Corine Biotope

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La base de données Corine Biotope est une typologie des habitats naturels et semi-naturels présents sur le sol européen.

Histoire, rôles et objectifs[modifier | modifier le code]

Issu de la commission Corine (le sigle CORINE signifie COordination et Recherche de l'INformation en Environnement) chargée de la coordination de l'information en environnement, le programme a abouti en 1991 à la proposition d'une typologie arborescente à six niveaux maximum, basée sur la description de la végétation.

La mise à jour de cette base est la Paleartic habitat classification de Devillier & Devilliers-Tershuren, 1996. Elle est actuellement remplacée par la base EUNIS ; base de données de l'Union européenne répertoriant la typologie des habitats européens (naturels, semi-naturels ou artificiels, terrestres ou aquatiques).

La première typologie Corine Biotope des habitats européens a été publiée officiellement en 1991, après un travail de base mené dès 1984. L'objectif était d'élaborer un référentiel européen de description hiérarchisé des habitats naturels. La version de 1991 ne couvrant à l'origine que les pays de l'Europe de l'Ouest, a été étendu à toute l'Europe dès 1993, pour finalement être publiée sous le nom de « classification des habitats du paléarctique » en 1996. À la différence de certains pays comme l'Angleterre qui disposaient déjà d'un référentiel national des habitats naturels, d'autres (comme la France) sont passés directement à la traduction et l'adaptation de la typologie Corine Biotope pour les travaux nationaux.

L'objectif de Corine Biotope était dans un premier temps de disposer d'un catalogue des habitats naturels et semi-naturels du territoire européen, pour permettre, dans un deuxième temps, une meilleure connaissance de ceux-ci, dans un but de protection, gestion et de conservation.
Cette base de données est utilisée actuellement comme référence pour de nombreux travaux de gestion des milieux naturels.
Lors d'études cartographiques de milieux naturels, il peut être très pratique d'utiliser la typologie proposée, notamment lors d'études transfrontalières impliquant plusieurs pays européens. Corine Biotope permet dans ce dernier cas de servir de référentiel commun, et de s'assurer que l'on parle des mêmes habitats.

Méthode de classification des habitats[modifier | modifier le code]

Corine Biotope s'intéresse à la classification de deux types d'habitats

Le premier niveau de la typologie[modifier | modifier le code]

Il regroupe les grands paysages naturels présents sur le sol européen :

  1. Habitats littoraux et halophiles
  2. Milieux aquatiques non marins
  3. Landes, fruticées et prairies
  4. Forêts
  5. Tourbières et marais
  6. Rochers continentaux, éboulis et sables
  7. Terres agricoles et paysages artificiels.

La classification repose sur la description de la végétation, en s'appuyant sur les résultats des études phytosociologiques notamment. Organisée selon un système hiérarchique à six niveaux maximum, on progresse dans la typologie en partant du niveau le plus élevé, qui représente les grands paysages naturels présents sur le sol européen (présentés ci-dessus), auxquels sont attribués un code à un chiffre ; puis en progressant vers des types d'habitats de plus en plus précis, on rajoute un nouveau chiffre au code, jusqu'à aboutir au code de l'habitat que l'on observe.

Par exemple : 4. forêts

41. forêts caducifoliées
41.2 chênaies-charmaies
41.21 chênaies atlantiques mixtes à Jacinthes des bois

etc.

Chaque habitat est décrit, plus ou moins finement selon les données disponibles, par le syntaxon phytosociologique correspondant ainsi que par une brève description du type de formation végétale que l'on y observe couramment, et la flore particulière que l'on y trouve.

Le système est ouvert et relativement flexible, puisqu'au fur et à mesure des apports de nouvelles données sur les habitats naturels on peut réviser la typologie en rajoutant de nouvelles subdivisions.

Les deux premiers niveaux de la typologie (sauf mers et océans)[modifier | modifier le code]

Lettre / Numéro C - Eaux de surface D - Tourbières et bas-marais E - Prairies, pelouses, ourlets forestiers et formations herbeuses variées sur sols non marécageux F - Landes, fourrés et toundra G - Forêts et autres territoires boisés H - Habitats sans ou avec peu de végétation I - Habitats récemment ou régulièrement cultivés J - Habitats construits X - Complexes d´habitats
1 C1 - Eaux stagnantes D1 - Tourbières hautes et tourbières de couverture E1 - Pelouses sèches G1 - Forêts feuillues décidues H1 - Grottes, systèmes de grottes, mines et tunnels, passages et pièces d´eau souterrains I1 - Cultures J1 - Immeubles des villes et des villages
2 C2 - Eaux courantes D2 - Tourbières de vallées, bas-marais et tourbières de transition E2 - Prairies mésophiles H2 - Eboulis I2 - Jardins et des parcs J2 - Constructions à faible densité
3 C3 - Végétation aquatique E3 - Prairies humides F3 - Fourrés tempérés et méditerranéo-montagnards G3 - Plantations de conifères H3 - Rochers et falaises J3 - Sites industriels extractifs
4 D4 - Bas-marais riches alcalins F4 - Landes des régions tempérées G4 - Plantations mixtes feuillus-conifères J4 - Réseaux de transport X04 - Complexes de tourbières hautes
5 D5 - Roselières sèches et magnocariçaies E5 - Mégaphorbiaies et ourlets forestiers G5 - Alignements d´arbres, zones récemment exploitées, forêts et taillis aux jeunes stades J5 - Habitats aquatiques d´origine anthropogène très artificielle
6 J6 - Dépôts de déchets divers X06 - Cultures à l´ombre d´arbres
7 X07 - Terres de culture et bords des champs, présentant une flore spontanée (communautés et adventices, notamment messicoles)
8 X08 - Mosaïques rurales, consistant en des bois, des haies, des pâtures et des cultures
9 F9 - Fourrés riverains et fourrés sur bas-marais X09 - Bois pâturés (avec une couverture d´arbres surmontant la pâture)
10 X10 - Bocages
11 X11 - Grands parcs
12
13 X13 - Territoires avec des éléments feuillus dispersés
14
15 X15 - Territoires avec des éléments résineux dispersés
16 X16 - Territoires avec des éléments mixtes feuillus-ésineux dispersés
17
18
19
20 X20 - Alignements d´arbres
21 X21 - Sites archéologiques
22 X22 - Jardins non ´domestiques´ des centres des petites villes
23 X23 - Grands jardins non domestiques
24 X24 - Jardins domestiques des centres urbains
25 X25 - Jardins domestiques des villages et des périphéries urbaines
A FA - Haies Ia - Prairies temporaires de fauche
B FB - Plantations de ligneux bas

Correspondance avec d'autres typologies[modifier | modifier le code]

Dans la définition des sites faisant partie du réseau Natura 2000 (réseau de sites naturels ou semi-naturels européens, protégés et gérés durablement), il est utilisé une autre typologie, recensant les « habitats d'intérêt communautaire » : le code Natura 2000. Afin de permettre le passage d'une typologie à une autre, une correspondance est faite entre ces deux référentiels, pour les habitats se trouvant à la fois dans Natura 2000 et dans Corine Biotope. Par exemple, les hêtraies-sapinières acidiphiles de l'étage montagnard inférieur, code Natura 2000 9110, correspond à l'habitat Corine Biotope n°41.112

À terme, la typologie Corine Biotope devrait être remplacée par le futur système européen EUNIS (European Union Nature Information System), à laquelle elle sert de base de travail.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Miriam Bissardon, Lucas Guibal, Jean-Claude Rameau, Corine biotopes, version original, types d'habitats français, ENGREF-ATEN, 175 p. (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]