Corixidae

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Corixidae, les corixidés ou Corises, forment une famille de punaises strictement aquatiques. Elles sont proches cousines des notonectes et des nèpes avec lesquels il ne faut pas les confondre. On les rencontre dans les pièces d'eau claire et les ruisseaux parmi la végétation aquatique des rives. Elles possèdent un appareil stridulatoire qui leur vaut le surnom de cigales d'eau[1]. La stridulation de Micronecta scholtzi, qui se fait par le frottement de l'arête de son pénis contre son abdomen ridé, a été étudiée par des scientifiques français et écossais qui ont homologué un record: longue de seulement 2 millimètres, la punaise émet presque autant de bruit qu'un éléphant qui barrit (117 décibels). (Jérome Sueur, biologiste au Muséum national d'histoire naturelle)

La France en compte près de 50 espèces, en particulier en Normandie et en Bretagne[1].

État, pressions, menaces[modifier | modifier le code]

Ces espèces ne semblent pas menacées. On[Qui ?] a récemment montré qu'elles sont néanmoins très vulnérables à la pollution par la lumière polarisée qui peut pour elles constituer un piège écologique. Quand elles sont en vol à la recherche de nouveaux habitats, elles sont notamment attirées par les bâches plastiques noires disposées dans leur environnement, au coucher du soleil. Elles se jettent sur les bâches semblant les confondre avec de l'eau, et y montrent des comportements natatoires, de reproduction, de ponte avant de mourir en quelques heures, ainsi que leurs pontes (sauf s'il y a des poches d'eau durables). On trouve aussi parfois des cadavres de Corixidae loin des plans d'eau au pied de façades vitrées couvertes de vitres teintées. C'est alors probablement la lumière polarisée qui les a attiré, qu'elles ont confondu avec la lumière polarisée émise par les surfaces en eau) [réf. nécessaire].

Article détaillé : Piège écologique.

Liste des sous-familles et genres[modifier | modifier le code]

Selon Fauna Europaea (18 oct 2013)[2] :


Selon ITIS (18 oct 2013)[3] :


Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Taxinomie:

Autres sites: