Corneille Verdonck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Cornelis VerdonckCorneille Verdonck

Description de cette image, également commentée ci-après

Un Magnificat de Corneille Verdonck. Gravure par Johannes Sadeler d’après Maarten de Vos, parue à Anvers en 1585, représentant la Vierge Marie entourée d'anges. Deux de ceux-ci portent chacun une pancarte sur laquelle sont écrites les parties de chant, tandis que les autres anges chantent ou jouent de divers instruments.

Naissance 1561
Turnhout
Décès 5 juillet 1625
Anvers
Activité principale compositeur
Style École franco-flamande
chanson
madrigal
motet
Lieux d'activité Flag - Low Countries - XVth Century.png  Pays-Bas espagnols
Éditeurs Jean Bellère
Pierre Phalèse

Corneille (Cornelis en néerlandais) Verdonck, né en 1561 à Turnhout et mort le 5 juillet 1625 à Anvers, est un polyphoniste de l'école franco-flamande de la fin de la Renaissance, originaire des Pays-Bas méridionaux. L'un des derniers membres de cette école pendant la Contre-Réforme, il se distingue surtout comme compositeur de madrigaux dans un style caractérisé par des traits à la fois italiens et néerlandais. On connaît de lui des chants sacrés et des madrigaux à cinq, à neuf et à dix voix, imprimés à Anvers et à Cologne, de 1585 à 1604.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Charles de Cordes, peint par Rubens vers 1618 (Palais sur l’Eau, Varsovie). De Cordes fut un des mécènes de Corneille Verdonck.

Dès ses premières années, il est membre de la maison de Corneille Pruenen, sénateur et trésorier de la ville d’Anvers. Il devient enfant de chœur à la cathédrale Notre-Dame d'Anvers, où il demeurera jusqu'à l'âge de neuf ans. En 1572, il s'installe en Espagne pour y devenir enfant de chœur à la Capilla Flamenca du roi Philippe II à Madrid, où il demeurera jusqu'à l'âge de la mue, au début de 1580, après quoi il revient aux Pays-Bas pour étudier à Anvers auprès de Séverin Cornet et, peut-être, d'Hubert Waelrant. Vers cette époque, ses premières compositions sont publiées avec celles de Cornet.

En 1584, Verdonck retourne en Espagne pour y être nommé, de nouveau, chanteur dans le chœur de Philippe II - poste qu'il occupe de 1598 à 1599 en musique classique - pour revenir à Anvers par la suite. En 1599, il contribue à l'entrée solennelle à Anvers de deux nouveaux mariés, les archiducs Albert et Isabelle, par son motet Prome, novas interprété, selon des témoins oculaires, par six enfants de chœur installés sur le dos d'un éléphant marchant à côté de l'archiduc et de l'archiduchesse ; il est toutefois l'animal était vrai ou faux. Il s'agit du seul motet dont on sait qu'il a été destiné à être joué sur un dos d’éléphant.

Sans doute, Verdonck a vécu aux Pays-Bas jusqu'à sa mort, survenue en 1625. Il obtient une prébende à Eindhoven qu'il conservera jusqu'en 1622. Il semble qu'il soit resté toute sa vie au service de citoyens aisés, sauf lors de son séjour en Espagne. La dédicace d'un recueil de madrigaux, publié en 1603 indique qu'un de ses employeurs à cette époque était Jean-Charles de Cordes, neveu de son premier mécène.

Style et influences[modifier | modifier le code]

Verdonck est un représentant tardif du style madrigalesque italien en dehors de l'Italie. Il a composé des madrigaux sur des paroles italiennes sans jamais avoir mis le pied sur le sol italien. Il avait adopté un style assez conservateur, en évitant les innovations de la musique du baroque naissant vers 1600, telles que la monodie et la basse continue. Préférant plutôt travailler dans le style de la polyphonie vocale de la fin du XVIe siècle, il écrit, pour la préface de son recueil de madrigaux de 1599, des propos cinglants sur le déclin des normes musicales dans son pays natal, jadis le centre de la musique européenne :

« […] soit ses douces harmonies ont été interrompues par les tempêtes de Mars, trop longtemps maître de ces régions, soit la musique a cessé d'être considérée par celui qui, plein de confusion […], n'est pas capable de reconnaître ce qui est tellement riche en accords et en harmonie[1]. »

Ce qui subsiste de l'œuvre de Verdonck se compose, pour la plus grande partie, d'œuvres sacrées. Pourtant, il a également écrit des chansons et madrigaux italiens et français. Certaines de ces chansons ont été écrites pour un nombre de voix inhabituellement élevé. Ainsi, son recueil Poésies françaises de divers autheurs, de 1599, est destiné à dix voix indépendantes. La texture de la musique est le plus souvent en contrepoint, avec parfois des syncopes animées. Aux paroles de l'un de ses madrigaux, Donna belle e gentile, on a substitué celles d'un texte en anglais (Lady your look so gentle), paru dans Musica Transalpina, une collection rassemblée par Nicholas Yonge, qui a ainsi lancé l'engouement excessif pour les madrigaux en Angleterre.

Verdonck et d'autres compositeurs, tels que Hubert Waelrant et André Pevernage, ont mis en musique des vers « brabançons » (c'est-à-dire en néerlandais, mais à la mode et dans le style des Brabançons) de Jean van der Noot. On ne conserve aucune trace de ces chansons néerlandaises, si ce n'est leur mention dans une source indirecte.

L'œuvre de Verdonck contient plusieurs motets et un Magnificat à quatre, à cinq et, même, à six voix. Le Magnificat de 1585, à cinq voix, est reproduit sur une gravure originale sur cuivre.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Référence[modifier | modifier le code]

  1. Cité par Reese, p. 398.

Sources[modifier | modifier le code]