Cornelis Dalem

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cornelis Dalem, Paysage avec une Métairie, 1564; Munich, Alte Pinakotek

Cornelis Dalem, ou Cornelis van Dalem, né probablement à Anvers entre 1530 et 1535 et décédé à Bréda en 1573 ou 1576 est un peintre paysagiste et un peintre de vitraux brabançon.

Biographie[modifier | modifier le code]

Cornelis Dalem est probablement le père de Pieter Cornelisz van Dalem. En 1534, il devient maître de guilde de Saint-Luc à Anvers ; entre 1540 et 1558 il forme de nombreux apprentis et reste actif jusqu'en 1567.

En 1545, il devient l'apprenti de Jan Adriaensen et maître libre de la guilde d'Anvers. Il épouse la même année Beatrijs van Liedekercke, issue d'une famille connue d'Anvers.

Il semble qu'il n'apprend le métier qu'à titre de passe-temps et ne peignait que lorsqu'il en éprouvait l'envie. Ce qui pourrait expliquer le nombre restreint de ses œuvres, précieuses par le style et les couleurs, qui font de ce paysagiste flamand du XVIe siècle l'un des plus importants au côté de Pieter Brueghel l'Ancien.

Il semble aussi qu'il confie l'exécution des figures de ses paysages à d'autres peintres parmi lesquels Jan Van Wechelen[1].

De 1560 à 1564, Bartholomeus Spranger figure parmi ses élèves.

C'est pour des motifs religieux qu'il est contraint de quitter Anvers en 1565: il est effectivement lié à la secte des anabaptistes, alors interdite. Ils[Qui ?] se rendent alors à Bavel près de Bréda dans les provinces du Nord. C'est là, accusé d'hérésie, qu'il est emprisonné en 1571 puis libéré peu après sur l'intervention de son épouse.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Paysage avec des pasteurs
  • Paysage avec une Métairie (1564, sur panneau de chêne de 103 × 127,5 cm) :
Exposé à la Alte Pinakothek de Munich, ce tableau fut acquis en 1954 de la collection Hugo Bruckmann à Munich. Il représente un paysage de ruines aux couleurs mates et à la lumière douce, vestiges d'un château autrefois fortifié. La métairie, les fortifications et même la végétation. Peu d'hommes, quelques anormaux vivent en cet endroit déshérité ou les arbres épars ont du mal à laisser pousser leur feuillage. La rigueur et l'exactitude de la représentation rendent l'atmosphère encore plus opprimante. Le but de cette peinture est d'exprimer une ambiance et non de relater un événement ou de présenter des allégories moralisantes.
Ce tableau est désigné comme le premier paysage d'atmosphère dans l'histoire de la peinture[2].
  • Paysage rocheux avec un figurines bibliques
  • Cour de ferme avec mendiant
Louvre, aile Richelieu
Subtile petite scène surcadrée avec la ligne d’ombre, la ligne du toit et les piliers verticaux. Ceux qui mangent sont dans l'ombre, celui qui a faim est dans la lumière, mais les choses sont éphémères, le toit troué préfigure peut-être la ruine à venir.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. H. Mund, « van Dalem, Cornelis », dans Dictionnaire des peintres belges : du XIVe siècle à nos jours depuis les premiers maîtres des anciens Pays-Bas méridionaux et de la principauté de Liège jusqu'aux artistes contemporains, Bruxelles, La Renaissance du livre,‎ 1995 (ISBN 2-8041-2012-0, %5B%5BInstitut royal du Patrimoine artistique|IRPA%5D%5D : %5B%5BBALaT%5D%5D présentation en ligne, lire en ligne)
  2. Wolf-Dieter Dube, La Pinacothèque de Munich, Aimery-Somogy, 1969, p. 186-187, ill.
  3. Dominique Allart, « Un paysagiste à découvrir : Cornelis van Dalem », Revue belge d'archéologie et d'histoire de l'art, vol. 62, 1993, p. 117-119 (ill.)
  4. Jaarverslag Vereniging Rembrandt, Vereeniging Rembrandt tot Behoud en Vermeerdering van Kunstschatten in Nederland, Amsterdam, 1937, p. 4, Friso Lammertse, Van Eyck to Bruegel, 1400-1550