Coteaux-du-lyonnais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Coteaux-du-lyonnais
Désignation(s) Coteaux-du-lyonnais
Appellation(s) principale(s) coteaux-du-lyonnais[1]
Type d'appellation(s) AOC-AOP
Reconnue depuis 1984
Pays Drapeau de la France France
Localisation Rhône
Climat tempéré océanique à tendance continentale
Sol granites et limons
Superficie plantée 370 hectares
Cépages dominants gamay N et chardonnay B[2]
Vins produits rouges, quelques rosés et blancs
Production 7 600 hectolitres en 2008
Pieds à l'hectare minimum de 6 000 pieds par hectare
Rendement moyen à l'hectare maximum 60 à 69 hectolitres par hectare en rouge et rosé
60 à 72 hectolitres par hectare en blanc[3]

Le coteaux-du-lyonnais[1] est un vin français d'appellation d'origine contrôlée produit sur les communes couvrant les monts du Lyonnais, à l'ouest de Lyon, dans le département du Rhône.

Historique[modifier | modifier le code]

L’AOC est obtenu le 9 mai 1984 sous la signature de Louis Mermaz, ministre de l’Agriculture.

Vignoble[modifier | modifier le code]

Le vignoble des coteaux du Lyonnais s'étend en deux zones principales à environ dix kilomètres de Lyon, autour de L'Arbresle au nord et de Brignais au sud.

Les coteaux-du-lyonnais sont limités à l’est par le Rhône et la Saône, à l’ouest par les monts du Lyonnais et au nord et au sud par les vignobles du Beaujolais et des côtes-du-rhône.

Les vignobles couvrent environ 370 hectares cultivés, ce qui représente une production d'environ 22 000 hectolitres.

Aire d'appellation[modifier | modifier le code]

Bessenay, Bibost, Brindas, Chaponost, Charly, Chassagny, Chasselay, Chaussan, Chevinay, Civrieux-d'Azergues, Courzieu, Dardilly, Dommartin, Eveux, Fleurieux-sur-l'Arbresle, Givors, Grezieu-la-Varenne, Grigny, Irigny, Lentilly, Limonest, Lissieu, Marcilly-d'Azergues, Marcy-l'Etoile, Messimy, Millery, Montagny, Mornant, Orliénas, Poleymieux-au-Mont-d'Or, Pollionnay, Sain-Bel, Saint-Andéol-le-Château, Sainte-Consorce, Saint-Didier-au-Mont-d'Or, Saint-Forgeux, Saint-Germain-au-Mont-d'Or, Saint-Julien-sur-Bibost, Saint-Laurent-d'Agny, Saint-Pierre-la-Palud, Saint-Romain-en-Gier, Savigny, Sourcieux-les-Mines, Taluyers, Thurins, La Tour-de-Salvagny, Vaugneray, Vernaison, Vourles.

Climat[modifier | modifier le code]

Les tendances climatiques sont très proches de celles du Beaujolais avec toutefois une influence méditerranéenne plus prononcée.

Encépagement[modifier | modifier le code]

Pour les rouges et rosés : gamay, cépage noir à jus blanc.

Pour les blancs : chardonnay principalement, mais également de l'aligoté et marginalement le pinot blanc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Références sur la façon d'orthographier les appellations d'origine.
  2. Le code international d'écriture des cépages mentionne la couleur du raisin de la manière suivante : B = blanc, N = noir, Rs = rose, G = gris.
  3. Décret du 29 octobre 2009.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]