Corticiaceae

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Corticiaceae sont une famille de champignons Agaricomycetes de l'ordre des Corticiales. Le nom Corticiaceae est encore parfois utilisé dans ce sens large (sensu lato)[1], mais il a généralement été remplacé par le terme champignons corticioïdes ou résupinés[2]. Cette famille incluait autrefois presque tous les champignon dit corticioïde, ou en forme de croûte, qu'ils soient liés entre eux ou non, et comme telle, ce fut une famille artificielle mal définie.

Systématique[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

C'est en 1910 que le mycologue allemand Wilhelm Franz Gustav Herter publié le premier sur les Corticiaceae avec l'intention d'accueillir les espèces d'hymenomycètes qui produisent des sporophores qui ont sont résupinés[note 1], et ayant des hymenophores plus ou moins lisses[note 2].

Depuis, cette définition vague et superficielle a couvert une large gamme de champignons sans rapport entre eux, la famille des Corticiaceae qui, largement adoptées a été largement reconnu comme un regroupement artificiel. En effet, dans une analyse de la famille en 1964, on a considéré les Corticiaceae comme un bon exemple de la façon dont peut être traité un taxon artificiel extrême[note 3], [3].

Dans ce sens élargi, les limites de la la famille Corticiaceae n'ont donc jamais été clairement définies. Elle a parfois été séparée de celle des Stereaceae, une famille dans laquelle les sporophores ont tendance à former des hymenophores[note 4],[4], mais souvent ces deux familles étaient artificiellement unies. Dans ce sens unifié, les Corticiaceae vont certainement inclure les genres et espèces traitées selon les normes[note 5], où il a été reconnu que la famille n'était pas un taxon naturel, mais un assemblage de genres avec des habitats similaires[5].Si l'on avait ajouté les espèces non européennes, cela aurait signifié que les Corticiaceae allaient éventuellement s'élargir pour inclure les 200 nouveaux genres du monde entier[6].

Classification classique[modifier | modifier le code]

Le nom Corticiaceae est encore parfois utilisé dans ce sens large (sensu lato), mais il a généralement été remplacé par le terme champignons corticioïdes [7].

La famille contient environ 27 genres et plus d'une centaine d'espèces[8].

Nom scientifique[modifier | modifier le code]

Paxilus involutus ((Batsch) Fries 1838[9])

Classification phylogénétique[modifier | modifier le code]

La recherche moléculaire, basée sur les analyses cladistiques des séquences d'ADN, a limité la famille des Corticiaceae dans un sens strict (sensus stricto) à un groupe relativement restreint de genres au sein des Corticiales. La famille, cependant, demeure indéfinie. En 2007, on l'a traitée comme synonyme d'un ordre[10], mais la résurrection des familles Punctulariaceae et Vuilleminiaceae[11] au sein des Corticiales qui ont maintenant quittés les Corticiaceae qui reste malgré tout un taxon poubelle pour le reste des genres.

Habitat[modifier | modifier le code]

La majorité des espèces des Corticiaceae sont saprotrophes du bois pourri, formant des basidiocarpes typiquement corticioïdes sur la face inférieure des branches mortes toujours attachées et moins fréquemment sur le bois au sol. Plusieurs espèces sont des parasites des lichens, de graminées ou autres plantes. Giulia tenuis est une pycnidiale anamorphe croissans sur le bambou[12].

L'anomalie de l'espèce d'agaric, Marchandiomphalina foliacea, est lichénisées[13].

Ils ont une distribution cosmopolite[14].

Taxinomie de la famille des Corticiaceae[modifier | modifier le code]

  • genre Acantholichen
    • Acantholichen pannarioides
  • genre Ambivina
    • Ambivina filobasidia
  • genre Amylobasidium
    • Amylobasidium tsugae
  • genre Corticirama
    • Corticirama berchtesgadensis
    • Corticirama petrakii
  • genre Corticium
    • 36 espèces
  • genre Cytidia
    • 6 espèces
  • genre Dendrocorticium
    • Dendrocorticium piceinum
    • Dendrocorticium polygonioides
    • Dendrocorticium violaceum
  • genre Dendrodontia
    • Dendrodontia bicolor
  • genre Dendrophysellum
    • Dendrophysellum amurense
  • genre Dendrothele
    • 38 espèces
  • genre Erythricium
    • Erythricium chaparralum
    • Erythricium hypnophilum
    • Erythricium laetum
  • genre Galzinia
    • 9 espèces
  • genre Hemmesomyces
    • Hemmesomyces puauluensis
  • genre Laetisaria
    • Laetisaria agaves
    • Laetisaria arvalis
    • Laetisaria fuciformis
  • genre Leptocorticium
    • cinq espèces
  • genre Licrostroma
    • Licrostroma subgiganteum
  • genre Limonomyces
    • Limonomyces culmigenus
    • Limonomyces roseipellis
  • genre Marchandiobasidium
    • Marchandiobasidium aurantiacum
  • genre Marchandiomphalina
    • Marchandiomphalina foliacea
  • genre Marchandiomyces
    • cinq espèces
  • genre Melzerodontia
    • Melzerodontia aculeata
    • Melzerodontia rasilis
    • Melzerodontia udamentiens
  • genre Michenera
    • Michenera artocreas
  • genre Mutatoderma
    • Mutatoderma brunneocontextum
    • Mutatoderma heterocystidiatum
    • Mutatoderma mutatum
    • Mutatoderma populneum
  • genre Nothocorticium
    • Nothocorticium patagonicum
  • genre Papyrodiscus
    • Papyrodiscus ferrugineus
  • genre Ripexicium
    • Ripexicium spinuliferum
  • genre Tretopileus
    • Tretopileus indicus
    • Tretopileus opuntiae
    • Tretopileus sphaerophorus
  • genre Waitea
    • Waitea circinata
    • Waitea nuda

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. sporophores épanchés ou étalés que les anglo-saxons les appellent aussi des patch-like muschrooms
  2. sans chapeau avec des sporifères de surface
  3. a nice example of how extremely artificial taxa can be
  4. sorte de petit chapeau en forme de casquettes ou de crochets
  5. l'opus de référence en huit volumes The Corticiaceae of North Europe (1972-1987) & (1972-1987)

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) P. M. Kirk, P. F. Cannon, D. W. Minter et J. A. Stalpers, Dictionary of the Fungi, Wallingford CABI,‎ 2008, 760 p. (ISBN 9780851998268, PDF lire en ligne), p. 346.
  2. Se dit d'un sporophore sans pied, entièrement couché sur son substrat
  3. (en) K.H. Larsson, « Corticiales », MycoBank, International Mycological Associatio, vol. 38,‎ 1967, p. 567-580
  4. Larsson 2007
  5. (en) David S. Hibbett, Manfred Binder, Joseph F. Bischoff, Meredith Blackwell, Paul F. Cannon, Ove E. Erikson, Sabine Huhndorf, Timothy James, Paul M. Kirk, Robert Lücking, H. Thorsten Lumbsch, François Lutzoni, P. Brandon Matheny, David J. Mc Laughlin, Marta Powell, Scott Redhead, Conrad L. Schoch, Josep W. Spataphora, Joost A. Stalpers, Rytas Vilgalys, Catherine Aime, André Aptroot, Robert Bauer, Dominik Begerow, Gerald L. Benny, Lisa A. Castelbury, Pedro W. Crous, Yu-Cheng Dai, Walter Gams, David M. Geiser, Gareth W. Griffith, Cecile Gueidan, David L. Hawksworth, Geir Hestmark, Kentaro Hosaka, Richard A. Humber, Kevin D. Hyde, Joseph E. ironsise, Urmas Köljalg, Cletus P. Kurtzman, Karl-Henrik Larsson, Robert Lichtwardt, Joyce Longcore, Jolanta Miadlikowsk, Andrew Miller, Jean-Marc Moncalvo, Sharon Mozley Standridge, Franz Oberwinkler, Erast parmasto, Valérie Reeb, Jack D. Rogers, Claude Roux, Leif Ryvarden, José Paulo Sampaio, Arthur Schüßler, Junta Sujiyama, R. Greg THorn, Leif Tibell, Wendy A. Untereiner, Christopher Walker, Zheng Wang, Alex Weir,, Michael Weiss, Merlin M. White, Katarina Winka, Yi-Jian Yao et Ning Zhang, « A higher-level phylogenetic classification of the Fungi », Mycological Research, no 111,‎ 2 mars 2007, p. 509-547 ([%5Bhttp://ddr.nal.usda.gov/bitstream/10113/13226/1/IND44044516.pdf Article%5D lire en ligne])
  6. (en) N. Hallenberg, « Phylogeny and taxonomy of the genus Vuilleminia (Basidiomycota) based on molecular and morphological evidence, with new insights into Corticiales », Taxon, vol. 59,‎ 2010, p. 1519–1534
  7. (en) J.D. Lawrey, P. Diederich, M Sikaroodi et P.M. Gillevet, « Remarkable nutritional diversity of basidiomycetes in the Corticiales », American Journal of Botany, vol. 95,‎ 2010, p. 816–823
  8. Kirk et al. 2008, p. 173
  9. E.M. Fries, in: Epicr. syst. mycol. (Upsaliae), p. 317, 1838
  10. (en) K.H. Larsson, « Re-thinking the classification of corticioid fungi », Mycological Research, vol. III,‎ 2007, p. 1040–1063
  11. (en) M. Ghobad-Nejhad, M. Nilsson et N. Hallenberg, « Phylogeny and taxonomy of the genus Vuilleminia (Basidiomycota) based on molecular and morphological evidence, with new insights into Corticiales », Taxon, vol. 59,‎ 2010, p. 1519–1534
  12. (en) N. Rungjindamai, J. Sakayaroj, S. Somrithipol et E.B. Jones, « Putative basidiomycete teleomorphs and phylogenetic placement of the coelomycete genera: Chaetospermum, Giulia and Mycotribulus based on nu-rDNA sequences », Mycological Research, vol. 112,‎ 2008, p. 802–810
  13. (en) J.D. Lawrey, « New lichenicolous, muscicolous, corticolous and lignicolous taxa of Burgoa s.l. and Marchandiomyces s.l. (anamorphic Basidiomycota), a new genus for Omphalina foliacea, and a catalogue and a key to the non-lichenized, bulbilliferous basidiomycetes », Mycological Progress, vol. 6,‎ 2007, p. 61–80
  14. (en) M. Binder, D. S. Hibbett, K.H. Larsson, E. Langer et G. Langer, « The phylogenetic distribution of resupinate forms across the major clades of mushroom-forming fungi (Homobasidiomycetes », Systematics and Biodiversity, vol. 3, no 2,‎ 2005, p. 113–157

Articles connexes[modifier | modifier le code]