbre et est datée du mois de Deios de l'an 5.. ; elle concerne bien Cotys « III », qui est le seul roi de ce nom au VIe siècle de l'« ère du Pont »[3].

Cotys III est le dernier roi du Bosphore à avoir émis entre 525 et 530 de l'« ère du Pont », utilisée dans le royaume du Bosphore, des monnaies d'or avec la légende « ΒΑΣΙΛΕΩΣ ΚΟΤΥΟΣ », représentant à l'avers le buste du roi drapé avec un diadème à droite, et au revers la tête laurée de l'empereur à droite avec devant lui un globe et la date d'émission selon l'année du royaume du Bosphore en dessous[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Christian Settipani, Continuité des élites à Byzance durant les siècles obscurs. Les princes caucasiens et l'Empire du VIe au IXe siècle, Paris, de Boccard,‎ 2006, 634 p. (ISBN 978-2-7018-0226-8), p. 408.
  2. (en+de) Peter Truhart, Regents of Nations, K. G. Saur, Munich, 1984-1988 (ISBN 978-3-598-10491-6), « Crimea/Krim », p. 2635.
  3. Bernard Karl von Koehne, Description du musée de feu le prince Basile Kotschoubey, vol. II, Saint-Pétersbourg, 1857, p. 314-315.
  4. Bernard Karl von Koehne, op. cit., p. 315-320.