Cornucopien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un cornucopien est un futurologue qui estime que les innovations technologiques permettront à l'humanité de subvenir éternellement à ses besoins matériels, eux-mêmes considérés comme source de progrès et de développement[1],[2] [3].

Le terme lui-même vient du latin cornu copiae signifiant corne d'abondance.

La philosophe arabe Ibn Khaldun (1332–1406) était déjà cornucopien, comme l'indique cette citation de la Muqaddima (traduite approximativement de l'anglais, depuis la version anglophone de cet article)  : « Quand la civilisation [population] augmente, le travail disponible augmente encore. En retour, le confort augmente encore proportionnellement au profit en augmentation, et les coûts et besoins de produits de confort augmentent. Des artisanats sont créés pour obtenir de nouveaux produits de confort. La valeur qu'ils produisent augmente, et, en conséquence, les profits sont encore multipliés dans la ville. La production est ici plus prospère qu'auparavant. Et cela se poursuit ainsi avec les seconde et troisième augmentations. Tout le travail additionnel sert le confort et la fortune, contrairement au travail originel qui servait les besoins nécessaires de la vie. »

Cette théorie a été formulée en 1981 par Julian Lincoln Simon dans son livre The Ultimate Resource.

Dans cette mouvance, on peut citer :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. J.G. Clark, « Economic Development vs. Sustainable Societies: Reflections on the Players in a Crucial Contest », Annual Reviews in Ecology and Systematics, vol. 26, no 1,‎ 1995, p. 225–248 (lien DOI?)
  2. J. Attarian, « The Coming End of Cheap Oil », The Social Contract, Summer,‎ 2002 (lire en ligne [PDF])
  3. J. Chenoweth et E. Feitelson, « Neo-Malthusians and Cornucopians put to the test: Global 2000 and the Resourceful Earth revisited », Futures, vol. 37, no 1,‎ 2005, p. 51–72 (lien DOI?, lire en ligne)