Cordillère de Talamanca

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cordillère de Talamanca
Carte topographique du Costa Rica avec la cordillère de Talamanca au sud, à cheval sur le Panama
Carte topographique du Costa Rica avec la cordillère de Talamanca au sud, à cheval sur le Panama
Géographie
Altitude 3 820 m, Cerro Chirripó
Administration
Pays Drapeau du Costa Rica Costa Rica
Drapeau du Panama Panama
Géologie
Âge Miocène
Roches Roches sédimentaires et métamorphiques, traces de roches volcaniques antérieures

La cordillère de Talamanca est la plus haute chaîne de montagnes du sud de l'Amérique centrale. Elle s'étend du sud de la vallée Centrale du Costa Rica au Panama où elle prend le nom de cordillère de Chiriquí et de Serranía de Tabasará.

Le point culminant de la cordillère, et en même temps du Costa Rica, est le Cerro Chirripó à 3 820 m d'altitude. Une réserve naturelle binationale s'étend sur une partie de la cordillère.

Géographie[modifier | modifier le code]

Principaux sommets[modifier | modifier le code]

  • Cerro Chirripó ou Chirripó Grande - 3 820 m (Costa Rica)
  • Cerro Kamuk - 3 554 m (Costa Rica)
  • Cerro Buenavista ou Cerro de la Muerte - 3 491 m (Costa Rica)
  • Volcán Barú - 3 475 m (Panama)
  • Cerro Fábrega - 3 335 m (Panama)
  • Cerro Itamut - 3 293 m (Panama)
  • Cerro Durika - 3 280 m (Costa Rica)
  • Cerro Echandi - 3 163 m (Panama)
Vue panoramique de la cordillère avec le Cerro Chirripó au centre.

Géologie[modifier | modifier le code]

Traces d'érosion glaciaire.

La formation de la cordillère peut se résumer en quatre périodes :

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Plusieurs rivières importantes prennent leur source dans la cordillère. Sur son versant pacifique naissent le río Chirripó Pacífico, et les ríos Ceibo, Cabagra, Mosca, Guineal, Singri et Canasta, affluents du río Grande de Térraba. Sur son versant atlantique coulent le río Chirripó Atlantico, principal affluent du río Matina, et les ríos Banano, Telire, Coen, Lari et Urén, affluents du río Sixaola.

Climat[modifier | modifier le code]

La cordillère de Talamanca connaît une grande variété de climats, en fonction de l’altitude et de l’exposition du versant : le versant caraïbe est très humide toute l’année (il reçoit en moyenne 4 000 mm de pluie par an), tandis le versant pacifique connaît une saison sèche (de mi-décembre à mi-avril) et une saison des pluies (il reçoit entre 3 000 mm et 4 000 mm de pluie par an).

Au-dessus des 3 300 m d'altitude, les températures nocturnes négatives sont courantes (entre 0 et -5 °C, avec un record de -9 °C enregistré au Cerro Chirippó). Des températures négatives peuvent survenir en dessous de cette altitude, de façon saisonnière (entre décembre et mars).

Faune et flore[modifier | modifier le code]

Végétation de la forêt de nuage dans la cordillère de Talamanca.
Paysage du páramo.

La diversité des étages climatiques et donc des biotopes de la cordillère s'accompagne d'une grande richesse en ce qui concerne la faune et la flore[1],[2] :

La cordillère sert d'habitat à de nombreux mammifères : puma, jaguar, jaguarondi, ocelot, pécari, bassaris, martre à tête grise, porc-épic arboricole, singe écureuil, singe araignée, singe capucin, coyote, daguet rouge, lapin, écureuil. Elle abrite la plus importante population de tapirs du Costa Rica.

Fichier audio
chant du solitaire à face noire (info)

Des difficultés  pour  écouter le fichier ? Des problèmes pour écouter le fichier ?

Environ 400 espèces d’oiseaux ont été observées, dont les emblématiques quetzal resplendissant et solitaire à face noire. On peut aussi rencontrer l'aigle huppé, l'aigle harpie, la buse à queue rousse, la pénélope aburri, le pic careto, le tocro tacheté, le toucanet émeraude et des espèces des colibris, de moucherolles, de sittelles et de parulinés.

Enfin, 263 espèces d’amphibiens (crapauds, grenouilles, salamandres) et de reptiles (lézards) ont été dénombrées.

Activités[modifier | modifier le code]

Panneau du centre environnemental du Páramo.

Une partie de la cordillère est classée en réserve naturelle, de part et d'autre de la frontière entre les deux pays, sous le nom de Parque Internacional La Amistad. Du côté du Costa Rica, ce parc correspond à la plus grande zone protégée du pays, et a été déclaré réserve de la biosphère par l'UNESCO en 1990[3],[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (es) Parque Internacional la Amistad, Servicio de parques nacionales (Costa Rica)
  2. (es) Parque national Chirripó, Servicio de parques nacionales (Costa Rica)
  3. (en) Biosphere Reserve Information: Costa Rica, UNESCO
  4. (en) Biosphere Reserve Information: Panamá, UNESCO