Costa Concordia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Concordia.
Costa Concordia
Image illustrative de l'article Costa Concordia
Le Costa Concordia en 2006 au Pirée.

Type Paquebot de croisière
Histoire
Lancement 2 septembre 2005
Mise en service 7 juillet 2006
Statut Stationné à Gênes depuis le 27 juillet 2014, où il sera démantelé.
Caractéristiques techniques
Longueur 290,2 m
Maître-bau 35,5 m
Tirant d'eau 8,20 m
Tirant d'air 62 m
Tonnage 114 500 UMS[1]
Propulsion 6 x moteur Diesel Wärtsilä[2]
Puissance 75 600 kW
Vitesse 20 nœuds
Ponts 17 dont 13 réservés aux passagers
Autres caractéristiques
Cabines 1 500[3]
Passagers 3 780[4],[3]
Équipage 1 100
Chantier naval Fincantieri, Chantier naval de Sestri Ponente à Gênes, Drapeau de l'Italie Italie
Armateur Costa Croisières
Pavillon Gênes, Drapeau de l'Italie Italie
IMO 9320544
Coût 500 000 000 

Le Costa Concordia est un paquebot de croisière qui fut affrété par la société italienne Costa Croisières, filiale du groupe américain Carnival Corporation & plc.

Inauguré en 2006, le navire a fait naufrage, couché sur le flanc, le 13 janvier 2012 à proximité de l’île du Giglio, en Italie. Il y eut 32 morts.

Le 16 septembre 2013, l'épave du bateau est redressée.

Le 23 juillet 2014, le paquebot est remorqué en direction de Gênes, où il arrive dans la nuit du 26 juillet au 27 juillet 2014, pour y être démantelé.

Aménagements intérieurs et divertissements[modifier | modifier le code]

Le vaisseau comportait 1 500 cabines, dont 505 cabines avec balcon privé, 58 suites avec balcon privé, 55 cabines Samsara (incluant un accès privilégié au spa et aux restaurants Samsara et Club Concordia) et 12 suites Samsara (incluant un accès privilégié au spa et aux restaurants Samsara et Club Concordia).

Il contenait cinq restaurants, treize bars, dont un bar à cognac et à cigares ainsi qu'un bar à café et à chocolat, cinq jacuzzis et quatre piscines. Il possédait également un toboggan aquatique, un spa sur deux étages, constitué d'un gymnase, des thermes, d'une infrastructure de thalassothérapie, d'un sauna, d'une salle de soins, d'un bain turc et d'un solarium à UVA. Il était aussi équipé d'un terrain de sport et de diverses animations, un théâtre sur trois étages, un casino, une discothèque, un simulateur de Grand Prix[3] et une salle de jeu vidéo[réf. nécessaire].

Historique[modifier | modifier le code]

Construction[modifier | modifier le code]

Lancé en 2006, le Costa Concordia a été construit par les chantiers Fincantieri de Sestri Ponente, à Gênes (Italie). Il est, à l'époque, le plus gros navire italien jamais construit[5].

Il était le premier d'une série de six navires similaires construits par Fincantieri : Costa Serena (2007), Carnival Splendor (2008), Costa Pacifica (2009), Costa Favolosa (2010) et Costa Fascinosa (2012).

Baptême[modifier | modifier le code]

Le Costa Concordia est baptisé le 7 juillet 2006 dans le port de Civitavecchia, dans la province de Rome, par sa marraine Eva Herzigová[6],[7]. Cette cérémonie est marquée par un incident, signe de mauvais sort pour les marins[8]  : la bouteille de champagne lancée sur la coque du navire ne se brise pas[9].

Exploitation[modifier | modifier le code]

Le navire était surnommé « le temple du luxe et des divertissements »[10] de par ses installations et ses nombreuses œuvres d'art.

Le 22 novembre 2008, lors de son entrée dans le port de Palerme, le bâtiment est drossé contre un appontement par une forte mer, ce qui endommage sévèrement son flanc gauche et son étrave[11].

Dans la nuit du 3 mai au 4 mai 2011, un passager russe, âgé d'une trentaine d'années, tombe à la mer alors que le navire croise au large de l'île du Levant. Les recherches entreprises par les hélicoptères de la Marine nationale française ne permettent pas de retrouver le naufragé[12].

Naufrage[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Naufrage du Costa Concordia.
Échouement du Costa Concordia.

À 21 h 44 (UTC+1), le vendredi 13 janvier 2012, alors qu'il réalise une croisière hebdomadaire de sept jours en Méditerranée (Savone - Marseille - Barcelone - Palma de Majorque - Cagliari - Palerme - Civitavecchia - Savone) au large de la Toscane, le Costa Concordia, sous le commandement de Francesco Schettino s'approche très près des côtes afin de pouvoir faire la « révérence », approche consistant à raser les côtes pour saluer les habitants. Mais durant cette manœuvre, le navire heurte un récif de l’îlot Le Scole situé le long de la côte orientale de l’île de Giglio, ce qui crée une brèche sur la carène du côté de son flanc gauche (babord) sur une longueur estimée entre 70 m et 100 m où l’eau de mer va s’engouffrer très rapidement.

Au 22 mars 2012, le bilan est de trente-deux morts, dont deux disparus (une passagère italienne et un membre d'équipage indien), l'un des deux corps a été retrouvé après le redressement du navire.

Redressement après naufrage[modifier | modifier le code]

Le Costa Concordia le 17 septembre 2013

Vingt mois après le naufrage, une opération de redressement est commandée par la maison mère de l'armateur du navire (groupe Carnival Corporation & PLC) afin de tenter de redresser ce dernier pour le dégager des rochers sur lesquels il s'est échoué. Si l'opération réussit, les préparatifs pour la remise à flot et le dégagement du navire commenceront[13].

La tentative de redressement débute le matin du 16 septembre 2013 à 9 h, avec un retard de 3 heures sur l'horaire initial suite à des orages violents[8]. Les meilleurs experts internationaux sont présents, sous le commandement de Nick Sloane (Titan-Micoperi[14]),[15], lui-même expert en la matière. L'opération n'a jamais été tentée sur un navire de cette taille, ce qui en fait une première mondiale[8].

Le budget de l'opération dépasse les 600 millions d'euros, soit plus que le coût initial du navire[8]. Le 17 septembre 2013 à 4 h du matin (2 h GMT), l’opération de rotation est achevée, le bateau ayant atteint la verticale[16].

Selon des estimations, le coût total du renflouement (hors coût des destructions sur le navire lui-même et de son démantèlement) dépasse 824 millions d'euros. Ce qui en fait le naufrage le plus cher de l'histoire de la navigation[17].

Soulèvement après redressement[modifier | modifier le code]

Dix mois après le redressement, le paquebot est soulevé grâce à plusieurs caissons géants installés des deux côtés du navire. Les caissons se remplissent d'air; c'est ainsi que le navire flotte depuis le 14 juillet 2014. L'opération a duré environ une semaine pour que le navire flotte d'un mètre au-dessus de la plateforme. Le navire devait être remorqué à Gênes le mardi 22 juillet 2014 mais, en raison d'une météo défavorable, l'opération a été reportée au 23 juillet 2014. Le remorquage du navire sera suivi sous haute surveillance à cause de l'environnement maritime.

Remorquage puis démolition[modifier | modifier le code]

Le paquebot sera démoli à Gênes pour un coût d'environ 100 millions d'euros[18]. À 8 h 30, le mercredi 23 juillet 2014, le Costa Concordia a appareillé pour sa dernière croisière en direction de Gênes pour une durée de 4 à 5 jours[19]. Plusieurs navires l'escortent jusqu'à Gênes, surveillant de près le Costa Concordia pour éviter la moindre anomalie. En France, la ministre de l'Environnement Ségolène Royal s'inquiète, car le paquebot passera tout près de la Corse, avec la peur que le navire ne se brise dans l'un des courants les plus forts de la Méditerranée. Le navire Jason de la marine nationale française escorta également le navire jusqu'à Gênes. Le navire pourrait être également recyclé pour être ensuite réutilisé dans le domaine du bâtiment.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Toutes les scènes maritimes de Film Socialisme de Jean-Luc Godard ont été tournées en 2009 sur le Costa Concordia[20].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. UMS : Universal Measurement System
  2. (sv) « M/S Costa Concordia », sur http://www.faktaomfartyg.se/ (consulté le 14 janvier 2012)
  3. a, b et c (en) « Costa Concordia, the largest Italian cruise ship, is launched in Genoa », sur Fincantieri.it (consulté le 22 janvier 2012).
  4. (fr) « Nombre figurant sur la fiche technique du site officiel de Costa Croisières », sur http://www.costacroisieres.fr/, Costa Croisières (consulté le 20 janvier 2012)
  5. Le Costa Concordia reçoit sa cheminée en 2005
  6. Partirencroisiere.fr
  7. (en) « The new flagship Costa Concordia, the largest italian an european cruise vessel, chritened and feted in the port of Rome » sur fincantieri.it. Consulté le 15 janvier 2012.
  8. a, b, c et d Traditions du baptême au champagne
  9. Costa Concordia : Paris sans nouvelles de 21 Français Article du Figaro, consulté le 15 janvier 2012
  10. http://www.allboatsavenue.com/naufrage-le-costa-concordia-etait-considere-comme-le-temple-du-luxe-et-du-divertissement
  11. (fr) « Cinq morts dans le naufrage du Costa Concordia », sur http://tempsreel.nouvelobs.com/, Le Nouvel Observateur,‎ 18 janvier 2012 (consulté le 21 janvier 2012)
  12. Article de meretmarine.com du 4 mai 2011
  13. The parbuckling project, consulté le 6 avril 2014.
  14. Italie le Costa Concordia pourrait être renfloué d'ici à juin - LExpress.fr, consulté le 6 avril 2014.
  15. Enlèvement du Costa Concordia Costa Croisières, consulté le 6 avril 2014.
  16. « Le redressement du Costa Concordia en accéléré »,‎ 17 septembre 2013 (consulté le 1er octobre 2013)
  17. http://www.europe1.fr/International/Que-va-devenir-le-Costa-Concordia-1643207/
  18. Le paquebot Concordia sera démoli à Gênes, Challenges, 30 mai 2014
  19. Dernier voyage du Concordia, deux ans et demi après son naufrage, Challenges, 23 juillet 2014
  20. (en) Xan Brooks, « Costa Concordia provided setting for a 2010 Jean-Luc Godard film », The Guardian,‎ 15 janvier 2012 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]