Cosmas Indicopleustès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Carte du monde de Cosmas Indicopleustès.

Cosmas Indicopleustès (Κόσμας Ἰνδικοπλεύστης, « le voyageur des Indes », quelquefois dénommé Cosmas d’Alexandrie) est un marchand voyageur et géographe grec originaire d’Alexandrie. Il fit au VIe siècle plusieurs périples maritimes qui le conduisirent en mer Rouge, au golfe Persique, en Éthiopie et peut-être jusqu’en Inde et au Sri Lanka.

Biographie[modifier | modifier le code]

À une certaine époque de sa vie, il entra comme moine dans un monastère du Sinaï. C’est là qu’il rédigea un ouvrage intitulé Topographie chrétienne, dans lequel il décrit la Terre comme une surface plane reposant sur les eaux et enchâssée dans les cieux à l'image du tabernacle de l’Ancien Testament. Il expose là les thèses de l’École théologique d'Antioche qui, avec Diodore de Tarse[1](+394), Théodore de Mopsueste (350-428), Théodoret de Cyr (+457 env.), prône une lecture littérale de la Bible. L'ouvrage de Jean Philopon "La Création du monde", publié à la même période, répond à ces arguments en présentant la position de l’École d’Alexandrie qui prône, elle, une lecture allégorique de la Bible et soutient le modèle grec de l’univers sphérique[2].

Enluminure de la Topographie chrétienne (IXe siècle) montrant la Terre plate enchâssée dans un tabernacle.

Bien que son livre fût sujet à beaucoup de moqueries[3], il n’en contient pas moins des passages dignes d’intérêt, tels que ses notes sur Zanzibar et l’océan Indien ainsi que ses observations sur les relations commerciales entre l’Abyssinie et l’intérieur du continent africain ou entre l’Égypte et l’Orient. Aussi Cosmas Indicopleustès est-il le premier auteur occidental à fournir des précisions sur le poivrier et sa culture. La partie la plus célèbre de son ouvrage contient une description, peut-être de seconde main, de la flore et de la faune de l’Inde et du Sri Lanka.

Il existe deux manuscrits de la Topographie chrétienne, datant du IXe siècle, préservés l’un à Florence, l’autre au Vatican. La première édition complète, accompagnée d’une traduction en latin, date de 1707 (publiée par Bernard de Montfaucon). La première traduction en français figure dans l’ouvrage d’Édouard Charton, Voyageurs anciens et modernes, paru en 1858.

Cosmas Indicopleustès est également l’auteur de quatre ouvrages aujourd’hui perdus sur l’astronomie et la cosmographie, ainsi que sur les Cantiques et les Psaumes.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Clavis Patrum Græcorum 7468
  • Topographie chrétienne, trad. Wanda Wolska-Conus, Les Editions du Cerf, Paris, (Coll. "Sources Chrétiennes" 141 (1968), 159 (1970) et 197 (1973))

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Contre le destin L.III dans Photius, cod 223 : « Il y a deux cieux, l'un visible, l'autre invisible et placé au-dessus : le ciel supérieur fait en quelque sorte l'office de toit, par rapport au monde, comme l'inférieur par rapport à la terre… ».
  2. Figure de la Terre au Moyen Âge
  3. Il a été utilisé abondamment à l’appui de la thèse de la croyance en la Terre plate au Moyen Âge : Antoine-Jean Letronne, W.G.L. Randles.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Wanda Wolska, La Topographie chrétienne de Cosmas Indicopleustès, Théologie et science au VIe siècle, Presses Universitaires de France, Bibliothèque byzantine, Paris, 1962.
  • Wand Wolska, Stéphanos d'Athènes et Stéphanos d'Alexandrie. Essai d'identification et de biographie, Revue des Études Byzantines 47, 1989, p. 5-89 (identification de Cosmas avec Constantin d'Antioche)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]