Cormoran du Cap

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Cormoran du Cap (Phalacrocorax capensis) est une espèce d'oiseau de mer des côtes du sud-ouest de l'Afrique.

Taxonomie[modifier | modifier le code]

Classé dans le genre Phalacrocorax le plus souvent, il forme parfois un genre à part selon certains auteurs (comme Johnsgaard), le genre Leucocarbo, qu'il partage avec d'autres espèces de Cormorans.

Description[modifier | modifier le code]

Cet oiseau mesure 64 cm de longueur pour une envergure de 109 cm et une masse de 0,8 à 1,6 kg.

Comme la majorité des cormorans, il a un plumage noir brillant, avec des reflets verts et pourpres, et quelques plumes blanches sur la tête, le cou et le croupion. La poche gulaire est jaune orangé. Au contraire du Grand Cormoran commun en Europe, ses lores sont emplumés. Le dimorphisme sexuel est faible.

Les immatures sont plus bruns et ternes.

Répartition[modifier | modifier le code]

Niche en Namibie et Afrique du Sud (Province du Cap), mais fréquente occasionnellement toutes les côtes de la région, du Congo[Lequel ?] au Nord-Ouest jusqu'au Mozambique à l'Est.

Comportement[modifier | modifier le code]

Les Cormorans du Cap sont grégaires, ils pêchent en pleine mer diverses espèces (sardines, anchois, etc...) dans les eaux du Sud-Ouest de l'Afrique refroidies par le Courant de Benguela. Il a quelques prédateurs, surtout sur les sites de reproduction: le Chacal à chabraque, et plusieurs oiseaux (Grand Cormoran, Pélican blanc et Goéland dominicain).

Reproduction[modifier | modifier le code]

Il niche dans le printemps et l'été austral (septembre à février), sur les côtes rocheuses. Les œufs, au nombre de 2 à 3 le plus souvent, sont pondu sur des nids confectionnés avec des branchettes, des tiges et des algues.

Conservation[modifier | modifier le code]

Bien qu'il soit souvent considéré comme commun dans la zone considérée (effectif estimé à 1 million d'oiseaux pour la seule Namibie en 1970), l'IUCN le classe comme "presque menacé" du fait du déclin de ses effectifs causés par la pollution aux hydrocarbures, les fortes fluctuations des stocks de poissons, les parasites et les maladies[1].

Intérêt particulier[modifier | modifier le code]

Le Cormoran du Cap est un producteur de guano, ce qui justifie sa protection, et même la mise en place de plates-formes artificielles, destinées à sa nidification.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • (en) Nelson, J.B., 2005. Pelicans, cormorants, and their relatives - The Pelecaniformes. Oxford University Press, 661 p. ISBN 0 19 857727 3
  1. 2007 IUCN Red List – Search

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :