Corcelles-près-Payerne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Corcelles.
Corcelles-près-Payerne
Blason de Corcelles-près-Payerne
Héraldique
Vue d'une ferme typique de Corcelles
Vue d'une ferme typique de Corcelles
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Vaud
District Broye-Vully
communes limitrophes
(voir carte)
Vallon, Missy, Dompierre, Russy, Montagny, Payerne, Grandcour
Syndic Alexandre Gorgerat
Code postal 1562
N° OFS 5816
Démographie
Gentilé Corçallins
Population 1 998 hab. (31 décembre 2012)
Densité 165 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 49′ 50″ N 6° 57′ 44″ E / 46.830559, 6.96222 ()46° 49′ 50″ Nord 6° 57′ 44″ Est / 46.830559, 6.96222 ()  
Altitude 457 m
Superficie 1 213 ha = 12,13 km2
Divers
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Vaud

Voir sur la carte administrative du Canton de Vaud
City locator 14.svg
Corcelles-près-Payerne

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Corcelles-près-Payerne

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Corcelles-près-Payerne
Liens
Site web www.corcelles.ch
Sources
Référence population suisse[1].
Référence superficie suisse[2]

Corcelles-près-Payerne est une commune suisse du canton de Vaud, située dans le district de la Broye-Vully. Citée dès 1148, elle fait partie de la même commune que Payerne jusqu'en 1801 et fait partie du district de Payerne entre 1803 et 2007. Corcelles est peuplé de 1 998 habitants en 2012. Son territoire, d'une surface de 1 214 hectares, est traversé par la Broye.

Géographie[modifier | modifier le code]

La surface totale de la commune de Corcelles-près-Payerne représente 1 214 hectares qui se décomposent en : 132 ha de surfaces d'habitats et d'infrastructures, 1 001 ha de surfaces agricoles, 53 ha de surfaces boisées et enfin 28 ha de surfaces improductives (lacs et cours d'eau par exemple). Dans le détail en 2004, les aires industrielles et artisanales représentent 1,73 % du territoire communal, les maisons et bâtiments 4,86 %, les routes et infrastructures de transport 3,62 %, les zones agricoles 73,39 % et les zones arboricoles et viticoles 1 %[2].

Jusqu'à sa dissolution, la commune faisait partie du district de Payerne. Depuis le 1er janvier 2008, elle fait partie du nouveau district de la Broye-Vully. Elle a des frontières communes avec Payerne, Grandcour et Missy dans le canton de Vaud, ainsi qu'avec Vallon, Dompierre, Russy et Montagny dans le canton de Fribourg.

Le territoire communal se trouve sur le plateau suisse et est traversé par la Broye. La frontière nord de la commune s'étend partiellement le long de l'autoroute A1, puis longe le cours de la Broye canalisée jusqu'à l'Arbogne. La partie sud de la commune est légèrement plus élevée ; c'est sur la colline du Boulex, au pied du Petit Belmont que se trouve le point culminant de la commune avec 526 mètres d'altitude. Sur la rive est de l'Arbogne se trouve la petite enclave de Tours dans la commune fribourgeoise de Montagny. Enfin, la frontière sud est marquée par l'Arbogne et par son affluent, le ruisseau du Creux du Motélon.

En plus du village de Corcelles, la commune compte également le hameau de Pont Neuf situé sur les rives de la Broye ainsi que plusieurs exploitations agricoles dispersées.

Histoire[modifier | modifier le code]

Corcelles, dont le nom apparaît au Moyen Âge sous plusieurs formes dont Corsales ou encore Corsalis au XIIe siècle et qui signifie petit domaine[3]. Il apparaît pour la première fois par écrit en 1148, lorsque le pape Eugène III confirme le rattachement de l'église Saint Nicolas de la commune au monastère de Payerne[3].

En 1542, le village subit un grand incendie brûlant une grande partie des constructions[3].

Suite à la révolution vaudoise de 1798, le 27 mai 1801, les habitants de Corcelles s'adressent au Petit Conseil du canton du Léman pour obtenir leur indépendance de Payerne. Un décret accorde cette demande le 23 septembre 1801. Toutefois, ce n'est que le 2 juillet 1808 que la séparation prend acte[3].

Sous l'occupation bernoise, leurs excellences y apportent le tabac en 1719[3]. Cette plante y est toujours cultivée intensément dans la commune jusqu'au XXIe siècle. L'élevage chevalin est aussi une activité importante dans le village au XVIIIe siècle[4].

Au début du XXe siècle, la Broye est endiguée. Cela permet l'exploitation agricole de la plaine[4].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Corcelles-près-Payerne Blason Parti d'argent et de gueules, à la tige de tabac feuillée et fleurie au naturel brochant en pal[5]
Détails Les armoiries de la commune sont celles de Payerne, car les deux communes n'en formaient qu'une seule jusqu'en 1801. La tige de tabac ajoutée représente la principale culture pratiquée à Corcelles[3].
Les armoiries de la commune sont adoptées et approuvées par le canton de Vaud[3].

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Corcelles-près-Payerne possède 1 998 habitants en 2012[1].. Sa densité de population atteint 164,7 hab./km2.

En 2000, la population de Corcelles-près-Payerne est composée de 841 hommes (51,2 %) et 803 femmes (48,8 %). La langue la plus parlée est le français, avec 1 471 personnes (89,4 %). La deuxième langue est l'allemand (87 habitants ou 5,3 % de la population). Il y a aussi 25 Lusophones (1,5 %), 17 Italophones (1 %) et 11 Albanophones (0,6 %). 1 467 habitants (89,1 %) sont de nationalité suisse et 179 personnes sont étrangères (10,9 %). Sur le plan religieux, la communauté protestante est la plus importante avec 909 personnes (55,2 %), suivie des catholiques (493 paroissiens ou 30 % de la population) et des musulmans (30 pratiquants ou 1,8 % de la population). 98 personnes (5,9 %) n'ont aucune appartenance religieuse[6].

La population de Corcelles-près-Payerne est de 880 personnes en 1850. Elle augmente à 1 264 personnes en 1920, puis reste stable jusqu'en 1970. Le nombre d'habitants augmente depuis et atteint 1 912 en 2010. Le graphique suivant résume l'évolution de la population de Corcelles-près-Payerne entre 1850 et 2010[7] :

Politique[modifier | modifier le code]

Lors des élections fédérales suisses de 2011, la commune a voté à 30,27 % pour l'Union démocratique du centre. Les deux partis suivants furent le Parti libéral-radical avec 24,59 % des suffrages et le Parti socialiste suisse avec 20,49 %[8].

Lors des élections cantonales au Grand Conseil de mars 2011, les habitants de la commune ont voté pour le Parti libéral-radical à 47,64 %, le Parti socialiste à 22,85 %, l'Union démocratique du centre à 20,43 %, les Verts à 4,72 %, le Parti bourgeois démocratique et les Vert'libéraux à 3,99 % et Vaud Libre à 0,37 %[9].

Sur le plan communal, Corcelles-près-Payerne est dirigé par une municipalité formée de 7 membres et dirigée par un syndic pour l'exécutif et un Conseil communal, composé de 55 élus, dirigé par un président et secondé par un secrétaire, pour le législatif[10].

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie locale a toujours été dominée par l'agriculture, en particulier depuis la création du canal de la Broye en 1906. Auparavant, la région était également active dans l'élevage de chavaux. De nos jours encore, l'agriculture, l'arboriculture fruitière et l'élevage représentent une part importante des emplois locaux. L'employeur le plus important de la commune dans le secteur secondaire est la briqueterie Morandi briqueterie mécanisée depuis 1896 et, depuis 1930, propriétaire du plus grand four de Suisse.

Depuis quelques décennies, le village s'est développé avec la création de zones résidentielles occupées par des personnes travaillant principalement à Payerne ; cette transformation s'est accompagnée de la création de plusieurs petites entreprises locales, en particulier dans les services.

La commune compte deux boulangeries, une boucherie, une fromagerie et un petit super-marché[11], ainsi qu'un café-restaurant, une auberge et un pub[12].

Transports[modifier | modifier le code]

Au niveau des transports en commun, Corcelles-près-Payerne fait partie des communautés tarifaires vaudoise (Mobilis) et fribourgeoise (Frimobil). Deux gares des Chemins de fer fédéraux se trouvent dans la commune. Celle de Corcelles-Sud est sur la ligne du train régional Romont-Fribourg-Yverdon-les-Bains et la gare de Corcelles-Nord est sur la ligne du train régional Payerne-Morat[13]. La commune est aussi desservie par les bus sur appel Publicar, qui sont un service de CarPostal[14].

Monuments[modifier | modifier le code]

Dans le village de Corcelles, deux greniers et le temple sont inscrits comme biens culturels d'importance régionale dans la liste cantonale dressée en 2009[15].

Vie locale[modifier | modifier le code]

La commune de Corcelles-près-Payerne compte plusieurs associations, parmi lesquelles un chœur d'hommes et un chœur mixte, une société de pêcheurs, une association des dames paysannes vaudoises et une société de jeunesse. Elle offre également des clubs de football, de gymnastique, de tir sportif, de tir à l'arc et de judo[16].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Population résidente permanente par commune et origine, Vaud, 1950-2012 », sur Statistiques Vaud (consulté le 23 avril 2013)
  2. a et b « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 23 septembre 2010)
  3. a, b, c, d, e, f et g BAST95, p. 139-140
  4. a et b Gilbert Marion, « Corcelles-près-Payerne » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du 2 mars 2004.
  5. [(fr) Annexe à l'arrêté relatif aux armoiries communales (AAC) du 10 février 1925 (175.12.1) (page consultée le 11 septembre 2011)]
  6. « STAT-TAB: la banque de données statistiques interactive », Confédération suisse
  7. [zip] « Evolution de la population des communes 1850-2000 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 1er octobre 2012)
  8. « Elections au Conseil national 2011: Participation, force des partis, électeurs fictifs », sur Statistique suisse (consulté le 2 octobre 2012)
  9. « Election du Grand Conseil du 11 mars 2012 », sur vd.ch (consulté le 2 octobre 2012)
  10. « Corcelles-près-Payerne », sur ucv.ch (consulté le 2 octobre 2012)
  11. « Alimentation », sur corcelles.ch (consulté le 8 octobre 2012)
  12. « Restauration - hébergement », sur corcelles.ch (consulté le 8 octobre 2012)
  13. « Région Fribourg-Payerne. », sur cff.ch (consulté le 1er octobre 2012)
  14. « PubliCar Payerne (VD) », sur carpostal.ch (consulté le 1er octobre 2012)
  15. [PDF] « Inventaire PBC, liste provisoire des objets B », sur Office fédéral de la protection de la population (consulté le 3 octobre 2012)
  16. « Sociétés locales », sur corcelles.ch (consulté le 8 octobre 2012)

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Roger Bastian, Charles Kraege et et al., Les communes vaudoises et leurs armoiries, t. 3, Chapelle-sur-Moudon, Ketty & Alexandre,‎ 1995, 165 p. (ISBN 2-88114-037-8), p. 139-140 Document utilisé pour la rédaction de l’article

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]