Coryphaena hippurus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Coryphène

alt=Description de l'image Coryphaenahippurus.JPG.
Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Super-classe Osteichthyes
Classe Actinopterygii
Sous-classe Neopterygii
Infra-classe Teleostei
Super-ordre Acanthopterygii
Ordre Perciformes
Sous-ordre Percoidei
Famille Coryphaenidae
Genre Coryphaena

Nom binominal

Coryphaena hippurus
Linnaeus, 1758

Synonymes

  • Coryphaena argyrurus Valenciennes, 1833
  • Coryphaena chrysurus Lacepède, 1801
  • Coryphaena dolfyn Valenciennes, 1833
  • Coryphaena dorado Valenciennes, 1833
  • Coryphaena fasciolata Pallas, 1770
  • Coryphaena immaculata Agassiz, 1831
  • Coryphaena imperialis Rafinesque, 1810
  • Coryphaena japonica Temminck & Schlegel, 1845
  • Coryphaena margravii Valenciennes, 1833
  • Coryphaena nortoniana Lowe, 1839
  • Coryphaena scomberoides Valenciennes, 1833
  • Coryphaena suerii Valenciennes, 1833
  • Coryphaena virgata Valenciennes, 1833
  • Coryphaena vlamingii Valenciennes, 1833
  • Ecterias brunneus Jordan & Evermann 1914
  • Lampugus siculus Valenciennes, 1833
  • Lepimphis hippuroides Rafinesque, 1810
  • Scomber pelagicus Linnaeus, 1758

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Le coryphène[1] (du grec κορύφαινα, qui porte un casque), ou dorade coryphène ou mahi-mahi, est un gros poisson que l'on peut trouver dans les régions tropicales et subtropicales de tous les océans, et occasionnellement en Méditerranée. C'est un prédateur puissant, prisé dans la pêche au gros.

Description[modifier | modifier le code]

Sa taille moyenne adulte est de 1,50 mètre pour 20 kg et peut atteindre 2 m pour 40 kg. Ce poisson très rapide peut atteindre des vitesses dépassant les 50 nœuds. Cette espèce présente un dimorphisme sexuel : le mâle possède une bosse sur le front, donnant une forme carrée à sa tête, alors que la femelle a une tête ronde, et un corps plus fin et plus petit que le mâle qui l'accompagne : ces poissons vivent en effet souvent en couple.

La coloration est généralement très vive et composée de différentes couleurs, le plus souvent bleu-vert métallisé avec des bandes dorées sur le dessous. Le Coryphène est parfois nommé Poisson caméléon en raison de ses facultés à changer radicalement de couleur, à quelques minutes d'intervalle. Le corps peut passer du jaune brun au bleu, puis blanc, laissant apparaître de grosses pigmentations rouges, bleues, noires... Les nageoires sont également très colorées, bleu à bleu vert pour la dorsale, jaune ou bleu à bleu vert pour l'anale.

Cette espèce est caractérisée par l'absence d'épine dorsale, la longue nageoire dorsale continue étant supportée par une soixantaine de rayons mous. Il en va de même pour l'anale, concave avec entre 25 et 31 rayons mous. Les vertèbres sont au nombre de 31, dont 18 caudales[2].

Habitat et répartition[modifier | modifier le code]

C'est une espèce circumtropicale, que l'on retrouve dans les eaux chaudes des trois bassins océaniques : Atlantique, Indien et Pacifique. Cette espèce effectue des migrations très longues[2].

On la rencontre aussi bien au large qu'à proximité des côtes, à des profondeurs variant entre la surface et 85 m de fond[2].

Écologie et comportement[modifier | modifier le code]

C'est une espèce qui effectue de grandes migrations et qui est constituée d'actifs prédateurs. Carnivore, il se nourrit de poissons volants, de calmars, de maquereaux et autres petits poissons ou juvéniles, mais aussi de crustacés pélagiques et de zooplancton.

La maturité sexuelle est atteinte vers 3-5 mois, et l'espérance de vie semble être d'environ 4 ans[2].

Pêche[modifier | modifier le code]

La dorade coryphène est surtout pêchée par les petites flottilles insulaires tropicales. Le volume annuel mondial de capture est de 30 000 tonnes. Il se pêche fréquemment à la traine. En Polynésie française, ce poisson qui se déplace en surface, au ras des vagues, est pourchassé à l'aide de bateaux puissants et agiles, les poti marara, puis harponné.

Cette espèce peut cependant être contaminée par la ciguatera, rendant sa chair très toxique : il est recommandé de ne pas en consommer dans certaines régions de l'Indo-Pacifique[2].


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir


Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Mot masculin, d'après le TLFi.
  2. a, b, c, d et e FishBase, consulté le 8 mai 2014