Coteaux-du-layon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Coteaux-du-Layon)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Layon.
Coteaux-du-layon
Coteauxlayon.jpg
Vignes dans les coteaux du Layon en terrasses sur la commune de Faye-d’Anjou entre les bourgs de Faye et de Rablay.
Désignation(s) Coteaux-du-layon
Appellation(s) principale(s) Coteaux du Layon
Type d'appellation(s) AOC
Reconnue depuis 1950[1],[2]
Pays Drapeau de la France France
Région parente vallée de la Loire
Sous-région(s) Anjou
Localisation Maine-et-Loire
Climat tempéré océanique dégradé
Sol Terrain à dominante schisteuse, argilo-schisteuse et siliceuse[3].
Superficie plantée 1 700 hectares[2]
Cépages dominants chenin B
Vins produits blancs, moelleux ou liquoreux
Production 47 500 hectolitres[2]
Pieds à l'hectare minimum 4 000 pieds par ha
Rendement moyen à l'hectare 35 à 40 hl/ha[4]

Le coteaux-du-layon[5] est un vin blanc d'appellation d'origine contrôlée produit sur les coteaux bordant le Layon, un affluent de la rive gauche de la Loire. Cette appellation fait partie du vignoble de la vallée de la Loire.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article connexe : Anjou (AOC)#Histoire.

Histoire contemporaine[modifier | modifier le code]

Ce vignoble a originellement été classé appellation d'origine contrôlée par le décret du 18 février 1950. Celui-ci, modifié à de nombreuses reprises, a été abrogé par le décret du 9 octobre 2009[1], le cahier des charges de l'appellation étant maintenant homologué par décret (et ne faisant plus corps avec celui-ci).

Le dernier cahier des charges en date a été publié le 24 novembre 2011[6]. Celui-ci crée la mention « premier cru » pour les coteaux-du-Layon Chaume.

Situation géographique[modifier | modifier le code]

Géologie et orographie[modifier | modifier le code]

Le vignoble de l'AOC coteaux-du-layon est implanté sur la partie sud-est du Massif armoricain, constitué principalement de schistes. Ces formations donnent des sols bruns peu profonds de couleur sombre et constituent l'Anjou noir. Les terroirs délimités correspondent à des situations de coteaux bien exposés et ventilés qui favorisent la précocité de la végétation et permettent l'obtention de vendanges surmûries[7].

Vignobles de la vallée de la Loire

Climatologie[modifier | modifier le code]

La région, située à la limite du Saumurois, est en zone tempérée, sous influence océanique. Ce climat se caractérise par des hivers doux et pluvieux, ainsi que par une faible amplitude thermique.

Pour la ville d'Angers, les relevés climatiques moyens sont :

Relevés Angers
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2,1 2,2 3,9 5,6 8,9 11,8 13,6 13,4 11,3 8,4 4,6 2,8 7,4
Température maximale moyenne (°C) 7,9 9,2 12,6 15,3 19 22,6 24,9 24,7 21,8 17 11,4 8,4 16,2
Ensoleillement (h) 70 92 141 179 201 234 248 237 191 129 89 65 1 877
Précipitations (mm) 62,1 50,8 51,7 44,6 54,4 41,2 43,8 44,9 52,2 59,6 64,5 63,4 633,4
Source : Laméteo.org : Angers (1947-2008)[8]


Vignoble[modifier | modifier le code]

Présentation[modifier | modifier le code]

Le vignoble couvre une superficie d'environ 1 400 hectares (dont 300 hectares pour les appellations communales) au sud-ouest d'Angers dans le département de Maine-et-Loire[9]. Les vignes sont plantées à flanc de coteau dans le bassin du Layon. Seuls ont droit à l'appellation les vins récoltés sur les territoires de 27 communes :

Certains terroirs, plus titrés en sucre, peuvent bénéficier de l'appellation coteaux-du-Layon suivie du nom de la commune. Les dénominations sont[10] :

Concernant Rochefort-sur-Loire :

  • certaines parcelles, situées sur le lieu-dit Chaume, peuvent bénéficier de la dénomination Chaume suivi de la mention premier cru à partir de la récolte 2011 ;
  • certaines parcelles de ce même lieu-dit appartiennent à l'appellation quarts-de-chaume grand cru.

Les noms des vins AOC coteaux-du-layon peuvent également être suivi de l'indication géographique Val de Loire[10].

Encépagement[modifier | modifier le code]

Article détaillé : chenin.

Le seul cépage autorisé, à l'exclusion de tout autre, est le chenin, aussi appelé pineau de la Loire[11].

Méthodes culturales[modifier | modifier le code]

Les parcelles de vigne présentent en général une densité de 4 500 pieds à l'hectare. La densité minimale réglementaire est de 4 000 pieds à l'hectare. Les écartements maximum sont fixés à 2,5 mètres entre rangs et à 1 mètre entre pieds du même rang[12].

Les tailles utilisées sont :

  • soit la taille Guyot à deux fois trois yeux ;
  • soit la taille Gobelet à trois fois deux yeux[7].

Les vignes doivent être taillées au plus tard le 30 avril[12].

Les vendanges s'effectue obligatoirement de façon manuelle par tries successives à surmaturité du raisin. Ils doivent présenter une concentration naturelle en sucre sur souche par l'action de Botrytis cinerea, la « pourriture noble », ou bien par passerillage le cas échéant. La concentration en sucre par l'action de la pourriture noble est obligatoire pour les vins bénéficiant de la mention « Sélection de grains nobles »[13].

Rendements[modifier | modifier le code]

Les rendements de base sont fixés à[7],[13] :

  • 35 hl/ha pour le coteau-du-Layon ;
  • 30 hl/ha pour les appellations communales du coteau-du-Layon, excepté Chaume ;
  • 25 hl/ha pour le coteau-du-Layon Chaume.

Titres alcoométriques volumiques et richesses en sucres[modifier | modifier le code]

Les richesse en sucres et titre alcoolimétrique volumique naturel doivent répondre aux critères suivants[13] :

Appellation Titre alcoométrique volumique naturel minimal (% vol.) Richesse en sucres (en grammes par litre de moût)
Coteaux-du-layon 14 221
Coteaux-du-layon + dénomination géographique (excepté Chaume) 15 238
Coteaux-du-layon Chaume 1er cru 16 272
Coteaux-du-layon Sélection de grains nobles pas de disposition particulière 323

Concernant le titre alcoométrique volumique acquis après fermentation, les vins doivent répondre aux critères suivants :

Appellation Titre alcoométrique volumique acquis (% vol.)
minimal[13] maximal[14]
Coteaux-du-layon 11 18
Coteaux-du-layon + dénomination géographique (excepté Chaume) 12 19
Coteaux-du-layon Chaume 1er cru 12 pas de disposition particulière
Coteaux-du-layon Sélection de grains nobles pas de disposition particulière

Vinification et élevage[modifier | modifier le code]

Les vins font l'objet d'un élevage au moins jusqu'au[14] :

  • 15 janvier de l'année suivant celle de la récolte pour les coteaux-du-layon ;
  • 15 février de l'année suivant celle de la récolte pour les coteaux-du-layon avec une dénomination géographique ;
  • 1er juillet de l'année suivant celle de la récolte pour les coteaux-du-layon Chaume ;
  • 1er juin de la seconde année suivant celle de la récolte pour les sélections de grains nobles.

Terroir et vins[modifier | modifier le code]

AOC coteaux-du-layon

Les vins des coteaux-du-Layon sont des vins blancs moelleux, issus à 100 % du chenin récolté manuellement à surmaturité par tries successives.

La robe des vins est jaune soutenu avec des reflets verts pour les vins jeunes à jaune doré avec des reflets ambres pour les vins âgés. Ces vins présentent des arômes caractéristiques de coing, poire et miel. La bouche est ronde et pleine, équilibrée par une vivacité rafraîchissante. Ces vins présentent une bonne garde en bouteille. Les meilleurs millésimes peuvent se garder 20 ans, voire un siècle pour les millésimes exceptionnels[9].

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Les vins des coteaux-du-Layon s'associent très bien au foie gras. Ils s'apprécient également aisément à l'apéritif.

Économie[modifier | modifier le code]

L'aire d'appellation comprend 435 viticulteurs et 413 vinificateurs (dont 404 caves particulières, 4 caves coopératives et 5 négociants)[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Légifrance : Décret n°2009-1217 du 9 octobre 2009 relatif aux appellations d'origine contrôlées « Bonnezeaux », « Quarts-de-chaume », « Rosé de Loire », « Coteaux-du-layon », « Savennières », « Monbazillac », Côtes-de-duras », « Buzet », « Côtes-du-vivarais » et « Bergerac »
  2. a, b et c [1] Passion Vin : page sur Coteaux du Layon
  3. Guide Vert Solar : Vins de France. (Page n°83 sur Coteaux du layon)
  4. Décret du 9 octobre 2009
  5. Références sur la façon d'orthographier les appellations d'origine
  6. Site du ministère de l'agriculture Cahier des charges de l’appellation d’origine contrôlée « COTEAUX DU LAYON » homologué par le décret n°2011-1619 du 23 novembre 2011, JORF du 24 novembre 2011
  7. a, b, c et d INAO : Fiche produit Coteaux-du-Layon, consulté le 8 décembre 2009
  8. (fr) Lamétéo.org : Angers (1947-2008), consulté le 2 décembre 2009.
  9. a et b Site Vins de Loire, page sur le coteaux-du-Layon
  10. a et b Légifrance Cahier des charges de l'appellation d'origine contrôlée « Coteaux-du-layon » annexé au décret du 9 octobre 2009, chapitre 1er, article II
  11. Légifrance Cahier des charges de l'appellation d'origine contrôlée « Coteaux-du-layon » annexé au décret du 9 octobre 2009, chapitre 1er, article V
  12. a et b Légifrance Cahier des charges de l'appellation d'origine contrôlée « Coteaux-du-layon » annexé au décret du 9 octobre 2009, chapitre 1er, article VI
  13. a, b, c et d Légifrance Cahier des charges de l'appellation d'origine contrôlée « Coteaux-du-layon » annexé au décret du 9 octobre 2009, chapitre 1er, article VII
  14. a et b Légifrance Cahier des charges de l'appellation d'origine contrôlée « Coteaux-du-layon » annexé au décret du 9 octobre 2009, chapitre 1er, article IX

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Baumard : Un grand vin du monde : Le quarts de Chaume, Imprimerie Paquereau Technographis, Angers 2007
  • Michel Mastrojanni : Les Vins de France (guide vert Solar). Éditions Solar, Paris 1992 - 1994 - 1998, (ISBN 2-263-02796-3)
  • Legifrance : Décret n°2009-1217 du 9 octobre 2009 relatif aux appellations d'origine contrôlées « Bonnezeaux », « Quarts-de-chaume », « Rosé de Loire », « Coteaux-du-layon », « Savennières », « Monbazillac », Côtes-de-duras », « Buzet », « Côtes-du-vivarais » et « Bergerac »
  • Etienne Davodeau : Les Ignorants. Récit d'une initiation croisée. Éditions Futuropolis, 2011 (ISBN 9782754803823). Une bande-dessinée qui met en image sur une année le travail d'un viticulteur à Rablay-sur-Layon

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]